Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 12:26

Le Québecistan vous répond

Yves Boisvert - La Presse   mercredi 16 août

Je me demande ce qu’on dirait à Toronto si La Presse proposait ceci à ses lecteurs, dans sa question du jour : pensez-vous que le Canada anglais est un repaire de tueurs en série ? Après tout, avec les Pickton, Olson, Bernardo, dont la folie meurtrière n’a guère d’équivalent, n’est-on pas devant un phénomène inquiétant, proprement anglo-saxon ? Non ? Pas grave ! On ne fait que vous poser la question !

La semaine dernière, à la fin de la chronique malhonnête de Barbara Kay sur le nationalisme québécois, le National Post demandait à ses lecteurs : "Est-ce qu’un Québec indépendant serait l’ami des terroristes ?"

Calmons-nous, ce n’est qu’une question !

De toute manière, dans ce journal, on peut écrire à peu près n’importe quoi sur le nationalisme québécois, sur les indépendantistes et, finalement, sur le Québec, personne ne vous contredira, sinon un ou deux vagues lecteurs.

Faut le faire, quand même : la chronique de cette Mme Kay, une Montréalaise au fait, est intitulée "La montée du Québecistan". Ce n’est pas rien, ça, mesdames et messieurs, le Québecistan !

Pourquoi ? Parce que quelques excités ont arboré des drapeaux du Hezbollah dans une manifestation la semaine précédente. Parce que Gilles Duceppe et André Boisclair s’y sont présentés, même si le communiqué de cette manifestation pour la paix ne visait qu’Israël et ne disait rien des roquettes que le Hezbollah lance sur des civils israéliens. Erreurs de jugement évidentes, bien sûr. Mais Québecistan ? Wow !

Bien sûr, Kay peut aussi écrire sans hésiter qu’il y a au Québec un "fort courant antisémite dans le discours intellectuel à travers son histoire". Comme disait un auteur, l’accusation d’antisémitisme est une des pires à lancer contre un peuple. Le voici dans la même position que l’homme à qui on demande : quand avez-vous cessé de battre votre femme ?

Il y a eu un courant antisémite au Québec, comme partout ailleurs en Occident. Il y a eu, bien sûr, des écrits de Lionel Groulx (et pas seulement un ou deux passages : voir Gérard Bouchard, Les Deux Chanoines). Il y a eu plusieurs textes honteux, quelques manifestations pendant la Seconde Guerre, et bien des gens qui n’ont pas présenté leurs excuses.

Mais dire qu’il y a eu au Québec un fort courant antisémite qui a traversé l’histoire de la pensée, c’est dire qu’il y a quelque chose de spécifique, de dominant, ou de pire qu’ailleurs. Or, ce n’est pas le cas. Ces errements sont présents dans la société américaine et canadienne à la même époque. Ils ne sont pas le propre du nationalisme québécois. Le pire exemple est sans doute le très marginal parti nazi d’Adrien Arcand, qui recrutait bien en dehors du Québec. C’était un parti farouchement fédéraliste. Y aurait-il donc un lien entre le fédéralisme et le nazisme ? Évidemment non.

Où ont sévi, au fait, les plus spectaculaires négationnistes ou nazis contemporains au Canada, Keegstra et Zundel ? En Ontario et en Alberta. Faut-il y voir pour autant des sociétés antisémites ? Évidemment non.

Kay parle du FLQ et de ces intellectuels qui ont flirté avec la lutte armée au Québec. Il y en a eu. Mais, comme a dit René Lévesque dans cette intervention historique après l’enlèvement de Pierre Laporte, ces gens ne représentaient "rien ni personne de valable" au Québec.

Il est farfelu d’affirmer que le lendemain d’une déclaration d’indépendance, le Québec retirerait le Hezbollah de la liste des organisations terroristes, comme l’écrit Kay. Je parierais au contraire, quoi qu’en rêvent de nombreux militants, qu’un Québec souverain s’alignerait rapidement sur le courant dominant nord-américain, tant en matière d’économie que de politique étrangère, pour faciliter la transition et sa reconnaissance internationale.

Des mêmes faits, on peut tirer plusieurs opinions honnêtes. Mais de faussetés, on ne peut tirer que des opinions mensongères.

Que Kay estime que le Québec ne défend pas suffisamment Israël, c’est une opinion légitime. De dire qu’on n’est pas assez ferme dans la dénonciation du terrorisme, qu’on est en quelque sorte complaisant, ça se défend également. Ça se discute, mais ça se défend.

Mais de prétendre qu’il y a ici un courant pro-terroriste significatif spécifique, et de faire le lien avec le mouvement souverainiste, c’est carrément malhonnête, parce que c’est contredit par les faits.

On ne s’empêchera pas de dormir à cause d’un texte malhonnête, me direz-vous. Sans doute. Mais voilà un journal qui se veut "national", qui est lu dans les ambassades, où on accrédite ces propos en posant candidement la question d’un possible État québécois terroriste, cela dépasse le cadre du "fair comment".

Si j’étais Barbara Kay, je dirais que ces accusations gonflées à l’hélium sont de la propagande haineuse.

Je me contenterai de dire qu’on a simplement affaire à un autre tissu de mensonges au sujet du Québec, qui ne rencontre apparemment pas trop de contradicteurs hors Québec.

Est-ce lui donner trop d’importance que de lui consacrer une chronique en revenant de vacances, quand il y a tant de sujets qui appellent quelques lignes ? Peut-être. Mais ma conception de l’hygiène mentale me commande de ne pas toutes les laisser passer.

Pour joindre notre chroniqueur : yves.boisvert@lapresse.ca

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 12:26

Le Québecistan vous répond

Yves Boisvert - La Presse   mercredi 16 août

Je me demande ce qu’on dirait à Toronto si La Presse proposait ceci à ses lecteurs, dans sa question du jour : pensez-vous que le Canada anglais est un repaire de tueurs en série ? Après tout, avec les Pickton, Olson, Bernardo, dont la folie meurtrière n’a guère d’équivalent, n’est-on pas devant un phénomène inquiétant, proprement anglo-saxon ? Non ? Pas grave ! On ne fait que vous poser la question !

La semaine dernière, à la fin de la chronique malhonnête de Barbara Kay sur le nationalisme québécois, le National Post demandait à ses lecteurs : "Est-ce qu’un Québec indépendant serait l’ami des terroristes ?"

Calmons-nous, ce n’est qu’une question !

De toute manière, dans ce journal, on peut écrire à peu près n’importe quoi sur le nationalisme québécois, sur les indépendantistes et, finalement, sur le Québec, personne ne vous contredira, sinon un ou deux vagues lecteurs.

Faut le faire, quand même : la chronique de cette Mme Kay, une Montréalaise au fait, est intitulée "La montée du Québecistan". Ce n’est pas rien, ça, mesdames et messieurs, le Québecistan !

Pourquoi ? Parce que quelques excités ont arboré des drapeaux du Hezbollah dans une manifestation la semaine précédente. Parce que Gilles Duceppe et André Boisclair s’y sont présentés, même si le communiqué de cette manifestation pour la paix ne visait qu’Israël et ne disait rien des roquettes que le Hezbollah lance sur des civils israéliens. Erreurs de jugement évidentes, bien sûr. Mais Québecistan ? Wow !

Bien sûr, Kay peut aussi écrire sans hésiter qu’il y a au Québec un "fort courant antisémite dans le discours intellectuel à travers son histoire". Comme disait un auteur, l’accusation d’antisémitisme est une des pires à lancer contre un peuple. Le voici dans la même position que l’homme à qui on demande : quand avez-vous cessé de battre votre femme ?

Il y a eu un courant antisémite au Québec, comme partout ailleurs en Occident. Il y a eu, bien sûr, des écrits de Lionel Groulx (et pas seulement un ou deux passages : voir Gérard Bouchard, Les Deux Chanoines). Il y a eu plusieurs textes honteux, quelques manifestations pendant la Seconde Guerre, et bien des gens qui n’ont pas présenté leurs excuses.

Mais dire qu’il y a eu au Québec un fort courant antisémite qui a traversé l’histoire de la pensée, c’est dire qu’il y a quelque chose de spécifique, de dominant, ou de pire qu’ailleurs. Or, ce n’est pas le cas. Ces errements sont présents dans la société américaine et canadienne à la même époque. Ils ne sont pas le propre du nationalisme québécois. Le pire exemple est sans doute le très marginal parti nazi d’Adrien Arcand, qui recrutait bien en dehors du Québec. C’était un parti farouchement fédéraliste. Y aurait-il donc un lien entre le fédéralisme et le nazisme ? Évidemment non.

Où ont sévi, au fait, les plus spectaculaires négationnistes ou nazis contemporains au Canada, Keegstra et Zundel ? En Ontario et en Alberta. Faut-il y voir pour autant des sociétés antisémites ? Évidemment non.

Kay parle du FLQ et de ces intellectuels qui ont flirté avec la lutte armée au Québec. Il y en a eu. Mais, comme a dit René Lévesque dans cette intervention historique après l’enlèvement de Pierre Laporte, ces gens ne représentaient "rien ni personne de valable" au Québec.

Il est farfelu d’affirmer que le lendemain d’une déclaration d’indépendance, le Québec retirerait le Hezbollah de la liste des organisations terroristes, comme l’écrit Kay. Je parierais au contraire, quoi qu’en rêvent de nombreux militants, qu’un Québec souverain s’alignerait rapidement sur le courant dominant nord-américain, tant en matière d’économie que de politique étrangère, pour faciliter la transition et sa reconnaissance internationale.

Des mêmes faits, on peut tirer plusieurs opinions honnêtes. Mais de faussetés, on ne peut tirer que des opinions mensongères.

Que Kay estime que le Québec ne défend pas suffisamment Israël, c’est une opinion légitime. De dire qu’on n’est pas assez ferme dans la dénonciation du terrorisme, qu’on est en quelque sorte complaisant, ça se défend également. Ça se discute, mais ça se défend.

Mais de prétendre qu’il y a ici un courant pro-terroriste significatif spécifique, et de faire le lien avec le mouvement souverainiste, c’est carrément malhonnête, parce que c’est contredit par les faits.

On ne s’empêchera pas de dormir à cause d’un texte malhonnête, me direz-vous. Sans doute. Mais voilà un journal qui se veut "national", qui est lu dans les ambassades, où on accrédite ces propos en posant candidement la question d’un possible État québécois terroriste, cela dépasse le cadre du "fair comment".

Si j’étais Barbara Kay, je dirais que ces accusations gonflées à l’hélium sont de la propagande haineuse.

Je me contenterai de dire qu’on a simplement affaire à un autre tissu de mensonges au sujet du Québec, qui ne rencontre apparemment pas trop de contradicteurs hors Québec.

Est-ce lui donner trop d’importance que de lui consacrer une chronique en revenant de vacances, quand il y a tant de sujets qui appellent quelques lignes ? Peut-être. Mais ma conception de l’hygiène mentale me commande de ne pas toutes les laisser passer.

Pour joindre notre chroniqueur : yves.boisvert@lapresse.ca

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 12:26

Le Québecistan vous répond

Yves Boisvert - La Presse   mercredi 16 août

Je me demande ce qu’on dirait à Toronto si La Presse proposait ceci à ses lecteurs, dans sa question du jour : pensez-vous que le Canada anglais est un repaire de tueurs en série ? Après tout, avec les Pickton, Olson, Bernardo, dont la folie meurtrière n’a guère d’équivalent, n’est-on pas devant un phénomène inquiétant, proprement anglo-saxon ? Non ? Pas grave ! On ne fait que vous poser la question !

La semaine dernière, à la fin de la chronique malhonnête de Barbara Kay sur le nationalisme québécois, le National Post demandait à ses lecteurs : "Est-ce qu’un Québec indépendant serait l’ami des terroristes ?"

Calmons-nous, ce n’est qu’une question !

De toute manière, dans ce journal, on peut écrire à peu près n’importe quoi sur le nationalisme québécois, sur les indépendantistes et, finalement, sur le Québec, personne ne vous contredira, sinon un ou deux vagues lecteurs.

Faut le faire, quand même : la chronique de cette Mme Kay, une Montréalaise au fait, est intitulée "La montée du Québecistan". Ce n’est pas rien, ça, mesdames et messieurs, le Québecistan !

Pourquoi ? Parce que quelques excités ont arboré des drapeaux du Hezbollah dans une manifestation la semaine précédente. Parce que Gilles Duceppe et André Boisclair s’y sont présentés, même si le communiqué de cette manifestation pour la paix ne visait qu’Israël et ne disait rien des roquettes que le Hezbollah lance sur des civils israéliens. Erreurs de jugement évidentes, bien sûr. Mais Québecistan ? Wow !

Bien sûr, Kay peut aussi écrire sans hésiter qu’il y a au Québec un "fort courant antisémite dans le discours intellectuel à travers son histoire". Comme disait un auteur, l’accusation d’antisémitisme est une des pires à lancer contre un peuple. Le voici dans la même position que l’homme à qui on demande : quand avez-vous cessé de battre votre femme ?

Il y a eu un courant antisémite au Québec, comme partout ailleurs en Occident. Il y a eu, bien sûr, des écrits de Lionel Groulx (et pas seulement un ou deux passages : voir Gérard Bouchard, Les Deux Chanoines). Il y a eu plusieurs textes honteux, quelques manifestations pendant la Seconde Guerre, et bien des gens qui n’ont pas présenté leurs excuses.

Mais dire qu’il y a eu au Québec un fort courant antisémite qui a traversé l’histoire de la pensée, c’est dire qu’il y a quelque chose de spécifique, de dominant, ou de pire qu’ailleurs. Or, ce n’est pas le cas. Ces errements sont présents dans la société américaine et canadienne à la même époque. Ils ne sont pas le propre du nationalisme québécois. Le pire exemple est sans doute le très marginal parti nazi d’Adrien Arcand, qui recrutait bien en dehors du Québec. C’était un parti farouchement fédéraliste. Y aurait-il donc un lien entre le fédéralisme et le nazisme ? Évidemment non.

Où ont sévi, au fait, les plus spectaculaires négationnistes ou nazis contemporains au Canada, Keegstra et Zundel ? En Ontario et en Alberta. Faut-il y voir pour autant des sociétés antisémites ? Évidemment non.

Kay parle du FLQ et de ces intellectuels qui ont flirté avec la lutte armée au Québec. Il y en a eu. Mais, comme a dit René Lévesque dans cette intervention historique après l’enlèvement de Pierre Laporte, ces gens ne représentaient "rien ni personne de valable" au Québec.

Il est farfelu d’affirmer que le lendemain d’une déclaration d’indépendance, le Québec retirerait le Hezbollah de la liste des organisations terroristes, comme l’écrit Kay. Je parierais au contraire, quoi qu’en rêvent de nombreux militants, qu’un Québec souverain s’alignerait rapidement sur le courant dominant nord-américain, tant en matière d’économie que de politique étrangère, pour faciliter la transition et sa reconnaissance internationale.

Des mêmes faits, on peut tirer plusieurs opinions honnêtes. Mais de faussetés, on ne peut tirer que des opinions mensongères.

Que Kay estime que le Québec ne défend pas suffisamment Israël, c’est une opinion légitime. De dire qu’on n’est pas assez ferme dans la dénonciation du terrorisme, qu’on est en quelque sorte complaisant, ça se défend également. Ça se discute, mais ça se défend.

Mais de prétendre qu’il y a ici un courant pro-terroriste significatif spécifique, et de faire le lien avec le mouvement souverainiste, c’est carrément malhonnête, parce que c’est contredit par les faits.

On ne s’empêchera pas de dormir à cause d’un texte malhonnête, me direz-vous. Sans doute. Mais voilà un journal qui se veut "national", qui est lu dans les ambassades, où on accrédite ces propos en posant candidement la question d’un possible État québécois terroriste, cela dépasse le cadre du "fair comment".

Si j’étais Barbara Kay, je dirais que ces accusations gonflées à l’hélium sont de la propagande haineuse.

Je me contenterai de dire qu’on a simplement affaire à un autre tissu de mensonges au sujet du Québec, qui ne rencontre apparemment pas trop de contradicteurs hors Québec.

Est-ce lui donner trop d’importance que de lui consacrer une chronique en revenant de vacances, quand il y a tant de sujets qui appellent quelques lignes ? Peut-être. Mais ma conception de l’hygiène mentale me commande de ne pas toutes les laisser passer.

Pour joindre notre chroniqueur : yves.boisvert@lapresse.ca

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 12:23

Le dernier-né des délires de la droite canadienne

Attachez votre turban avec de la broche, après Adolf Bouchard, voici Oussama ben Boisclair

Biz
Membre du groupe Loco Locass

Édition du mardi 15 août 2006

Ainsi si Céline est antisémite pis qu'icitte on est franco, Ipso facto, on se mérite le titre d'ostie de fachos. Tout ça m'irrite, surtout qu'on oublie vite qu'en Ontario, Les plages un jour furent interdites aux juifs, aux chiens pis aux négros. Dans l'ordre pis texto -- Loco Locass, La Censure pour l'échafaud



   Version pour imprimer
   Droit de reproduction
Dossier(s)
  Politique canadienne
  Proche-Orient
  Politique québécoise

Lorsqu'ils perçoivent les spécificités culturelles québécoises (qui nous distinguent par-delà tout statut politique), les Canadiens les considèrent au mieux comme de gentilles curiosités qui égaient la fédération, au pire comme d'immondes anomalies à laminer. Le conflit au Liban révèle un exemple des abyssales différences entre Canadiens et Québécois. Selon les sondages, nous serions ici plus nombreux que dans le ROC à trouver que le gouvernement d'Israël exagère en bombardant des civils libanais pour éradiquer une organisation terroriste.

Cet écart de perception a fourni à la journaliste du National Post Barbara Kay l'occasion de tartiner son fiel sur le dos des Québécois. Dans un article intitulé «The rise of Quebecistan», elle reproche aux chefs souverainistes Duceppe et Boisclair d'avoir participé à une marche pour la paix qui a rassemblé 15 000 personnes à Montréal le 6 août dernier. Puisqu'on y a aperçu quelques drapeaux du Hezbollah, elle déduit que cette manifestation était anti-israélienne et proterroriste.

En fait, pour la correspondante du Post, le réel est très simple : tous ceux qui n'appuient pas inconditionnellement les actions du gouvernement israélien sont antisémites et proterroristes. Et Mme Kay de conclure avec un sombre trémolo dans le clavier : «Would an independent Quebec be a friend to terrorists ?»

Discréditer l'indépendance

 

Les fédérés ne savent plus comment discréditer l'indépendance aux yeux des Québécois. La dernière flèche de leur carquois est aussi pathétique que minable : associer l'élite souverainiste aux idées les plus ignobles. Dans les journaux canadiens, le gène maléfique des souverainistes mute selon les époques. En 1976, Lévesque et sa bande étaient communistes. En 1995, Bouchard était un nazi. Onze ans plus tard, Duceppe et Boisclair soutiennent les terroristes.

L'ennemi évolue, mais c'est toujours la même logique d'épouvantail extrémiste. Mené par de tels chefs, que serait un Québec indépendant sinon un nouveau terreau à terroristes en terre d'Amérique ?

J'exagère ? L'original est encore mieux. «Think about what this would mean if Quebec ever were to become independent, and detached from the leadership of politicians who know the difference between a democracy and a gang of fanatical exterminationists.»

On se croirait dans Bon cop, bad cop, tellement la caricature est grossière.

Heureusement, les lumières canadiennes révèlent au grand jour l'émergence de ce sombre Quebecistan : «Complacent Canadians think it can't happen here. It won't if our political class takes its cue from the principled Stephen Harper rather than the shameless Quebec politicians who led that pro-terrorist rally.» Saint Stephen, délivrez-nous de nos démons !

Ce pourrait être drôle si Mme Kay était une illuminée engagée par un mensuel évangéliste albertain. Mais elle travaille pour un quotidien national, dont l'éditeur a défendu les propos en affirmant que le Québec avait une longue histoire antisémite. Parce qu'elles sont partagées plus ou moins tacitement par de nombreux Canadiens, les élucubrations de Kay (aussi farfelues soient-elles) méritent qu'on y réponde sérieusement.

La paix d'abord

Rappelons que la marche à laquelle ont participé Duceppe et Boisclair était en faveur de la paix au Moyen-Orient. Elle rassemblait des personnes de toutes allégeances : des Québécois juifs, des Québécois dits de souche, des Québécois arabes, des souverainistes et des fédéralistes (à moins que Denis Coderre n'ait viré son capot au cours de l'été).

Même s'ils ont été hués par une certaine partie de la foule, Duceppe et Boisclair ont clairement (et avec raison) rappelé le droit d'Israël à se défendre. À ma connaissance, aucun discours de ces deux hommes ne contient la moindre parcelle d'antisémitisme ou de racisme, et ce, tout simplement parce que les chefs souverainistes sont à l'image de l'immense majorité des Québécois : ouverts, pacifistes et respectueux des différences.

C'est tout de même curieux que la droite canadienne perçoive les Québécois comme des sympathisants islamistes radicaux alors qu'elle dénonce leur manque de tolérance religieuse au sujet du kirpan à l'école. Quoi qu'il en soit, il semble que les Québécois traînent le boulet d'un lourd passé antisémite, qui expliquerait notre sympathie envers les Arabes. Cela nous a tellement été répété qu'on a fini par le croire.

Dans une lettre ouverte au quotidien Le Devoir, l'historien Michel Gaudette imputait ce prétendu antisémitisme aux relents de catholicisme qui subsisterait dans notre inconscient collectif. Cela me semble un peu court. C'est oublier que les croisés catholiques ont aussi massacré des Arabes au nom de leur foi. Au Québec comme ailleurs, la religion catholique a souvent été intolérante envers l'autre.

Affaire de langue

Je ne suis pas historien, ni politologue, mais Montréalais depuis presque dix ans. C'est à ce titre que je vais tenter une hypothèse pour expliquer en partie les nuances qui distinguent les Québécois des autres Nord-Américains dans leur interprétation du contentieux arabo-israélien.

Au Québec, l'indigestion religieuse des années soixante nous a rendus allergiques à toute forme de foi dans la sphère publique, qu'elle soit catholique, juive ou musulmane. Je postule donc que ce n'est pas la religion qui influence nos positions mais la langue. À Montréal, tout le monde connaît au moins un Arabe. Que ce soit au restaurant, dans un taxi ou à l'épicerie, on peut discuter avec eux parce qu'ils parlent français. Et de quoi croyez-vous qu'on parle ces temps-ci ? Je ne dis pas qu'on nous lave le cerveau mais que nous sommes exposés à une autre vision.

La communauté juive a fait le choix de la discrétion et de l'anglophilie (hormis les Séfarades, qui sont francophones). C'est son droit le plus strict. Mais elle ne doit pas s'étonner que les Québécois comprennent mieux le point de vue des Arabes francophones. Pour exposer ses positions, la communauté juive doit faire un effort pour apparaître en français aux Québécois. Après tout, elle le réussit très bien en anglais avec les Canadiens.

Et puis, une fois pour toutes, ce n'est pas parce que les Québécois se montrent sensibles aux malheurs des civils libanais qu'ils sont antisémites. Ce n'est pas malsain de critiquer un gouvernement qui perd tout sens de la mesure, c'est un devoir. Un devoir qui incombait notamment au Canada du temps de Pearson et de Trudeau. Un devoir qui échoit maintenant au Québec, minuscule -- et désormais unique -- contrepoids à l'hégémonie de la pensée anglo-saxonne en Amérique.

Madame Kay, vous prétendez redouter l'émergence d'une république totalitaire et obscurantiste au Québec. N'ayez crainte, la nuance se porte très bien ici. Par contre, à votre place, je m'inquiéterais davantage de la vassalité inconditionnelle du Canada à l'Empire états-unien. C'est que le bigot W n'est pas réputé pour la subtilité de sa gouvernance.

Un conseil en terminant. Vous cherchez des terroristes ? Commencez donc par nettoyer votre cour. Aux dernières nouvelles, c'est à Toronto que se terrait la terreur.



Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:40

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Quebecistan is no myth

- The National Post   jeudi 17 août

Re : The Myth Of Quebecistan, Andre Pratte, Aug. 16.

Andre Pratte’s column took issue with Barbara Kay’s portrait of Quebec and Quebecers as having a "fat streak of anti-Semitism" and being anti-American. Pratte’s column is rife with non sequiturs and flawed logic.

Pratte argues that Quebecers can’t be anti-American because they "travel in huge numbers to the United States" and adore "American music." Does he really believe that only those with pro-American beliefs consume U.S. products and visit the States ? Just look at the young Arabs who burn American flags in the demonstrations throughout the Middle East. More often than not, they’re wearing Nike clothes. And how about all those U.S.-educated Arab terrorists ? Just like Arab terrorists who attend Harvard and MIT, anti-American Quebecers who rally against the U.S. aren’t principled enough to forgo the American products they love so much. Listening to American music and taking American cruises don’t make them pro-American ; these activities just make them hypocrites.

Another flaw in Pratte’s column is that he asks how Quebec can be a "nest of anti-Semitism" when more than a third of Canada’s Jews "live and prosper there." The two things are entirely unrelated. While it’s true that 83,000 Jews live and (mostly) prosper in Quebec today, it’s also true that over 600,000 Jews lived and were even more prosperous in 1930s Germany, and that certainly didn’t stop anti-Semitism from developing into a full-fledged genocide there.

After living in Quebec for four years, I can tell you that tolerance and diversity are not strong in the province. In fact, spending a single day on Concordia University’s campus will teach anyone that, when it comes to a picture of Quebec, Barbara Kay’s troublesome portrait is, sadly, more accurate than Mr. Pratte’s rosy depiction.

Elana Setton, Ottawa.

  • Un folklore tout à fait moderne
    Robert Laplante   12 juin 2006
    C’était à peine un entrefilet en page A3 du Devoir (6 juin). « Le cabinet Harper à Québec à la Saint-Jean ». Le journal reprenait une nouvelle publiée par Radio-Canada la veille, annonçant que le cabinet conservateur se réunirait à la Citadelle de Québec « à la veille de (...)

Tous les bulletins
  • Chronique du mercredi
    Élection automnale ?
    Patrice Boileau   23 août 2006
    La proximité à laquelle ces messages nous furent dévoilés pue l’électoralisme. Entendre Jean Charest jurer qu’il n’y est pour rien suffit pour persuader les gens du contraire ! Le Premier ministre nous a trop habitués à faire l’inverse de ce (...)

Toutes les chroniques
  • Le Bloc canadien
    Caroline Moreno   25 août 2006
    Après avoir instruit le gouvernement Harper de l’attitude canadienne à adopter dans le conflit israélo-libanais les bloquistes suggèrent aux Conservateurs la façon de régler le déséquilibre fiscal. Qu’est-ce que le Québec tirera des exercices (...)

Le dernier-né des délires de la droite canadienne

Attachez votre turban avec de la broche, après Adolf Bouchard, voici Oussama ben Boisclair

Biz
Membre du groupe Loco Locass

Édition du mardi 15 août 2006

Ainsi si Céline est antisémite pis qu'icitte on est franco, Ipso facto, on se mérite le titre d'ostie de fachos. Tout ça m'irrite, surtout qu'on oublie vite qu'en Ontario, Les plages un jour furent interdites aux juifs, aux chiens pis aux négros. Dans l'ordre pis texto -- Loco Locass, La Censure pour l'échafaud



   Version pour imprimer
 
   Droit de reproduction
Dossier(s)
  Politique canadienne
  Proche-Orient
  Politique québécoise

Lorsqu'ils perçoivent les spécificités culturelles québécoises (qui nous distinguent par-delà tout statut politique), les Canadiens les considèrent au mieux comme de gentilles curiosités qui égaient la

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:39
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:34

 

Le pays où les scientifiques sont des vedettes

 

Signe de nôtre décadence ,

respect des scientifiques au Japon

Zidane et Noah en tête de popularité parmi la médiocre populace dégénérée

du Frankistan 35heuriste


 

(Agence Science-Presse) - C'est peut-être un des plus grands mystères de l'Univers. Au Japon, les scientifiques sont des... vedettes.

Sans blague.

Loin d'être des marginaux ou de parfaits inconnus relégués aux lointaines pages intérieures des journaux, certains apparaissent dans des publicités, comme Heisuke Hirokana, gagnant de la médaille Fields pour des travaux pourtant incompréhensibles en mathématiques.

Quant à Leo Esaki, il est toujours sollicité par les médias et les écoles, plus de 30 ans après avoir gagné le Nobel de physique.

Les médias people s'interrogent sur ce que ces scientifiques mangent et sur ce qu'ils portent, ainsi que, bien sûr, avec qui ils sortent. Et lorsqu'en 2002, Koichi Tanaka a remporté le Nobel de chimie, la frénésie médiatique a presque supplanté la grosse controverse d'alors, les accusations d'enlèvements de citoyens japonais par la Corée du Nord.

Pendant ce temps, en Occident, la plupart des journaux n'accordaient qu'un court article aux gagnants du Nobel, voire pas d'articles du tout.

En 2001, le gouvernement japonais a déposé une politique fixant pour objectif d'avoir remporté 30 Prix Nobel d'ici 50 ans.

C'est bien parti: en 2002, un sondage révélait que les jeunes garçons japonais souhaitant devenir un scientifique étaient plus nombreux que ceux qui souhaitaient devenir un joueur de baseball.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:32

Le samedi 26 août 2006

Agrandir l'image

Hefner et ses trois concubines
Photo AFP

TOUJOURS VERT À 80 ANS

«Monsieur Playboy» remercie ses trois concubines

Paula Bustamante

Agence France-Presse

Beverly Hill, Etats-Unis

A 80 ans passés, Hugh Hefner, le mythique fondateur de l'empire du sexe Playboy, chante les louanges des trois sculpturales jeunes femmes partageant sa vie et son lit, et à qui il attribue son étonnante vitalité.

Recevant plusieurs médias français dont l'AFP dans son extravagant manoir gothique de Beverly Hills, M. Hefner, entouré de Holly, Bridget et Kendra (26, 32 et 21 ans), affirme que «vivre avec des jeunes permet de rester jeune. Je ne sais pas si le sexe est meilleur qu'il y a 20 ans, mais (ma) vie l'est».

«J'ai essayé toutes les variantes», souligne celui qui confesse avoir vécu avec jusqu'à sept femmes. «Il y avait des conflits parce qu'elles ne s'entendaient pas toutes, donc j'ai décidé de réduire la voilure», poursuit le vieillard aux yeux coquins, drapé dans sa rituelle robe de chambre en soie.



M. Hefner, «Hef» pour les intimes, devenu millionnaire en vendant depuis 1953 des fantasmes sur papier glacé à l'Amérique puis au monde entier, s'est adapté au XXIe siècle; sa vie fait depuis un an l'objet d'une émission de télé-réalité, «Les girls de Playboy», visible à partir du mois prochain en France sur la chaîne E! de Canalsatellite.

«Hef est captivant», résume Holly Madison, blonde platine comme Kendra et Bridget, en assurant que leur vie en phalanstère, scandaleuse aux yeux de la société américaine conservatrice à laquelle Playboy n'a cessé de faire des pieds-de-nez, «est une vraie relation, une vraie famille».

La jeune femme venue au monde dans les contrées reculées de l'Alaska a tatoué au creux de ses reins un petit lapin, symbole de Playboy, et M. Hefner lui décerne le statut de favorite. «Holly et moi resterons sans doute ensemble pour le reste de ma vie», confie-t-il.

Mais pour Holly, occuper la place de «première concubine» présente aussi l'inconvénient de ne pas avoir de «chez-elle». «Je suis jalouse, parce que Bridget et Kendra ont de grandes chambres, qu'elles peuvent décorer comme elles veulent».

Bien que doyenne du trio, Bridget, née dans la campagne californienne, serait plutôt la blonde écervelée et frivole, tandis que la jeune Kendra, originaire de San Diego (sud de la Californie) affiche son envie de faire la fête et de profiter de la vie.

Avec ses shorts moulants, ses bottes western montant jusqu'aux genoux et sa chemise à carreaux rose sur lesquelles tombent ses tresses, Bridget ne déparerait pas dans une version érotique de La petite maison dans la prairie. Kendra joue quant à elle la note sportive avec ses jeans taille basse et sa chemisette qui ne laisse rien ignorer de sa voluptueuse poitrine.

«C'est incroyable», «vraiment, dans aucun de mes rêves je n'imaginais vivre ainsi», lancent en choeur les jeunes femmes de leurs voix suraiguës, éclatant de rire à tout propos. Mais elles font apparemment des efforts désespérés afin de ne pas trop bouger les muscles de leur visage, par peur des rides.

Toutes trois ont la même lueur de vénération dans les yeux lorsqu'elles évoquent «Hef», «si intelligent», et grâce à qui elles mènent une vie d'une passionnante oisiveté, passant du jacuzzi à la piscine et se déplaçant en limousine ou dans le jet privé du maître des lieux.

«Le mariage fonctionne pour certains, pas pour d'autres», philosophe M. Hefner. «J'ai été marié deux fois, et suis resté fidèle, mais ce n'était pas la meilleure partie de ma vie. Ce qui est triste dans le mariage, c'est quand l'amour et la passion ne sont plus là».

«Je me sens plus jeune qu'il y a 15 ans», ajoute «Hef», qui compte parmi ses nombreux titres de gloire le lancement de la carrière de Marilyn Monroe, en couverture du premier Playboy. Il ne se voit pas de sitôt mettre un terme à ce train de vie: «ma mère a vécu jusqu'à 101 ans», souligne-t-il.


 

 

 

RetourRetour   HautHaut


Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:30

 

.

 

http://ivandeduve.over-blog.com/

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
27 août 2006 7 27 /08 /août /2006 11:28

Accelerating failure

24th August 2006

News article filed by BNP news team

 
 
 
The government's announcement today of a planned new Commission on Integration and Cohesion has already sparked controversy with spokesmen for
Muslim and Hindu communities condemning the plans as "racist" and unacceptable, suggesting that the secular indigenous majority cannot make demands from those communities with a strong faith based focus.

One community which is not being invited to the table to discuss the future of Britain - the beleagured white indigenous Britons for whom only the BNP speaks.

Only through our small but growing media; our newspaper, magazine, DVD distribution and our website can the voice of the ordinary decent but unrepresented Briton be heard.

BNP Press Officer tackles Ruth Kelly's latest exercise at papering over the cracks in Doc's Diary.

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives