Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 05:08

17th August 2006

News article filed by BNP news team

 
 
 

17th August 2006

News article filed by BNP news team

 
 
 
The wave of migration from Eastern Europe is a two way process with cheap workers coming into the UK while taxpayers cash flows out in one of the largest milking of the benefits system ever witnessed. In both cases Britons are losing out.

Tens of thousands of Eastern European migrants living in Britain are exploiting a loophole in the law to claim UK child benefit for children they have left behind.

Migrant workers from new EU member states including the Czech Republic, Estonia, Hungary, Latvia and Lithuania, are signing up in droves for the cash, funded by British taxpayers.

But it is the massive flood of Polish migrants who are taking native taxpayers for a ride. In Poland, parents do not have an automatic right to state benefits for their children. Even those payments which are available are strictly means-tested and very few people qualify.

But under EU rules, Polish and other Eastern European parents working in Britain can leave their children at home and still qualify for UK money - £907.40 a year for a single child and £608.40 for each additional one. According to the Mail on Sunday (13th) more than 50,000 Poles have also applied for the handouts so far this year, which even if they claim for only one child, the Polish applications alone will already have cost the taxpayer £45million this year.

£45million could pay for about 1500 front line police officers or about 2000 nurses on the ward.

Parents abandoning children

A Mail on Sunday investigation also found that heartless Polish parents were dumping their children in state orphanages or with relatives to take up jobs in the UK.

Now, Polish officials say that the weight of applications for UK child benefit has left the state agency dealing with the claims facing collapse.

"There's so many to deal with. In some cases whole villages have left to go and work abroad," said Beata Trybowska, of the Krakow branch of the agency responsible for processing the applications.

In Krakow alone, which has lower rates of emigration than many other parts of Poland, figures show that in 2004 - when Poland joined the EU with seven other former Eastern Bloc states - only 100 child benefit claims were made.

Last year, the number had jumped to 1,800 and in the first half of 2006 it was already more than 2,200. Official records put the number of Poles who have registered to live and work in Britain at 230,000. But the true figure is possibly closer to a million.

Last night, a spokeswoman for HM Revenue and Customs confirmed that
Eastern European nationals could claim child benefit. She said that under EU rules it was classified an 'exportable benefit'.

With a further 300,000 migrant workers expected pouring into the UK next year from Romania and Bulgaria, just how much longer are British taxpayers going to suffer in silence? We are being fleeced thanks to the inability of Blair’s regime to deal with immigration and our continued membership of the EU.

 

 

17th August 2006

News article filed by BNP news team

 
 
 
The wave of migration from Eastern Europe is a two way process with cheap workers coming into the UK while taxpayers cash flows out in one of the largest milking of the benefits system ever witnessed. In both cases Britons are losing out.

Tens of thousands of Eastern European migrants living in Britain are exploiting a loophole in the law to claim UK child benefit for children they have left behind.

Migrant workers from new EU member states including the Czech Republic, Estonia, Hungary, Latvia and Lithuania, are signing up in droves for the cash, funded by British taxpayers.

But it is the massive flood of Polish migrants who are taking native taxpayers for a ride. In Poland, parents do not have an automatic right to state benefits for their children. Even those payments which are available are strictly means-tested and very few people qualify.

But under EU rules, Polish and other Eastern European parents working in Britain can leave their children at home and still qualify for UK money - £907.40 a year for a single child and £608.40 for each additional one. According to the Mail on Sunday (13th) more than 50,000 Poles have also applied for the handouts so far this year, which even if they claim for only one child, the Polish applications alone will already have cost the taxpayer £45million this year.

£45million could pay for about 1500 front line police officers or about 2000 nurses on the ward.

Parents abandoning children

A Mail on Sunday investigation also found that heartless Polish parents were dumping their children in state orphanages or with relatives to take up jobs in the UK.

Now, Polish officials say that the weight of applications for UK child benefit has left the state agency dealing with the claims facing collapse.

"There's so many to deal with. In some cases whole villages have left to go and work abroad," said Beata Trybowska, of the Krakow branch of the agency responsible for processing the applications.

In Krakow alone, which has lower rates of emigration than many other parts of Poland, figures show that in 2004 - when Poland joined the EU with seven other former Eastern Bloc states - only 100 child benefit claims were made.

Last year, the number had jumped to 1,800 and in the first half of 2006 it was already more than 2,200. Official records put the number of Poles who have registered to live and work in Britain at 230,000. But the true figure is possibly closer to a million.

Last night, a spokeswoman for HM Revenue and EU.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 05:07

RWB



17th August 2006

News article filed by BNP news team

 
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
 
 
No it isn't the Khans of Dewsbury or the Hussains of Tower Hamlets but the rapidly growing family of the BNP.

No other political party in the entire country could produce a weekend of fun, entertainment and a mix of serious politics and cultural fayre on a shoestring with willing volunteers arranging everything from beginning to end.

The RWB is setting the trend against globalisation with regional stalls showing the genuine diversity of food, drink, history and culture we have in these islands.

In his usual no nonsense Yorkshire manner Joe Priestley gives a personal view of the tremendous success that was this year's RWB family festival over in Joe's Journal.

17th August 2006

 
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
 
 
No it isn't the Khans of Dewsbury or the Hussains of Tower Hamlets but the rapidly growing family of the BNP.

No other political party in the entire country could produce a weekend of fun, entertainment and a mix of serious politics and cultural fayre on a shoestring with willing volunteers arranging everything from beginning to end.

The RWB is setting the trend against globalisation with regional stalls showing the genuine diversity of food, drink, history and culture we have in these islands.

In his usual no nonsense Yorkshire manner Joe Priestley gives a personal view of the tremendous success that was this year's RWB family festival over in Joe's Journal.
 
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
Part of the 3000 strong audience at the RWB 2006
 
 
No it isn't the Khans of Dewsbury or the Hussains of Tower Hamlets but the rapidly growing family of the BNP.

No other political party in the entire country could produce a weekend of fun, entertainment and a mix of serious politics and cultural fayre on a shoestring with willing volunteers arranging everything from beginning to end.

The RWB is setting the trend against globalisation with regional stalls showing the genuine diversity of food, drink, history and culture we have in these islands.

In his usual no nonsense Yorkshire manner Joe Priestley gives a personal view of the tremendous success that was this year's RWB family festival over in Joe's Journal.
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
18 août 2006 5 18 /08 /août /2006 05:07



 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 21:01

Les politiques prennent leurs quartiers d'été

Constance Jamet .
 Publié le 31 juillet 2006
Actualisé le 31 juillet 2006 : 08h58
  • 3 colonnes
  • moins
  • plus
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer l'article
  • Rss
  • Acquérir les droits pour cet article
  • Les archives
  • Forum
 
 
logo FIGARO Fermer le fenêtre
 
Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, le 20 septembre 2005 à Evian.
Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, le 20 septembre 2005 à Evian.
(Le Figaro / JC.Marmara)
logo FIGARO Fermer le fenêtre
 

La trêve estivale, c’est pour demain soir. Après l’ultime Conseil des ministres, la vie politique va tourner au ralenti jusqu’à la fin août, époque à laquelle les partis organiseront leurs traditionnelles universités d’été.

 
Pour les candidats potentiels à la présidentielle, les vacances permettront de «recharger les batteries» avant le grand sprint qui les conduira à l'élection du printemps prochain. Tour d'horizon des destinations des uns et des autres.
 
  • Ceux qui choisissent la campagne. Comme Laurent Fabius, qui se ressource dans sa maison de l'Ariège, auprès de ses chèvres Coquine et Câline, ils sont quelques-uns à se mettre au vert. L'ancien premier ministre socialiste compte faire «le moins de choses possible et réfléchir à l'année qui vient avec ses amis». La semaine dernière, Laurent Fabius, qui ne figure pas parmi les favoris de la course à l'investiture PS mais conserve l'espoir, assurait que ces vacances seraient peut-être les dernières «un petit peu normales»...
     
    Autre ténor du PS à poser ses bagages à l'intérieur des terres, Jack Lang. L'ex-maire de Blois rédige, dans le Luberon, un nouvel ouvrage, Faire la révolution fiscale. à droite, François Bayrou passera des «congés studieux» dans sa propriété de Bordères, dans le Béarn, où vit sa famille et où il élève des chevaux. Parmi les ministres, Gilles de Robien se partagera entre sa maison de Picardie, les festivals d'Aix et d'Orange, et de fréquents passages au ministère de l'Éducation nationale. Le garde des Sceaux, Pascal Clément, a prévu une semaine dans le Var avant «des vacances familiales» dans la Loire. à gauche du PS, l'écologiste Yves Cochet rénovera avec sa fille sa maison du XVIIIe siècle, entre Rennes et Le Mont-Saint-Michel. Si l'installation électrique, solaire naturellement, fonctionne, reste à aménager le chauffe-eau et à préparer la campagne... de Dominique Voynet.
     
    Comme Laurent Fabius, qui se ressource dans sa maison de l'Ariège, auprès de ses chèvres Coquine et Câline, ils sont quelques-uns à se mettre au vert. L'ancien premier ministre socialiste compte faire La semaine dernière, Laurent Fabius, qui ne figure pas parmi les favoris de la course à l'investiture PS mais conserve l'espoir, assurait que ces vacances seraient peut-être les dernières Autre ténor du PS à poser ses bagages à l'intérieur des terres, Jack Lang. L'ex-maire de Blois rédige, dans le Luberon, un nouvel ouvrage, à droite, François Bayrou passera des dans sa propriété de Bordères, dans le Béarn, où vit sa famille et où il élève des chevaux. Parmi les ministres, Gilles de Robien se partagera entre sa maison de Picardie, les festivals d'Aix et d'Orange, et de fréquents passages au ministère de l'Éducation nationale. Le garde des Sceaux, Pascal Clément, a prévu une semaine dans le Var avant dans la Loire. à gauche du PS, l'écologiste Yves Cochet rénovera avec sa fille sa maison du XVIII siècle, entre Rennes et Le Mont-Saint-Michel. Si l'installation électrique, solaire naturellement, fonctionne, reste à aménager le chauffe-eau et à préparer la campagne... de Dominique Voynet.
  • Comme Laurent Fabius, qui se ressource dans sa maison de l'Ariège, auprès de ses chèvres Coquine et Câline, ils sont quelques-uns à se mettre au vert. L'ancien premier ministre socialiste compte faire La semaine dernière, Laurent Fabius, qui ne figure pas parmi les favoris de la course à l'investiture PS mais conserve l'espoir, assurait que ces vacances seraient peut-être les dernières Autre ténor du PS à poser ses bagages à l'intérieur des terres, Jack Lang. L'ex-maire de Blois rédige, dans le Luberon, un nouvel ouvrage, à droite, François Bayrou passera des dans sa propriété de Bordères, dans le Béarn, où vit sa famille et où il élève des chevaux. Parmi les ministres, Gilles de Robien se partagera entre sa maison de Picardie, les festivals d'Aix et d'Orange, et de fréquents passages au ministère de l'Éducation nationale. Le garde des Sceaux, Pascal Clément, a prévu une semaine dans le Var avant dans la Loire. à gauche du PS, l'écologiste Yves Cochet rénovera avec sa fille sa maison du XVIII siècle, entre Rennes et Le Mont-Saint-Michel. Si l'installation électrique, solaire naturellement, fonctionne, reste à aménager le chauffe-eau et à préparer la campagne... de Dominique Voynet.
  • Les politiques prennent leurs quartiers d'été

    Constance Jamet .
     Publié le 31 juillet 2006
    Actualisé le 31 juillet 2006 : 08h58
    • 3 colonnes
    • moins
    • plus
    • Envoyer à un ami
    • Imprimer l'article
    • Rss
    • Acquérir les droits pour cet article
    • Les archives
    • Forum
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     
    Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, le 20 septembre 2005 à Evian.
    Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, le 20 septembre 2005 à Evian.
    (Le Figaro / JC.Marmara)
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

    La trêve estivale, c’est pour demain soir. Après l’ultime Conseil des ministres, la vie politique va tourner au ralenti jusqu’à la fin août, époque à laquelle les partis organiseront leurs traditionnelles universités d’été.

     
    Pour les candidats potentiels à la présidentielle, les vacances permettront de «recharger les batteries» avant le grand sprint qui les conduira à l'élection du printemps prochain. Tour d'horizon des destinations des uns et des autres.
     
  • Ceux qui choisissent la campagne. Comme Laurent Fabius, qui se ressource dans sa maison de l'Ariège, auprès de ses chèvres Coquine et Câline, ils sont quelques-uns à se mettre au vert. L'ancien premier ministre socialiste compte faire «le moins de choses possible et réfléchir à l'année qui vient avec ses amis». La semaine dernière, Laurent Fabius, qui ne figure pas parmi les favoris de la course à l'investiture PS mais conserve l'espoir, assurait que ces vacances seraient peut-être les dernières «un petit peu normales»...
     
    Autre ténor du PS à poser ses bagages à l'intérieur des terres, Jack Lang. L'ex-maire de Blois rédige, dans le Luberon, un nouvel ouvrage, Faire la révolution fiscale. à droite, François Bayrou passera des «congés studieux» dans sa propriété de Bordères, dans le Béarn, où vit sa famille et où il élève des chevaux. Parmi les ministres, Gilles de Robien se partagera entre sa maison de Picardie, les festivals d'Aix et d'Orange, et de fréquents passages au ministère de l'Éducation nationale. Le garde des Sceaux, Pascal Clément, a prévu une semaine dans le Var avant «des vacances familiales» dans la Loire. à gauche du PS, l'écologiste Yves Cochet rénovera avec sa fille sa maison du XVIIIe siècle, entre Rennes et Le Mont-Saint-Michel. Si l'installation électrique, solaire naturellement, fonctionne, reste à aménager le chauffe-eau et à préparer la campagne... de Dominique Voynet.
     
  • Ceux qui préfèrent la mer. Jacques Chirac ne dérogera pas à ses habitudes et s'installera au fort de Brégançon, dans le Var, résidence d'été des présidents de la République. Mais les vacances du chef de l'Etat risquent fort d'être accaparées par le conflit entre Israël et le Liban. Nicolas Sarkozy a loué une maison à Arcachon. Sur son agenda : tennis, vélo en famille et séance de dédicaces de son livre, Témoignage. Il côtoiera le très chiraquien Jean-Louis Debré, autre familier de la station balnéaire. Le premier ministre, Dominique de Villepin, fait halte cette année à Dinard, après avoir, en 2005, séjourné dans le Morbihan. Ségolène Royal, entre deux sorties en bateau, va réfléchir à sa future campagne dans sa maison de Mougins, près de Cannes. Son compagnon, le premier secrétaire, François Hollande, la rejoindra ces prochains jours.
  •  Marie-George Buffet rallie le Finistère. à son programme, promenades familiales en bord de mer et lecture.
     
  •  
  •  
  • Ceux qui mettent le cap sur les îles. Philippe de Villiers a choisi les charmes de l'insularité. Après un passage au Puy-du-Fou, il sera à l'île d'Yeu avec ses enfants. Il y pratiquera tennis, footing et peaufinera son programme élyséen. L'île de Ré accueillera, comme à l'ordinaire, les ballades en vélo de Lionel Jospin. Ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres ira comme chaque année en Corse. Rivale victorieuse d'Yves Cochet à l'investiture écologique, Dominique Voynet va séjourner en Bretagne. Elle a mis le cap pour trois semaines sur l'île de Groix. Lorsqu'elle ne repeindra pas les volets de sa maison en bleu, elle s'adonnera à la plongée et à la pêche.
     
  • Ceux qui s'évadent à l'étranger. Seul à céder aux sirènes de l'exotisme, Dominique Strauss-Kahn profitera de son riad familial à Marrakech. Arlette Laguiller voyagera en Italie mais se refuse à donner plus de précisions pour ne pas être importunée. Même discrétion du côté du FN. Jean-Marie Le Pen, s'il travaillera studieusement à Saint-Cloud, s'échappera en Serbie puis en Géorgie pour assister au mariage du prince Murat. Il terminera son tour d'Europe en Espagne, chez des amis.
     
  • Ceux qui risquent de passer leur été à Paris. Les projets de vacances de Michèle Alliot-Marie (Défense) en Méditerranée et en Aquitaine sont suspendus à l'évolution du conflit libanais. Pour les mêmes raisons, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a d'autres soucis en tête que ceux liés aux vacances. En pleine période de canicule, Philippe Bas (Personnes âgées) prévoyait la semaine dernière «des allers-retours» entre Paris et le Morbihan tandis que son collègue à la Santé, Xavier Bertrand, s'accordera quelques week-ends prolongés. Mais il doit se rendre au Liban dans les jours prochains afin de superviser l'aide humanitaire d'urgence. Les membres du gouvernement se retrouveront le 24 août, date du Conseil des ministres de reprise. Les figures de l'opposition rentreront en ordre dispersé fin août ou début septembre, au rythme des universités d'été : Marseille pour l'UMP, La Rochelle pour le PS, Coutances pour les Verts, ou Guidel-Plage pour le MPF.
  • Ceux qui mettent le cap sur les îles. Philippe de Villiers a choisi les charmes de l'insularité. Après un passage au Puy-du-Fou, il sera à l'île d'Yeu avec ses enfants. Il y pratiquera tennis, footing et peaufinera son programme élyséen. L'île de Ré accueillera, comme à l'ordinaire, les ballades en vélo de Lionel Jospin. Ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres ira comme chaque année en Corse. Rivale victorieuse d'Yves Cochet à l'investiture écologique, Dominique Voynet va séjourner en Bretagne. Elle a mis le cap pour trois semaines sur l'île de Groix. Lorsqu'elle ne repeindra pas les volets de sa maison en bleu, elle s'adonnera à la plongée et à la pêche.
     
  • Ceux qui s'évadent à l'étranger. Seul à céder aux sirènes de l'exotisme, Dominique Strauss-Kahn profitera de son riad familial à Marrakech. Arlette Laguiller voyagera en Italie mais se refuse à donner plus de précisions pour ne pas être importunée. Même discrétion du côté du FN. Jean-Marie Le Pen, s'il travaillera studieusement à Saint-Cloud, s'échappera en Serbie puis en Géorgie pour assister au mariage du prince Murat. Il terminera son tour d'Europe en Espagne, chez des amis.
     
  • Ceux qui risquent de passer leur été à Paris. Les projets de vacances de Michèle Alliot-Marie (Défense) en Méditerranée et en Aquitaine sont suspendus à l'évolution du conflit libanais. Pour les mêmes raisons, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a d'autres soucis en tête que ceux liés aux vacances. En pleine période de canicule, Philippe Bas (Personnes âgées) prévoyait la semaine dernière «des allers-retours» entre Paris et le Morbihan tandis que son collègue à la Santé, Xavier Bertrand, s'accordera quelques week-ends prolongés. Mais il doit se rendre au Liban dans les jours prochains afin de superviser l'aide humanitaire d'urgence. Les membres du gouvernement se retrouveront le 24 août, date du Conseil des ministres de reprise. Les figures de l'opposition rentreront en ordre dispersé fin août ou début septembre, au rythme des universités d'été : Marseille pour l'UMP, La Rochelle pour le PS, Coutances pour les Verts, ou Guidel-Plage pour le MPF.
     
     
  • Ceux qui mettent le cap sur les îles. Philippe de Villiers a choisi les charmes de l'insularité. Après un passage au Puy-du-Fou, il sera à l'île d'Yeu avec ses enfants. Il y pratiquera tennis, footing et peaufinera son programme élyséen. L'île de Ré accueillera, comme à l'ordinaire, les ballades en vélo de Lionel Jospin. Ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres ira comme chaque année en Corse. Rivale victorieuse d'Yves Cochet à l'investiture écologique, Dominique Voynet va séjourner en Bretagne. Elle a mis le cap pour trois semaines sur l'île de Groix. Lorsqu'elle ne repeindra pas les volets de sa maison en bleu, elle s'adonnera à la plongée et à la pêche.
     
  • Ceux qui s'évadent à l'étranger.
  •  
  •  Seul à céder aux sirènes de l'exotisme, Dominique Strauss-Kahn profitera de son riad familial à Marrakech.
  •  
  •  Arlette Laguiller voyagera en Italie mais se refuse à donner plus de précisions pour ne pas être importunée. Même discrétion du côté du FN.
  •  
  • Jean-Marie Le Pen, s'il travaillera studieusement à Saint-Cloud, s'échappera en Serbie puis en Géorgie pour assister au mariage du prince Murat.
  •  
  • Il terminera son tour d'Europe en Espagne, chez des amis.
     
  • Ceux qui risquent de passer leur été à Paris. Les projets de vacances de Michèle Alliot-Marie (Défense) en Méditerranée et en Aquitaine sont suspendus à l'évolution du conflit libanais. Pour les mêmes raisons, le ministre des Affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy, a d'autres soucis en tête que ceux liés aux vacances. En pleine période de canicule, Philippe Bas (Personnes âgées) prévoyait la semaine dernière «des allers-retours» entre Paris et le Morbihan tandis que son collègue à la Santé, Xavier Bertrand, s'accordera quelques week-ends prolongés. Mais il doit se rendre au Liban dans les jours prochains afin de superviser l'aide humanitaire d'urgence. Les membres du gouvernement se retrouveront le 24 août, date du Conseil des ministres de reprise. Les figures de l'opposition rentreront en ordre dispersé fin août ou début septembre, au rythme des universités d'été : Marseille pour l'UMP, La Rochelle pour le PS, Coutances pour les Verts, ou Guidel-Plage pour le MPF.
     
     
  •  
  •  
     
    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:59

    L’imposture Grass

    Suite à la révélation du passé de Günter Grass dans la Waffen SS, Jean-Gérard Lapacherie dénonce cette longue imposture intellectuelle et le silence de l'intelligentsia.

    Depuis plus d’un demi-siècle, l’écrivain allemand Günter Grass est, disent les critiques et les journaleux, la «grande figure intellectuelle» de l’Allemagne. Figure intellectuelle, qu’elle soit petite ou grande, ça ne veut rien dire. Cela n’empêche les journalistes de répéter cette formule. S’ils avaient observé ou scruté la vraie figure de Grass, à savoir ce visage fermé de brute moustachue imbue d’elle-même, ils n’y auraient pas vu la moindre lueur qui pût justifier le qualificatif de figure intellectuelle.

    Grass serait la conscience de l’Allemagne: la mauvaise conscience, devrait-on dire, toujours près d’imputer à crime, de soupçonner, de suspecter, d’accuser, toujours ses compatriotes ou les Occidentaux, surtout s’ils sont Américains, et, dans le même temps, d’excuser ou de louer en douce feus le régime tyrannique de l’ancienne RDA et l’immonde URSS. Pendant un demi-siècle, il a joué le même air de serinette du compagnon de route loyal, moral, progressiste, dissimulé sous le masque social-démocrate, Marx, congrès de Bad-Godsberg, usw. Partout en Europe et dans le monde occidental, il est honoré, fêté, célébré, loué, glorifié, décoré, surtout par ceux qui ne l’ont pas lu, couvert de prix lucratifs et de récompenses diverses, grassement rémunéré pour disserter doctement dans les universités et autres lieux savantasses sur la marche du monde ou sur l’arche de l’onde ou sur la morale de l’engagement. Ses propos, sur quelque sujet qu’ils portent, futile ou sérieux, et même s’ils sont un tissu de sottises, sont commentés avec la ferveur des fidèles qui buvaient les prédictions d’une pythonisse antique, surtout depuis que lui a été décerné en 1999 le Prix Nobel de littérature, dixit l’Académie suédoise, «pour avoir dépeint le visage oublié de l'histoire dans des fables d'une gaieté noire».

    «Dépeint le visage oublié de l’histoire»: ces Académiciens ignoraient qu’ils faisaient de l’ironie, involontaire bien sûr. Grâce à eux, on apprend que l’histoire a un visage et que ce visage était tombé dans l’oubli. Pour Grass, en tout cas, pendant un demi-siècle, l’histoire a toujours eu le même visage, celui de sa propre bonne conscience replète, grasse, bouffie, exhibée en sautoir comme les décorations d’un maréchal soviétique. Involontaire, l’ironie confine à la bouffonnerie et, quand elle émane d’Académiciens sérieux et graves, elle fait éclater à posteriori leur stupide imposture. Car Grass, le Tartuffe, vient de révéler son vrai visage, celui que tout le monde a oublié ou n’a pas voulu voir. Il a reconnu, lui le progressiste en diable et tous azimuts, et cela, après soixante ans de mensonges, qu’il s’était engagé, à l’âge de 17 ans, à la fin de 1944, dans les Waffen SS: engagement qu’il a caché avec soin. Dans la notice biographique que diffuse l’Académie suédoise, depuis qu’elle lui a attribué le prix Nobel de littérature, il est écrit ceci: «après avoir servi sous les drapeaux pendant la guerre et avoir été prisonnier des Américains de 1944 à 1946», etc.

    Il y a un abîme entre les Waffen SS et un service militaire dans la défense antiaérienne. Enivré par son aveu, Grass se lance même, dans l’entretien qu’il a accordé le samedi 12 août 2006 au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans une défense et illustration inouïes des SS: «Pour moi, et je suis sûr ici de mes souvenirs, les Waffen SS n’avaient rien d’atroce, c’était une unité d’élite qui était toujours engagée là où ça chauffait». Pour moins que ça, on a intenté des procès en sorcellerie à répétitions à de pauvres types, un peu simplets, qui avaient eu le tort de ne pas se repentir d’avoir servi dans cette armée d’élite politico-militaire, qui était chargée de défendre le régime hitlérien. Il est sûr que Grass n’aura pas à répondre de ses actes et de ses paroles devant un tribunal. Son aura l’en préserve.

    Bien entendu, personne ne reprocherait à Grass cette erreur de jeunesse, ni même de l’avoir aussi longtemps dissimulée, si Grass n’avait pas été, dès qu’il a écrit ses premiers livres (Le Tambour, 1959), un magistral Professeur de Vertu, un Sermonneur à tous vents et à tout crin, un Inquisiteur d’Etat de première classe, un Commissaire politique acharné, infligeant à ses lecteurs, et à toutes les lignes, d’interminables et assommantes Leçons de Droiture, de Courage, d’Engagement, de Sincérité, d’Authenticité, de Transparence, de Sens de l’Histoire, de Progressisme moral, accusant sans cesse ses malheureux compatriotes de x crimes tout en s’exonérant pieusement de toute repentance publique, exprimant à toute occasion sa complaisance vis-à-vis de la RDA et son mépris vis-à-vis de «l’impérialisme américain». La bonne conscience, il s’en engraissait; la mauvaise, il en couvrait ses compatriotes dont le seul crime a été de rester passifs entre 1933 et 1945 et de s’être accrochés, pour ne pas mourir de honte, à la RFA démocratique.

    Le comique de l’affaire est le silence étourdissant des intellos et des thuriféraires de Grass. Panique dans les rangs, on ne moufte pas mot, on se tait, on se coud les lèvres, les doigts sur la couture des pantalons, on ne voit plus une seule tête, même pas celle qui dépasse d’habitude. Les grands organes culturels restent cois. S’ils grattent un peu trop sous les prises de position pro-palestiniennes et anti-israéliennes, ils craignent de découvrir la Bête immonde. Les Professeurs de Vertu préfèrent fermer les yeux. Pétrifiés, ils ont perdu la voix d’avoir porté aux nues un ancien des Waffen SS qui semble ne pas regretter ses engagements passés. Seraient-ils de vulgaires collabos, eux aussi, ces compagnons de route d’un compagnon de route des nazis? Il y a plus. Sur Europe 1, les journalistes ont annoncé la nouvelle avec des trémolos de surprise dans la voix, comme s’il s’agissait du mariage de Mademoiselle avec le duc de Lauzun. Ils ne s’y attendaient pas. Comment un écrivain si propre sur lui – si clean, comme on dit en anglais – a-t-il pu cacher autant de saletés? Ces journalistes ignorent la loi de l’après-guerre. Le progressisme, communiste ou non, compagnon de route, de beuveries et de virées nocturnes, est, depuis la fin de la guerre (ce fut sa principale utilité) la lessiveuse des malpropres. Le blanchiment du passé sale n’a pas besoin de paradis fiscaux. Il a son paradis. C’est l’engagement dans l’Armée du Bien. C’est le combat de la Vertu contre le Mal (toujours de droite, évidemment). La grande lessiveuse a bien fonctionné. Les communistes s’y sont lavé l’âme pour avoir le droit de revêtir les oripeaux de la résistance. Mitterrand a montré la voie. Donnadieu l’a suivi, et Blanchot, etc. Les égarés, sincères ou non, comme Grass, les tièdes comme Sartre, les allumés du racisme comme Blanchot, les apeurés et les timides, tous ont été blanchis dans la grande lessiveuse du progressisme. Grass est sans doute un imposteur, mais il a le mérite de révéler la nature de l’intelligentsia.

     

    Jean-Gérard Lapacherie pour LibertyVox

     

    L’imposture Grass

    Suite à la révélation du passé de Günter Grass dans la Waffen SS, Jean-Gérard Lapacherie dénonce cette longue imposture intellectuelle et le silence de l'intelligentsia.

    Depuis plus d’un demi-siècle, l’écrivain allemand Günter Grass est, disent les critiques et les journaleux, la «grande figure intellectuelle» de l’Allemagne. Figure intellectuelle, qu’elle soit petite ou grande, ça ne veut rien dire. Cela n’empêche les journalistes de répéter cette formule. S’ils avaient observé ou scruté la vraie figure de Grass, à savoir ce visage fermé de brute moustachue imbue d’elle-même, ils n’y auraient pas vu la moindre lueur qui pût justifier le qualificatif de figure intellectuelle.

    Grass serait la conscience de l’Allemagne: la mauvaise conscience, devrait-on dire, toujours près d’imputer à crime, de soupçonner, de suspecter, d’accuser, toujours ses compatriotes ou les Occidentaux, surtout s’ils sont Américains, et, dans le même temps, d’excuser ou de louer en douce feus le régime tyrannique de l’ancienne RDA et l’immonde URSS. Pendant un demi-siècle, il a joué le même air de serinette du compagnon de route loyal, moral, progressiste, dissimulé sous le masque social-démocrate, Marx, congrès de Bad-Godsberg, usw. Partout en Europe et dans le monde occidental, il est honoré, fêté, célébré, loué, glorifié, décoré, surtout par ceux qui ne l’ont pas lu, couvert de prix lucratifs et de récompenses diverses, grassement rémunéré pour disserter doctement dans les universités et autres lieux savantasses sur la marche du monde ou sur l’arche de l’onde ou sur la morale de l’engagement. Ses propos, sur quelque sujet qu’ils portent, futile ou sérieux, et même s’ils sont un tissu de sottises, sont commentés avec la ferveur des fidèles qui buvaient les prédictions d’une pythonisse antique, surtout depuis que lui a été décerné en 1999 le Prix Nobel de littérature, dixit l’Académie suédoise, «pour avoir dépeint le visage oublié de l'histoire dans des fables d'une gaieté noire».

    «Dépeint le visage oublié de l’histoire»: ces Académiciens ignoraient qu’ils faisaient de l’ironie, involontaire bien sûr. Grâce à eux, on apprend que l’histoire a un visage et que ce visage était tombé dans l’oubli. Pour Grass, en tout cas, pendant un demi-siècle, l’histoire a toujours eu le même visage, celui de sa propre bonne conscience replète, grasse, bouffie, exhibée en sautoir comme les décorations d’un maréchal soviétique. Involontaire, l’ironie confine à la bouffonnerie et, quand elle émane d’Académiciens sérieux et graves, elle fait éclater à posteriori leur stupide imposture. Car Grass, le Tartuffe, vient de révéler son vrai visage, celui que tout le monde a oublié ou n’a pas voulu voir. Il a reconnu, lui le progressiste en diable et tous azimuts, et cela, après soixante ans de mensonges, qu’il s’était engagé, à l’âge de 17 ans, à la fin de 1944, dans les Waffen SS: engagement qu’il a caché avec soin. Dans la notice biographique que diffuse l’Académie suédoise, depuis qu’elle lui a attribué le prix Nobel de littérature, il est écrit ceci: «après avoir servi sous les drapeaux pendant la guerre et avoir été prisonnier des Américains de 1944 à 1946», etc.

    Il y a un abîme entre les Waffen SS et un service militaire dans la défense antiaérienne. Enivré par son aveu, Grass se lance même, dans l’entretien qu’il a accordé le samedi 12 août 2006 au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans une défense et illustration inouïes des SS: «Pour moi, et je suis sûr ici de mes souvenirs, les Waffen SS n’avaient rien d’atroce, c’était une unité d’élite qui était toujours engagée là où ça chauffait». Pour moins que ça, on a intenté des procès en sorcellerie à répétitions à de pauvres types, un peu simplets, qui avaient eu le tort de ne pas se repentir d’avoir servi dans cette armée d’élite politico-militaire, qui était chargée de défendre le régime hitlérien. Il est sûr que Grass n’aura pas à répondre de ses actes et de ses paroles devant un tribunal. Son aura l’en préserve.

    Bien entendu, personne ne reprocherait à Grass cette erreur de jeunesse, ni même de l’avoir aussi longtemps dissimulée, si Grass n’avait pas été, dès qu’il a écrit ses premiers livres (Le Tambour, 1959), un magistral Professeur de Vertu, un Sermonneur à tous vents et à tout crin, un Inquisiteur d’Etat de première classe, un Commissaire politique acharné, infligeant à ses lecteurs, et à toutes les lignes, d’interminables et assommantes Leçons de Droiture, de Courage, d’Engagement, de Sincérité, d’Authenticité, de Transparence, de Sens de l’Histoire, de Progressisme moral, accusant sans cesse ses malheureux compatriotes de x crimes tout en s’exonérant pieusement de toute repentance publique, exprimant à toute occasion sa complaisance vis-à-vis de la RDA et son mépris vis-à-vis de «l’impérialisme américain». La bonne conscience, il s’en engraissait; la mauvaise, il en couvrait ses compatriotes dont le seul crime a été de rester passifs entre 1933 et 1945 et de s’être accrochés, pour ne pas mourir de honte, à la RFA démocratique.

    Le comique de l’affaire est le silence étourdissant des intellos et des thuriféraires de Grass. Panique dans les rangs, on ne moufte pas mot, on se tait, on se coud les lèvres, les doigts sur la couture des pantalons, on ne voit plus une seule tête, même pas celle qui dépasse d’habitude. Les grands organes culturels restent cois. S’ils grattent un peu trop sous les prises de position pro-palestiniennes et anti-israéliennes, ils craignent de découvrir la Bête immonde. Les Professeurs de Vertu préfèrent fermer les yeux. Pétrifiés, ils ont perdu la voix d’avoir porté aux nues un ancien des Waffen SS qui semble ne pas regretter ses engagements passés. Seraient-ils de vulgaires collabos, eux aussi, ces compagnons de route d’un compagnon de route des nazis? Il y a plus. Sur Europe 1, les journalistes ont annoncé la nouvelle avec des trémolos de surprise dans la voix, comme s’il s’agissait du mariage de Mademoiselle avec le duc de Lauzun. Ils ne s’y attendaient pas. Comment un écrivain si propre sur lui – si clean, comme on dit en anglais – a-t-il pu cacher autant de saletés? Ces journalistes ignorent la loi de l’après-guerre. Le progressisme, communiste ou non, compagnon de route, de beuveries et de virées nocturnes, est, depuis la fin de la guerre (ce fut sa principale utilité) la lessiveuse des malpropres. Le blanchiment du passé sale n’a pas besoin de paradis fiscaux. Il a son paradis. C’est l’engagement dans l’Armée du Bien. C’est le combat de la Vertu contre le Mal (toujours de droite, évidemment). La grande lessiveuse a bien fonctionné. Les communistes s’y sont lavé l’âme pour avoir le droit de revêtir les oripeaux de la résistance. Mitterrand a montré la voie. Donnadieu l’a suivi, et Blanchot, etc. Les égarés, sincères ou non, comme Grass, les tièdes comme Sartre, les allumés du racisme comme Blanchot, les apeurés et les timides, tous ont été blanchis dans la grande lessiveuse du progressisme. Grass est sans doute un imposteur, mais il a le mérite de révéler la nature de l’intelligentsia.

     

    Jean-Gérard Lapacherie pour LibertyVox

     

     

    L’imposture Grass

    Suite à la révélation du passé de Günter Grass dans la Waffen SS, Jean-Gérard Lapacherie dénonce cette longue imposture intellectuelle et le silence de l'intelligentsia.

    Depuis plus d’un demi-siècle, l’écrivain allemand Günter Grass est, disent les critiques et les journaleux, la «grande figure intellectuelle» de l’Allemagne. Figure intellectuelle, qu’elle soit petite ou grande, ça ne veut rien dire. Cela n’empêche les journalistes de répéter cette formule. S’ils avaient observé ou scruté la vraie figure de Grass, à savoir ce visage fermé de brute moustachue imbue d’elle-même, ils n’y auraient pas vu la moindre lueur qui pût justifier le qualificatif de figure intellectuelle.

    Grass serait la conscience de l’Allemagne: la mauvaise conscience, devrait-on dire, toujours près d’imputer à crime, de soupçonner, de suspecter, d’accuser, toujours ses compatriotes ou les Occidentaux, surtout s’ils sont Américains, et, dans le même temps, d’excuser ou de louer en douce feus le régime tyrannique de l’ancienne RDA et l’immonde URSS. Pendant un demi-siècle, il a joué le même air de serinette du compagnon de route loyal, moral, progressiste, dissimulé sous le masque social-démocrate, Marx, congrès de Bad-Godsberg, usw. Partout en Europe et dans le monde occidental, il est honoré, fêté, célébré, loué, glorifié, décoré, surtout par ceux qui ne l’ont pas lu, couvert de prix lucratifs et de récompenses diverses, grassement rémunéré pour disserter doctement dans les universités et autres lieux savantasses sur la marche du monde ou sur l’arche de l’onde ou sur la morale de l’engagement. Ses propos, sur quelque sujet qu’ils portent, futile ou sérieux, et même s’ils sont un tissu de sottises, sont commentés avec la ferveur des fidèles qui buvaient les prédictions d’une pythonisse antique, surtout depuis que lui a été décerné en 1999 le Prix Nobel de littérature, dixit l’Académie suédoise, «pour avoir dépeint le visage oublié de l'histoire dans des fables d'une gaieté noire».

    «Dépeint le visage oublié de l’histoire»: ces Académiciens ignoraient qu’ils faisaient de l’ironie, involontaire bien sûr. Grâce à eux, on apprend que l’histoire a un visage et que ce visage était tombé dans l’oubli. Pour Grass, en tout cas, pendant un demi-siècle, l’histoire a toujours eu le même visage, celui de sa propre bonne conscience replète, grasse, bouffie, exhibée en sautoir comme les décorations d’un maréchal soviétique. Involontaire, l’ironie confine à la bouffonnerie et, quand elle émane d’Académiciens sérieux et graves, elle fait éclater à posteriori leur stupide imposture. Car Grass, le Tartuffe, vient de révéler son vrai visage, celui que tout le monde a oublié ou n’a pas voulu voir. Il a reconnu, lui le progressiste en diable et tous azimuts, et cela, après soixante ans de mensonges, qu’il s’était engagé, à l’âge de 17 ans, à la fin de 1944, dans les Waffen SS: engagement qu’il a caché avec soin. Dans la notice biographique que diffuse l’Académie suédoise, depuis qu’elle lui a attribué le prix Nobel de littérature, il est écrit ceci: «après avoir servi sous les drapeaux pendant la guerre et avoir été prisonnier des Américains de 1944 à 1946», etc.

    Il y a un abîme entre les Waffen SS et un service militaire dans la défense antiaérienne. Enivré par son aveu, Grass se lance même, dans l’entretien qu’il a accordé le samedi 12 août 2006 au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, dans une défense et illustration inouïes des SS: «Pour moi, et je suis sûr ici de mes souvenirs, les Waffen SS n’avaient rien d’atroce, c’était une unité d’élite qui était toujours engagée là où ça chauffait». Pour moins que ça, on a intenté des procès en sorcellerie à répétitions à de pauvres types, un peu simplets, qui avaient eu le tort de ne pas se repentir d’avoir servi dans cette armée d’élite politico-militaire, qui était chargée de défendre le régime hitlérien. Il est sûr que Grass n’aura pas à répondre de ses actes et de ses paroles devant un tribunal. Son aura l’en préserve.

    Bien entendu, personne ne reprocherait à Grass cette erreur de jeunesse, ni même de l’avoir aussi longtemps dissimulée, si Grass n’avait pas été, dès qu’il a écrit ses premiers livres (Le Tambour, 1959), un magistral Professeur de Vertu, un Sermonneur à tous vents et à tout crin, un Inquisiteur d’Etat de première classe, un Commissaire politique acharné, infligeant à ses lecteurs, et à toutes les lignes, d’interminables et assommantes Leçons de Droiture, de Courage, d’Engagement, de Sincérité, d’Authenticité, de Transparence, de Sens de l’Histoire, de Progressisme moral, accusant sans cesse ses malheureux compatriotes de x crimes tout en s’exonérant pieusement de toute repentance publique, exprimant à toute occasion sa complaisance vis-à-vis de la RDA et son mépris vis-à-vis de «l’impérialisme américain». La bonne conscience, il s’en engraissait; la mauvaise, il en couvrait ses compatriotes dont le seul crime a été de rester passifs entre 1933 et 1945 et de s’être accrochés, pour ne pas mourir de honte, à la RFA démocratique.

    Le comique de l’affaire est le silence étourdissant des intellos et des thuriféraires de Grass. Panique dans les rangs, on ne moufte pas mot, on se tait, on se coud les lèvres, les doigts sur la couture des pantalons, on ne voit plus une seule tête, même pas celle qui dépasse d’habitude. Les grands organes culturels restent cois. S’ils grattent un peu trop sous les prises de position pro-palestiniennes et anti-israéliennes, ils craignent de découvrir la Bête immonde. Les Professeurs de Vertu préfèrent fermer les yeux. Pétrifiés, ils ont perdu la voix d’avoir porté aux nues un ancien des Waffen SS qui semble ne pas regretter ses engagements passés. Seraient-ils de vulgaires collabos, eux aussi, ces compagnons de route d’un compagnon de route des nazis? Il y a plus. Sur Europe 1, les journalistes ont annoncé la nouvelle avec des trémolos de surprise dans la voix, comme s’il s’agissait du mariage de Mademoiselle avec le duc de Lauzun. Ils ne s’y attendaient pas. Comment un écrivain si propre sur lui – si clean, comme on dit en anglais – a-t-il pu cacher autant de saletés? Ces journalistes ignorent la loi de l’après-guerre. Le progressisme, communiste ou non, compagnon de route, de beuveries et de virées nocturnes, est, depuis la fin de la guerre (ce fut sa principale utilité) la lessiveuse des malpropres. Le blanchiment du passé sale n’a pas besoin de paradis fiscaux. Il a son paradis. C’est l’engagement dans l’Armée du Bien. C’est le combat de la Vertu contre le Mal (toujours de droite, évidemment). La grande lessiveuse a bien fonctionné. Les communistes s’y sont lavé l’âme pour avoir le droit de revêtir les oripeaux de la résistance. Mitterrand a montré la voie. Donnadieu l’a suivi, et Blanchot, etc. Les égarés, sincères ou non, comme Grass, les tièdes comme Sartre, les allumés du racisme comme Blanchot, les apeurés et les timides, tous ont été blanchis dans la grande lessiveuse du progressisme. Grass est sans doute un imposteur, mais il a le mérite de révéler la nature de l’intelligentsia.

     

    Jean-Gérard Lapacherie pour LibertyVox

     

     

     

     

    L’autobiographie de Günter Grass fait un tabac en librairie

    lefigaro.fr (avec AFP).
     Publié le 17 août 2006
    Actualisé le 17 août 2006 : 18h08
    • 3 colonnes
    • moins
    • plus
    • Envoyer à un ami
    • Imprimer l'article
    • Rss
    • Acquérir les droits pour cet article
    • Les archives
    • Forum
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     
    Günter Grass après la remise du Prix Nobel de Littérature en 1999.
    Günter Grass après la remise du Prix Nobel de Littérature en 1999.
    (AFP / H. Woestmann)
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

    Tandis que Salman Rushdie, l’écrivain John Irving et le cinéaste Volker Schlöndorff ont pris la défense du Prix Nobel de littérature qui vient d’avouer son passé nazi, son autobiographie s'arrache chez les libraires.

     
    Après les condamnations, les soutiens. En pleine polémique après avoir révélé son appartenance à une division SS à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Günter Grass a reçu le soutien de plusieurs écrivains et intellectuels. Le romancier britannique Salman Rushdie salue sa «force extraordinaire depuis un demi-siècle», ajoutant que «l'on ne défait pas cela parce que l'on y découvre une faille». L'auteur des Versets sataniques estime que Günter Grass demeure «un géant du monde de la littérature» et «un grand créateur». L’auteur allemand avait reçu le Prix Nobel de la littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1999.
     
    L’écrivain américain John Irving, auteur du Monde selon Garp n’hésite pas à le qualifier de «héros, à la fois en tant qu'écrivain et figure morale ; son courage comme écrivain et citoyen allemand est exemplaire, un courage renforcé, et pas amoindri, par sa récente révélation».
     
    De son côté, le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, qui a obtenu un Oscar et une Palme d’or pour son adaptation du Tambour de Günter Grass, se réjouit qu’il se soit «libéré» de ce poids. Le député européen Daniel Cohn-Bendit estime que «c’est un bien, ça montre qu'il n'y a pas de surhomme», mais se demande tout de même pourquoi il a attendu si longtemps.
     
    Polémique
     
    En Allemagne, intellectuels et historiens lui ont surtout reproché de s'être tu durant 61 ans alors qu'il n'avait de cesse de confronter le pays aux errances de son Histoire. Günter Grass évoque lui, sa «honte» après-guerre et le «fardeau» de la culpabilité que «personne ne pouvait alléger».
     
    D'autres ont estimé que ces aveux avaient un arrière-goût de promotion alors que son autobiographie a été publiée mercredi en Allemagne, en Suisse et en Autriche avec deux semaines d'avance. «Nous avons changé la date de la publication parce que les gens venaient dans les magasins et demandaient le livre. Un ou deux magasins l'ont vendu et ensuite il y a eu un effet de dominos, nous avons donc dit à tout le monde qu'ils pouvaient le vendre», s'est défendue la porte-parole de l’éditeur Steidl.
     
    Dans les faits, les livres se sont arrachés comme des petits pains. La maison d’édition a déjà vendu 130.000 des 150.000 exemplaires mis en vente. Une deuxième édition est en cours, afin de répondre à la demande.
     

     

    Tandis que Salman Rushdie, l’écrivain John Irving et le cinéaste Volker Schlöndorff ont pris la défense du Prix Nobel de littérature qui vient d’avouer son passé nazi, son autobiographie s'arrache chez les libraires.

     
    Après les condamnations, les soutiens. En pleine polémique après avoir révélé son appartenance à une division SS à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Günter Grass a reçu le soutien de plusieurs écrivains et intellectuels. Le romancier britannique Salman Rushdie salue sa «force extraordinaire depuis un demi-siècle», ajoutant que «l'on ne défait pas cela parce que l'on y découvre une faille». L'auteur des Versets sataniques estime que Günter Grass demeure «un géant du monde de la littérature» et «un grand créateur». L’auteur allemand avait reçu le Prix Nobel de la littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1999.
     
    L’écrivain américain John Irving, auteur du Monde selon Garp n’hésite pas à le qualifier de «héros, à la fois en tant qu'écrivain et figure morale ; son courage comme écrivain et citoyen allemand est exemplaire, un courage renforcé, et pas amoindri, par sa récente révélation».
     
    De son côté, le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, qui a obtenu un Oscar et une Palme d’or pour son adaptation du Tambour de Günter Grass, se réjouit qu’il se soit «libéré» de ce poids. Le député européen Daniel Cohn-Bendit estime que «c’est un bien, ça montre qu'il n'y a pas de surhomme», mais se demande tout de même pourquoi il a attendu si longtemps.
     
    Polémique
     
    En Allemagne, intellectuels et historiens lui ont surtout reproché de s'être tu durant 61 ans alors qu'il n'avait de cesse de confronter le pays aux errances de son Histoire. Günter Grass évoque lui, sa «honte» après-guerre et le «fardeau» de la culpabilité que «personne ne pouvait alléger».
     
    D'autres ont estimé que ces aveux avaient un arrière-goût de promotion alors que son autobiographie a été publiée mercredi en Allemagne, en Suisse et en Autriche avec deux semaines d'avance. «Nous avons changé la date de la publication parce que les gens venaient dans les magasins et demandaient le livre. Un ou deux magasins l'ont vendu et ensuite il y a eu un effet de dominos, nous avons donc dit à tout le monde qu'ils pouvaient le vendre», s'est défendue la porte-parole de l’éditeur Steidl.
     
    Dans les faits, les livres se sont arrachés comme des petits pains. La maison d’édition a déjà vendu 130.000 des 150.000 exemplaires mis en vente. Une deuxième édition est en cours, afin de répondre à la demande.
     

     

    Tandis que Salman Rushdie, l’écrivain John Irving et le cinéaste Volker Schlöndorff ont pris la défense du Prix Nobel de littérature qui vient d’avouer son passé nazi, son autobiographie s'arrache chez les libraires.

     
    Après les condamnations, les soutiens. En pleine polémique après avoir révélé son appartenance à une division SS à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Günter Grass a reçu le soutien de plusieurs écrivains et intellectuels. Le romancier britannique Salman Rushdie salue sa «force extraordinaire depuis un demi-siècle», ajoutant que «l'on ne défait pas cela parce que l'on y découvre une faille». L'auteur des Versets sataniques estime que Günter Grass demeure «un géant du monde de la littérature» et «un grand créateur». L’auteur allemand avait reçu le Prix Nobel de la littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1999.
     
    L’écrivain américain John Irving, auteur du Monde selon Garp n’hésite pas à le qualifier de «héros, à la fois en tant qu'écrivain et figure morale ; son courage comme écrivain et citoyen allemand est exemplaire, un courage renforcé, et pas amoindri, par sa récente révélation».
     
    De son côté, le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, qui a obtenu un Oscar et une Palme d’or pour son adaptation du Tambour de Günter Grass, se réjouit qu’il se soit «libéré» de ce poids. Le député européen Daniel Cohn-Bendit estime que «c’est un bien, ça montre qu'il n'y a pas de surhomme», mais se demande tout de même pourquoi il a attendu si longtemps.
     
    Polémique
     
    En Allemagne, intellectuels et historiens lui ont surtout reproché de s'être tu durant 61 ans alors qu'il n'avait de cesse de confronter le pays aux errances de son Histoire. Günter Grass évoque lui, sa «honte» après-guerre et le «fardeau» de la culpabilité que «personne ne pouvait alléger».
     
    D'autres ont estimé que ces aveux avaient un arrière-goût de promotion alors que son autobiographie a été publiée mercredi en Allemagne, en Suisse et en Autriche avec deux semaines d'avance. «Nous avons changé la date de la publication parce que les gens venaient dans les magasins et demandaient le livre. Un ou deux magasins l'ont vendu et ensuite il y a eu un effet de dominos, nous avons donc dit à tout le monde qu'ils pouvaient le vendre», s'est défendue la porte-parole de l’éditeur Steidl.
     
    Dans les faits, les livres se sont arrachés comme des petits pains. La maison d’édition a déjà vendu 130.000 des 150.000 exemplaires mis en vente. Une deuxième édition est en cours, afin de répondre à la demande.
     

     

    Tandis que Salman Rushdie, l’écrivain John Irving et le cinéaste Volker Schlöndorff ont pris la défense du Prix Nobel de littérature qui vient d’avouer son passé nazi, son autobiographie s'arrache chez les libraires.

     
    Après les condamnations, les soutiens. En pleine polémique après avoir révélé son appartenance à une division SS à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Günter Grass a reçu le soutien de plusieurs écrivains et intellectuels. Le romancier britannique Salman Rushdie salue sa «force extraordinaire depuis un demi-siècle», ajoutant que «l'on ne défait pas cela parce que l'on y découvre une faille». L'auteur des Versets sataniques estime que Günter Grass demeure «un géant du monde de la littérature» et «un grand créateur». L’auteur allemand avait reçu le Prix Nobel de la littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1999.
     
    L’écrivain américain John Irving, auteur du Monde selon Garp n’hésite pas à le qualifier de «héros, à la fois en tant qu'écrivain et figure morale ; son courage comme écrivain et citoyen allemand est exemplaire, un courage renforcé, et pas amoindri, par sa récente révélation».
     
    De son côté, le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, qui a obtenu un Oscar et une Palme d’or pour son adaptation du Tambour de Günter Grass, se réjouit qu’il se soit «libéré» de ce poids. Le député européen Daniel Cohn-Bendit estime que «c’est un bien, ça montre qu'il n'y a pas de surhomme», mais se demande tout de même pourquoi il a attendu si longtemps.
     
    Polémique
     
    En Allemagne, intellectuels et historiens lui ont surtout reproché de s'être tu durant 61 ans alors qu'il n'avait de cesse de confronter le pays aux errances de son Histoire. Günter Grass évoque lui, sa «honte» après-guerre et le «fardeau» de la culpabilité que «personne ne pouvait alléger».
     
    D'autres ont estimé que ces aveux avaient un arrière-goût de promotion alors que son autobiographie a été publiée mercredi en Allemagne, en Suisse et en Autriche avec deux semaines d'avance. «Nous avons changé la date de la publication parce que les gens venaient dans les magasins et demandaient le livre. Un ou deux magasins l'ont vendu et ensuite il y a eu un effet de dominos, nous avons donc dit à tout le monde qu'ils pouvaient le vendre», s'est défendue la porte-parole de l’éditeur Steidl.
     
    Dans les faits, les livres se sont arrachés comme des petits pains. La maison d’édition a déjà vendu 130.000 des 150.000 exemplaires mis en vente. Une deuxième édition est en cours, afin de répondre à la demande.
     

     

    Tandis que Salman Rushdie, l’écrivain John Irving et le cinéaste Volker Schlöndorff ont pris la défense du Prix Nobel de littérature qui vient d’avouer son passé nazi, son autobiographie s'arrache chez les libraires.

     
    Après les condamnations, les soutiens. En pleine polémique après avoir révélé son appartenance à une division SS à l’âge de 17 ans pendant la Seconde Guerre mondiale, Günter Grass a reçu le soutien de plusieurs écrivains et intellectuels. Le romancier britannique Salman Rushdie salue sa «force extraordinaire depuis un demi-siècle», ajoutant que «l'on ne défait pas cela parce que l'on y découvre une faille». L'auteur des Versets sataniques estime que Günter Grass demeure «un géant du monde de la littérature» et «un grand créateur». L’auteur allemand avait reçu le Prix Nobel de la littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1999.
     
    L’écrivain américain John Irving, auteur du Monde selon Garp n’hésite pas à le qualifier de «héros, à la fois en tant qu'écrivain et figure morale ; son courage comme écrivain et citoyen allemand est exemplaire, un courage renforcé, et pas amoindri, par sa récente révélation».
     
    De son côté, le cinéaste allemand Volker Schlöndorff, qui a obtenu un Oscar et une Palme d’or pour son adaptation du Tambour de Günter Grass, se réjouit qu’il se soit «libéré» de ce poids. Le député européen Daniel Cohn-Bendit estime que «c’est un bien, ça montre qu'il n'y a pas de surhomme», mais se demande tout de même pourquoi il a attendu si longtemps.
     
    Polémique
     
    En Allemagne, intellectuels et historiens lui ont surtout reproché de s'être tu durant 61 ans alors qu'il n'avait de cesse de confronter le pays aux errances de son Histoire. Günter Grass évoque lui, sa «honte» après-guerre et le «fardeau» de la culpabilité que «personne ne pouvait alléger».
     
    D'autres ont estimé que ces aveux avaient un arrière-goût de promotion alors que son autobiographie a été publiée mercredi en Allemagne, en Suisse et en Autriche avec deux semaines d'avance. «Nous avons changé la date de la publication parce que les gens venaient dans les magasins et demandaient le livre. Un ou deux magasins l'ont vendu et ensuite il y a eu un effet de dominos, nous avons donc dit à tout le monde qu'ils pouvaient le vendre», s'est défendue la porte-parole de l’éditeur Steidl.
     
    Dans les faits, les livres se sont arrachés comme des petits pains. La maison d’édition a déjà vendu 130.000 des 150.000 exemplaires mis en vente. Une deuxième édition est en cours, afin de répondre à la demande.
     

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:55

    Les islamistes britanniques ciblent les convertis

    Sébastien Martin .
     Publié le 16 août 2006
    Actualisé le 16 août 2006 : 12h10
     
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

     
     

    Plus de 14 000 Britanniques se convertissent chaque année à l'islam, mais l'accueil peu chaleureux des mosquées en font des proies idéales pour les groupes radicaux.

     
    La police britannique a arrêté hier un vingt-quatrième suspect dans l'enquête sur le présumé complot terroriste déjoué jeudi dernier, visant à faire exploser des avions de ligne à destination des États-Unis.
     
     
     
    AVEC SON VOILE noir, qui ne laisse apercevoir que les yeux, et sa robe traditionnelle, Shanaaz Malik fait une féministe paradoxale.
    C'est pourtant ainsi que la jeune femme se décrit. Née dans une famille britannique, blanche, élevée à Slough, en banlieue londonienne, Shanaaz s'est convertie à l'islam il y a huit ans.
     
    Slough est proche de l'aéroport d'Heathrow, une région où vit une forte population immigrée, essentiellement en provenance du sous-continent indien. C'est là qu'elle a rencontré Naseer, celui qui allait devenir son mari.
    Lui n'était pas pratiquant et ne s'intéressait pas vraiment à l'islam.
    C'est Shanaaz – un nom qu'elle a pris en se convertissant – qui l'a «ramené à la foi». Elle a commencé par porter un simple voile, puis la tenue complète dans un deuxième temps. «Je me sens complètement libérée du concours de beauté qui règne en permanence en Occi dent», explique-t-elle. Pour elle, le voile est donc une façon de reprendre le contrôle. Naseer lui-même en est un peu surpris, et surnomme sa tenue «ninja»...
     
    À l'instar de Shanaaz, les convertis à l'islam se retrouvent malgré eux au centre des attentions en Grande-Bretagne : trois des vingt-trois personnes suspectées d'avoir préparé des attentats contre une dizaine d'avions étaient récemment devenues musulmanes.
     
    Don Stewart-Whyte, fils de bonne famille, dont la mère est militante au Parti travailliste, a particulièrement retenu l'attention des médias.
     
     Changeant son nom pour Abdul Waheed il y a six mois, il s'est laissé pousser la barbe et s'est mis à porter un vêtement pakistanais traditionnel.
     
    Les histoires de conversion à l'islam ne sont plus exceptionnelles en Grande-Bretagne, même si personne ne connaît exactement l'ampleur du phénomène.
     
     La seule étude sérieuse est signée Yahya Birt, lui-même converti à l'islam, fils de Lord Birt, l'ancien directeur de la BBC. À partir de chiffres écossais, il extrapole à l'ensemble du pays, estimant 14 000 conversions par an, dont près de 9 000 Blancs et le reste essentiellement issu de familles des Caraïbes.
     
     «Ce n'est que 0,02% de la population britannique», relativise-t-il.
     
    «à environ 60%, ce sont des femmes»
     
    Mais la plupart des spécialistes indiquent que leur nombre augmente. «C'est certainement en hausse», note Tahir Abbas, directeur du Centre pour l'étude de l'ethnicité à l'université de Birmingham. À la mosquée de Whitechapel, à l'est de Londres, deux conversions par semaine sont célébrées.
     
    «En majorité, à environ 60%, ce sont des femmes, note Ehsan Abdullah, qui se charge de recevoir les convertis. La plupart ont une vingtaine ou une trentaine d'années.» Ce qui les motive ?
     
    Souvent, la perspective d'un mariage, mais également un besoin de répondre à des questions existentielles :
    «Tous ont un problème qu'ils cherchent à résoudre», explique Ehsan Abdullah.
     
    Pourtant, la communauté musulmane ne reçoit pas forcément à bras ouverts les convertis. Nick Lock est devenu musulman en 2000, après avoir côtoyé de nombreux amis arabes quand il étudiait dans un lycée interna tional au Danemark à la fin des années 1990.
     
    En arrivant à Leeds, où il a fait ses études, il a trouvé une mosquée locale. «Ils sont contents d'avoir des Blancs convertis, qu'ils exposent comme des trophées, mais je n'ai eu aucun soutien, aucun guide sur la façon dont il faut faire les choses, déplore-t-il. La première année était pleine de confusion.»
     
    De ce constat, il retire une forte rancoeur envers les mosquées. «Souvent, les sermons sont en ourdou (NDRL, langue pakistanaise). Les jeunes de deuxième génération d'origine pakistanaise et les convertis ne comprennent rien.»
     
    Pour lui, cette attitude renfermée des mosquées présente un vrai danger, qui pousse les convertis vers des groupes radicaux. «Les seules qui parlent anglais sont celles qui sont salafistes (NDLR, mouvance d'Arabie saoudite, aussi appelé wahhabisme). Les convertis sont donc obligés de se tourner vers elles.»
     
    La liste des convertis liés à des groupes radicaux commence effectivement à s'allonger. Abu Izadeen, autrefois appelé Trevor Brooks, fait partie des dirigeants d'al-Ghurabaa, le successeur d'un groupe désormais interdit, al-Muhajiroun.
     
    L'an dernier, l'un des quatre kamikazes des attentats du 7 juillet, était Lindsay Jamal, né Jermaine, originaire de Jamaïque.
     
    D'autres, comme la journaliste Yvonne Ridley, qui s'est convertie après avoir été capturée par les talibans, dénoncent clairement toutes violences, mais font preuve de la conviction des nouveaux convertis : après une bavure de la police en juin contre des musulmans de l'est de Londres, elle a publiquement appelé la communauté musulmane à refuser de coopérer avec la police.
     
     

     


     

       
     
     
     
     

     

     
        

     

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:52

    Les classes moyennes désertent les villes américaines

    Guillemette Faure .
     Publié le 17 août 2006
    Actualisé le 17 août 2006 : 06h00
    •  
    •  
     
     
    logo FIGARO 
     

    logo FIGARO 
     

    États-Unis Une étude de la Brookings Institution analyse les conséquences de la disparition progressive de la «middle class».

     
    À MANHATTAN, sur la 14e rue, les «one dollar stores» où tout est vendu à un dollar alternent avec les supermarchés haut de gamme où l'on peut choisir entre le sel rose (de l'Himalaya) et noir (d'Hawaï). Rien de surprenant, selon les auteurs d'une étude publiée par la Brookings Institution, qui révèle la disparition progressive des classes moyennes des villes américaines.
     
    Manhattan en est la caricature.
     
    une étude titrée «Où sont-ils partis ?» révèle que 8% seulement des quartiers sont majoritairement habités par des classes moyennes, 51% par des classes supérieures et 40% par des pauvres. À l'échelle nationale, ces résultats sont un peu moins marqués : 41% des quartiers des grandes métropoles sont des quartiers de classes moyennes. Soit considérablement moins qu'en 1970 (58%), notent les auteurs du rapport, qui ont travaillé à partir des données des recensements de 1970 à 2000.
     
    Bientôt plus de possibilité d'ascension sociale
     
     

     

     
     
    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:49

    Des employés ripoux sanctionnés au Consulat de France à Moscou

    lefigaro.fr (avec AFP et AP).
     Publié le 16 août 2006
    Actualisé le 16 août 2006 : 18h09
    • 3 colonnes
    • moins
    • plus
    • Envoyer à un ami
    • Imprimer l'article
    • Rss
    • Acquérir les droits pour cet article
    • Les archives
    • Forum
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     
    Les agents consulaires auraient empoché de 10 à 20 fois le prix du visa, qui est de 35 euros.
    Les agents consulaires auraient empoché de 10 à 20 fois le prix du visa, qui est de 35 euros.
    (AFP/P. Huguen)
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

    Sept agents consulaires recevaient de l’argent pour accélérer la délivrance des visas.

     
    Remue-ménage au Consulat de France à Moscou. Trois agents consulaires français ont été licenciés et quatre autres personnes démissionnées mercredi après qu’une enquête interne, à l’initiative de la consule générale, ait mis au jour des « anomalies dans le traitement des visas ».
     
    Prudent, le Quai d’Orsay précise : « Il ne s'agissait pas à proprement parler d'un trafic de visas, mais d'anomalies dans le traitement de certains dossiers ayant pu conduire, dans certains cas, à des malversations. » L’Inspection générale du ministère des Affaires étrangères doit toutefois mener une enquête complémentaire.
     
    L’affaire a été révélée mardi par une personne de l’ambassade française de Moscou.
     
     Sous le couvert de l’anonymat, cette dernière avait déclaré à l’Agence France-Presse que les trois agents consulaires « recevaient de l’argent » pour accélérer la délivrance des visas, le délai d'obtention d'un visa étant de deux à trois semaines actuellement à Moscou.
     
     Selon cette source, les agents concernés empochaient de 10 à 20 fois le prix du visa, qui est de 35 euros. Certaines agences touristiques russes auraient même payé jusqu’à 1.100 euros pour l’obtention du précieux agrément.
     
    «Très forte augmentation de la demande de visas»
     
     
    Le Quai d’Orsay a précisé mercredi que les autorités françaises étaient confrontées à « une très forte augmentation de la demande de visas de la part de ressortissants russes qui souhaitent visiter » l'Hexagone et l'Europe. « Nous devons faire face à cette demande avec des effectifs contraints [35 personnes] », a expliqué son porte-parole, précisant que « des mesures de renforcement des moyens du consulat étaient en cours ».
     
    La France est le pays européen qui a délivré le plus de visas en Russie en 2005. Le consulat en a délivré 272.000 en 2005, soit une hausse de 10 % par rapport à 2004 et un doublement depuis 2000.
     
    Le Quai d’Orsay a précisé mercredi que les autorités françaises étaient confrontées à « une très forte augmentation de la demande de visas de la part de ressortissants russes qui souhaitent visiter » l'Hexagone et l'Europe. « Nous devons faire face à cette demande avec des effectifs contraints [35 personnes] », a expliqué son porte-parole, précisant que « des mesures de renforcement des moyens du consulat étaient en cours ».
     
    La France est le pays européen qui a délivré le plus de visas en Russie en 2005. Le consulat en a délivré 272.000 en 2005, soit une hausse de 10 % par rapport à 2004 et un doublement depuis 2000.
     
     
    La France est le pays européen qui a délivré le plus de visas en Russie en 2005. Le consulat en a délivré 272.000 en 2005, soit une hausse de 10 % par rapport à 2004 et un doublement depuis 2000.
     

    Le Quai d’Orsay a précisé mercredi que les autorités françaises étaient confrontées à « une très forte augmentation de la demande de visas de la part de ressortissants russes qui souhaitent visiter » l'Hexagone et l'Europe. « Nous devons faire face à cette demande avec des effectifs contraints [35 personnes] », a expliqué son porte-parole, précisant que « des mesures de renforcement des moyens du consulat étaient en cours ».
     
    La France est le pays européen qui a délivré le plus de visas en Russie en 2005. Le consulat en a délivré 272.000 en 2005, soit une hausse de 10 % par rapport à 2004 et un doublement depuis 2000.
     
     

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:48

    Le jeudi 03 août 2006

    Agrandir l'image

    Mahmoud Ahmadinejad
    Photo AP

    SELON LE PRÉSIDENT IRANIEN

    La destruction d'Israël est la solution à la crise au Proche-Orient

    Associated Press

    Teheran

    Le jeudi 03 août 2006



    SELON LE PRÉSIDENT IRANIEN

    La destruction d'Israël est la solution à la crise au Proche-Orient

    Associated Press

    Teheran

    La solution de la crise au Proche-Orient est de détruire Israël, a réaffirmé jeudi le président iranien Mahmoud Ahmadinejad cité par les médias d'État.

    Dans un discours prononcé lors de la réunion d'urgence de l'Organisation de la Conférence islamique (OCI) en Malaisie, Ahmadinejad a également appelé à un cessez-le-feu immédiat entre l'État hébreu et le Hezbollah libanais soutenu par Téhéran.

    «Bien que la principale solution soit l'élimination du régime sioniste, à ce stade, un cessez-le-feu immédiat doit être appliqué», a souligné le président iranien, selon le site Internet de la télévision d'État.

    Ahmadinejad a appelé tous les pays musulmans à «couper tous leurs liens politiques et économiques -qu'ils soient publics ou secrets- avec le faux et illégal régime sioniste» en représailles aux attaques israéliennes sur le Liban.

    Il a également exhorté les États musulmans à «isoler» les États-Unis et la Grande-Bretagne pour leur soutien à l'offensive militaire israélienne au Liban.

     


     


     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 20:44

    Confusion autour de l’avancée des islamistes

    lefigaro.fr (avec AFP et BBC).
     Publié le 16 août 2006
    Actualisé le 16 août 2006 : 19h48
    • 3 colonnes
    • moins
    • plus
    • Envoyer à un ami
    • Imprimer l'article
    • Rss
    • Acquérir les droits pour cet article
    • Les archives
    • Forum
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     
    Les milices des Tribunaux islamiques progressent peu à peu au sud et au centre de la Somalie.
    Les milices des Tribunaux islamiques progressent peu à peu au sud et au centre de la Somalie.
    (AP / K. Prinsloo)
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

    Les forces rebelles ont démenti mercredi avoir pris le contrôle d’Hobyo, un port stratégique du pays. Ils ont refusé de prendre part mardi aux pourparlers de paix avec le gouvernement de transition.

     
    Les Tribunaux islamiques continuent leur avancée vers le nord du pays, en longeant le littoral de la corne de l’Afrique. Après la capitale Mogadiscio fin juin et la ville pirate d’Haradere dimanche, les rebelles auraient pris mercredi matin, selon des habitants, le port stratégique de Hobyo. Une information toutefois démentie en milieu d’après-midi sur la BBC par le chef des milices islamiques, Cheikh Hassan Dahir. Celui-ci a affirmé avoir pris contact avec la population, prémices habituels à la prise d’une ville par les Tribunaux. Déjà installé dans une grande partie du centre et du sud du pays, ils feraient avec cette conquête un pas décisif, autant que symbolique.
     
    Habileté stratégique
     
    Hobyo est la ville que les milices ont atteint la plus au nord de la Somalie. Proche de la région autonome du Puntland, d’où est originaire le président par intérim Abdullah Yusuf. Contrairement à la prise de Mogadiscio, la progression islamique se ferait désormais sans violence.
     
    La montée en puissance des islamistes s’accompagnent de défections dans le camp adverse. Selon les Tribunaux, une centaine de soldats fidèles au gouvernement de transition ont déserté mercredi. Le gouvernement de transition ne fait lui état que de cinquante départs «maximum». Les déserteurs ont rejoint dans la matinée la ville de Burhakba, située entre Baïdoa, siège du régime chancelant, et Mogadiscio, au sud de la Somalie. Un nouveau coup dur pour une autorité déjà impuissante face aux «seigneurs de guerre» depuis sa mise en place en 2004. Car il survient au lendemain d’un refus par les islamistes d’une reprise des pourparlers.
     
    Pourparlers ajournés, l’Onu inquiète
     
    Sous l’égide de la Ligue arabe, les négociations auraient dû se tenir au Soudan, mais ont été ajournées, le Conseil suprême islamique souhaitant «d’abord s’occuper du problème de l’invasion par l’Ethiopie de certaines partie de la Somalie», selon les termes d’un de ses responsables. Celui-ci accuse son interlocuteur de bénéficier de l’appui militaire d’Addis-Abeba, ce que démentent les deux gouvernements.
     
    Suspendues depuis fin juin, les discussions auraient déjà dû reprendre le 2 août, après la signature le 22 juin à Khartoum d’un accord de reconnaissance mutuelle et de cessation des hostilités.
     
    Ce statu quo inquiète les Nations-unies, qui redoute une crise humanitaire grave. Selon un communiqué publié mercredi par l'Unité d'Analyse de la sécurité alimentaire de l'Onu, «environ 1,8 million de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, au moins jusqu'à décembre 2006». Un chiffre qui doublerait «si la crise politique dégénère en un conflit plus large».
     
     

    Confusion autour de l’avancée des islamistes

    lefigaro.fr (avec AFP et BBC).
     Publié le 16 août 2006
    Actualisé le 16 août 2006 : 19h48
    • 3 colonnes
    • moins
    • plus
    • Envoyer à un ami
    • Imprimer l'article
    • Rss
    • Acquérir les droits pour cet article
    • Les archives
    • Forum
     
     
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     
    Les milices des Tribunaux islamiques progressent peu à peu au sud et au centre de la Somalie.
    Les milices des Tribunaux islamiques progressent peu à peu au sud et au centre de la Somalie.
    (AP / K. Prinsloo)
    logo FIGARO Fermer le fenêtre
     

    Les forces rebelles ont démenti mercredi avoir pris le contrôle d’Hobyo, un port stratégique du pays. Ils ont refusé de prendre part mardi aux pourparlers de paix avec le gouvernement de transition.

     
    Les Tribunaux islamiques continuent leur avancée vers le nord du pays, en longeant le littoral de la corne de l’Afrique. Après la capitale Mogadiscio fin juin et la ville pirate d’Haradere dimanche, les rebelles auraient pris mercredi matin, selon des habitants, le port stratégique de Hobyo. Une information toutefois démentie en milieu d’après-midi sur la BBC par le chef des milices islamiques, Cheikh Hassan Dahir. Celui-ci a affirmé avoir pris contact avec la population, prémices habituels à la prise d’une ville par les Tribunaux. Déjà installé dans une grande partie du centre et du sud du pays, ils feraient avec cette conquête un pas décisif, autant que symbolique.
     
    Habileté stratégique
     
    Hobyo est la ville que les milices ont atteint la plus au nord de la Somalie. Proche de la région autonome du Puntland, d’où est originaire le président par intérim Abdullah Yusuf. Contrairement à la prise de Mogadiscio, la progression islamique se ferait désormais sans violence.
     
    La montée en puissance des islamistes s’accompagnent de défections dans le camp adverse. Selon les Tribunaux, une centaine de soldats fidèles au gouvernement de transition ont déserté mercredi. Le gouvernement de transition ne fait lui état que de cinquante départs «maximum». Les déserteurs ont rejoint dans la matinée la ville de Burhakba, située entre Baïdoa, siège du régime chancelant, et Mogadiscio, au sud de la Somalie. Un nouveau coup dur pour une autorité déjà impuissante face aux «seigneurs de guerre» depuis sa mise en place en 2004. Car il survient au lendemain d’un refus par les islamistes d’une reprise des pourparlers.
     
    Pourparlers ajournés, l’Onu inquiète
     
    Sous l’égide de la Ligue arabe, les négociations auraient dû se tenir au Soudan, mais ont été ajournées, le Conseil suprême islamique souhaitant «d’abord s’occuper du problème de l’invasion par l’Ethiopie de certaines partie de la Somalie», selon les termes d’un de ses responsables. Celui-ci accuse son interlocuteur de bénéficier de l’appui militaire d’Addis-Abeba, ce que démentent les deux gouvernements.
     
    Suspendues depuis fin juin, les discussions auraient déjà dû reprendre le 2 août, après la signature le 22 juin à Khartoum d’un accord de reconnaissance mutuelle et de cessation des hostilités.
     
    Ce statu quo inquiète les Nations-unies, qui redoute une crise humanitaire grave. Selon un communiqué publié mercredi par l'Unité d'Analyse de la sécurité alimentaire de l'Onu, «environ 1,8 million de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, au moins jusqu'à décembre 2006». Un chiffre qui doublerait «si la crise politique dégénère en un conflit plus large».
     
     
    Voir une carte de la Somalie
     

     

     

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article

    Rechercher

    Archives