Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 20:08

http://www.linternaute.com/actualite/interviews/06/corinne-lepage/chat-corinne-lepage.shtml

Corinne Lepage : "Je m'éloigne sans cesse de

la politique actuelle que je trouve désastreuse"

"Candidate de la société civile" en 2007, Corinne Lepage veut en finir avec le clivage politique droite/gauche.

Elle a répondu à vos questions, le 14 juin, sur son projet présidentiel et son engagement écologiste et citoyen au sein de CAP21.


  Envoyer à un ami | Imprimer cet article  

Pourquoi vous présentez-vous, quel rôle entendez-vous jouer en 2007 ?

Corinne Lepage Je souhaite dans cette campagne être l'interface de la société civile. Je souhaite développer un projet de réformisme écologique, républicain, européen et promouvant la société civile comme un acteur politique, et non un sujet passif, cobaye et contribuable, spectateur de choix qu'il ne maîtrise pas.

suite sur le lien ......

 

 

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 19:52
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
24 juillet 2006 1 24 /07 /juillet /2006 19:48

http://www.libertyvox.com/article.php?id=179

David Bescond répond au député du Gard, Jean-Marc Roubaud, au sujet de sa proposition de loi sur le délit de blasphème.

       
   


Face à votre initiative lamentable d'introduire le délit de blasphème dans la loi de 1881, de nombreux patriotes se sont légitimement émus d'une telle capitulation en rase campagne devant les islamistes. Vous avez cru bon de leur donner une réponse. Hélas, non seulement elle confirme votre lâcheté mais en plus elle démontre que vous êtes un menteur. Regardons en détail le contenu de votre missive dont on peut lire l'intégralité sur le site de France-échos ( http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=8866 ).


Vous dites que dans une démocratie il ne doit pas y avoir de sujet tabou. Croyez-moi, le fait de baisser son pantalon devant l'islamisation progressive de la société française n'est en rien un sujet tabou mais davantage une pratique très à la mode dans les milieux politiques, culturels ou intellectuels français. Vous n'êtes pas un rebelle monsieur le Député. Encore moins un résistant. Simplement quelqu'un qui se couche devant l'islamiquement correct. Vous dites que votre proposition s'adresse à toutes les religions… Quelle hypocrisie. L'ensemble de votre réponse démontre que votre unique préoccupation est de ne pas indisposer le monde musulman et, cela va de soi, les masses musulmanes présentes sur le territoire français. Nous y reviendrons plus loin.


Contrairement à votre affirmation, votre proposition de loi ne fait pas que rajouter le mot "dessin" à l'intérieur de la loi sur la presse de 1881. Voici l'article 29 de cette fameuse loi:

- Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation . La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l'identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.

Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure.

Et voici ce que vous proposez:

1. Dans la dernière phrase du premier alinéa, après le mot : "imprimés" est inséré le lot: "dessins ".

 

 
2. Après le premier alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé "Tout discours, cri, menace, écrit, imprimé, dessin......... 

  la suite sur le lien   .....

 

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 13:58

.

 

California's Energy Crisis: Washington's Role*

 

 

http://www.mnforsustain.org/energy_california_energy_crisis_pop_l_grant.htm

 

 

The nation is ignoring the principal cause of the California power crisis, and Washington has not even contemplated addressing it.

La nation ignore la principale cause de la crise énergétique en Californie , & Washington n'a pas choisi de l 'éclairer.

California has for months been in the grip of a rolling energy crisis. The scene has the earmarks of a dysfunctional society.

La Calif a pendant des mois souffert d'une récurrente crise de l 'énergie .Marqueur d'une société dysfonctionnelle .

Power to industrial users has been interrupted.

L'électricité a été coupée pour les utilisateurs industriels .

 There have been residential blackouts, and more may be expected when the air conditioning season starts.

Il y a eu des non-approvisionnements   pour les particuliers , et encore plus est à craindre lors du retour de la  " saison de l 'air conditionné "

Wholesale electricity prices have skyrocketed as fuel prices have risen.

Les prix de l 'électricité ont bondi , quand le prix du fuel a monté .

The major utilities claim that they have had to pay up to $1 per kilowatt/hour and have been allowed to charge only 6.5 cents to their customers. People have been in the streets protesting a recent 7 to 15 percent increase allowed by the utility commission, but the utilities say they need a much larger increase to save them from bankruptcy. The CEO of Intel and other industrialists have warned they will make no more investments in California until there is reliable power. Right-wing commentators blame "tree huggers" for creating the problem, and environmentalists are on the defensive.

The state government has bought emergency electricity for the utilities and is contemplating a longer term involvement in the electricity market. President Clinton issued, and President Bush reluctantly renewed, a temporary order requiring energy producers elsewhere to sell their surplus electricity to California, and prices are rising around the West.

The Vice President and others have blamed the problem on the "flawed deregulation scheme" for California's energy system four years ago, but deregulation simply determined the way the crisis would develop. The fundamental cause is that California's population has risen 70 percent since 1970 and 4.1 million (nearly 14 percent) in the nineties alone, and the power supply has not kept pace.

The problem is not that Californians are so profligate with energy. Total energy use per capita has gone down. Electricity consumption per capita (however figured) has been nearly constant. But California utilities' total generating capacity declined an astonishing 31 percent from 1988 to 1998. That left a steadily diminishing margin of safety to supply a growing population. The utilities relied more and more on power imported from out-of-state, and industry has protected itself by installing more proprietary generators.

Why didn't the utilities keep building power plants as demand rose? The answer lies in the very strong environmental ethic in California. There has been intense resistance to new power plants, whether because of their pollution, their role in global climate warming, or simply their proximity to places Californians want to protect. As a result, the big utilities opted to encourage conservation rather than raising capacity.

The emerging "solution" calls for a crash program to build power plants. The new administration in Washington cites the California experience as a reason for expanded energy exploration in the United States. EPA has suspended the pollution controls on existing power plants and the President is considering a relaxation of environmental rules to hasten the construction of power plants (AP, Washington, 1-28-01), thus brushing environmental concerns aside. That "solution" means more energy consumption, more pollution, and more global warming.

And therein lies the dilemma: If you try to protect the environment, you lose power; if you raise power production, you are likely to worsen the environment.

The coal industry points out that coal is much the cheapest source of electric power. It is also the dirtiest, and to head off criticism the industry spokeswoman has called for a federal subsidy for "clean" coal plants. They are feasible, but untried on the scale envisaged. The clean coal technology would raise the price substantially, and it does not address the problem of global warming.

Senate Majority Leader Trent Lott calls for the nation to stop dreaming about wind and solar power and to get on with finding more fossil fuels. Even the nuclear industry sees the hope of getting back into business; it is calling for a prompt federal government decision to store high-level nuclear wastes in Nevada to make that possible.

We are watching the unfolding of a seemingly inevitable conflict. The environmentalists dream of a cleaner environment, but they forget that the pollution is not simply caused by miscreants. It is the companion of growth, the inescapable result of the need to provide for growing numbers of people. We may and should use cleaner technologies, but amelioration has limits, and population growth goes on until something is done about it. The environmentalists' vision fails if they will not address population growth which they have not been prepared to do. There has been tension within the Sierra Club as the leadership beat back a proposal by some members to address population and immigration issues. The leaders gave us a vivid demonstration of short-sightedness within the movement. I wonder if the Club, which is based in California, is having second thoughts.

Environmental concerns succeeded in delaying the growth of the power industry which is indeed a major source of pollution and climate warming until the consequence of that limited vision became evident. California will get more power. The public is not ready to embrace a less energy-intensive lifestyle, and if they did so it would only postpone the conflict, not avoid it. And the clamor for more energy imperils our environmental goals.

The resolution of that conflict depends upon a broader view of policy than has been evident in California or in Washington. The Vice President says that California's energy situation is its own problem. It is not. It is the product of policy made in Washington, and the solution lies in Washington.

The real solution would be to stop or reverse population growth to limit the growth of demand. The baby boom is now only a faint echo. Population growth in the United States is largely driven by high immigration levels, and California is the principal destination of current international immigrants. Because of their higher fertility levels, that movement has driven fertility in California well above the national average.

The responsibility for setting immigration levels and therefore future population growth in the United States lies with Congress and the President. Something must be done in Congress, yet every immigration law passed by Congress since 1965 has raised immigration levels. (It is ironic that Silicon Valley, which has helped to raise California's energy demand and which is now a principal victim of energy shortages, has led the fight in Congress for more immigration as it seeks cheap technicians.)

Washington is going in the wrong direction. The President and some Senators have spoken favorably of creating a new agricultural guest worker program and of further raising H1 work visa levels both of which are forms of indentured servitude much loved by large employers. Even the few Congressional proponents of lower immigration have fallen silent. There is no legislation in sight to help California.

The problem of growth is not confined to California, or to energy alone. We see it in the proliferation of dangerous chemicals, in the pollution of our rivers and estuaries, in our diminishing wetlands, in the diversion of water from irrigation to urban needs, in the pressures to waive environmental controls and thereby increase pollution, and of course in the sprawl that is spreading across the fringes of urban areas. The sprawl, in particular, is bitterly protested but the protesters seldom if ever recognize the source in population growth. When will we learn?
______
* Courtesy of Negative Population Growth (NPG).
© NPG. NPG is a national membership organization founded in 1972.
See original at < http://www.npg.org/footnote/ca_energy.html  >.

Home
Up
 

Please send mail to webmaster@mnforsustain.org with questions or comments about this web site. Minnesotans For Sustainability (MFS) is not affiliated with any government body, private, or corporate entity. Copyright © 2002, 2003, 2004 Minnesotans For Sustainability

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 10:02

« Défenseure » n’est pas français !,

par Maurice Druon

Académicien


 

 

Le régime stalinien était spécialiste du détournement des mots afin de leur faire revêtir un sens différent de leur signification première, sinon même leur donner un sens franchement contraire. La Moscovie rouge

n’avait-elle pas inventé le pléonasme de « démocratie populaire » pour désigner une dictature ?

 

Tous les partis marxistes, quels qu’ils soient, où qu’ils soient, ont contracté ce vice mental ; tous ont détourné et continuent de travestir les vocables pour les faire servir à leurs fins subversives. Nos

gauchistes de tout poil sont parvenus à faire un terme d’opprobre ou d’insulte du mot « libéral », qui veut dire « partisan de la liberté, défenseur des libertés ».

 
 
 

On vous traite de libéral comme si on vous envoyait un crachat.

 Si le libéralisme est si haïssable, c’est donc que le bonheur est dans l’oppression et le totalitarisme. Libéraux, mes frères, quand donc allez-vous vous rebiffer ?

 
 
 

Ces détournements de langage débordent à présent le domaine politique pour envahir tous les autres de la vie sociale. Personne ne conteste l’expression « mariage homosexuel » .

Qu’on soit pour, qu’on soit contre, que certains l’autorisent et d’autres pas, peu me chaut. Mais ce que je ne puis admettre, c’est la dénomination même.

 
 
 

La définition du mot mariage dans le Dictionnaire de l’Académie est la suivante : « Union légitime d’un homme et d’une femme, formée par l’échange de consentements que recueille publiquement le représentant de l’autorité civile... Désigne aussi le sacrement qui lie un homme et une femme s’unissant par l’échange des consentements au cours d’une cérémonie religieuse. » 

 

La cause me paraît entendue. J’ajouterai seulement par ironie : qu’en est- il, pour les couples homosexuels, de la « non- consommation » du mariage qui est motif de séparation ou d’annulation ?

 
 

Autre faribole de même catégorie : le « baptême républicain ». Le baptême est un acte religieux, qui fait entrer dans une Église, une communauté de foi, et implique croyance en Dieu. La République est- elle une divinité créatrice de l’univers ?

 
 
 

S’il s’agit de donner un parrain, une marraine, à un nourrisson, et bien appelons cela « parrainage civil » , mais ne maltraitons pas le langage ; ne confondons pas saint et sain.

 
 
 

Car c’est la saine langue que je défends contre ces sottises acceptées. Je n’attends pas du gouvernement qu’il montre l’exemple du bon usage. Sa dernière bourde m’a fait bondir. Elle est monumentale. Je lis dans Le Figaro du 29 juin que Mme Dominique Versini, ex-secrétaire d’État chargée de la précarité et de l’exclusion, vient d’être nommée, en Conseil des ministres, « défenseure des enfants ».  

 

Je ne saurais nullement mettre en doute les qualités exceptionnelles de cette dame, qui justifient sa désignation à ce poste. C’est devant le mot que je m’indigne.

 
 

Jamais le e muet ne fut la marque automatique du féminin. De toujours, les mots en « eur » ont la formation féminine en eure, trice ou resse. Le féminin de défenseur est défenderesse. Si l’on trouve « défenderesse » un peu recherché, on dispose du synonyme plus simple de « protectrice ». 

 

Pas un des trente- deux ministres n’a donc fait remarquer que défenseure n’était pas français ! Voyons, M. de Villepin savait écrire, naguère. Ses ouvrages en témoignent. Le pouvoir lui a-t-il fait perdre la connaissance de la grammaire ?

 
 
 Avec M. Jospin, par ses aberrantes et abusives instructions au Journal officiel, nous avons eu un démolisseur volontaire de notre langue. La droite est-elle devenue son obéissante héritière ?
 
 

« Ma patrie, c’est la langue que j’écris. » Ceux qui insultent ma langue insultent ma patrie.

 
 
 

 

 

 

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 08:20
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 08:17

11th July 2006

News article filed by BNP news team

 
 
 
The news that 900 extra British troops are to be sent to the war torn Helmand Province of Afghanistan comes at a time of mounting worries about UK involvement in the troubled country.

Defence Secretary Des Browne announced the plans yesterday which will see UK troop numbers rise to 4,500. The reinforcements come after six British troops have been killed in the past month and are to be primarily used in security and reconstruction efforts.

In a Commons statement, Mr Browne said 320 engineers from 28 Regiment Royal Engineers would be used to "accelerate the reconstruction effort". A company from 3 Commando Brigade Royal Marines would provide force protection for them and those deployments would take place from September.

An extra infantry company, taken from the 2nd Battalion The Royal Regiment of Fusiliers, will also provide more mobile forces.
 Two platoons from the 1st Battalion, The Royal Irish Regiment would provide additional force protection. The defence secretary said there would also be a "small increase" in HQ staff and medical and logistical support with 450 reservists were being called up to fill 400 posts "in theatre".

Readers will be reminded that the original reason for a US led coalition attack on Afghanistan was to oust the Taliban regime which was acquiescent in providing a breeding ground for Al-Qeada terrorists.
 Four years on and much of the country remains ungovernable with feuding warlords growing rich from the lucrative heroin trade.
The Helmand Province is also home to Taliban militias who regrouped in neighbouring Pakistan and prey on both Afghan and foreign nationals who are working to rebuild the infrastructure destroyed in the winter of 2001 in Operation Enduring Freedom.

We back our boys wherever they are sent by our present regime and champion any calls for better equipment and systems to help get the job done with the integrity and professionalism that are the hallmarks of our armed forces.
However we say that British troops should only be used to safeguard British interests and it remains doubtful that participation in US backed regime change in Afghanistan could be considered to be in our national interest.

 

 

 

Daily News Update

0906 553 2245
Calls cost £1/min
PO Box 841, Balsham, Cambs,
CB1 6WF

 
 
Land and people website
 
Great White Records for first class music
 
BNP and the peak oil crisis
 

digitaldownloads from BNPtv

Excalibur is the place for merchandise, books, ornaments, household goods and clothing based on celtic and european designs.

British national party monthly newspaper is called Voice of Freedom

British National Party monthly journal is called Identity

British national lottery
© ® 2004, 2005 British National Party, PO Box 287, Waltham Cross, Herts, EN8 8ZU
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 07:47

14 JUIN 1944 , le " grand Homme d'Etat " CHIRAC ....

14 Juin 1944 , 10 jours après le débarquement américain libérateur , les combats d 'extermination des nazis ne faisaient que débuter ...

dès le 06 juin  , 3000 soldats américains mouraient , en quelques heures , pour libérer le pays pétainisto-communiste .

La libération de Normandie couta la vie de 20 .000 civils Normands ...

Mais le combat devait encore être long ,

( à l 'instar du " je vous promet du sang et des larmes " de Winston en 1940 , phrase prononçée pour le courageux peuple anglais )

il faut parfois savoir continuer une guerre

que serait-il advenu des parisiens , des lorrains , des corses , si le combat avait cessé dès le 14 juin

sur demande larmoyante d' un Chirac ?     , d 'un Doute-blasé de faible envergure

ou du moins , au dessous du niveau de la cheville d 'un CHURCHILL !

Si un chirac avait chialé dès le 14 juin 1944 ,

demandant que les "" 2 parties "" cessent le combat ,

mettant à même niveau moral Américains et Nazis

aurait-il fallu écouter cet homme de faible envergure mentale ?

Aurait-il fallu écouter ce Chirac " retraité de l 'Histoire  " , sinon retraité de

l 'accapparemment des fonctions et des rentes de retraite publique , en France .

 .cesser le débarquement au bout de 10 jours ?  laisser les nazis se reprendre ,

 retirer les forces alliées , non encore victorieuses ( et loin de là , rien n 'était acquis , il faut parfois avoir de grands chefs d 'état , et non des vieillards usurpateurs  )

et en 2006 ?

Faut-il cesser la progression contre les groupes de Nazis islamiques du Hamas & du Hezbollah islamiste  ??? 

Bataille de Normandie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Normandie

 

 

 

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2006 7 23 /07 /juillet /2006 07:23

Et le soldat Gilian SHALIT , dans tout ça ?

pendant que la France rapatrie à grands frais des " Français"

( qui passaient les vacances " dans la famille " , mais pas en France : droit du sol en France + droit du sang au Liban )

Le " soldat " Gilian SHALIT , """"" Français """"" , lui aussi

( Mais qui avait choisi de ne pas SERVIR L 'ARMEE de FRANCE  ?????????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

à l 'image du médiatique " Maitre KLARSFELD  " , chouchou de Sarkozy , obtenteur de "" missions  mémorielles  " , sans aucun titre spécial de capacité ,

Avocat """ français ""  ,

mais "" soldat Israélien ""

(  Droit du sol   ?????? à Paris   /// 

Droit du sang ???? à Tel-AViv  )

 

Gilian SHALIT 

  NON- SERVANT de l'armée du peuple de France

  avait un """ passeport français """"

  ( le même bout de papier que les " français du Liban anti-israéliens !!!  )

SHALIT , appelé " français """ , ou """ franco-israélien """ , par les merdias

 est le grand oublié des merdias officiels et des politicards franchouillards :

  -- aucun décompte des jours de captivité ( comme pour la Aubenas et son chauffeur  )

 --ou la Bétancourt de Colombie

--  pas d'artiste friqué chialant à la Télé

-- pas d'affiche géante sur la mairie de Paris Delanoé est hyperdiscret , pour ce coup- là !

- pas de déclaration larmoyeuse de Chirac ou de Doute-Blasé !

-- probablement , il n 'y aura pas 100 millions d 'Euros versés secrètement , comme pour les otages " bien-pensants ""  

-- aucune " âme bien-pensante " trotskysto-stalinienne pour hurler derrière une banderolle dans les rues de Paris

-- Bové ne cassera pas de Mc Do pour Gilian

--  Tous aux "" abonnés absents  "  ( ou en vacances de luxe )

-- pas de ségolène , pas de françois

   que ne s'est -il fait prendre en septembre ,au retour des riches villas du Lubéron ou de l 'ile-de-Ré !!!!!

Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 20:13

La théocratie iranienne, victime du conflit en Irak, par Alexandre Adler

La chronique d'Alexandre Adler .
 Publié le 13 juillet 2006
Actualisé le 13 juillet 2006 : 08h52
 
 
 
logo FIGARO 
 

 
 

 

Cela semble acquis par tous les faiseurs d'opinion des deux côtés de l'Atlantique, l'opération irakienne vire au fiasco : la guerre civile menace cet État peut-être condamné à la cassure pure et simple, en trois entités.
N'est-ce pas aller un peu vite en besogne et, surtout, n'est-ce pas passer à côté du problème principal qu'a provoqué l'invasion américaine de l'Irak et la chute de Saddam Hussein, à savoir la crise terminale du régime théocratique iranien ?
 
Mais commençons d'abord par la guerre civile.
Celle-ci n'est ni nouvelle, ni engendrée par l'invasion américaine.
Depuis plus de vingt ans, l'Irak de Saddam menait une répression impitoyable de la majorité chiite, contraignant ses élites laïques et religieuses à l'exil, n'hésitant pas à massacrer ou à affamer les moins fortunés, comme l'illustre l'assèchement des marais du Sud.
 
Une fois la chape de la dictature baasiste levée, les rapports de force entre majorité chiite et minorité sunnite se sont inversés, sans pour autant que ces chiites, peu entraînés au maniement des armes et par ailleurs dirigés par des élites plus tolérantes et orientées vers une sorte de démocratie, aient appliqué la loi du talion.
 
Dès 2004, de sauvages attentats, planifiés par cette espèce d'état-major commun aux anciens services secrets irakiens et à al-Qaida, avaient scarifié la communauté chiite, sans provoquer de représailles de sa part. Pourquoi cette mansuétude chiite ? Parce qu'on comptait encore sur l'efficacité du bouclier américain, que l'organisation d'autodéfense des chiites était dans les limbes, mais surtout parce que les dirigeants les plus intégristes de l'Iran, et ceux de ses services secrets au rang desquels il fallait compter Ahmadinejad, faisaient tout pour empêcher l'affrontement entre chiites et sunnites. C'est en effet l'aile la plus intégriste du régime de Téhéran qui déplorait qu'il soit devenu impossible d'établir entre ses propres amis chiites de Moqtada Sadr et les insurgés sunnites une sorte d'alliance dirigée contre les forces américaines. Tout d'abord, le grand ayatollah Sistani parvint à déjouer cette stratégie intégriste en contraignant Sadr, qui s'était réfugié dans la grande mosquée de Nadjaf, à déposer les armes et à rentrer dans le rang. Il devenait ainsi impossible au groupe intégriste et terroriste, toujours lové dans les principales institutions de l'État iranien, d'empêcher la double logique qui se mettait ainsi en place : à l'intérieur de l'Irak, l'émergence d'une démocratie électorale chiite, dominée par des modérés, semblable en tous points à la majorité pragmatique qui s'affirme peu à peu en Iran malgré les pièges qu'on lui tend ; sur le plan extérieur, la logique inexorable d'un rapprochement de Téhéran et de Washington, auquel poussait de manière explicite la hiérarchie religieuse chiite de l'Irak.
 
Les contrecoups de cette logique nouvelle, nous les avons perçus dans les deux camps, chiite et sunnite, qui continuent de s'affronter en Irak. D'une part, l'insurrection sunnite est passée des mains d'al-Qaida aux bras plus experts de différentes factions autrefois baasistes liées à des stratégies étatiques en Syrie, en Arabie saoudite, ou dans la direction installée à Qatar de la confrérie des Frères musulmans. Mais, d'autre part, la faction intégriste irakienne de Sadr perdait tous les jours du terrain, soupçonnée de ne pas défendre comme elle le devrait la communauté chiite exposée au terrorisme post-Saddam. C'est alors que l'élection truquée d'Ahmadinedjad en Iran produit l'accélération actuelle. Ahmadinedjad, en effet, ne veut rien tant qu'une réconciliation avec les sunnites et même une récupération à son profit d'al-Qaida dans un Djihad antiaméricain. Toute sa politique et celle de ses alliés intégristes au Pakistan, en Palestine et en Syrie, la direction des services secrets, hostile à la relative modération de Bachar el-Assad, s'efforce de renouer avec les Frères musulmans et l'opinion sunnite en général, notamment en s'efforçant de détourner vers le conflit israélo-palestinien les énergies de tous les intégrismes du monde musulman.
 
Mais, de l'autre côté, tous ceux en Arabie saoudite (et aussi au Pakistan) qui ne veulent en aucun cas de réconciliation, c'est-à-dire de partage du pouvoir et des richesses, n'entendent pas favoriser ce compromis. Ce sont eux, puissamment financés par de grandes fortunes arabes et du golfe Persique, qui mènent l'offensive pour élargir le fossé religieux en Irak et aboutir à une sorte de guerre civile généralisée. Mais il se trouve que ces deux groupes intégristes sont en réalité en échec, bien davantage que George Bush.
 
Chez les chiites irakiens, mais aussi iraniens à travers certains ayatollahs de Qom, la patience envers Ahmadinejad et son mentor, le grand ayatollah Yazdi, est usée. Ces hommes veulent un compromis avec les États-Unis en matière nucléaire. Du côté sunnite, en dehors de l'agglomération mixte de Bagdad où se produisent tous les affrontements, un mouvement se dessine pour accepter un gouvernement de coalition qui correspond tout à fait à la politique modérée du roi Abdallah d'Arabie saoudite et du défunt Rafik Hariri qui semble bien avoir payé de sa vie son engagement dans une réconciliation inévitable des sunnites et des chiites au Liban, comme en Irak et même en Syrie. Mais cette réconciliation-là ne se faisait pas contre l'Amérique et Israël, mais pour la paix et la démocratie.
 
 

 

forums 
Repost 0
Published by LeDUC VERT - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives