Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 18:59

La France dans la guerre des "trois frontières"

ARNAUD DE LA GRANGE.
 Publié le 06 décembre 2006
Actualisé le 06 décembre 2006 : 10h29
CENTRAFRIQUE
 
  •  
  
 
 
Débarquement de matériel français en République centrafricaine.
Débarquement de matériel français en République centrafricaine.
 
 

 
Zoom +
Débarquement de matériel français en République centrafricaine.

 

 intervenant dans le nord du pays, l'armée française veut aussi éviter une déstabilisation du Tchad voisin.
 
ON EST LOIN, très loin, des accrochages habituels avec des coupeurs de route, les bandes mi-rebelles mi-bandits de l'APRD (Armée pour la restauration de la république et de la démocratie) qui sévissent dans le nord-ouest de la Centrafrique.
.Dans le nord-est du pays, c'est une vraie petite
guerre qui se livre depuis dix jours.
.Et l'armée française - en « deuxième échelon », selon la terminologie consacrée - se retrouve en fait en première ligne.
Ses avions bombardent et, au sol, les commandos français cornaquent l'armée centrafricaine.
 

Tout a commencé le 27 novembre, quand les Faca (Forces armées centrafricaines) ont entrepris de reconquérir le nord-est du pays, occupé depuis le 3 octobre par les rebelles de l'UFDR (Union des forces démocratiques pour le rassemblement).

. Avec comme premier objectif la ville de Birao, à 800 kilomètres au nord de Bangui. Une opération où l'armée française a joué un rôle central.

. Pour le renseignement, d'abord, avec les moyens de reconnaissance aériens fournis par les Mirage F1 et les avions de patrouille maritime Atlantic II, basés au Tchad.

. Pour le transport, ensuite, puisque les soldats centrafricains ont été acheminés à bord de Transall.

.Auparavant, la piste de l'aéroport avait été sécurisée par des éléments français héliportés, avec les premiers accrochages à la clé.

 

Depuis, les Mirage ont ouvert le feu à plusieurs reprises, notamment le week-end dernier.

. Et, au sol, les combats sont plus violents que prévu.

.Comme souvent, les soldats français des GCP (groupements de commandos parachutistes, officiellement « conseillers » militaires, mènent la manoeuvre au plus près.

.L'un d'eux a été sérieusement blessé vendredi à Ouadda. « Les rebelles sont aguerris, disciplinés, plutôt bien armés et équipés en moyens de transmission, reconnaît une source militaire, quand ils doivent se replier, ils savent se regrouper de manière coordonnée. »

.La rébellion de l'UFDR - quelque 200 hommes - est composée d'opposants centrafricains mais aussi d'ex- « libérateurs », qui s'estiment mal récompensés par le général Bozizé pour leur rôle dans le coup de force de 2003.

. Mais on y retrouve aussi des rebelles tchadiens et de mystérieux « mercenaires » soudanais.

 

Ni aguerris ni motivés

 

Aujourd'hui, une colonne encadrée par deux ou trois dizaines de militaires français remonte d'Ouadda vers Birao pour repousser les rebelles. Formée de soldats des Faca mais aussi de troupes de la Fomuc, la Force multinationale de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale, elle progresse laborieusement. La combativité des Faca est en effet relative :

. peu aguerris et appartenant majoritairement à l'ethnie yacoma, celle du général Kolingba, ils ne sont guère motivés pour se faire tuer pour le président Bozizé...

. Pour tenir le terrain reconquis, les Français comptent surtout s'appuyer sur les éléments tchadiens de la Fomuc.

 

 
  
 

 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 08:10

The École Polytechnique massacre,

otherwise known as the Montreal Massacre,

 occurred on December 6, 1989, at the École Polytechnique de Montréal in Montreal, Quebec.

Marc Lépine entered the campus and carried out a shooting rampage that killed 14 women as well as wounding 13 other people, before committing suicide shortly after. All who died were women. The wounded survivors included mostly women but also a few men.

Contents

[hide]

[edit] Marc Lépine

Main article: Marc Lépine

Born Gamil Gharbi,

 Marc Lépine had been brought up by a French-Canadian mother and an Algerian father.

His father was abusive towards Marc, his sister, and his mother.

 Marc's father had wanted women to stay in traditional roles,

 and some of this may have rubbed off onto his son.

.After his parents divorced, Gharbi legally changed his name, first to Gamil Lépine, taking his mother's last name, later changing it to Marc Lépine, possibly in an attempt to fit into French-Canadian culture.

This emphasis on Lépine's childhood as a cause of the killings has been disputed, namely,

 by Barbara Frum who questioned the notion that victims of child abuse necessarily go on to abuse others

 (see p. 26, Perspectives on the Montreal Massacre by Sue McPherson 2005).

The massacre

Shortly after 5 p.m., Lépine entered the École Polytechnique, an engineering school affiliated with the Université de Montréal. He first went into a mechanical engineering class, forced the men out at gunpoint, and opened fire on the women who remained. Lépine continued his rampage in other parts of the building, opening fire on other students and staff. He killed 14 women in all (12 engineering students, one nursing student and one employee of the university), injuring 13 others (including at least 4 men) before turning the rifle on himself, committing suicide.

Lépine blamed his actions on affirmative action, which he believed had kept him from claiming his 'rightful place' at the engineering school, and more generally on the women's movement itself and other changes in society, through which women were increasingly entering the workforce. He had applied for admission into the engineering school, but his application was rejected as he had not completed all required prerequisite CEGEP courses (Lépine had studied at several CEGEPs and had performed well in his classes over a period of several years but never actually graduated from any CEGEP he attended).

Lépine left a note blaming feminists for ruining his life and outlining the reasons he resorted to taking this action, mentioning also Denis Lortie, who had mounted a political attack in 1984 on members of the Quebec National Assembly. The only version of that suicide letter available is the one leaked to feminist Francine Pelletier a year afterwards, translated into English by her, and published in the press.

 Aftermath

A purple ribbon
Enlarge
A purple ribbon
A white ribbon
Enlarge
A white ribbon

The massacre profoundly shocked citizens across Canada. The Quebec government and the Montreal city government declared three days of mourning. On the same day that the killings happened, television journalist Barbara Frum interviewed survivors, later trying to have people see this tragic event as a crime against humanity and not simply as a matter of violence against women.

The massacre served as a major spur for the Canadian feminist movement and for action against violence against women. December 6 is now observed as a memorial day in Canada, especially in Montreal; in 1991 Parliament officially designated December 6 as the National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women. A white or purple ribbon is used as a symbol for December 6 memorials.

Dealing with the trauma was difficult for many people, on different levels and in different ways. Many of the students and support staff who had been present at the time were to suffer from post traumatic stress disorder. The friends and families of those involved, Lépine's mother, and many others, must also have felt severe emotional pain at the gravity of the event and their own losses.

The massacre was also a major spur for the Canadian gun control movement, which resulted in the passage of stricter gun control legislation in 1995 (in the form of Bill C-68, passed as the Firearms Act). See Gun politics in Canada.

 Murder victims

  • Geneviève Bergeron (b. 1968), civil engineering student.
  • Hélène Colgan (b. 1966), mechanical engineering student.
  • Nathalie Croteau (b. 1966), mechanical engineering student.
  • Barbara Daigneault (b. 1967) mechanical engineering student.
  • Anne-Marie Edward (b. 1968), chemical engineering student.
  • Maud Haviernick (b. 1960), materials engineering student.
  • Maryse Laganière (b. 1964), budget clerk in the École Polytechnique's finance department.
  • Maryse Leclair (b. 1966), materials engineering student.
  • Anne-Marie Lemay (b. 1967), mechanical engineering student.
  • Sonia Pelletier (b. 1961), mechanical engineering student.
  • Michèle Richard (b. 1968), materials engineering student.
  • Annie St-Arneault (b. 1966), mechanical engineering student.
  • Annie Turcotte (b. 1969), materials engineering student.
  • Barbara Klucznik-Widajewicz (b. 1958), nursing student.

 Post-attack fatalities

Sarto Blais, who had been on campus that day, hanged himself in the following months. His parents subsequently also committed suicide.

An article published in La Presse on December 6, 2004, stated that one student, working part-time for Urgences Santé (Montreal's emergency medical service), was there studying in the cafeteria that day. He can be credited for helping victims, but he also ended his own life.

 Place du 6-Décembre-1989

The Place du 6-Décembre-1989 in the Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce borough was established as a memorial to the massacre. Located at the corner of Decelles Avenue and Queen Mary Road, it includes the artwork Nef pour quatorze reines (Nave for 14 Queens) by Rose-Marie Goulet.

Denis Lortie

 

CBC Digital Archives

 http://decadence-europa.over-blog.com

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 08:02
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:59
 

 

 
Augmentez la taille du texte
Diminuez la taille du texte
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail
Recommandez cet article
Citez cet article sur votre blog
Classez cet article

 

Crise financière à l'Institut du monde arabe

LE MONDE | 04.12.06 | 16h01  •  Mis à jour le 04.12.06 | 16h01
Réagissez aux articles que vous venez de lire.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts
Augmentez la taille du texte
Diminuez la taille du texte
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail
Recommandez cet article
Citez cet article sur votre blog
Classez cet article
Vendredi 1er décembre, l'émir du Koweït, le cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, en visite officielle à Paris, a été accueilli sur le parvis de l'Institut du monde arabe (IMA) par une traditionnelle danse des sabres. Mais aussi par des manifestants scandant en français et en arabe des slogans sur le thème de "L'IMA en danger". L'institution est en grève depuis la veille, un comité d'entreprise extraordinaire s'est tenu dans la journée. Les syndicats protestent contre les mesures de licenciement économique qui devraient toucher 8 à 10 personnes sur un effectif de 150 salariés.

 

 
Ces mesures sont la conséquence d'une crise financière chronique. L'IMA a un déficit annuel récurrent de 2 à 5 millions d'euros et le ministère des affaires étrangères est régulièrement sollicité pour boucler un budget qui était de 22 millions d'euros en 2005. Pourtant l'IMA dégage 47 % de fonds propres et reçoit de 800 000 à 1 million de personnes par an. Ses grandes expositions sont souvent des succès (actuellement "Venise et l'Orient"), sa bibliothèque de 70 000 volumes attire de nombreux lecteurs, et ses débats sont très fréquentés. Mais l'IMA souffre du flou de sa naissance et de son statut quasi diplomatique.

 

DES POSTES POLITIQUES

 

L'idée est née en 1974 du premier choc pétrolier. Il s'agissait alors d'associer la France au monde arabe dans un projet culturel commun. Le bâtiment a été ouvert en 1987. Le fonctionnement de l'établissement est paritaire, le président est un Français, le directeur général un Arabe. Des personnalités désignées en fonction de leurs liens politiques plus que pour leurs compétences. Ainsi, l'ambassadeur Denis Bauchard, nommé en 2002, a été débarqué en 2004, avant la fin de son mandat, pour laisser la place à Yves Guéna, un vétéran du gaullisme, aujourd'hui âgé de 84 ans.

Le budget est financé par la France (60 %) et par les 22 Etats de la Ligue arabe (40 %). Mais ces derniers paient leur part de manière irrégulière. Au point qu'on avait imaginé de substituer à leurs versements annuels un fonds de dotation censé rapporter des produits financiers. Avec un plafond fixé à 75 millions d'euros, le fonds n'a jamais atteint que 39 millions d'euros. Diplomatiques aussi, des expositions mineures, comme celle des oeuvres picturales du fils du colonel Khadafi, chef de l'Etat libyen, ou celle qui présente aujourd'hui quatre artistes koweïtiennes - il est vrai que l'émir du Koweït vient de faire à l'IMA un don de 1 million d'euros.

La refonte des statuts est plus que jamais à l'ordre du jour. M. Guéna pourrait être remplacé par Dominique Baudis, ancien maire de Toulouse, actuel président du Conseil supérieur de l'audiovisuel, auteur de La Passion des chrétiens du Liban et de La Mort en keffieh. Sera-t-il l'homme de la situation ?

Emmanuel de Roux
Article paru dans l'édition du 05.12.06. Abonnez-vous au journal : 15€/mois
Classez cet article
Citez cet article sur votre blog
Recommandez cet article
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail

Classez cet article
Citez cet article sur votre blog
Recommandez cet article
Imprimez cet article
Envoyez cet article par e-mail
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:57

 

LE CAIRE CAIRO 


 

 

Egypte :

9 Français arrêtés pour terrorisme

NOTE  LE VER

EST DANS LE FRUIT !

| 05.12.2006 | 17:08

 

Le groupe, qui compte

. neuf Français,

. deux Belges

.un Américain 

faisait partie d'une cellule terroriste dont les membres prétendaient suivre des études coraniques ou d'arabe.

 

Le ministère égyptien de l'Intérieur a annoncé lundi 4 décembre que la police avait arrêté des islamistes, dont neuf Français, deux Belges et un Américain, soupçonnés de fomenter des actes terroristes au Moyen-Orient. Selon des responsables policiers ayant requis l'anonymat, le coup de filet remonte à une semaine.

Le groupe faisait partie d'une cellule terroriste dont les membres vivaient en Egypte en prétendant suivre des études coraniques ou d'arabe, selon un communiqué du ministère. Il n'a pas précisé le nombre exact de suspects interpellés, mentionnant seulement les ressortissants de pays occidentaux ainsi que des Egyptiens et des ressortissants d'autres Etats du monde arabe comme la Tunisie et la Syrie.

"Les invitations ont confirmé que ces éléments étaient liés à des organisations terroristes étrangères", a affirmé le ministère de l'Intérieur. "Ils cherchaient à recruter d'autres gens, leur enseigner leurs croyances destructrices, les pousser au jihad ("guerre sainte", ndlr), à aller mener des opérations en Irak en passant par d'autres pays de la région."

Tous les suspects se trouvent en prison pendant la poursuite de l'enquête.

L'Egypte a été le théâtre de plusieurs attentats suicide au cours des dernières années.

 

Sympathisants

 

A Bruxelles, un représentant du gouvernement a confirmé sous couvert de l'anonymat que certains des hommes arrêtés étaient des resssortissants belges d'origine marocaine. "Il semble qu'ils sympathisaient avec des cercles islamistes et fondamentalistes", a-t-il dit. "Il n'existe pas de preuves qu'ils aient commis des actes violents, et nous nous attendons à ce qu'ils soient rapidement expulsés d'Egypte".

Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a également confirmé que plusieurs ressortissants français avaient été appréhendés en Egypte, tout en déclarant qu'il ne pouvait pas fournir dans l'immédiat de plus amples précisions.

A Washington, le Département d'Etat a confirmé qu'un Américain avait été arrêté en Egypte voilà près d'une semaine mais n'a pas pu fournir de détails sur le ressortissant. Sean McCormack, porte-parole du Département d'Etat, a expliqué que des représentants américains cherchaient à avoir un "accès consulaire à cet individu" tout en se refusant à donner davantage d'informations. AP

 

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer cet article Envoyer cet article à un ami Réagissez à l'articleRéagir à cet article en créant votre Blog Traduction français / anglais Traduction français / espagnol

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:54
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:53
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:49

 

An anniversary (from the Latin anniversarius, from the words for year and to turn, meaning (re)turning yearly; known in English since c. 1230) is a day that commemorates and/or celebrates a past event that occurred on the same day of the year as the initial event. For example, the first event is the initial occurrence or, if planned, the inaugural of the event; 365 days (plus a possible leap day) in the case of a solar year,

 or approximately 354 days in the case of an Islamic lunar year,

or approximately 354 or 384 days later in the case of the Jewish year,

 or otherwise one year later, would be the first anniversary of that event.

 The word was first used for the Christian feasts to commemorate the saints.

Contents

[hide]

[edit] Anniversary names

  • Birthdays (v.) are the most common type of anniversary, where the birth date of a person is commemorated annually. The actual celebration is sometimes moved for practical reasons, as in the case of an official birthday.

The Latin word dies natalis (literally birth day) has become a common term, adopted in all languages, especially in intellectual and institutional circles, for the anniversary of the founding ('legal or statutory birth') of an institution, such as an alma mater (college or other school). Even in ancient Rome, we know of the [dies] Aquilae natalis ('birthday of the eagle', anniversary of the official founding of a legion).

Most countries around the world celebrate national anniversaries, for example the United States Bicentennial. These can be the date of independence of the nation or the adoption of a new constitution or form of government. The important dates in a sitting monarch's regin will be likewise commemorated.

Anniversaries of nations are usually given by the number of years elapsed in Latin words or Roman numerals.

[edit] Latin-derived numerical names

  • Biennial - 2 years
  • Triennial - 3 years
  • Quadrennial - 4 years
  • Quinquennial - 5 years
  • Sexennial - 6 years
  • Septennial - 7 years
  • Octennial - 8 years
  • Novennial - 9 years
  • Decennial - 10 years
  • Vicennial - 20 years
  • Semicentennial - 50 years
  • Demisesquicentennial - 75 years
  • Centennial - 100 years
  • Quasquicentennial - 125 years
  • Sesquicentennial - 150 years
  • Terquasquicentennial - 175 years
  • Bicentennial - 200 years
  • Tercentennial or tricentennial - 300 years
  • Quadricentennial - 400 years
  • Quincentennial - 500 years
  • Sexacentennial - 600 years
  • Septuacentennial - 700 years
  • Octocentennial - 800 years
  • Nonacentennial - 900 years
  • Millennial - 1000 years
  • Bimillennial - 2000 years

[edit] Anniversary symbols

Many anniversaries have special names. Etiquette in Society, in Business, in Politics and at Home by Emily Post, published in 1922, contained suggestions for wedding anniversary gifts for 1, 5, 10, 15, 20, 25, 50 and 75 years.[1] Wedding anniversary gift suggestions for other years were added in later editions and publications; they now comprise what is referred to as the "traditional" list. Generally speaking the longer the period, the more precious and/or durable the material associated with it.

[edit] Traditional list

There are variations in some national traditions.

Furthermore, there exist numerous partially overlapping, partially contradictory lists of anniversary gifts (such as wedding stones), separate from the 'traditional' names.

The concepts of a person's birthday stone, birth stone and zodiac stone, by contrast, are fixed for life according to the day of the week, month or astrological sign corresponding to the recipient's birthday.

[edit] See also

[edit] Sources and External links

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 16:55
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 16:50

 


 

 

crash démographique, déclin démographique , "hiver démographique"


 

l'hypothèse, vérifiée en Europe

et en plusieurs autres pays comme l'Iran,

 selon laquelle le taux de natalité, loin de se stabiliser au niveau du taux de mortalité à la fin de la transition démographique, poursuivrait momentanément sa décroissance pour se maintenir à bas niveau,

 accentuant le vieillissement des populations et, étant inférieur au taux de mortalité, provoquant leur diminution importante, à rythme plus ou moins rapide.

Sommaire

Origine du concept et discussion

Le crash démographique est le titre d'un ouvrage de Michel Schooyans, professeur émérite de l'Université de Louvain-la-Neuve (Belgique) où il a enseigné vingt-cinq ans la philosophie politique, membre de l’Institut royal des relations internationales (Bruxelles), de l’Institut de démographie politique (Paris), et du Population Research Institute (Washington).

 

 L'inventeur de l'expression "hiver démographique" est quant à lui le recteur Gérard-François Dumont, directeur de la revue Population et Avenir, président de l’Alliance Nationale Population et Avenir, administrateur de Familles de France, Membre du Conseil national de l'information statistique et professeur à la Sorbonne.

Tous deux sont aussi, au titre de leurs compétences,

 membres du Conseil pontifical pour la Famille

et de ce fait considérés comme proches du Vatican.


 

Le crash démographique est une notion discutée :

 thématique initialement avancée, pour la déplorer, par des penseurs dont le combat politique est à rapprocher des mouvements populationnistes ou à la suite d' Alfred Sauvy qui dénonçait déjà en 1980 un "refus de voir" le non-renouvellement des générations en France,

 

 elle est contestée par les tenants malthusiens de l'écologie profonde ou les membres du club de Rome, qui encouragent une restriction du nombre d'humains à terme sur la planète ou minimisent la baisse annoncée par leurs adversaires idéologiques.

 

.Cependant, pour le cas de l'Europe, qui est particulièrement concernée, bien des hommes politiques de toutes tendances ont dénoncé jusqu'à un "suicide démographique", tel Michel Rocard clôturant la conférence dite « des familles » le 20 janvier 1989 :

 

La plupart des États d’Europe occidentale sont en train de se suicider, de se suicider par la démographie, sans même en avoir conscience».

Ces prises de conscience successives ont donné lieu en octobre 2004 au "Pacte européen pour la jeunesse" signé par MM.Zapatero, Chirac, Schröder et Persson au président de la Commission européenne [1] .

À l'échelle mondiale, selon l'hypothèse moyenne retenue par l'ONU en 2004, après une période de croissance jusque vers 2050 où elle atteindrait 9,1 milliards d'habitants, la population mondiale quant à elle se mettrait à décroître, retrouverait son niveau actuel en 2100, puis régresserait à 3 milliards (population de 1960) en 2200. Les prévisions de l'ONU sont cependant régulièrement revues à la baisse. L'ONU prévoyait ainsi pour 2050 : 11,1 Mds d'habitants (en 1973) ; 9,4 Mds (en 1996) ; 9,3 Mds (en 2000) ; 9,07 Mds (en 2004) [2]).

Causes du crash démographique [modifier]

La croissance démographique au XXe siècle fut inédite par son ampleur, confortant momentanément les théories du malthusianisme ou la peur du péril jaune (Jacques Decornoy, 1970), en particulier au cours des années 1970 qui connurent l'apogée de la croissance de la population mondiale.

À ces causes idéologiques s'ajoutèrent, pour jouer un rôle en faveur de la diminution de la fécondité :

  • l'urbanisation de la population mondiale (50% d'urbains en l'an 2000),
  • la hausse du niveau de vie,
  • des changements de mentalités divers selon les cultures,
  • ou parfois des politiques étatiques malthusiennes.

La croissance démographique mondiale connut ainsi une inflexion au ralentissement au milieu des années 1970. L'effet d' inertie démographique, bien connue des démographes, et l'augmentation de l'espérance de vie qui explique pour une bonne part l'accroissement de la population mondiale "par le haut" (GF Dumont), masquèrent cependant pendant plusieurs années ces nouvelles tendances. Les politiques de limitation des naissances, parfois brutales, comme en Inde, en Chine ou au Brésil où une grande partie des femmes furent stérilisées sans véritable consentement, continuèrent tout au long des années 1980-90. L'ONU continua également de promouvoir des programmes variés, incitatifs, afin de limiter les naissances.

Les statistiques mondiales l'indiquent maintenant clairement : la fécondité globale est aujourd'hui en baisse (fécondité moyenne mondiale de 2,5 enfants par femme en 2005 contre 3,1 en 1995), le vieillissement de la population mondiale est entamé.

 

La mesure actuelle du "crash démographique"

 

Certains démographes français, se basant sur l'évolution extrêmement rapide de nombreux pays, notamment en Europe, sonnèrent l'alarme dès les années 1980, dans la lignée anti-malthusienne d' Alfred Sauvy. On compte parmi eux Jacques Dupâquier, Pierre Chaunu (spécialistes en démographie historique), Jean-François Lecaillon, Gérard-François Dumont ("L'Hiver démographique"), ou encore Michel Schooyans ("le crash démographique"). Ils furent rejoint par Raymond Aron ("« Les Européens sont en train de se suicider par dénatalité », 1983) ou par des politiques comme François Mitterrand ("« une France pauvre d’enfants dans une Europe plus pauvre encore », Lettre aux Français, 1988) ou encore Jacques Chirac ("« le recul de la natalité porte en germe la baisse de notre compétitivité», 1994).

Les statistiques récentes confirment certes le ralentissement de la croissance européenne, ou, dans une moindre mesure, mondiale. Un cas exemplaire -car aux antipodes des préjugés répandus - est celui de l'Iran des Ayatollahs, dont la fécondité actuelle est plus faible que celle des États-Unis (1,87 contre 2,1 enfants par femme), ou encore du Maghreb, qui tend vers 2 enfants par femmes.

Les inquiétudes des démographes se tournent particulièrement vers l'Europe, dont la fécondité est d'un niveau inédit par sa faiblesse, et n'assure plus le renouvellement des générations. Aujourd'hui, l'Europe perd des habitants, à commencer par la Russie dont la population est diminuée de plus de 500000 individus chaque année par le jeu du simple solde naturel [3].

Les prospectives envisagées [modifier]

Selon le rapport sur la famille (2005) dirigé par Michel Godet et Evelyne Sullerot, la masse de la population italienne sera réduite d'un tiers dans 50 ans. Dans le cas global de l'Europe , où les femmes n'ont en moyenne que 1,4 enfant par femme en 2004 (le seuil de renouvellement des générations étant de 2,1 enfants par femme), on peut modéliser selon un calcul conçu par Jacques Dupâquier :

Si on prend une génération 1 de 100 personnes adultes (soit 48 femmes en âge de procréer), il faut que ces 48 femmes mettent au monde 2,1 enfants chacune afin que la génération 2 soit renouvelée et comprenne à son tour 48 x 2,1 = 100 personnes.

En Europe, la fécondité d'une telle génération 1 n'assure que 1,4 enfant par femme, la génération 2 sera donc de (100/2,1) x 1,4 = 48 x 1,4 = 67 (environ) personnes.

Par un rapide calcul en chaine, à fécondité constante, on peut envisager l'avenir de l'Europe pour les générations suivantes :

Génération 3 = (67/2,1) x 1,4 = 45

Génération 4 = (45/2,1) x 1,4 = 30 personnes, alors que la génération 1 comprenait 100 individus.

Ce phénomène spectaculaire de régression démographique (en environ 1 siècle), qui ne tient évidemment compte que de mouvements naturels (ici la fécondité) montre en quoi la fécondité en Europe peut influer sur la population européenne si cette fécondité se maintient à terme. Cette fécondité peut cependant bien évidemment évoluer : en ce sens, le calcul effectué ci-dessus ne peut que mettre en évidence les caractéristiques des fécondités européennes actuelles en en accentuant leurs effets par leur prolongement fictif - qui ne sera sans doute pas réalisé (soit par hausse, soit par nouvelle baisse de la fécondité - l'Allemagne de l'Est étant déjà à 0,8 enfant par femme en moyenne) - dans les années à venir.

Ce mouvement global, dont on peut donc mesurer déjà les effets en Europe, est accentué par l'espacement des générations entre elles (l'âge de la première maternité est en effet de plus en plus élevé, ce qui influe davantage à la baisse sur les taux de natalité). Ces effets démographiques, mis également en perspective par des simulations informatiques sur des pyramides des âges qui tiennent compte de l'évolution à la hausse de l' espérance de vie [4], confirment le vieillissement inéluctable précédant puis accompagnant la diminution des populations, avec ce que cela suppose de rétractation de la consommation donc de l'économie[5].

Les politiques envisagées pour faire face au non-renouvellement des générations [modifier]

Au-delà des querelles des démographes, des politiques sont concrètement envisagées à différentes échelles pour faire face à ces évolutions qui marquent déjà les structures socio-économiques des pays européens.

A l'échelle nationale, Michel Godet et Evelyne Sullerot ont fait en novembre 2005 un rapport pour le Conseil d’analyse économique (conseil gouvernemental) mettant en évidence les besoins d'une politique familiale tout en dénonçant une "omerta démographique" qui a aveuglé pendant longtemps les décideurs. Selon Michel Godet, ces politiques familiales, soutenues par la chambre de Front populaire qui vota le Code de la Famille en 1939 ou par le socialiste Alfred Sauvy, ont cependant été longtemps reportées, discréditées médiatiquement à cause des politiques des dictatures européennes, depuis Vichy jusqu'à Salazar, qui avaient été natalistes. Cependant, si en effet on ne peut empêcher le vieillissement "par le haut" dû au papy-boom à venir, on peut l'éviter "par le bas" en encourageant les naissances, les femmes ayant un enfant de moins que ce qu'elles désirent, par manque d'une politique permettant de concilier travail et vie familiale. [6]. Le vieillisement suivi du crash démographique(ou déclin) européen, annonce le raport Godet/Sullerot, pourra sans doute provoquer à terme d'autres crashs de type économique (croissance économique à rebours), dont l'annonce avant-coureur médiatique est le problème des retraites.

À l'échelle mondiale, si l'ONU, pour faire face au crash démographique européen, préconise l'immigration de 13 millions de personnes par an en Europe(selon un rapport en date de l'an 2000), la revue Population et Société a mis en évidence que cette solution aurait autant d'effets que de remplir le "Tonneau des Danaïdes". Il faut aussi tenir compte du fait que même les pays dits du "Tiers Monde" (y compris en Afrique, selon G.F. Dumont) connaissent aujourd'hui un ralentissement démographique rapide, et que l'Europe ne pourra éternellement compter sur des apports extérieurs pour assurer le financement des retraites des Européens n'ayant pas assuré le renouvellement de leurs générations. Il faut dire qu'en matière de démographie, tout vide est difficilement comblé. Si la contraception en effet limite les naissances de manière réversible, les stérilisations en masse, concernant 17% des femmes en couple en âge de procréer à l'échelle mondiale (et jusqu'à 40% sur certains continents), sont irréversibles, influant définitivement sur les statistiques en matière de fécondité. Or par effet d'inertie, le manque de naissances provoqué aujourd'hui par la chute de la fécondité aura des conséquences dans les générations suivantes, de la même manière que les guerres mondiales ont provoqué des générations creuses visibles de génération en génération sur les pyramides des âges, comme par exemple celle de la Russie, qui est à ce titre exemplaire (pyramide en forme de "sapin de Noël").

À l'échelle européenne, enfin, le récent (mars 2005) livre Vert du commissaire européen Spidla rédigé pour la Commission européenne afin de mettre en évidence le vieillissement du "Vieux Monde", envisage de son côté des politiques démographiques efficaces pour empêcher, ou réduire, les effets de ce crash qui aurait déjà commencé.

Bibliographie [modifier]


Liens externes [modifier]

 http://decadence-europa.over-blog.com

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives