Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 12:09

Nouvelles échauffourées en Seine-Saint-Denis

lefigaro.fr (avec AFP et AP)
31 mai 2006, (Rubrique France)
  • moins
  • plus
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer l'article
  • Rss
  • Acquérir les droits pour cet article
  • Les archives
  • Forum
 

Pour la deuxième nuit consécutive, des affrontements ont opposé des jeunes aux forces de l’ordre à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, un peu plus de six mois après les émeutes qui avaient embrasé la banlieue. Le ministre de l’Intérieur était lui en visite au commissariat voisin de Gagny.

 
Vers 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu.
 
Six policiers ont été légèrement blessés et treize personnes interpellées, dans la nuit de mardi à mercredi à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, deux villes qui avaient été le berceau des émeutes urbaines de l'automne.
 
 
Une douzaine de voitures ont été brûlées dans ces deux villes. Vers 21h30 à Clichy-sous-Bois, une quinzaine d'individus ont lancé des projectiles sur des policiers en patrouille dans le quartier du Chêne pointu. A 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu. Quatre policiers qui se trouvaient à l'intérieur ont juste eu le temps de sortir, visiblement choqués, avant que la voiture ne s'embrase, tandis qu'un hélicoptère des forces de l'ordre survolait le secteur. Un des policiers a été admis à l'hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.
 
 
De nombreux feux de poubelles ont également été déclenchés, les forces de l’ordre dépêchées pour les éteindre étant parfois pris pour cibles au moyen de bouteilles.
 
 
Enfin, quatre fonctionnaires de police ont été légèrement blessés alors qu'ils tentaient de riposter à des personnes qui jetaient des pierres sur le commissariat de la rue d'Utrillo à Montfermeil, selon la police.
 
 
Sur les treize personnes interpellées dans la soirée, trois étaient toujours en garde à vue mercredi matin à l'hôtel de police de Bobigny. Parmi eux se trouvait notamment Muhittin Altun. Ce jeune homme avait été gravement brûlé dans le transformateur de Clichy-sous-Bois où deux de ses camarades, Zyed Bena et Bouna Traore, avaient péri le 27 octobre 2005, un incident qui avait fait office de déclencheur des émeutes de novembre. Muhittin Altun a été libéré mercredi en fin de matinée, avec une convocation à comparaître le 31 août devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de «participation avec armes (pavé) à un attroupement» et «dégradation volontaire d'un véhicule de police en réunion».
 
 
Pour Nicolas Sarkozy, « l’impunité, c’est la complicité »
 
 
Mardi soir, Nicolas Sarkozy était en visite au commissariat de Gagny. Il s’est adressé aux policiers qui étaient intervenus la nuit précédente, lors de laquelle le domicile du maire de Montfermeil avait été caillassé. Xavier Lemoine, maire UMP, avait pris il y a quelques semaines un «arrêté anti bandes» interdisant aux mineurs de 15 à 18 ans de circuler à plus de trois et aux moins de 16 ans, non accompagnés, entre 20H00 et 05H00. Une mesure suspendue début mai par la justice mais perçue comme une «provocation» par certains jeunes de la ville.
 
 
«Plus de 100 voyous vous ont pris à partie, cagoulés et armés», a déclaré le ministre de l’Intérieur aux policiers ; «Face à une telle détermination, on ne peut nier l'évidence: il y avait préméditation», a-t-il assuré. «Je ne laisserai pas mettre la pagaille, nulle part sur le territoire de la République», a-t-il promis. «Vous devez continuer à lutter contre la délinquance, on va mettre le paquet», a-t-il lancé aux policiers, parce que «les Français demandent la sécurité, les voyous doivent être punis». Nicolas Sarkozy a toutefois enjoint policiers et gendarmes à être «respectueux des gens [qu'ils contrôlent] et à bannir toute familiarité».
 
 
Il a enfin annoncé «des initiatives dans les jours qui viennent pour que la question des mineurs soit posée devant la société française». «Si tant se laissent aller à la violence, c'est qu'ils ont le sentiment de l'impunité, et l'impunité, c'est de la complicité», a-t-il conclu.
 
 
La visite de Nicolas Sarkozy a été violemment critiquée par le premier secrétaire du parti socialiste mercredi matin. François Hollande désapprouve les «gesticulation du ministre de l'Intérieur». «Quelque mois après la crise des banlieues, on a le sentiment pénible que rien n'est réglé », ajoute-t-il en accusant le ministre de l’Intérieur de «porter la responsabilité des actes de violence commis ».
 
Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Julien Dray, voit dans la visite de Nicolas Sarkozy une «stratégie d'autant plus inacceptable qu'elle prend en otage les populations de ces quartiers», et qu’elle «place les forces de l'ordre dans des situations de plus en plus dangereuses et périlleuses quant à leur propre sécurité».
 
 
Eric Raoult, député-maire UMP du Raincy dont la circonscription englobe Montfermeil, soutient le patron de l’UMP et accuse François Hollande de «rejouer» le film «La haine», qui évoquait le climat de violence dans certains quartiers dits «sensibles», et d'user d'un «double langage».
 

 

Pour la deuxième nuit consécutive, des affrontements ont opposé des jeunes aux forces de l’ordre à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, un peu plus de six mois après les émeutes qui avaient embrasé la banlieue. Le ministre de l’Intérieur était lui en visite au commissariat voisin de Gagny.

 
Vers 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu.
 
Six policiers ont été légèrement blessés et treize personnes interpellées, dans la nuit de mardi à mercredi à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, deux villes qui avaient été le berceau des émeutes urbaines de l'automne.
 
 
Une douzaine de voitures ont été brûlées dans ces deux villes. Vers 21h30 à Clichy-sous-Bois, une quinzaine d'individus ont lancé des projectiles sur des policiers en patrouille dans le quartier du Chêne pointu. A 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu. Quatre policiers qui se trouvaient à l'intérieur ont juste eu le temps de sortir, visiblement choqués, avant que la voiture ne s'embrase, tandis qu'un hélicoptère des forces de l'ordre survolait le secteur. Un des policiers a été admis à l'hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.
 
 
De nombreux feux de poubelles ont également été déclenchés, les forces de l’ordre dépêchées pour les éteindre étant parfois pris pour cibles au moyen de bouteilles.
 
 
Enfin, quatre fonctionnaires de police ont été légèrement blessés alors qu'ils tentaient de riposter à des personnes qui jetaient des pierres sur le commissariat de la rue d'Utrillo à Montfermeil, selon la police.
 
 
Sur les treize personnes interpellées dans la soirée, trois étaient toujours en garde à vue mercredi matin à l'hôtel de police de Bobigny. Parmi eux se trouvait notamment Muhittin Altun. Ce jeune homme avait été gravement brûlé dans le transformateur de Clichy-sous-Bois où deux de ses camarades, Zyed Bena et Bouna Traore, avaient péri le 27 octobre 2005, un incident qui avait fait office de déclencheur des émeutes de novembre. Muhittin Altun a été libéré mercredi en fin de matinée, avec une convocation à comparaître le 31 août devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de «participation avec armes (pavé) à un attroupement» et «dégradation volontaire d'un véhicule de police en réunion».
 
 
Pour Nicolas Sarkozy, « l’impunité, c’est la complicité »
 
 
Mardi soir, Nicolas Sarkozy était en visite au commissariat de Gagny. Il s’est adressé aux policiers qui étaient intervenus la nuit précédente, lors de laquelle le domicile du maire de Montfermeil avait été caillassé. Xavier Lemoine, maire UMP, avait pris il y a quelques semaines un «arrêté anti bandes» interdisant aux mineurs de 15 à 18 ans de circuler à plus de trois et aux moins de 16 ans, non accompagnés, entre 20H00 et 05H00. Une mesure suspendue début mai par la justice mais perçue comme une «provocation» par certains jeunes de la ville.
 
 
«Plus de 100 voyous vous ont pris à partie, cagoulés et armés», a déclaré le ministre de l’Intérieur aux policiers ; «Face à une telle détermination, on ne peut nier l'évidence: il y avait préméditation», a-t-il assuré. «Je ne laisserai pas mettre la pagaille, nulle part sur le territoire de la République», a-t-il promis. «Vous devez continuer à lutter contre la délinquance, on va mettre le paquet», a-t-il lancé aux policiers, parce que «les Français demandent la sécurité, les voyous doivent être punis». Nicolas Sarkozy a toutefois enjoint policiers et gendarmes à être «respectueux des gens [qu'ils contrôlent] et à bannir toute familiarité».
 
 
Il a enfin annoncé «des initiatives dans les jours qui viennent pour que la question des mineurs soit posée devant la société française». «Si tant se laissent aller à la violence, c'est qu'ils ont le sentiment de l'impunité, et l'impunité, c'est de la complicité», a-t-il conclu.
 
 
La visite de Nicolas Sarkozy a été violemment critiquée par le premier secrétaire du parti socialiste mercredi matin. François Hollande désapprouve les «gesticulation du ministre de l'Intérieur». «Quelque mois après la crise des banlieues, on a le sentiment pénible que rien n'est réglé », ajoute-t-il en accusant le ministre de l’Intérieur de «porter la responsabilité des actes de violence commis ».
 
Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Julien Dray, voit dans la visite de Nicolas Sarkozy une «stratégie d'autant plus inacceptable qu'elle prend en otage les populations de ces quartiers», et qu’elle «place les forces de l'ordre dans des situations de plus en plus dangereuses et périlleuses quant à leur propre sécurité».
 
 
Eric Raoult, député-maire UMP du Raincy dont la circonscription englobe Montfermeil, soutient le patron de l’UMP et accuse François Hollande de «rejouer» le film «La haine», qui évoquait le climat de violence dans certains quartiers dits «sensibles», et d'user d'un «double langage».
 

 

Pour la deuxième nuit consécutive, des affrontements ont opposé des jeunes aux forces de l’ordre à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, un peu plus de six mois après les émeutes qui avaient embrasé la banlieue. Le ministre de l’Intérieur était lui en visite au commissariat voisin de Gagny.

 
Vers 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu.
 
Six policiers ont été légèrement blessés et treize personnes interpellées, dans la nuit de mardi à mercredi à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, deux villes qui avaient été le berceau des émeutes urbaines de l'automne.
 
 
Une douzaine de voitures ont été brûlées dans ces deux villes. Vers 21h30 à Clichy-sous-Bois, une quinzaine d'individus ont lancé des projectiles sur des policiers en patrouille dans le quartier du Chêne pointu. A 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu. Quatre policiers qui se trouvaient à l'intérieur ont juste eu le temps de sortir, visiblement choqués, avant que la voiture ne s'embrase, tandis qu'un hélicoptère des forces de l'ordre survolait le secteur. Un des policiers a été admis à l'hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.
 
 
De nombreux feux de poubelles ont également été déclenchés, les forces de l’ordre dépêchées pour les éteindre étant parfois pris pour cibles au moyen de bouteilles.
 
 
Enfin, quatre fonctionnaires de police ont été légèrement blessés alors qu'ils tentaient de riposter à des personnes qui jetaient des pierres sur le commissariat de la rue d'Utrillo à Montfermeil, selon la police.
 
 
Sur les treize personnes interpellées dans la soirée, trois étaient toujours en garde à vue mercredi matin à l'hôtel de police de Bobigny. Parmi eux se trouvait notamment Muhittin Altun. Ce jeune homme avait été gravement brûlé dans le transformateur de Clichy-sous-Bois où deux de ses camarades, Zyed Bena et Bouna Traore, avaient péri le 27 octobre 2005, un incident qui avait fait office de déclencheur des émeutes de novembre. Muhittin Altun a été libéré mercredi en fin de matinée, avec une convocation à comparaître le 31 août devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de «participation avec armes (pavé) à un attroupement» et «dégradation volontaire d'un véhicule de police en réunion».
 
 
Pour Nicolas Sarkozy, « l’impunité, c’est la complicité »
 
 
Mardi soir, Nicolas Sarkozy était en visite au commissariat de Gagny. Il s’est adressé aux policiers qui étaient intervenus la nuit précédente, lors de laquelle le domicile du maire de Montfermeil avait été caillassé. Xavier Lemoine, maire UMP, avait pris il y a quelques semaines un «arrêté anti bandes» interdisant aux mineurs de 15 à 18 ans de circuler à plus de trois et aux moins de 16 ans, non accompagnés, entre 20H00 et 05H00. Une mesure suspendue début mai par la justice mais perçue comme une «provocation» par certains jeunes de la ville.
 
 
«Plus de 100 voyous vous ont pris à partie, cagoulés et armés», a déclaré le ministre de l’Intérieur aux policiers ; «Face à une telle détermination, on ne peut nier l'évidence: il y avait préméditation», a-t-il assuré. «Je ne laisserai pas mettre la pagaille, nulle part sur le territoire de la République», a-t-il promis. «Vous devez continuer à lutter contre la délinquance, on va mettre le paquet», a-t-il lancé aux policiers, parce que «les Français demandent la sécurité, les voyous doivent être punis». Nicolas Sarkozy a toutefois enjoint policiers et gendarmes à être «respectueux des gens [qu'ils contrôlent] et à bannir toute familiarité».
 
 
Il a enfin annoncé «des initiatives dans les jours qui viennent pour que la question des mineurs soit posée devant la société française». «Si tant se laissent aller à la violence, c'est qu'ils ont le sentiment de l'impunité, et l'impunité, c'est de la complicité», a-t-il conclu.
 
 
La visite de Nicolas Sarkozy a été violemment critiquée par le premier secrétaire du parti socialiste mercredi matin. François Hollande désapprouve les «gesticulation du ministre de l'Intérieur». «Quelque mois après la crise des banlieues, on a le sentiment pénible que rien n'est réglé », ajoute-t-il en accusant le ministre de l’Intérieur de «porter la responsabilité des actes de violence commis ».
 
Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Julien Dray, voit dans la visite de Nicolas Sarkozy une «stratégie d'autant plus inacceptable qu'elle prend en otage les populations de ces quartiers», et qu’elle «place les forces de l'ordre dans des situations de plus en plus dangereuses et périlleuses quant à leur propre sécurité».
 
 
Eric Raoult, député-maire UMP du Raincy dont la circonscription englobe Montfermeil, soutient le patron de l’UMP et accuse François Hollande de «rejouer» le film «La haine», qui évoquait le climat de violence dans certains quartiers dits «sensibles», et d'user d'un «double langage».
 

 

Pour la deuxième nuit consécutive, des affrontements ont opposé des jeunes aux forces de l’ordre à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, un peu plus de six mois après les émeutes qui avaient embrasé la banlieue. Le ministre de l’Intérieur était lui en visite au commissariat voisin de Gagny.

 
Vers 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu.
 
Six policiers ont été légèrement blessés et treize personnes interpellées, dans la nuit de mardi à mercredi à Montfermeil et Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, deux villes qui avaient été le berceau des émeutes urbaines de l'automne.
 
 
Une douzaine de voitures ont été brûlées dans ces deux villes. Vers 21h30 à Clichy-sous-Bois, une quinzaine d'individus ont lancé des projectiles sur des policiers en patrouille dans le quartier du Chêne pointu. A 23h, un engin incendiaire a été jeté à l'intérieur d'un véhicule de police, qui a pris feu. Quatre policiers qui se trouvaient à l'intérieur ont juste eu le temps de sortir, visiblement choqués, avant que la voiture ne s'embrase, tandis qu'un hélicoptère des forces de l'ordre survolait le secteur. Un des policiers a été admis à l'hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.
 
 
De nombreux feux de poubelles ont également été déclenchés, les forces de l’ordre dépêchées pour les éteindre étant parfois pris pour cibles au moyen de bouteilles.
 
 
Enfin, quatre fonctionnaires de police ont été légèrement blessés alors qu'ils tentaient de riposter à des personnes qui jetaient des pierres sur le commissariat de la rue d'Utrillo à Montfermeil, selon la police.
 
 
Sur les treize personnes interpellées dans la soirée, trois étaient toujours en garde à vue mercredi matin à l'hôtel de police de Bobigny. Parmi eux se trouvait notamment Muhittin Altun. Ce jeune homme avait été gravement brûlé dans le transformateur de Clichy-sous-Bois où deux de ses camarades, Zyed Bena et Bouna Traore, avaient péri le 27 octobre 2005, un incident qui avait fait office de déclencheur des émeutes de novembre. Muhittin Altun a été libéré mercredi en fin de matinée, avec une convocation à comparaître le 31 août devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour des faits de «participation avec armes (pavé) à un attroupement» et «dégradation volontaire d'un véhicule de police en réunion».
 
 
Pour Nicolas Sarkozy, « l’impunité, c’est la complicité »
 
 
Mardi soir, Nicolas Sarkozy était en visite au commissariat de Gagny. Il s’est adressé aux policiers qui étaient intervenus la nuit précédente, lors de laquelle le domicile du maire de Montfermeil avait été caillassé. Xavier Lemoine, maire UMP, avait pris il y a quelques semaines un «arrêté anti bandes» interdisant aux mineurs de 15 à 18 ans de circuler à plus de trois et aux moins de 16 ans, non accompagnés, entre 20H00 et 05H00. Une mesure suspendue début mai par la justice mais perçue comme une «provocation» par certains jeunes de la ville.
 
 
«Plus de 100 voyous vous ont pris à partie, cagoulés et armés», a déclaré le ministre de l’Intérieur aux policiers ; «Face à une telle détermination, on ne peut nier l'évidence: il y avait préméditation», a-t-il assuré. «Je ne laisserai pas mettre la pagaille, nulle part sur le territoire de la République», a-t-il promis. «Vous devez continuer à lutter contre la délinquance, on va mettre le paquet», a-t-il lancé aux policiers, parce que «les Français demandent la sécurité, les voyous doivent être punis». Nicolas Sarkozy a toutefois enjoint policiers et gendarmes à être «respectueux des gens [qu'ils contrôlent] et à bannir toute familiarité».
 
 
Il a enfin annoncé «des initiatives dans les jours qui viennent pour que la question des mineurs soit posée devant la société française». «Si tant se laissent aller à la violence, c'est qu'ils ont le sentiment de l'impunité, et l'impunité, c'est de la complicité», a-t-il conclu.
 
 
La visite de Nicolas Sarkozy a été violemment critiquée par le premier secrétaire du parti socialiste mercredi matin. François Hollande désapprouve les «gesticulation du ministre de l'Intérieur». «Quelque mois après la crise des banlieues, on a le sentiment pénible que rien n'est réglé », ajoute-t-il en accusant le ministre de l’Intérieur de «porter la responsabilité des actes de violence commis ».
 
Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Julien Dray, voit dans la visite de Nicolas Sarkozy une «stratégie d'autant plus inacceptable qu'elle prend en otage les populations de ces quartiers», et qu’elle «place les forces de l'ordre dans des situations de plus en plus dangereuses et périlleuses quant à leur propre sécurité».
 
 
Eric Raoult, député-maire UMP du Raincy dont la circonscription englobe Montfermeil, soutient le patron de l’UMP et accuse François Hollande de «rejouer» le film «La haine», qui évoquait le climat de violence dans certains quartiers dits «sensibles», et d'user d'un «double langage».
 

 

 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:43
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:37
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:32

.

 

 

 

 

http://fr.danielpipes.org/article/3587

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:27
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:21

.

 

 

 

http://www.generationsfutures.net/

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:19

.

 

HUMANITAIRERIE 

.

 

http://nouvellelanguefrancaise.hautetfort.com/archive/2006/05/29/humanitairerie.html

 

 

 Avoir un bon copain !

 

 

.

Repost 0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:17
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 19:08

On nous dégorgeait de mots " bien-pensants ", politiquement " corrects " ( "" autorisés "" )

On nos dégueulait les mots de liberté , démocratie

" plus jamais çà ! "

  On nous faisait croire que

  - bien sûr , en 40 " l 'on aurait été du bon côté "

 

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 17:03
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives