Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 09:20

 

                 Le plan du siège de 1720 (ci-dessus) révèle que la fortification a été doublée d’une nouvelle enceinte bastionnée qui renforce notamment la longue courtine sud.

 Clé du « pré carré » de Vauban, Aire a renforcé sa défense par deux ouvrages à corne puissants qui défendent respectivement la porte de Saint-Omer et les abords orientaux vulnérables car difficilement inondables. Elément de défense, les zones inondables au nord et à l’ouest sont clairement représentées de même que les redoutes érigées au nord, en direction des Pays-Bas. Le dispositif est complété par le fort Saint-François. Une garnison importante loge dans les casernes qui marquent profondément la physionomie urbaine par leurs longues barres parallèles en briques.

En 1722, un règlement d’urbanisme révèle le souci d’embellir et de rationaliser la ville, figée dans ses enceintes.

 Sa croissance démographique sous l’Ancien Régime est faible :

près de 3 000 habitants à la fin du Moyen Âge, 5 000 intra-muros à la veille de la Révolution.

 Les Airois vivent dans un habitat non seulement modeste mais aussi très resserré en raison de l’emprise foncière des établissements conventuels, d’éducation et de charité. La cité est aérée par la seule grand-place puis dès le début du XIXe siècle grâce aux démolitions de l’église Notre-Dame, du château et de casernes. En-dehors des remparts, quatorze hameaux à l’implantation bâtie plus déliée entourent la cité et participent étroitement à la vie urbaine.

Cette stagnation démographique sous l’Ancien Régime est le signe d’une vie économique atone liée à l’agriculture et aux marchés.

La révolution industrielle ne pénètre guère dans la cité fortifiée.

L’industrialisation au XIXe siècle se limite à la construction d’une usine à gaz à l’emplacement de l’ancienne faïencerie du XVIIIe siècle et au développement de brasseries (9 en 1868) favorisées par l’abondance de l’eau.

 De surcroît, l’essor des grands centres textiles du Nord sous le Second Empire prive les ouvriers airois de leur travail à domicile. Le chemin de fer, habituellement facteur de désenclavement, ne suffit pas à attirer les industries qui s’implantent plutôt à Isbergues (aciéries, 1881), Lillers, Saint-Omer et Arques : la construction de la gare, en lisière des fortifications (1878) n’a guère de conséquences plus favorables que la construction du canal d’aire (1825).

Le déclassement de la place en 1882 annonce la démolition des remparts en 1893-1897 et l’ouverture de la ville. Libérée tardivement de son corset de brique et de pierre, la ville, longtemps repliée sur elle-même, découvre les possibilités foncières qu’offre l’importante zone « non aedificandi » laissée par le démantèlement des fortifications.

 
 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 09:13

 

http://www.csmonitor.com/2006/0922/p01s04-wome.html?s=hns

 

World>Middle East
from the September 22, 2006 edition

(Photograph) SEA OF SUPPORT: Hizbullah prepared Thursday for a massive "victory" rally in southern Beirut today.
HUSSEIN MALLA/AP

Israel troubled that war in Lebanon drove its enemies closer

Lebanese and Palestinian militants are now showing greater coordination.

| Correspondent of The Christian Science Monitor
Over the next few days, Israel hopes to bring home its remaining troops from south Lebanon, marking the end of its withdrawal after the 34-day war with Hizbullah guerrillas.

In Beirut, Hizbullah plans to mark the occasion Friday with a celebration in which supporters will claim "victory" despite the massive devastation in Lebanon.

 
E-mail this story
Write a letter to the Editor
Printer-friendly version
Permission to reprint/republish

But even though a calm continues to hold, Israelis say the war that started July 12 with the capture of two of its soldiers has created a much more dangerous enemy as the conflict has deepened ties between Lebanese guerrillas and Palestinian militants each with ties to Syria and Iran.

The result, Israeli analysts and military officials say, may be the further entrenchment of Hizbullah within the Palestinian territories and among militants connected to the ruling Hamas party. That could lead to future coordinated attacks on Israel more sophisticated in nature than the Palestinians have so far demonstrated.

The war will further cement ties that have been developing for more than a decade as Palestinian militants are eager to learn the techniques that allowed Hizbullah to withstand superior Israeli firepower while inflicting damage on Israel, say analysts and Israeli intelligence officers.

"The connection is all the global jihad," says an Israeli political official who works closely with Israel's intelligence branch and therefore could not be named. "It doesn't matter if we call them bin Laden or [Hamas leader Khalid] Mashaal or [Hizbullah leader Hassan] Nasrallah. They are all working toward the same ends."

The extent of the connection between the Iranian and Syrian-supported Hizbullah and Hamas, as well as between Hizbullah and Fatah-linked militias and the radical group Islamic Jihad, has been revealed through interrogations of Palestinians over the years, documents seized in raids on Palestinian offices, and other intelligence that Israeli sources refused to discuss specifically.

Experts trace the connection between Hizbullah and Palestinian militants to 1992, when Israel expelled more than 400 Palestinian extremists to Marj-el-Zhour, the Valley of the Flowers, in southern Lebanon. After their expulsion, the Palestinian militants, mainly from Hamas, set up a camp in Lebanon that was supported for months by Hizbullah. Some of Hamas's expelled Sunni leaders were eventually brought to Beirut, and introduced to Hizbullah's Shiite leaders there, experts say.

While that direct coordination between the Iranian-Hizbullah alliance and Hamas began in 1992, the die was first cast at the end of the Iraq-Iran war, when Iran reevaluated its strategic security, says Meir Javedanfar, an Iranian expert who is currently writing a book on Iranian President Mahmoud Ahmadinejad and Iran's nuclear-weapons program.

"After that war, Iran realized that offense was the best defense," says Mr. Javedanfar, an Iranian-born Israeli who still retains extensive contacts in the Islamic Republic. "The Palestinian groups became a way of creating a strategic belt in the region."

Estimates given by three top generals in the Israeli military's intelligence unit and by the Israeli political official state that anywhere from dozens to hundreds of Palestinian militants have been brought to Lebanon and Iran, and sometimes Syria, over recent years.

There, they received advanced guerrilla and terrorist warfare training by Hizbullah militiamen and Iranian Revolutionary Guard soldiers, says Brig. Gen. (Reserve) Shalom Harari, a 32-year veteran of Israeli military intelligence, and a special adviser on Palestinian affairs to Israel's Ministry of Defense.

Though he disputes the numbers, saying the number of militants trained abroad amounts only to "handfuls," Magnus Ranstorp, author of the 1997 book "Hizb'allah in Lebanon: The Politics of the Western Hostage Crisis," says Palestinian militants have admitted to receiving such training in those locations.

"There are secret flights, unscheduled flights between Damascus and Tehran, but we're not talking about a lot of people," says Mr. Ranstorp, who is also the research director at the Center for Asymmetric Threat Studies at the Swedish National Defense College. "Hizbullah is very cagey, very worried about any security breaches. They are overzealous when it comes to security checks on individuals because they want to avoid the Israeli infiltration."

(Photograph) UNITY: Hamas supporters waved Hizbullah flags at a rally in Gaza City on July 30.
KHALIL HAMRA/AP/FILE

Though the level of interaction between Hizbullah and the Palestinian groups differs, the common denominator they share, as does Iran, is the ideology that calls for Israel's destruction and the use of violence to accomplish the goal, says Brig. Gen. (Reserve) Yossef Kuperwasser, who until June was the No. 2 in the Israeli Defense Force's (IDF) intelligence unit and its chief intelligence analyst.

To all the Palestinian factions that conform to that ideology, Hizbullah provides training for their fighters and technical information on building weapons, a fact acknowledged by former Palestinian presidential candidate, Sattar Kassem, who ran as an independent after the death of Yasser Arafat.

"To a great extent, this is true," Mr. Kassem says when asked whether Palestinian militants were trained by Hizbullah.

"They get into Gaza at night by sea or by underground," says Col. (Reserve) Eitan Azani, the former head of Intelligence in the IDF's Lebanon Division. "Hizbullah is one of the more expert terror groups. They don't do anything by accident, everything is planned."

Since Israel's withdrawal from Gaza and the Gaza-Egyptian border nearly a year ago, Hizbullah's efforts and successes in smuggling Palestinians in and out of Gaza have picked up steam, the political official says.

This was confirmed by a Palestinian journalist with close connections to the militant groups in Gaza, who spoke on condition of anonymity out of fear of repercussions from the factions against him. "We know for sure it's happened, not just the deeper political [coordination], but even the members of the factions here in Gaza going out," he says.

But according to Kassem, Hizbullah's coordination with the Palestinian groups to date has been limited, not because of a lack of desire on Iran and Hizbullah's part to gain a foothold inside the West Bank and Gaza, but because Hizbullah does not trust the Palestinians.

Hizbullah "believes that the Israeli intelligence is infiltrating these factions," Kassem says. "We are not professionals, we talk too much and do very little."

All of those interviewed for this article say Islamic Jihad has essentially acted as a proxy for Hizbullah and Iran inside the Palestinian territories, carrying out attacks under their orders.

In at least one case, in 2002, Hizbullah sent fighters from the Lebanese town of Tyre over the border where Islamic Jihad members helped them to carry out a suicide bombing in Mitzuvah, a collective community close to the border, which killed 13 Israelis, Colonel Kuperwasser says.

The relationship between Fatah and Hizbullah is much older and intertwined as the people in charge of the organizations have known each other since the days before Israel's 1982 invasion of Lebanon, when the Palestinian Liberation Organization (PLO) was based in Beirut.

But the strengthening of ties with the Islamist Palestinian factions is the direction that future Iranian-Hizbullah-Palestinian relations will likely take, Javedanfar says, since the ideology is one in the same, whereas the relationship with secular Fatah was more a marriage of convenience for both sides.

At both the outbreak of the war and after the Israeli bombing of Qana, in which 26 people were killed, a total of five Palestinians with suicide bombing belts were caught by the IDF outside of Nablus, where the Israeli army said it broke up a Hizbullah-affiliated Fatah cell just before the war.

But that is just the beginning of the coordination to come, says Kassem, adding that Hizbullah's standing among the Palestinians grew exponentially during the war with Israel. The Palestinians, like most Arabs, he says, "care about their dignity.... The Arabs have been humiliated for 60 years and suffering from defeat, so to see somebody achieve a victory is somewhat unbelievable for them," he says.

 
 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 09:02

USA>Economy
from the September 21, 2006 edition

(Photograph) GO-SLOW APPROACH: US Treasury Secretary Paulson (r.) met with a Chinese provincial official in Hangzhou Tuesday.
NIR ELIAS/REUTERS

Why US speaks softly with China on trade

The new Treasury secretary worries that China's economy is more fragile than it appears.

| Staff writer of The Christian Science Monitor

America's economic point man is taking the tack of cooperation rather than confrontation on a visit to China this week, despite a widening trade deficit and disputes over everything from pirated movies to barriers that hinder US exports of auto parts.

It's a softer tone driven by China's rising economic power, by the interdependence of the two nations, and by a pragmatic approach to financial diplomacy.

E-mail this story
Write a letter to the Editor
Printer-friendly version
Permission to reprint/republish

But for Henry Paulson, America's new Treasury secretary, it also reflects an assessment of risk that may come as a surprise to many Americans.

For all its rapid strides, China is in some ways a fragile economy. That, trade experts say, is a danger not just to leaders in Beijing but to the world economy.

 

"If reform stalls, the Chinese economy will stall, and that is in nobody's interest," says Daniel Griswold, an economist at the Cato Institute, a libertarian think tank in Washington. Paulson "understands that our interest is in a thriving, liberalizing China."

 

China has committed itself down the road to an increasingly market-based economy. Its surging output of electronics and other goods has been stunning - and unsettling to rival manufacturers in other nations.

 

 

But this doesn't mean China's path of progress will necessarily remain smooth. Among the challenges: an outdated financial system heavy on bad loans, state-owned businesses in distress, a volatile social rift between prosperous urbanites and the rural poor, and the looming burden of a rising elderly population.

Paulson outlined China's challenges

Secretary Paulson pointed to many of these challenges in a major speech before heading overseas.

"The biggest risk we face is not that China will overtake the US," he said, "but that China won't move ahead with the reforms necessary to sustain its growth and to address the very serious problems facing the nation."

Paulson's stated goals for the US-China economic relationship have much in common with those of his predecessor, John Snow. Both put the issue of a more flexible Chinese currency high on their list - a move that could bolster the exports of struggling US manufacturers.

But Paulson's tone appears at once softer and more ambitious. He is not simply calling for change from Beijing officials. He expects to work with them regularly, building on the ties he established there in his career as a globe-trotting investment banker.

Wednesday, Paulson and a Chinese official announced the creation of a new high-level dialogue designed to deal with long-term issues between the two nations. At the same time, he has dampened expectations for any quick victories on issues such as the yuan-dollar exchange rate.

All this reflects a tempered approach to China at a time when critics continue to press the Bush administration for punitive measures if China is not responsive.

"Time is running out. I hope that Hank returns with tangible results," Sen. Charles Schumer (D) of New York said in a statement last week. He and Republican Sen. Lindsey Graham of South Carolina say they may have "no choice" but to call for a vote on their proposal that China face a 27.5 percent tariff in the US if Beijing fails to act on the currency issue.

His sentiment is backed up by many small- and medium-size manufacturing companies. Kevin Kearns, president of the US Business and Industry Council, said this week that America needs a get-tough approach. Use China's reliance on exports to the US and the threat that those sales could be lost, he suggested, to leverage concessions from Beijing.

A trade war if US pushes too hard?

(Photograph) OPENING GESTURE: Treasury Secretary Paulson (left) and China's Vice Premier Wu Yi issued a joint statement Wednesday. He's in Beijing for key economic talks.
ELIZABETH DALZIEL/AP

Many economists, however, caution that a trade war could harm both nations and the world economy. Their arguments include:

• The US and China, currently the twin engines of global growth, have become increasingly interdependent. Supporting gradual reforms, and a healthy Chinese economy, is more important than winning concessions.

• China's increasing clout makes it likely that its leaders will continue to make decisions based on perceptions of their own interests, not outside pressure.

• Even if the yuan were to rise sharply against the dollar, it is unclear how much impact that would have on the mammoth US trade deficit. America might simply import more from other nations, or pay more for imports from China.

Moreover, a large revaluation of the yuan might destabilize China.

"If they did it suddenly, their financial system might not be able to withstand the adversity," says Michael Cosgrove, an economist in Dallas who publishes the Econoclast newsletter.

A recent study, prepared for Congress's Joint Economic Committee, outlines a collection of challenges China confronts. It calls the banking system "dysfunctional," dominated by four state-owned banks and wrestling with a tide of nonperforming loans. One estimate, by the US accounting firm Ernst & Young, reckoned that the bad loans totaled $911 billion, or 41 percent of China's gross domestic product, at the end of last year.

China also has a jobless or underemployed "floating population" of some 140 million. By 2015, a decline in the working-age population promises to shore up the labor market.

But the flip side of that trend is an aging population without a social safety net. Already, this has distorted the economy by pushing China's domestic savings rate sky high. That's hindering the nation's hoped-for shift from an export-driven economy to one fueled more by domestic consumption.

"They themselves have come to the view that their current growth path is not sustainable," says Nicholas Lardy, an expert on China at the Institute for International Economics in Washington.

He says China is making headway with financial and other reforms.

Now it needs to find a way to boost domestic consumption while reducing runaway investment in industrial production - and to achieve this in lock step so that the economy doesn't slump. "The whole strategy is fraught with risk," Dr. Lardy says.

A more flexible exchange rate could help, he says. That would allow the central bank to focus more on domestic conditions and less on maintaining the yuan.

Paulson echoed that view in his recent speech on the global economy.

He spoke of "freeing up an inflexible currency regime" that hinders the development of a balanced economy. A more nimble monetary policy and financial system in China, he said, could "keep its economy from veering out of control."

IMF pushes US, China on imbalance

Member nations of the International Monetary Fund are also nudging China and the US to do more to address imbalances in the world economy. To many, that means exchange-rate shifts in the dollar and yuan. It also means more saving (and less borrowing) in the US, and more consumption within China.

Lardy and others say China isn't fragile to the point of breaking. But it faces some tough transitions.

The reforms "will be when they feel it is in their interest to do so," Lardy says. "Paulson, at the margin, could help them see their way to the decision."

 
GO-SLOW APPROACH: US Treasury Secretary Paulson (r.) met with a Chinese provincial official in Hangzhou Tuesday.
NIR ELIAS/REUTERS

Why US speaks softly with China on trade

The new Treasury secretary worries that China's economy is more fragile than it appears.

| Staff writer of The Christian Science Monitor
America's economic point man is taking the tack of cooperation rather than confrontation on a visit to China this week, despite a widening trade deficit and disputes over everything from pirated movies to barriers that hinder US exports of auto parts.

It's a softer tone driven by China's rising economic power, by the interdependence of the two nations, and by a pragmatic approach to financial diplomacy.

E-mail this story
Write a letter to the Editor
Printer-friendly version
Permission to reprint/republish

But for Henry Paulson, America's new Treasury secretary, it also reflects an assessment of risk that may come as a surprise to many Americans.

For all its rapid strides, China is in some ways a fragile economy. That, trade experts say, is a danger not just to leaders in Beijing but to the world economy.

"If reform stalls, the Chinese economy will stall, and that is in nobody's interest," says Daniel Griswold, an economist at the Cato Institute, a libertarian think tank in Washington. Paulson "understands that our interest is in a thriving, liberalizing China."

China has committed itself down the road to an increasingly market-based economy. Its surging output of electronics and other goods has been stunning - and unsettling to rival manufacturers in other nations.

But this doesn't mean China's path of progress will necessarily remain smooth. Among the challenges: an outdated financial system heavy on bad loans, state-owned businesses in distress, a volatile social rift between prosperous urbanites and the rural poor, and the looming burden of a rising elderly population.

Paulson outlined China's challenges

Secretary Paulson pointed to many of these challenges in a major speech before heading overseas.

"The biggest risk we face is not that China will overtake the US," he said, "but that China won't move ahead with the reforms necessary to sustain its growth and to address the very serious problems facing the nation."

Paulson's stated goals for the US-China economic relationship have much in common with those of his predecessor, John Snow. Both put the issue of a more flexible Chinese currency high on their list - a move that could bolster the exports of struggling US manufacturers.

But Paulson's tone appears at once softer and more ambitious. He is not simply calling for change from Beijing officials. He expects to work with them regularly, building on the ties he established there in his career as a globe-trotting investment banker.

Wednesday, Paulson and a Chinese official announced the creation of a new high-level dialogue designed to deal with long-term issues between the two nations. At the same time, he has dampened expectations for any quick victories on issues such as the yuan-dollar exchange rate.

All this reflects a tempered approach to China at a time when critics continue to press the Bush administration for punitive measures if China is not responsive.

"Time is running out. I hope that Hank returns with tangible results," Sen. Charles Schumer (D) of New York said in a statement last week. He and Republican Sen. Lindsey Graham of South Carolina say they may have "no choice" but to call for a vote on their proposal that China face a 27.5 percent tariff in the US if Beijing fails to act on the currency issue.

His sentiment is backed up by many small- and medium-size manufacturing companies. Kevin Kearns, president of the US Business and Industry Council, said this week that America needs a get-tough approach. Use China's reliance on exports to the US and the threat that those sales could be lost, he suggested, to leverage concessions from Beijing.

A trade war if US pushes too hard?

(Photograph) OPENING GESTURE: Treasury Secretary Paulson (left) and China's Vice Premier Wu Yi issued a joint statement Wednesday. He's in Beijing for key economic talks.
ELIZABETH DALZIEL/AP

Many economists, however, caution that a trade war could harm both nations and the world economy. Their arguments include:

• The US and China, currently the twin engines of global growth, have become increasingly interdependent. Supporting gradual reforms, and a healthy Chinese economy, is more important than winning concessions.

• China's increasing clout makes it likely that its leaders will continue to make decisions based on perceptions of their own interests, not outside pressure.

• Even if the yuan were to rise sharply against the dollar, it is unclear how much impact that would have on the mammoth US trade deficit. America might simply import more from other nations, or pay more for imports from China.

Moreover, a large revaluation of the yuan might destabilize China.

"If they did it suddenly, their financial system might not be able to withstand the adversity," says Michael Cosgrove, an economist in Dallas who publishes the Econoclast newsletter.

A recent study, prepared for Congress's Joint Economic Committee, outlines a collection of challenges China confronts. It calls the banking system "dysfunctional," dominated by four state-owned banks and wrestling with a tide of nonperforming loans. One estimate, by the US accounting firm Ernst & Young, reckoned that the bad loans totaled $911 billion, or 41 percent of China's gross domestic product, at the end of last year.

China also has a jobless or underemployed "floating population" of some 140 million. By 2015, a decline in the working-age population promises to shore up the labor market.

But the flip side of that trend is an aging population without a social safety net. Already, this has distorted the economy by pushing China's domestic savings rate sky high. That's hindering the nation's hoped-for shift from an export-driven economy to one fueled more by domestic consumption.

"They themselves have come to the view that their current growth path is not sustainable," says Nicholas Lardy, an expert on China at the Institute for International Economics in Washington.

He says China is making headway with financial and other reforms.

Now it needs to find a way to boost domestic consumption while reducing runaway investment in industrial production - and to achieve this in lock step so that the economy doesn't slump. "The whole strategy is fraught with risk," Dr. Lardy says.

A more flexible exchange rate could help, he says. That would allow the central bank to focus more on domestic conditions and less on maintaining the yuan.

Paulson echoed that view in his recent speech on the global economy.

He spoke of "freeing up an inflexible currency regime" that hinders the development of a balanced economy. A more nimble monetary policy and financial system in China, he said, could "keep its economy from veering out of control."

IMF pushes US, China on imbalance

Member nations of the International Monetary Fund are also nudging China and the US to do more to address imbalances in the world economy. To many, that means exchange-rate shifts in the dollar and yuan. It also means more saving (and less borrowing) in the US, and more consumption within China.

Lardy and others say China isn't fragile to the point of breaking. But it faces some tough transitions.

The reforms "will be when they feel it is in their interest to do so," Lardy says. "Paulson, at the margin, could help them see their way to the decision."

 
USA Stories:for 10/06/2006
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 08:44

http://www.cu-creusot-montceau.fr/main.aspx?idRub=17&idArt=157&idEsp=3

 Montchanin
5 593 habitants

Située à un confluent des voies de communication terrestres, fluviales et ferroviaires, Montchanin a connu, au siècle dernier, une grosse activité minière et tuilière, exploitant les richesses de son sous-sol, puis industrielle avec la fonderie Henri Paul reconvertie aujourd'hui dans la construction mécanique.
.
 
     
 

les liens
 
 
 
 

Située à un confluent des voies de communication terrestres, fluviales et ferrorivaires, Montchanin a connu, au siècle dernier, une grosse activité minère et tuilière, exploitant les richesses de son sous-sol, puis industrielle avec la fonderie Henri-Paul, reconvertie aujourd'hui dans la construction mécanique.
Cette ville garde le témoignage de son passé à travers des toitures et façades décorées en tuiles vernissées et un « vieux port » devenu base de loisirs.
La ville possède une bibliothèque et des équipements diversifiés dans le domaine de la petite enfance, du loisir et des activités d'éducation populaire.

 
 
  haut de page Haut de page Article suivant article suivant
Mise à jour :18/05/2005
 
 
     
 

les liens
 
 
 
 

 

 
 
  haut de page Haut de page Article suivant article suivant
Mise à jour :18/05/2005
 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 08:42

 

La fin de l'ère Chirac
Posté le Mardi 22 août 2006 @ 02:04:52 par Catallaxia
La fin de l'ère Chirac
Posté le Mardi 22 août 2006 @ 02:04:52 par Catallaxia

Actualités Nicolas-Lobin écrit "
Que restera-il des années Chirac ? Poser la question, c’est presque obtenir la réponse. Certains chiraquiens pourront très certainement évoquer, avec amertume peut-être, comme l’avait fait Philippe Seguin en son temps, la fin du service militaire, mais encore le discours solennel qu’il a prononcé, en début de son mandat, visant à reconnaître la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv, et qui avait été saluée, à l’époque, par certains de ses partenaires européens. Peut-être retiendra-on aussi son refus de mener une intervention militaire en Irak, même si on peut lui reprocher d’avoir voulu s’en servir en vue d’augmenter son influence à l’échelle européenne.


Depuis sa réélection en mai 2002 avec un score massif ( 82 % des suffrages exprimés au second tour qui l’opposait à Jean Marie Le Pen ) Jaques Chirac n’a pas pu ou voulu imposer une réforme complète de l’Etat et a perdu tout le crédit qu’il avait obtenu dans l’opinion, d’abord aux régionales, puis aux européennes, qui rééquilibra le jeu politique à droite entre l’UDF et l’UMP, puis son échec patent lors du projet pour une Constitution européenne, où le non l’emporta avec 55 % des voix. Jacques Chirac espérait rebondir en nommant Dominique de Villepin à Matignon, pour obtenir un second souffle et lutter plus efficacement contre celui qu’il a toujours haï, Nicolas Sarkozy. Dominique de Villepin, on s’en souvient, s’était donné cent jours pour changer la France. Malheureusement, suite aux émeutes des banlieues et à la crise du CPE, sans oublier l’affaire Clearstream ( et que dire de l’amnistie de Guy Drut qu’il a lui-même non désiré, cependant ) qui a complètement miné l’autorité de l’Etat et l’a affaibli durablement. On craignait une fin de règne, il semblerait que nous soyons en présence d’une fin d’un régime agonisant où tous les principaux protagonistes attendent une mort annoncée. Comment Jacques Chirac, qui a 70 ans, pourrait-il songer à se représenter en 2007 en vue de tous les scandales qui l’éclaboussent depuis des mois et même des années ? Comment pourrait-il avoir la force de continuer ? Et pour quoi faire ? Nicolas Sarkozy l’avait sans doute humilié en disant qu’il était en faveur d’un mandat présidentiel renouvelable une fois afin de faire respirer la démocratie. Sabine Herold, actuelle porte-parole d’Alternative Libérale, a rappelé, au cours d’une émission télévisées à laquelle elle participait, que Jacques Chirac pourrait être son grand père. Comment mieux en effet montrer que Jacques Chirac a été ministre dès 1967 et qu’il semble incarner une époque révolue, appartenir à un autre temps ? Nicolas Sarkozy tout comme Ségolène Royal, tous deux quinquagénaires et qui paraissent incarner le changement face à un tel système vieillissant et délétère, sont les mieux placés pour la prochaine élection présidentielle. Signe sans doute que les français, dont les plus jeunes sont de plus en plus nombreux à quitter ce pays pour espérer vivre une vie meilleure à l’étranger, en Irlande ou aux Etats-Unis, ont compris que le changement était inévitable, nécessaire, et que ceux qui étaient les mieux placés pour le conduire ne sont plus les vieux sexagénaires vides d’idées tels Fabius ou Jospin que la France a trop longtemps connue et dont elle a trop souffert.

En ces temps de fin de règne, les plus proches de Chirac ont récemment déclaré à la presse que Jacques Chirac souhaitait qu’on le laisse finir son mandat en paix, autrement dit dans la dignité. Sa femme, Bernardette Chirac, essaie de le convaincre de se réconcilier avec Nicolas Sarkozy en vue des prochaines échéances électorales. Jacques Chirac aurait appuyé cette initiative, préférant qu’un Président de droite soit élu plutôt qu’un Président socialiste qui pourrait alors lui faire subir une humiliation supplémentaire, celui-ci le poussant à témoigner devant les juges. Jacques Chirac, qui aujourd’hui est moins présent médiatiquement ( mais est-il du reste encore audible, en phase avec l’opinion ? ) qu’il ne le fut par le passé, ne pense plus sérieusement à se présenter en 2007 mais plutôt à ce qu’il laissera une fois qu’il aura quitté l’Elysée. Il aurait souhaité que François Pinault puisse inaugurer son musée à Boulogne Billancourt, mais suite à une brouille qu’il a eu avec l’administration ce dernier a renoncé et a fait construire son musée à Venise. Quant au musée consacré aux Arts Premiers, il semble en voie de perdition. Nous assistons bien, en direct, à la fin de l’ère Chirac.



"

Liens Relatifs
  • En savoir plus à propos de Actualités
  • Article de Nicolas-Lobin
  • Article de Catallaxia

    L'Article le plus lu à propos de Actualités :
  • Intermittents tan-tan ! Subvention contre subversion

    Les dernières nouvelles à propos de Actualités :

     

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "La fin de l'ère Chirac" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire

    Actualités Nicolas-Lobin écrit "
    Que restera-il des années Chirac ? Poser la question, c’est presque obtenir la réponse. Certains chiraquiens pourront très certainement évoquer, avec amertume peut-être, comme l’avait fait Philippe Seguin en son temps, la fin du service militaire, mais encore le discours solennel qu’il a prononcé, en début de son mandat, visant à reconnaître la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv, et qui avait été saluée, à l’époque, par certains de ses partenaires européens. Peut-être retiendra-on aussi son refus de mener une intervention militaire en Irak, même si on peut lui reprocher d’avoir voulu s’en servir en vue d’augmenter son influence à l’échelle européenne.


    Depuis sa réélection en mai 2002 avec un score massif ( 82 % des suffrages exprimés au second tour qui l’opposait à Jean Marie Le Pen ) Jaques Chirac n’a pas pu ou voulu imposer une réforme complète de l’Etat et a perdu tout le crédit qu’il avait obtenu dans l’opinion, d’abord aux régionales, puis aux européennes, qui rééquilibra le jeu politique à droite entre l’UDF et l’UMP, puis son échec patent lors du projet pour une Constitution européenne, où le non l’emporta avec 55 % des voix. Jacques Chirac espérait rebondir en nommant Dominique de Villepin à Matignon, pour obtenir un second souffle et lutter plus efficacement contre celui qu’il a toujours haï, Nicolas Sarkozy. Dominique de Villepin, on s’en souvient, s’était donné cent jours pour changer la France. Malheureusement, suite aux émeutes des banlieues et à la crise du CPE, sans oublier l’affaire Clearstream ( et que dire de l’amnistie de Guy Drut qu’il a lui-même non désiré, cependant ) qui a complètement miné l’autorité de l’Etat et l’a affaibli durablement. On craignait une fin de règne, il semblerait que nous soyons en présence d’une fin d’un régime agonisant où tous les principaux protagonistes attendent une mort annoncée. Comment Jacques Chirac, qui a 70 ans, pourrait-il songer à se représenter en 2007 en vue de tous les scandales qui l’éclaboussent depuis des mois et même des années ? Comment pourrait-il avoir la force de continuer ? Et pour quoi faire ? Nicolas Sarkozy l’avait sans doute humilié en disant qu’il était en faveur d’un mandat présidentiel renouvelable une fois afin de faire respirer la démocratie. Sabine Herold, actuelle porte-parole d’Alternative Libérale, a rappelé, au cours d’une émission télévisées à laquelle elle participait, que Jacques Chirac pourrait être son grand père. Comment mieux en effet montrer que Jacques Chirac a été ministre dès 1967 et qu’il semble incarner une époque révolue, appartenir à un autre temps ? Nicolas Sarkozy tout comme Ségolène Royal, tous deux quinquagénaires et qui paraissent incarner le changement face à un tel système vieillissant et délétère, sont les mieux placés pour la prochaine élection présidentielle. Signe sans doute que les français, dont les plus jeunes sont de plus en plus nombreux à quitter ce pays pour espérer vivre une vie meilleure à l’étranger, en Irlande ou aux Etats-Unis, ont compris que le changement était inévitable, nécessaire, et que ceux qui étaient les mieux placés pour le conduire ne sont plus les vieux sexagénaires vides d’idées tels Fabius ou Jospin que la France a trop longtemps connue et dont elle a trop souffert.

    En ces temps de fin de règne, les plus proches de Chirac ont récemment déclaré à la presse que Jacques Chirac souhaitait qu’on le laisse finir son mandat en paix, autrement dit dans la dignité. Sa femme, Bernardette Chirac, essaie de le convaincre de se réconcilier avec Nicolas Sarkozy en vue des prochaines échéances électorales. Jacques Chirac aurait appuyé cette initiative, préférant qu’un Président de droite soit élu plutôt qu’un Président socialiste qui pourrait alors lui faire subir une humiliation supplémentaire, celui-ci le poussant à témoigner devant les juges. Jacques Chirac, qui aujourd’hui est moins présent médiatiquement ( mais est-il du reste encore audible, en phase avec l’opinion ? ) qu’il ne le fut par le passé, ne pense plus sérieusement à se présenter en 2007 mais plutôt à ce qu’il laissera une fois qu’il aura quitté l’Elysée. Il aurait souhaité que François Pinault puisse inaugurer son musée à Boulogne Billancourt, mais suite à une brouille qu’il a eu avec l’administration ce dernier a renoncé et a fait construire son musée à Venise. Quant au musée consacré aux Arts Premiers, il semble en voie de perdition. Nous assistons bien, en direct, à la fin de l’ère Chirac.



    "

    Liens Relatifs
  • En savoir plus à propos de Actualités
  • Article de Nicolas-Lobin
  • Article de Catallaxia

    L'Article le plus lu à propos de Actualités :
  • Intermittents tan-tan ! Subvention contre subversion

    Les dernières nouvelles à propos de Actualités :

     

    Page Spéciale pour impression  Envoyer cet Article à un ami 



  • "La fin de l'ère Chirac" | Se connecter / Créer un compte | 0 Commentaire

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 08:40

    Les guerriers d'Allah

                                   medium_guedj.jpgLe 17 septembre dernier à Pierrefitte ( 9-3), Mme Nicole Guedj, Conseillère particulière de l’Elysée, ainsi que du Consistoire Central et ancienne ministre du Droit des Victimes dans le gouvernement Raffarin a subi un vol à la portière. Un « individu » a brisé la vitre de sa voiture à l’arrêt avant de lui dérober son sac à main posé sur le siège passager et de s’enfuir sans être inquiété le moins du monde....

                                    Une semaine plus tôt, la camarade Jacqueline Fraysse, députée communiste des Hauts de Seine et ancienne maire de Nanterre avait connu la même mésaventure à un feu rouge dans la bonne ville de Saint Denis (9-3)....

                                    Le 18 septembre étaient assassinés à Rabat,

    Alessandro Missir di Lusignano, chef de la section des affaires politiques de la délégation de la Commisssion Européenne au Maroc ainsi que son épouse Ariane née lagasse de Locht.

    Selon la presse belge et française, il s’agirait d’un simple cambriolage qui aurait mal tourné.

     Mais selon la presse italiennne, ce meurtre d’une rare sauvagerie est d’origine islamiste.

    L’ESISC ( European strategic Intelligence and security Center) a même déclaré que les chefs d’unité de la Commisssion Européennne « ont  vigoureusement appelé leurs collaborateurs à ne pas évoquer a possibilité d’un crime à connotation religieuse » bien que l’assassin ait notamment hurlé :

     “Allah ou Akhbar ! » alors qu’il égorgeait le diplomate et sa femme sous les yeux de leurs 4 enfants !

    De la Bretagne à la Galice en passant par l'Irlande et l'Ecosse... la musique de notre âme.

                                  

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 08:29

     

     

    « Preuve par le tournesol | Page d'accueil | DEUX RECITS de GUERRE ( A.SOLJENITSYNE° »

    07.10.2006

    Les guerriers d'Allah

                                   medium_guedj.jpgLe 17 septembre dernier à Pierrefitte ( 9-3), Mme Nicole Guedj, Conseillère particulière de l’Elysée, ainsi que du Consistoire Central et ancienne ministre du Droit des Victimes dans le gouvernement Raffarin a subi un vol à la portière. Un « individu » a brisé la vitre de sa voiture à l’arrêt avant de lui dérober son sac à main posé sur le siège passager et de s’enfuir sans être inquiété le moins du monde....

                                    Une semaine plus tôt, la camarade Jacqueline Fraysse, députée communiste des Hauts de Seine et ancienne maire de Nanterre avait connu la même mésaventure à un feu rouge dans la bonne ville de Saint Denis (9-3)....

                                    Le 18 septembre étaient assassinés à Rabat,

    Alessandro Missir di Lusignano, chef de la section des affaires politiques de la délégation de la Commisssion Européenne au Maroc ainsi que son épouse Ariane née lagasse de Locht.

    Selon la presse belge et française, il s’agirait d’un simple cambriolage qui aurait mal tourné.

     Mais selon la presse italiennne, ce meurtre d’une rare sauvagerie est d’origine islamiste.

    L’ESISC ( European strategic Intelligence and security Center) a même déclaré que les chefs d’unité de la Commisssion Européennne « ont  vigoureusement appelé leurs collaborateurs à ne pas évoquer a possibilité d’un crime à connotation religieuse » bien que l’assassin ait notamment hurlé :

     “Allah ou Akhbar ! » alors qu’il égorgeait le diplomate et sa femme sous les yeux de leurs 4 enfants !

    De la Bretagne à la Galice en passant par l'Irlande et l'Ecosse... la musique de notre âme.

    Indispensables

     

     

     

                                  

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 18:28

     

    Alain Duménil, PDG de Smalto, mis en examen

    Publié le 18/09 à 09:58
    L'homme d'affaires est soupçonné d'avoir provoqué la faillite du chausseur de luxe Stéphane Kélian
    - France 3  -
    Cliquez ici pour voir en grand
    France 3

    Le 14 septembre, le président du groupe Smalto, Alain Duménil, a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l'enquête sur la liquidation du chausseur de luxe Stéphane Kélian en août 2005.

     L'homme d'affaires est soupçonné d'avoir provoqué la faillite de l'enseigne drômoise ...

     

    Alain Duménil, 57 ans, avait été entendu mercredi et jeudi par la police judiciaire de Lyon, avant de se rendre chez le magistrat instructeur à Valence. Le président de Smalto avait été convoqué dans le cadre de l'information judiciaire, ouverte en décembre dernier par le tribunal de Valence, sur les conditions de la liquidation du chausseur de luxe Kélian en août 2005. Le magistrat soupçonne l'homme d'affaires d'avoir volontairement organisé la faillite du chausseur de luxe. Jeudi après-midi, pendant plus de trois heures, l'industriel a répondu aux questions du juge sur les circonstances de la vente de la marque à l'une de ses filiales. La transaction financière aurait été organisée au printemps 2005, peu de temps avant la liquidation de l'entreprise fin août. Les faits sont contestés par Alain Duménil. Le PDG de Smalto a été mis en examen pour "banqueroute, complicité de faux et usage de faux". Il a été placé sous contrôle judiciaire avec obligation de verser une caution record de deux millions d'euros.

    Rappels
    - Alain Duménil, PDG de Smalto, mis en examen - France 3 -
    Cliquez ici pour voir en grand

    Le groupe Smalto avait repris l'enseigne romanaise Stéphane Kélian en 2002 et l'avait alors scindé en différentes entités qui avaient repris les marques, les magasins ou encore l'immobilier. Dans ce cadre, une société par action simplifiée, dénommée SAS Stéphane Kélian Production, était chargée de la production et des emplois. C'est cette société qui a été mise en liquidation, entraînant le licenciement de 143 salariés. Les maires de Romans et Bourg-de-Péage avaient alors envoyé un courrier au procureur de Valence dénonçant des "manœuvres frauduleuses" et le montage juridique mis en place par le groupe Smalto.

    Trois personnes avaient déjà été mises en examen pour "complicité de banqueroute, faux et usage de faux" dans le cadre de cette enquête: le directeur général de SAS Stéphane Kélian, Patrick Hengler, Thierry Janus, commissaire aux comptes du cabinet Mazars et Guérard, ainsi que Gérard Brion, l'un de ses collaborateurs.
    Voir le reportage

    Voir le reportage de Y.Marie - P.Lachaux - M.Goudrand
    Interviews :
    1 - Maître François Saint-Pierre; avocat d'Alain Duménil
    2 - Jean-Pierre Nahon, procureur de la République

     Alain Duménil, PDG de Smalto, mis en examen (JT 12/13 le 15/09/2006)
    La réaction de Henri Bertholet , maire de Romans/Isère (Drôme), dans le JT midi Rhône-Alpes

     La réaction de Henri Bertholet , maire de Romans (JT 12/13 le 15/09/2006)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    .

    Publié le 18/09 à 09:58
     
    Cliquez ici pour voir en grand
    France 3
    Le

     

    Alain Duménil, 57 ans, avait été entendu mercredi et jeudi par la police judiciaire de Lyon, avant de se rendre chez le magistrat instructeur à Valenceontrôle judiciaire avec obligation de verser une caution record de deux millions d'euros.

    Rappels
     

     

     
     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 18:05

     

     

    Mon séjour en Eurabia

    Au début du mois de septembre je suis allé en Fwance afin de participer à certaines réjouissances familiales.

    Quel spectacle mes amis!

    Une arrivée à Roissy des plus hallucinantes.
     
     Ah Roissy et ses mosquées!
     
     Le général doit se retourner dans sa tombe en voyant que l'aéroport qui porte son nom ressemble de plus en plus à celui du Caire.
     
     Mais bon, il l'a sans doute bien mérité, lui et sa politique arabe de la Fwance.
    Des restaurants bistro à la limite de l'insalubrité servant des 'Américains', une sorte de sandwitch aux frites et aux merguez (oh l'ironie!!!),
    du personnel de (in)sécurité magrébin partout, des bandes de Cailleras qui écument les quais de la gare TGV et des toilettes publiques payantes.

    A propos, savez-vous pourquoi on dit 'aller `aller à la toilette' au Québec
    et 'aller aux toilettes en Fwance'?
    Parce qu'en Fwance il faut en faire plusieur avant d'en trouver une propre.

    Premier séjour en famille en Province, le calme semble régner.
     Mais les regards de peur des gens lorsque certains sujets sont abordés révèle une toute autre réalité.
     
    La dhimmitude gagne du terrain.
     
    La ville que j'ai quitté il y a 12 ans est la même, plus belle même.
    Il faut dire qu'elle a un maire de droite depuis des décennies...
     Les places des marchés sont vivantes, pleines de produits du terroir.
     
    Les commerçants sont joviaux et tout ce petit monde semble vivre en harmonie.
     
     Les réfugiés de guerre du Sud Est Asiatiques, qui fuyaient la terreur rouge dans les années 70 et le début des années 80, ces boat peoples, se sont intégrés merveilleusement bien.
     
    Ils ne renient pas leurs traditions, ils en ont gardé ce qu'il y avait de meilleur, ils ont travaillé fort et se sont fondus dans la population locale, déjà enrichie des immigrations ibériques et lusitatiennes, elles aussi de solides cultures du travail.
     
    Hélas, et oui parce qu'il y a un hélas, les adeptes du prophete eux sont toujours identifiables, trainent en groupe, rapinent, observent, complotent et faineantisent.
     
     Des femmes bachées se sont mises à éclore comme des générations spontanées de champignons, et des hommes à la tenue d'imam, la barbe longue et le cheveux courts se trouve fréquemment dans les ruelles de mon enfance.

    Rien ne vaut une expatriation pour voir les changements lents mais profonds que son pays de naissance subit sans réagir.

    Parler avec des Fwançais est comme parler avec des extra-terrestres.

     Ils n'ont qu'une source d'information, l'Agence France Presse, censurée par les pouvoirs publiques.

    Ils sont encore en train de nous gémir que le Président Bush a menti sur l'Iraq...

     en oubliant de dire que :


    - la décision de libérer l'Iraq c'est faite sur la base de renseignements de la DGSE


    - les gouvernements zéropéens, surtout le fwançais, étaient persuadés de la présence d'ADM en Iraq


    - Sodom Hussein était un allié fort de la fwance.

    Les gens de droite adulent Sarkozy, mais reconnaissent en coeur que ses positions sur l'islam sont trop molles et intolérables.
     Ceux de gauche se divisent en 2 camps, les chrétiens populaires qui voient lucidement la menace grandir et les autres, les bolcho-bourgeois, les verts radicaux, les totalitaires et toute la fange, ne jurent que par Ségolène, sa paire de seins et son cul rebondi, en oubliant de voir que c'est une marionnette aux mains de son conjoint Hollande, le pourceau de Corrèze.

    On va s'amuser à suivre ces élections pestilentielles...

    Deuxième partie du séjour dans le nord de la fwance, là ou les villes sont à cheval sur la frontière fwanco-belge.
     
    Pendant l'heure que j'ai passé dans l'aéroport de Lilles je n'ai pas vu une seule tête europeènne, sauf la mienne dans le mirroir sale des toilettes publiques payantes des femmes, celles des hommes étant 'cassées'.

    Petite annecdote, la personne qui m'a hébergé a eu, il y a quelques mois, maille à partir avec les adhérents de la RATP.
     
     Dans la soirée il a voulu faire arréter un rodéo bruillant de scooter.
     Surprise!! Ce sont des 'jeunes' qui jouent des apprentis cowboys sur leur pétoires gonflées. Notre brave ami essuie des menaces de mort avant d'en venir aux mains.
     
     Mais nos jeunes maures, appliquent leur tactique préférée et se mettent à plusieurs sur lui et l'ont défiguré en lui fracassant le crâne à coup de casque de moto...
     
     Sous le regard des voisins impassibles.
    C'est la femme d'un de ses braves voisins qui à bien voulu témoigner.
     
    Résultats des semaines d'invalidité pour notre Cid local et un gros 8 mois de prison pour les racailles, sur lesquels ils feront 4 mois pour bonne conduite avant de revenir sur les lieux du crime se venger.
    Où cela se passait-il ? dans une banlieue paisible et résidentielle de Lille.

    Petite visite de la Somme, qui fut temoin de terribles batailles de tranchées pendant la WWI.
     
     Des monuments à la mémoires des héros Canadiens, Américains, Anglais, Australiens, Neo-Zélandais.
     
    Qu'il est bon de voir que les Anglo-Saxons savent voler au secours de l'Europe qu'il serait bon de voir l'inverse.
     
    Pendant cette guerre l'opinion publique américaine etait contre une intervention armée de leurs troupes.
     
     Mais il s'y conformèrent et prirent l'engagement d'aller jusqu'à la Victoire.




    Espérons que cela soit encore le cas.


     

    Sunday, October 01, 2006

    Mr le 1er ministre : merci !

    A la réponse de Mr Harper face à tous les pays de l'eurabia concernant les "victimes libanaises", je dis "chapeau" mec ! en effet pourquoi ne pas uniquement parler des victimes de ce conflit, et vous savez pourquoi ?
    parce les victimes israèliennes ne sont pas des victimes puisque Israèl était l'attaquant ...
    (Israèl se défendait !) sans parler des multiples pressions islamofascistes que subissent tous les gouvernement d'Eurabia .
     Malheureusement et ceci en est la preuve concrète, l'objectivité n'est plus de mise .
     Encore une fois et je ne le répèterai jamais assez, il faut choisir son camp !
     Mr Harper a donc décidé de dire F...U à tous ces politiciens qui jouent le jeu des islamoracistes radicaux .
    A +

    Monday, September 25, 2006

    The Dawson Massacre

    Bien, espérons que les esprits se soient un peu calmés.

    Lors de mon séjour en fwance j'ai suivi en direct la tragédie de Dawson.
    Ce fût effroyable, la femme d'un de mes amis est professeure dans cet établissement.

    Ce qui va suivre est une courte tentative d'analyse de ce qui s'est passé.
    Cela risque d'être choquant pour certains, voire intolérable.
     Aussi je vous le dit tout de suite, ce crime est une atrocité sans nom et doit être fermement condamné.
    Mon analyse sera certainement jugée partiale car je vais emprunter des bribes de mon vécu pour essayer de faire le jour sur cette bien triste affaire.

    Alors les causes de tout cela?

    1. Le meurtrier faisaient partie de la mouvance Goth.
    Oh Ouh le grand méchant loup!!!
    C'etait un disciple des assassins de Columbine, il écoutait de la musique satanique et dévoraient des foetus pour son déjeuner.
     Le goth, voilà l'épouvantail parfait que nos journaleux nous agitent sous le nez pour que nous ne cherchions pas la vérité ailleurs.


    2. Le meurtrier était victime de la loi 101.
     
     Criss encore les séparanos qui nous pourrissent la vie. Comme vous le savez certainement j'ai du mal à supporter l'idée de secession de la Confédération Canadienne, mais de là à dire que c'est à cause de la police de la langue que le massacre a eu lieu dans un collège anglophone, relève de l'ignorance crasse la plus profonde qui soit.
    Mme Wong vous puez de la gueule!

    3. C'est la faute des armes!
     Heuuu pardon, l'arme n'est pas dangeureuse, c'est la personne qui s'en sert qui peut l'être.
     
    Et puis nous au Canada, contrairement aux Cowboys du Sud, nous avons un 'excellent' registre des armes feu, simple, efficace et pas cher du tout... Ironie, ironie.
     
    Allez, hop un petit documentaire révisioniste et manipulateur comme sait si bien les faire Mike Al Moore.

    A-t-on pensé à la détresse de ses jeunes meutriers de Columbine, de Dawson et d'ailleurs. A chaque fois les mêmes patterns émergent. Des enfants ostracisés par leurs 'camarades' d'école, des victimes quotidiennes du taxages, du mépris, de la haine de ce qui est différent, le téteux, le nerd, le polard, le 4zieux, le gay, le goth, l'atypique, le juif, le surdoué, etc.
     Des victimes du système scolaire égalitaire en surface mais défaitiste en réalité.
     
     Des victimes que des professeurs et des administrations d'école n'ont pas su, ou pas voulu, protéger du harcelement quotidien des monstres et des cliques. Des victimes de la haine ordinaire.

    Regardez vous tous dans le font de l'âme! Et examinez toutes les vies que vous avez pourries, examinez toutes les souffrances que vous avez subit sous les yeux complices de ceux-la même qui étaient supposés vous protéger, vous encadrer.

    Oui, moi aussi j'ai vécu de taxage de la part de caucasiens et de ma magrébins. Oui je n'ai eu aucun support de mon école. Oui les profs avaient peur des représailles.
     
    Oui j'ai aussi fantasmé que 'quand je serai grand je me ferai justice...'

    Pour la plus part, Dieu merci, le fantasme reste un fantasme
     
    . Pour d'autre il devient une réalité qui conduit à un acte logique mais inexcusable, un acte de grande détresse, un acte de faiblesse qui vient prouver que les cliques et les jocks ne s'en prennent réellement qu'aux plus faibles, faibles que la société refuse de protéger contre la barbarie quotidienne.

    En ce moment un jeune garçon, ou une jeune fille, panse ses blessures et fredonne cette chanson en pleurant:

    You break my back
    You won't break me
    All is black
    But I still see
    Shut me down
    Knock me to the floor
    Shoot me up
    Fuck me like a whore
    Trapped under ice
    Comfortably cold
    I've gone as low as you can go
    Feel no remorse
    No sense of shame
    Time's gonna wash away all pain
    I made a god out of blood
    Not superiority
    I killed the king of deceit
    Now I sleep in anarchy
    Sacrifice to the cause
    Turn your code into law
    Compensate to validate the loss
    Take a thief
    Nail him to a cross
    Gospel of rage
    Faction of hate
    Deviate from the absolute
    Born of revenge
    Raised on cement
    Chaos created government
    I made a god out of blood
    Not superiority
    I killed the king of deceit
    Wake me up in anarchy

    KMFDM, Anarchy

    En ce moment un jeune garçon, ou une jeune fille, panse ses blessures et imagine la victime devenir bourreau


    Tuesday, September 19, 2006

    Update - Mise à jour


    Je viens de rentrer d'eurabia et suite à une mauvaise manip sur un clavier sovietoide AZERTY, tout le blog a foiré, je le remets vite en route et vous raconte mes peripeties en zeropland...


    Monday, September 11, 2006

    L’antiaméricanisme est un médicament

    Why?


    Cinq ans après le 11 septembre, force est d’admettre que l’antiaméricanisme est de plus en plus présent dans nos sociétés dites modernes. Car que ce soit dans les médias traditionnels ou sur le Web, les Américains sont crédités de pratiquement tout les maux de la terre.
     Couche d’ozone, guerre, pauvreté et même leur propre mort, tout semble n’avoir qu’une seule et unique racine : l’Amérique de George Bush.
     Pourtant, pour le nouveau millénaire on nous avait annoncé un monde autrement plus complexe où la technologie, la mondialisation, le choc des cultures, l’ascension des pays asiatiques et autres tendances propres à notre époque se juxtaposeraient pour créer une société diversifiée et bigarrée.
    Aujourd’hui on nous dit que même le verglas est du à nos voisins du sud. Bye bye miss météo vous venez de perdre votre job. C’est vrai que de voir le monde de cette façon ça nous évite bien des maux de tête et de longue nuit à lire des bouquins compliqués pour comprendre notre environnement. En fait l’antiaméricanisme ressemble à un médicament qui nous permet de ce déresponsabiliser de nos actes en faisant porter tout le fardeau de l’univers à un seul peuple.

    Regardez les Européens qui au cour des années ont colonisé, le moyen orient et l’Afrique tout en causant deux cataclysmes en moins de 50 ans et qui ont fait plus de 60 millions de morts au siècle dernier. Est-ce que ils se sentent responsables de quoi que ce soit? Pas pantoute, car c'est l’oncle SAM et ses gros sabots qui crée le bordel sur cette planète, qui comme tout le monde le sait, était un oasis de paix avant l’arrivé de ces affreux yankees. Même chose pour les dictateurs arabes qui gardent leur peuple dans la pauvreté et l’ignorance malgré leurs pétro dollars. Ils n’ont que quatre mots dans la bouche pour expliquer le malheur de leurs concitoyens : le grand Satan américain.


    Au Québec l’antiaméricanisme est plutôt utilisé comme un anti-dépresseur qui permet de voir la vie en rose. En fait lorsque vous êtes déprimé parce que vous expédiez plus de 50% de votre salaire à l’ impôt tout en voyant le système de santé se détoriorer à vu d’œil et la dette québécoise progresser sans cesse, laissant ainsi présager une retraite avec peu de moyens. Vous n’avez qu’à vous injecter une bonne dose de ce médicament pour vous sentir mieux en vous disant que si vous êtiez aux usa chaque citoyen aurait un AK47 dans son sous-sol, que vos enfants ne pourraient pas baiser avant d’être marié ou d’avoir 65 ans et que votre conjointe se ferait donner un coup de croix sur la tête si elle osait allaiter en public. Ouf qu’on est bien dans la belle province. Même chose lorsque vous vous promenez avec votre SUV dans la belle campagne québécoise, en fumant votre gitane, en regardant notre belle forêt dévastée et que vous sentez un odeur de purin revenir dans vos narines qui vous donne une envie de vomir. Pas besoin de se sentir coupable vous et vos concitoyens d’un tel gâchis et de changer vos habitudes de vie, alors que vous n’avez qu’à crier, que c’est encore de la faute de ce méchant W qui n’a pas voulut signé l’accord de Kyoto, pour vous sentir déjà mieux.



    Warning! attention! Ce médicament utilisé conjointement avec l'Antisémitisme (médicament d'origine), peut créer chez certains individus des symptomes de psychose et une forte tendance à voir des complots partout si consommé trop souvent.

    EN VENTE DANS TOUT BON MÉDIA !!!
    PAUL DION

    Why then?
    Because we are who we are!
    United
    Civilized

    Sunday, September 10, 2006

    Commémoration




    Toute l'équipe de Montréal Résistance a une profonde pensée pour toutes les familles qui ont été touchées par cet acte de guerre sans précédent , cet acte de guerre qui aura aussi fait prendre conscience du danger extrème de ces pays dominateurs qui ne cesseront pas de commettre les pires des atrocités aux noms de leurs idéaux issus de cerveaux hargneux et dérangés, il faudra un jour ou un autre NOUS SERRER LES COUDES avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'ils arrivent à nos portes pour nous anéantir, GOUVERNER C'EST PRÉVOIR alors qu'attendons nous ? Prenons en main nos destinées et choisissons notre camp une bonne fois pour toutes, nous ne parlons pas des États Unis ou d'un pays en particulier mais tout simplement de valeurs, des valeurs d'hommes libres ... NEVER FORGET !

    WTC website
    Radio canada archives
    atlasshrugs
    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article
    7 octobre 2006 6 07 /10 /octobre /2006 16:58

     

    http://www.fonjallaz.net/Chroniques/Index-Chroniques.html

    La politique se résume trop souvent à l'art de faire
    prendre des vessies pour des lanternes.

        23 avril 2004
     
    21 janvier 2004
    Mort il y a 80 ans
        14 octobre 2003
     
    21 octobre 2003
     
    11 avril 2004
     

     

      Harcèlement politique: le peuple suisse a refusé deux fois l'adhésion à l'Union européenne, mais le gouvernement fait comme si de rien n'était. 23 avril 2004
    Stalin & Lenin Dans la série des mensonges pieux: Staline coupable, Lénine excusable!
    21 janvier 2004
    Mort il y a 80 ans
    HAITI: Titide ou l'art d'accommoder le peuple:
    de la farce à la terreur!
    14 octobre 2003
    Chantage à l’antisémitisme: comme pour Jean-Pascal Delamuraz, le cas Chirac
    21 octobre 2003
    Un exemple de révisionnisme: "les plus belles victoires de Napoléon"?
    11 avril 2004
    9 novembre 1932: 13 morts
    Si le parti socialiste genevois n'avait pas fait une manif, pas de victimes!
    9 novembre 1932
    A quoi sert l'heure d'été? 21 mars 2004
    Michel Servet
    Le protestantisme a aussi ses zones d'ombre
    27 octobre 1553
    Chêne-Bourg, mort du goulet
    avril 2004

    9 novembre 1932
     
         
       

     

    Repost 0
    Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
    commenter cet article

    Rechercher

    Archives