Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 21:08

 

 à voir  :

1     REVIVALISME


 

 

 

 

 

 

2     PALESTINISTE


 

 

 

 

 

 

3     SURVIVANTISTES


 

 

 

 

 

 

   ( héritiers de Louis XVII )


 

 

 

 

 

 

4     déconstructiviste


 

 

 

 

 

 

5     thanatomorphose

 


 

 6  LOGIQUE PARADOXALE


 

 7 le Dyanet

     police religieuse turque islamique

      80 000 fonctionnaires d'état

    écrivent les " sermons "  autorisés lus par les imams


 8  mutazilites 

réformateurs de l 'islam : le coran

n 'est qu 'un livre écrit par des hommes

--- exterminés


 

     

     Image:Canterbury - Kreuzgang der Kathedrale von Canterbury.jpg

Canterbury ' s Cloister .

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 20:50

LES MOTS QUI ME " QUESTIONNENT "

( comme l'écrirait un membre détraqué d'une secte freudo-lacanienne  )  

("""ça me questionne "" , ça m 'interroge "", ça-ceci, ça-celà .. )


 1  NATION ( issu de Natio , = naissance )


 

2  MODELE ( suédois , français, etc... )


 3    IDENTITE

    * identité  individuelle =  mot autorisé , recommandé ,  politiquement " correct"

-----------

    ** identité de Groupe

     1)      * si  groupe français , européen :

               = mot vulgaire , déconseillé , proche du Socialisme National extrême

 2 )       *si  groupe ethnique non-français ,

               "" "" minorité visible "" "",etc.. :

            mot  supergénial , utilisation hyper-recommandée , louée


  

4  CAUSE          ( LA cause ! )   laquelle

        la cause du peuple ( relent de sartre )

        < cause révolutionnaire >

        < cause notre > (  cosa nostra )


  

5  " intégration  "

      versus ....


  

6 " assimilation "

 


 7     participation  ( accents " Gaulliens " )

 7      b  = participatif ( voir  démagogie )

                              ( voir : ségolène )


 

8  QUESTION

     QUESTIONNER

      "çà" me  "questionne"  : grand terme de base des psy divers ,

       ( voir : secte lacanienne )


 

9  EXPERTISE

    ( dans " expertise citoyenne " )

        site : désirs d'avenir

        même catégorie: démagogie  


 

10 SAILLIANCE  ( voir article récent de polémia )

   les caractéristiques de l 'identité nationale

   selon HUNTINGTON

   


 

 

11  DOCTRINE            DOCTRINAIRE


 

12  BRAVITUDE

      GAFFITUDE

      INAPTITUDE

      NULLITUDE

      DEMAGOGITUDE

      CONNITUDE  ???

      IMPREPARATIONITUDE   ???

    et maintenant CORSITUDE

     NEGRITUDE : mot hyper correct

       ( dans le sens : louer , vanter la négritude)

     BLANCHITUDE : le mot n 'existe même pas

     ( serait de toute façon classé en hyper-monstrueux  et surtout s 'il était utilisé en sens

     positif )

 


 

 

13  (le )  PARLER ( expression < parler vrai >


 

14 SPIRITUEL

      versus SPIRITUALITE

     confer bourde de ségolène

    la < spiritualité de Montebourg >

    ( au lieu de dire : la connitude ... )


 

 15 PACTE 

     " LE pacte républicain " (  of course !  )

     Il ne peut y avoir qu 'un seul PACTE .


 

 

16  POPULARITE ( abbé Pierre )

      POPULAIRE

      PEUPLE

      people !   peoplisation de la vie politique

      ( il n ' y a pas de < peuplisation > )


 

 

17  INGERENCE ( " humanitaire "  , bien sur )


 

 

18  UNITAIRE        

   < Mouvement unitaire >

    ( en général pour désigner des groupes

     multiples , hostiles entre eux )

     " démarche unitaire "  


  

19 < ANTI-LIBERAL >  ( collectif , bien sur )


  

20  LOCAL ( collectif local )

     en général , désigne un Soviet non démocratique


  

21 " GENS DU VOYAGE " ( i.e = GITANS ) 

     quel voyage ???

     LE voyage  !!!!

  il n' y a donc qu' UN SEUL " voyage !!

    LE voyage !!!

   ( quel est le voyage ?

     - son trajet ! sa destination - les étapes ! )

    en train d'évoluer en

    " VOYAGEURS "   !!! 

   ( dans la gueule d'un avocat de délinquants " du voyage "   , récemment )

    politiquement correct des bobos qui n 'ont plus le courage d'appeler un chat un chat ;

   pour moi , un gitan EST un gitan ; sans aucune idée , ni  défavorable , ni favorable

   d'ailleurs .

    - quand je pars travailler avec mon char , je suis donc membre "" de la communauté des <<< gens du voyage >><  !!

 


 

 22  INCINERER versus  "" CRématiser "

      émission sur la RTBF à 21 h , 25.01.07

      " opinion publique "

      incinérer :  appliquer pour le fait de brûler des déchets , des poubelles

      est donc utilisé pour désigner le fait de bruler des foetus de l 'espèce  humaine 

    jusqu 'à 4 MOIS et DEMI en France

    Jusqu ' à 6 MOIS en Belgique , 

    ce sont , dans ces pays  :

     des " Déchets " juridiquement .

     < ils n ' existent pas >

     < ils ne font pas partie de l 'espèce " humaine"  > .

     < n 'ont pas de statut>

    < on parle aussi de :

     cimetières d'anges !!!

     ( avec utilisation d 'un mot chrétien )

     le foetus est donc à la fois :

      - un déchet  (un sous-produit de copulations  ? )

       * comme l 'on  parle de " déchets industriels .

     - un produit de  poubelle

    ---- et un < ange ???? >

   par contre un vieillard dément  qui crève est

   " crématisé " 

   ( il a beaucoup plus de < valeur qu 'un ex-futur-petit-bébé >  )

  si 2 jumeaux de parents non-mariés :

    - si un est mort-né : ne peut porter le " nom du père "

     - le vivant  le peut ( si reconnu )

 


 

 

 

 

 

 

 

  

 23 thanatomorphose  !

 suite de " incinérer versus crématiser 

 je m 'instruis !  ( verbe modèle : construire )


   

 

 

 24    déconstructiviste    : putain !


 

 

  INTERMEDE   BLAGUES  QUE J ARCHIVE

 25 " demain je marie ma fille "

      - putaing !

      - non  , pas l 'ainée , la cadette  !

      ils m 'ont fait passer un " KETCHUP "

      ( élie Semoun )


 

 

 

 26    homoparental  , homoparentalité

       et par défaut

      hétéroparental

 

( comme la prose de monsieur Jourdain ! )

   grande découverte !  je suis né   "" issu d'une relation hétéro-parentale "  !!

 débat WINTER  NIZAND Israel  FRANCE CULTURE 02.02.2007 vers 17 18 h .


 

 

 

  27  "" SUBVENTIONS "  ( ou subversion ? )

       on voit la guerre des subventions , un député de la chiracaille ayant même fait une fausse grêve de la faim ( lassalle ) pour contraindre des industriels japonais à se plier à sa démagogie électorale personnelle  .

     verra-t-on chaque racaille politicarde être en grêve contre un autre putaillon , pour se disputer les " subventions "


 

 

 

      28  """ l ' IMMIGRATION "

 " djeunes ISSUS de l 'IMMIGRATION "

   - ce qui est surprenant , c'est cette dénomination de l 'immigration au singulier ( je ne sais comment celà s 'exprime en linguistique )

    il y a UNE immigration

    c 'est L 'immigration , avec un GRAND L exclusif

    qui exclut toutes les autres immigrations , qui n 'existent plus  !!!


 

29  REVOLUTION

   de nouveau , évolution du sens ???

   CHIRAC  ( vieillard inapte , en place au soomet de l 'état !! ) appelle  à une """ révolution ""

    --- se prend -t-il pour Chavez , Castro , Le Che ??

   -- imagine-t-on Louis XVI appelant à la révolution

   le pire " profiteur " des années 60 à 2007

   ( voyages multiples aux seychelles etc ... , polluant un max en avion , dormant à 50 000 balles la nuit en hôtels de luxe destructeurs des sites naturels ... )

   ce profiteur appelle à une révolution écologique , par exemple

   - je suis d'accord , mais pas derrière ce " retourné "

    de la 25 ème heure !!!


 

30     autre " révolution " ( ils en  veulent tous , les bobos-caviar aux premières places du pouvoir ! )

     l 'ineffable clown , jack Lang( ue de bois ... )

    veut " une révolution " DES SAVOIRS " !!

    lesquels ?

    comment  " révolutionner des savoirs "

    se prend -t-il pour Galileo, Einstein ?

    Lang ( canal + MATIN MARDI 06.02.7)


 

31  LES SAVOIRS

     Kézaco ?

    LESQUELS  ??

    Le terme apparemment ne peut plus comporter le singulier

    SAVOIR doit être au multiple: LES


 

   

32  PRESIDENTIABILITE

    terme publicitaire Saussez

    la présidentiabilité  ( aptitude à devenir élu ) de Sarko

   Marie-ségo manque de présidentiabilité


 

33  L ' HEXAGONE

    expression déjà vieillie

     date d'apparition ? 

    ça sent le mot bureaucratique  , sans référence autre que géométrique , très scolaire genre Jules Ferry ,

   tableau de classe , bancs en bois , encrier, endoctrinement " républicain" , mort aux boches ,

 ligne bleue des vosges ,

   ça permet de supprimer le mot FRANCE

   qui en fait est bien mieux préservé dans

   FRANKREICH

   das  REICH , the REALM des FRANCS .

   la référence ethnique et culturelle des Francs de

 " Gaule belgique "

--------


 

34   JURY  POPULAIRE

     expression fausse utilisé par la nouvelle présentatrice " d'origine afro ", de Canal + en clair , le matin , qui a remplaçé la blonde Theuriau ( trop blanche )

    expression fausse pour désigner l'émission de lundi soir 05.02.2007 sur tF1  SARKOZY face à des " français "

 ( qui a d'ailleurs été excellent , dans son genre de promesses à tout_ va )

   il s'agissait de poseurs de questions

   et en aucun cas de JURY

    il n 'y avait pas de jugement !!

   encore un terme galvaudé , mal compris , utilisé

 par des ignares qui parviennent à devenir """

présentateur "" ---

---


 

35    PRESENTATEUR   ( TV )

      NOUS """ présente """

     nous "  oriente ?????  """


 

 

 Image:Augustine Abbey.jpg

Saint-Augustine Abbey 

Canterbury  

 *

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 13:32

.

 





Wallonie - Flandres, une belle analogie des relations entre le Québec et le Reste du Canada.


 


Serge Régnier (as some readers may remember) is a 47-year old Belgian with three wives and thirty children. In 1986 Régnier married Christine Wuest (who is now 38). They have fifteen children, between 19 years and 11 months old. A couple of years later, Christine’s homeless sister Karine Wuest (now 35 years old) came to live with the couple. Soon she fell in love with Serge. Christine consented in her husband taking her sister as a second wife. Serge and Karine have six children, between 10 years and 10 months old. All that time, Serge had been meeting his former girlfriend Judith De Leenheer (now 38 years old). When Judith’s marriage broke up – which was not altogether surprising since all her children were Serge’s
rather than her husband’s – Serge asked his two wives whether they would mind
taking her in. They did not mind. Serge and Judith have nine children, between 18 years and 10 months old. They all live together in Serge’s house in Marcinelle, a town in Wallonia, the French-speaking South of Belgium.
Régnier applied for and received the status of an invalid from Wallonia's generous welfare authorities. He consequently receives a welfare check of over €1,000 a month. His three wives are all unemployed. Hence, they each get €800 in unemployment benefits. On top of this the family receives €4,000 in child allowances. This makes a grand total of more than €7,400 a month ($9,700 or £4,960) – all of it provided by Belgium’s taxpayers. All the money matters in the household are taken care of by Serge. His wives are only interested in children. They have told the press that they each hope to have another baby in 2007.


For those who wonder, Uros 7,400 = CAD 11,400. And all this is tax-free. Which is the equivalent of CAD 273,600 a year (before taxes)...

Regardez comment la Wallonie fagocite la Flandre, de la même manière que le Québec fagocite le Canada, nous le savions bien avant que Lucien Bouchard le reconnaisse. Dans les 2 cas ce sont des provinces francophones, qui doivent certainement suivre l'exemple de la trés socialiste Fwance... J'ai parfois honte d'être francophone, je dois bien l'avouer.

In 2006 the 6 million Flemings subsidized the 4 million Walloons at a rate of €11.5 billion (an enormous amount of money compared to the €14 billion which is the U.S.’s annual spending on foreign aid). Among the frustrated Flemings there is a growing call for secession from Belgium. This has begun to worry the Belgian establishment. This became particularly apparent after a hoax television news item last week in which the end of Belgium was announced.

When Caroline De Gruyter, a journalist from the Netherlands, visited Wallonia five years ago she was amazed to meet several families that had been on the dole for three generations and did not have a single relative who was officially employed. The families liked it that way. They all voted for the Socialist Party, because it guaranteed that Flemish money would keep flowing to Wallonia. They described the attitude of Flemish nationalists “who do not want to pay taxes to support the Walloon jobless” as “unsocial behaviour!” One of the things that struck De Gruyter was that they admitted to having no shame. It prompted her to call them “a Community beyond Shame.”

LES SANGSUES SONT DES SANGSUES

QUELQUE SOIT LE PAYS



Leeches are leeches, whatever country they think they belong to.


=

 

 

 




 
 

Infinite Justice

 

 


'So this is all real? I am so fucked...'

.....................................
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 09:07
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 13:32
De plus, contrairement à l’opinion des linguistes du 19e siècle, l’arabe n’est pas une langue première. C’est l’une des plus récentes langues dites 'sémitiques'. Elle est formée d’un mélange d’hébreu, d'araméen, d'akkadien et de vestiges de dialectes sabéens parlés par les populations vivant au sud de la péninsule arabique, correspondant à l'actuel Yémen.[26]
Né donc dans le contexte de la linguistique, l'invention du terme "sémite", et en particulier le concept de « peuples sémites», est naturellement venue « confirmer » le mythe du cousinage entre hébreux et arabes. Mais il n’est question ici que d’une pure fiction. En outre, la déduction que des locuteurs de langues apparentées soient forcément d'ethnies proches, est une aberration. La parenté linguistique entre le roumain et le portugais, par exemple, ne démontre aucun « cousinage » entre roumains et portugais. Plus généralement, l’homogénéité des langues dites indo-européennes n’implique pas pour autant une parenté ethnique entre celtes, scandinaves, latins, grecs, arméniens, perses, afghans et indiens. Le mythe d’une race indo-européenne sur lequel se sont construites les théories raciales d’avant-guerre a piteusement volé en éclats à la lumière des recherches récentes. L’idée d’un ‘peuple sémite’ n’est pas moins une chimère (pour ne pas dire une foutaise!) que celle d’un ‘peuple indo-européen’. Pourtant, elle a la vie dure. Il est vrai que la fiction d’un « fond sémite » octroie aux occupants arabes une prétendue autochtonie ou une antériorité de droits qui a tout pour 'anoblir' leurs appétits de conquêtes.

La parenté linguistique entre l'hébreu et l'arabe ne peut en aucun cas alimenter le mythe d’une parenté ethnique, celle d’un prétendu « peuple sémite ».
Cette extrapolation de l’usage du terme « sémite » pour désigner non plus une famille de langues mais bien un « tronc racial commun » s’est produite à la fin du 19e siècle, à une époque où, sous l'impulsion de théories fumeuses (et criminelles!), florissait en Europe un ‘racisme scientifique’. Le type racial « sémite » fut opposé au type racial « indo-européen » dans maints ouvrages de l’époque. Bien que ce "racisme scientifique" se soit éteint après la seconde guerre mondiale, il a laissé des séquelles. Le terme « sémite » continue à être employé jusque de nos jours pour désigner un type racial particulier, qui serait commun à la fois aux hébreux et aux arabes.
Désormais, on parlera de "sémites", pour évoquer communément "juifs" et "arabes".
Et c’est par ce biais que le mythe d’une entité sémitique homogène, inventé par les linguistes du 19ème siècle pour leurs propres besoins, a prit soudain la forme d’une réalité 'ethnique' tangible.
C’est là l'origine du rapprochement, fait par des auteurs contemporains comme par le grand public, de deux populations, "hébreux" et "arabes", qui n'ont de commun que le substrat linguistique.
L’usage du terme antisémitisme[27] a également renforcé, à sa manière, le mythe du « cousinage ». Grâce à lui, les conquérants arabes purent se donner l’apparence de victimes. Les hébreux quant à eux, affublés du nom 'juifs sémites', n’ont dès lors plus de choix que de défendre la cause arabe, et ce au nom d’un pseudo- cousinage et d'une soit- disant communauté de destin face à « l’antisémitisme ». Enfin, il a permis aux pan-arabistes islamiques d’échapper à toute accusation d’antisémitisme. « Nous sommes tous des sémites», est par exemple un leitmotiv du MRAP dans ses manifestations "anti-racistes", alors que la propagande du pan- arabisme islamique se révèle être une copie conforme de la machine de guerre idéologique des "aryens" nazis.

Conclusion

Le mythe du "cousinage" s'est donc initialement mis en place par l’intermédiaire d’un recours à un justificatif et une sémantique bibliques et talmudiques. Ensuite, il s'est développé "grâce" à une survivance de termes linguistiques dérivant du "racisme scientifique" du 19ème siècle. Enfin, il a atteint son apogée au 20ème siècle, avec sa récupération et sa sophistication par le pan-arabisme islamique et son fer de lance palestiniste.
Aujourd'hui, ce mythe est devenu un véritable piège politique qui risque d'être fatal non seulement à l'état d'Israël mais à tout le monde libre. Il faut le démonter avant qu'il ne se referme irrémédiablement.
Notes

[1] Comme les recherches menées par le Professeur Antonio Arnaiz-Villena de l' Université Complutense de Madrid, ou celles du Professeur Ariela Oppenheim de l'Université Hébraïque de Jérusalem.
[2] Voir article du même auteur "Pour en finir avec l'usage du terme Palestine"
[3] Mais c’est alors que se pose un nouveau problème, celui du débat théologique entre juifs et musulmans pour savoir à qui exactement la divinité a ‘octroyé la terre promise’. Bien entendu, un tel débat est sans fin.
[4] De là vient le nom de la ville de Hébron. Chose paradoxale, tandis que l'opinion internationale refuse aux pionniers sionistes tout droit historique sur cette ville, elle est communément appelée dans les médias "la ville arabe de Hébron" (sic!)
[5] Genèse, 17, 3-8.
[6] Genèse, 19, 36-38
[7] Et chose pour le moins curieuse, ce nom est exactement, toujours selon la Bible, celui de l'arrière petit-fils de Abram et père de Moïse: 'amram le neveu de… hebron Exode, 6, 20.
[8] Ce qui fit dire au Prof. Zéev Wisman: " L'étude comparée des légendes de Jacob et d'Abraham nous révèle que celles de Jacob représentent des traditions plus anciennes que celles d'Abraham… Ce n'est seulement qu'après la fondation du royaume de Judah, que d'autres "ancêtres", et Abraham en tête, ont été "apparentés" à Jacob-Israël". The history of Eretz Israël. Israël and Judah in the biblical period. Keter. Jérusalem. 1984, p.15.
[9] Ce même Isaaac qui, selon le récit biblique, fut offert par son père Abraham en sacrifice expiatoire pour obéir à l'injonction divine avant que l'ange de Dieu ne retienne son bras. (Voir le récit complet dans le livre de la Genèse, chapitres 16 et 22
[10] Les mots en hébreu, et dans toutes les langues de la même "famille", sont formés à partir de racines bi ou tri- consonantiques. Les voyelles n'existent pas et ne sont retransmises ici que pour faciliter la prononciation.
[11] Genèse, 16, 11
[12] Le suffixe on du nom Shim'on étant, dans la langue hébraïque, "un diminutif d'affection".
[13] Bien que la prononciation de la consonne Bet, peut se lire indifféremment en Hébreu comme un V, nous avons choisi pour faciliter au lecteur la compréhension du mot Arabe, de privilégier la prononciation dure: B.
[14] De même que Cana'an (littoral) et 'Eber (col, versant)
[15] Un indice de l'ancienneté et l'antériorité de la racine 'arab en hébreu, est son exceptionnelle diversité de significations et de formes, tandis qu'en arabe (au vocabulaire pourtant infiniment plus riche), l'emploi de cette racine est très restreint. A partir de cette racine, se sont forgés dans la langue des hébreux des mots aussi différents que corbeau, bête féroce,,garant, mixte, agréable, saule pleureur, crépuscule, ouest etc…Le terme Europe lui-même est tiré de cette racine hébraïque. C'est la raison pour laquelle Europa (« le coucher de soleil », c’est-à-dire l’ouest, l’occident) et sœur de Cadmos (Qedem, le levant) est, dans les médaillons antiques grecques, représentée et personnifiée par un saule: le saule en hébreu se disant 'arava, c’est à dire le féminin de ‘erev (ouest).
[16] A la différence cependant des exégètes musulmans, le Coran ne va tout de même pas jusqu'à affirmer que c'est Isma'el et non Isaac qui fut "sacrifié".Voir Sourate 37; 98-113
[17] Sourate 2, 121
[18] Ce mot composé est coupé en arabe au mauvais endroit. Un peu comme si en français on écrivait au lieu de Clermont-Ferrand, Clerc-Monferrand.
[19] La "Djehilyah" ( "l'Ignorance"), c'est-à-dire l'époque avant la "révélation" coranique.
[20] (Sourate 2, 134
[21] Abraham et Ismaël sont désormais dépeints par des pseudo-historiens à la solde du pan-arabisme islamique, comme des ‘bédouins palestiniens’.
[22] Ce mythe concourait à l’idée que les populations arabes, par leur mode de vie nomade, représentaient les restes d’une humanité originelle, antérieure à la découverte de l’agriculture. Surtout développée par l'impérialisme britannique pour des intérêts propres à la Couronne, ce "romantisme orientaliste" fit des ravages même parmi les premiers linguistes du renouveau hébreu, tel que Eli'ezer Ben Yehoudah.
[23] Tout autour des tristes personnages que sont Winckler et Noldecke. C'est dans ce même creuset idéologique, considéré à son heure, comme une "évidence scientifique que se développèrent les théories raciales de l'Aryanisme. Chez ces orientalistes allemands, le pan-arabisme était en quelque sorte la justification de leur pan-Germanisme.
[24] On peut d'emblée se demander par quel miracle une étendue quasi désertique comme la péninsule arabique, (à densité humaine des plus faibles, à l'époque comme aujourd'hui), ait pu être à l'origine d'un tel réservoir humain peuplant la Mésopotamie, le pays d'Aram, l'Assyrie, Israël et Canaan?! Ce n’est là qu’une transposition à un passé lointain des conquêtes arabo-musulmanes qui dévastèrent cette région du monde à partir du 7e siècle de notre ère.
[25] Le parler arabe n'est donc pas autochtone à la péninsule arabique, et c’est pourquoi il ne retransmet pas de réalité inhérente à sa géographie
[26] La seule chose dans la quelle les linguistes ne se sont pas fourvoyés est lorsqu’ils ont remarqué la proximité entre l’hébreu et l’arabe. Mais leur classification faisait abstraction de toute dimension historique, non seulement dans l’émergence de ces langues, mais encore dans leur expansion géographique. Alors que l’hébreu est une langue « première », qui naquit en Qedem, au pays du Levant, il y a plusieurs milliers d'années avant l'ère chrétienne, l’arabe ne prit sa forme définitive, dite ‘classique’, que durant la première moitié du premier millénaire de notre ère. Cette origine tardive en fait une langue dérivée. Contrairement à l’hébreu ou à l’araméen, l’arabe est en réalité une langue composite, un mélange d’araméen (la langue traditionnellement parlée au nord du pays des hébreux), d’hébreu et des dialectes sabéens (parlés par les populations du sud de la péninsule arabique, l’actuel Yémen). C’est pourquoi elle ne reflète aucune identité ethnique, même bien avant l'apparition de l'Islam.
[27] Le terme ‘sémite’ échappa d'autant plus à son contexte linguistique du fait de Wilhelm Marr, qui en 1879, créa le néologisme antisémitisme.

 

 

Monday

 

 

Happy New Year

Bonne Année


Spécialement à nos valeureux Freedom Fighters



 
 
Thank You

Sunday

Sign of Times to Come

 

 

Mahmmoud, Ismael, Bashar, Kim Il, Hugo and Nasrallah, Justice will also be served to you. Tôt ou tard on va vous attraper.


Soddom Bye Bye party : COMPLETE, with grand finale!!! `

PS : les dernières paroles du boucher de Bagdad (en arabe, Il n'y a de Dieu que Dieu et mahommet est son prophete, bla bla bla) montrent que ce porc n'était pas séculier comme les médias veulent nous le faire croire, mais bien un islamiste terroriste comme les autres...

 

 

 

Saturday

Viva el socialismo!

 

source : Brussel Journal


Wallonie - Flandres, une belle analogie des relations entre le Québec et le Reste du Canada.



Serge Régnier (as some readers may remember) is a 47-year old Belgian with three wives and thirty children. In 1986 Régnier married Christine Wuest (who is now 38). They have fifteen children, between 19 years and 11 months old. A couple of years later, Christine’s homeless sister Karine Wuest (now 35 years old) came to live with the couple. Soon she fell in love with Serge. Christine consented in her husband taking her sister as a second wife. Serge and Karine have six children, between 10 years and 10 months old. All that time, Serge had been meeting his former girlfriend Judith De Leenheer (now 38 years old). When Judith’s marriage broke up – which was not altogether surprising since all her children were Serge’s
rather than her husband’s – Serge asked his two wives whether they would mind
taking her in. They did not mind. Serge and Judith have nine children, between 18 years and 10 months old. They all live together in Serge’s house in Marcinelle, a town in Wallonia, the French-speaking South of Belgium.
Régnier applied for and received the status of an invalid from Wallonia's generous welfare authorities. He consequently receives a welfare check of over €1,000 a month. His three wives are all unemployed. Hence, they each get €800 in unemployment benefits. On top of this the family receives €4,000 in child allowances. This makes a grand total of more than €7,400 a month ($9,700 or £4,960) – all of it provided by Belgium’s taxpayers. All the money matters in the household are taken care of by Serge. His wives are only interested in children. They have told the press that they each hope to have another baby in 2007.


For those who wonder, Uros 7,400 = CAD 11,400. And all this is tax-free. Which is the equivalent of CAD 273,600 a year (before taxes)...

Regardez comment la Wallonie fagocite la Flandre, de la même manière que le Québec fagocite le Canada, nous le savions bien avant que Lucien Bouchard le reconnaisse. Dans les 2 cas ce sont des provinces francophones, qui doivent certainement suivre l'exemple de la trés socialiste Fwance... J'ai parfois honte d'être francophone, je dois bien l'avouer.

In 2006 the 6 million Flemings subsidized the 4 million Walloons at a rate of €11.5 billion (an enormous amount of money compared to the €14 billion which is the U.S.’s annual spending on foreign aid). Among the frustrated Flemings there is a growing call for secession from Belgium. This has begun to worry the Belgian establishment. This became particularly apparent after a hoax television news item last week in which the end of Belgium was announced.

When Caroline De Gruyter, a journalist from the Netherlands, visited Wallonia five years ago she was amazed to meet several families that had been on the dole for three generations and did not have a single relative who was officially employed. The families liked it that way. They all voted for the Socialist Party, because it guaranteed that Flemish money would keep flowing to Wallonia. They described the attitude of Flemish nationalists “who do not want to pay taxes to support the Walloon jobless” as “unsocial behaviour!” One of the things that struck De Gruyter was that they admitted to having no shame. It prompted her to call them “a Community beyond Shame.”



Leeches are leeches, whatever country they think they belong to.


=

 

 

Going, going, gone

 

 

Victimes de soddom hussein à Halabja, gazées au WMD.



Le gros porc PERD la guerre




Le gros porc est arrété par un vrai Freedom Fighter, un Iraquien vivant aux USA revenu faire justice.

 

82 percent of Americans are in favour of Saddam's death penalty, compared to 69 percent of Britons, 58 percent of French, 53 percent of Germans and 51 percent of Spaniards. YES even old eurabia supports soddom execution...



Justice has been served

Dec. 30, 2006 - Ali Al Massedy was 3 feet away from Saddam Hussein when he died. The 38 year old, normally Iraqi Prime Minister Nuri al-Maliki's official videographer, was the man responsible for filming the late dictator's execution at dawn on Saturday. "I saw fear, he was afraid," Ali told NEWSWEEK minutes after returning from the execution.

Photo de l'execution


A video grab taken from al-Iraqiya television shows ousted Iraq president Saddam Hussein moments before being hanged in Baghdad. Saddam was hanged inside one of his former torture centres in the final act of a brutal 30-year tragedy that left the stage strewn with tens of thousands of corpses.(AFP/Al Iraqyia TV)
La corde semble bien grosse, elle pourra encore servir pour pendre bien des porcs...



NEXT !!!


Thank you George W. Bush.

Friday

Open Season Remix

 

Source : Infidel Blogger Alliance

Superbe Remix de l'hymne de la résistance anti-islam : Open Season by Stuck Mojo

Montage absoluement effrayant de différentes interview.



Le groupe islamofasciste CAIR n'est pas seulement présent aux USA mais aussi au Canada. Il est temps de réagir et d'inscrire CAIR sur les listes d'organisation anti-terroriste. CAIR must disappear.

Voici comment CAIR-Canada traite les journaliste : The Truth about CAIR

Fuck You CAIR !!! Go defend your religion of piss in the deserts and the caves.

 

 

Thursday

Infinite Justice

 

 


'So this is all real? I am so fucked...'




Thank you to the real Freedom Fighters!

 

 

 

Tuesday

Karl et Taoufik, ou la novlangue fwançaise

 

 

Comment la réalité est travestie par les médias afin d'apaiser les barbares et de protéger les politiciens dhimmis.
 
Je sais que j'avais dit que je ne bloguerais pas avant la nouvelle année, mais voilà il y a une tempête de neige sur Montréal et on est un un pogné à l'intérieur.

Alors commentons des 'faits divers'.
 
La cause de la mort de l'ouvrier tunisien Taoufik el-Amri est la noyade par hydrocution dans un canal de Nantes, a déclaré jeudi le procureur de la République Stéphan Autin sur la base des premiers éléments de l'autopsie. "C'est une noyade provoquée par choc thermique" liée notamment à "une imprégnation alcoolique", a indiqué le procureur au cours d'une conférence de presse.


Jusque là rien de bizarre, un pauvre bougre ivre mort tombe dans la flotte glacée, fait un choc thermique et se noie. Et bien non, si un CPF est mort, en Fwance c'est automatiquement la faute de la police.
Le corps de Taoufik el-Amri a été repêché mardi sous une péniche près d'un ponton du canal Saint-Félix, non loin du lieu de la découverte de son portefeuille contenant sa carte d'identité et sa carte bleue. L'ouvrier tunisien de 33 ans, marié et père d'une fillette, avait disparu dans la nuit du 22 au 23 novembre après avoir été contrôlé par les trois policiers qui l'ont fait monter dans leur fourgon avant de le relâcher un peu plus loin, à proximité du canal où son corps a été découvert mardi après-midi.
Priscilla, l'épouse de Taoufik el-Amri, a réclamé jeudi soir que "toute la vérité soit faite" sur cette affaire. Présent à ses côtés à Argentan, dans l'Orne, où la jeune femme séjourne depuis la disparition de son mari, l'avocat de Priscilla, Me Gilbert Collard, a estimé qu'"on est en présence d'un abandon social grave qui a probablement eu pour conséquence la mort de ce jeune homme". "Quelque chose s'est produit avant qu'il ne tombe dans le canal puisqu'il n'y a pas d'eau dans ses poumons. C'est un élément dont on va chercher à obtenir qu'il soit exploré à fond", a-t-il affirmé.
 
Si les forces de l'ordre ne vous tiennent pas la main quand vous allez chier et que vous mourrez d'une hémorragie du à un éclatement des sphincters, et bien c'est de la faute à la police, voire au gouvernement, c'est un abandon social. Ils relachent le gars, qui n'a rien fait de mal a part tituber un peu, qui plus tard s'affale le long d'un canal, s'étouffe dans son vomi, clamse et glisse dans la flotte. C'est triste mais c'est la vie. Imaginez une seule seconde que les policiers ne l'aient pas relaché, et bien ils auraient un procés sur le dos de la part du MRAP et de SOS Racailles pour avoir détenu illégalement un pauvre musulman égaré dans les vices de la grappe. Amis policiers, un bon conseil, n'arrètez plus les ivrognes sur la voie publique, Dieu sait de quoi on pourrait vous accuser!
Pour les médias à la solde de l'establishement, le pauvre poivrot s'appeler Taoufik, il était tunisien et cela suffit pour le maquiller en victime. Vous allez voir bientôt que ce pauvre type était une victime de l'Occident dépravé, Occident qui l'a corrompu et forcé à boire comme un trou. A notre avis ce brave garçon buvait pour oublier qu'il était soumis à l'islam.
Alors remettons les choses au clair dans cette histoire :
1) En France, les policiers ne sont pas des assistantes sociales qui vous ramènent a la maison quand vous avez bu un verre de trop.
2) Nous ne sommes pas dupe des motifs qui motivent le traitement abracadabrantesque de cette histoire : un ouvrier alcoolique d'origine arabe est toujours victime du racisme d'Etat en France. Un français d'origine, alcoolique, n'est victime que de sa bêtise. (de même qu'un chômeur blanc est un looser alors qu'un chômeur a consonance arabe est victime de la discrimination institutionnalisée )
3) La loi d'Archimède s'applique à tout corps plongé dans l'eau.

Un autre 'fait divers'

Selon l'autopsie, Karl, ce collégien de 12 ans du Collège Albert-Camus n'est pas mort des coups qu'il aurait recus, mais d'un choc émotionnel lié à sa malformation du coeur. Il a fait un arrêt cardiaque pendant une bagarre à la fin d'un cours de gym. Un garçon et une fille de onze ans sont interrogés par les policiers dans l'enquête sur ce drame. Jean-François Copé a estimé sur RTL qu'il ne fallait pas faire d'amalgame avec la question des moyens réclamés par les enseignants.


J'ai vu le JT de france 3 et l'édition nationale du 19/20 de France3 de ce soir (22 décembre 2006) qui doivent être disponibles sur le site de France3 :
On apprend par des élèves du collège que ce n'était pas la première fois que Carl était la victime de violences ! Les élèves parlent même d'un souffre-douleur à cause je cite , "d'un style un peu gothique et parce que Karl était intelligent"... ! ! ! Tout est dit ! Donc la version d'une bagarre isolée qui a mal tourné ne tient pas !
TF1 nous présenta une photo floodée de Karl, prénom bizarre s'il en est et à connotation spéciale, ceci pouvant expliquer cela, assis à côté de celui qui l'avait battu. Le teint bronzé de ce dernier ne trompe pas sur son origine.
 
Et bien sur, il est mort d'une anomalie cardiaque. Dire que Karl n'a pas été assassiné par des porcs revient à dire que Daniel Pearl n'est pas mort égorgé par des musulmans mais qu'il est mort d'une malformation de sa gorge qui n'a pas su résister à la lame rouillée du couteau, et aprés tout ce couteau aurait pu être tenu par n'importe qui à un tout autre moment. Et puis s'est-on jamais demandé comment un enfant de 12 ans avec une aussi grave 'malformation cardiaque' pouvait se trouver en cours d'éducation physique...Et puis les dizaines de coups de pieds et de poings qu'il a reçus n'y sont pour rien...
Voici la réaction d'une lectrice de France-Échos
Comme tous, je suis horrifiée par le drame qui s'est déroulé à Meaux.
Un petit garçon de 12 ans est mort parce que battu par des élèves qui l'ont roué de coups et qui ont continué, très "loyalement", à le bourrer de coups alors qu'il était sans doute déjà décédé. Mort de peur et de stress. Mort pour rien, la peur au ventre. Mort parce que des gamins de 11 ans sans aucune conscience ni peut-être valeurs morales apprises chez eux se mettent à plusieurs pour attaquer un de leurs camarades de classe.
Ce qui me choque c'est qu'au fil des heures, les médias bien pensants changent de version ; encore quelques jours, et on va nous dire que son décès n'a strictement rien à voir avec la violence avec laquelle il a été attaqué. A-t-on idée d'avoir une malformation cardiaque ! J'aurais bien aimé connaître le nom des agresseurs, car je crains bien qu'ils ne s'appellent ni Audrey ni Sébastien. Et à mon avis, si un petit maghrébin était mort de la même façon, le maire de Meaux si satisfait de sa lutte contre la violence aurait eu à faire à 3 bus et 200 voitures brûlées....
Je dois ajouter aussi que je suis lasse d'entendre qualifier de "sensible" des quartiers ou des écoles que je qualifierais, moi, de pénibles. La sensibilité est une qualité de l'âme, et ce mot est dévoyé. Tout comme est dévoyé le mot "jeune", qui maintenant définit plutôt la racaille que la jeunesse. Il y des tas de "jeunes" qui ne brûlent ni les gens, ni les voitures, ni les bus, qui ne dealent pas dans les caves, qui ne violent pas, ne transforment pas les lieux publics en champs de batailles ; si les médias cessaient de parler des brutes et des barbares, on assisterait peut-être à moins de violence. La presse et l'audio-visuel contribuent à ladite violence, puisque pour ces "casseurs" tout est bon pourvu que l'on parle d'eux.
Combien de petits martyrs faudra-t-il pour que les gauchos qui dirigent les écoles se mettent à penser en d'autres termes que ceux de "pas de vagues" ? ? ?
Pour ma part, afin que mes enfants aillent à l'école avec bon coeur et sans la peur au ventre, donc dans de bonnes conditons,je les ai mis dans une école privée. On peut ainsi échapper à la carte scolaire (bien des enseignants -et chacun le sait- s'arrangent pour contourner ladite carte lorsqu'ils voient que leurs enfants risquent gros s'ils vont dans des écoles "difficiles"), et la discipline y est normale.
On dit bonjour aux professeurs, on se tait en classe, la politesse est la règle n°1 de ce collège.
Sont interdits : les baladeurs, les clés MP3, les portables (tout ça doit rester au vestiaire (chacun a le sien, avec un cadenas, ou dans les cartables) ; les lunettes de soleil, les casquettes et les baskets de marques sont aussi interdits pour éviter toute forme de rackett (je regrette, moi, l'uniforme, qui gommait les inégalités et ne prêtait bien entendu pas au rackett, chacun portant les mêmes vêtements, mais il est question de remettre ledit uniforme en usage, et ce serait une bonne chose).
Un élève pris en train de fumer dans la cour est immédiatement expulsé. Si une bagarre éclate (ça arrive) un surveillant ou un enseignant intervient immédiatement, sépare les belligérants, lesquels sont convoqués en urgence en conseil de discipline, avec un avertissement à la clef ; le deuxième avertissement est suivi d'une exclusion de 3 jours, et il n'y a pas de troisième avertissement car c'est l'exclusion définitive.
Autre avantage : en 4 ans, seul un enseignant a fait 1 journée de grève, et l'établissement-si grève importante il y avait- s'engage à garder tous les élèves.
Ceci est un avantage énorme pour les parents qui travaillent, et notamment pour les familles monoparentales qui ont parfois bien du mal à concilier les horaires du travail et de l'école, sans compter que les petits de 6ème ne sont pas forcément aptes à se débrouiller dans les transports en commun, surtout lorsque l'
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 11:07

http://montreal-resistance.blogspot.com/2007/01/pour-en-finir-galement-avec-la-fiction.html

 

Pour en finir également avec la fiction du "cousinage entre hébreux et arabes"

 

Le 12 décembre 2006, je postais un article en anglais qui démontrait que les arabes n'étaient en rien des sémites.

 Voici aujourd'hui une démonstration en français.

Sémite ou c'est mythe?

 

 Par David André Belhassen le 27/12/2006

Erigée quasiment en dogme et en évidence "scientifique", la thèse de la "parenté entre hébreux et arabes" est si bien ancrée dans les consciences que d'aucuns ne voient dans les conflits entre "ces deux peuples sémites", autre chose qu’une simple 'querelle de famille'.
Il est temps de faire un sort à une des duperies les plus pernicieuses de l'Histoire.

Le peuple hébreu est un peuple méditerranéen, beaucoup plus proche des cypriotes par exemple, que des diverses populations de la péninsule "arabique".


Cela a été amplement démontré par de très sérieuses études anthropologiques et génétiques.[1]

Ces études ont aussi prouvé, entre autres, que ce qu'on appelle (de façon erronée) les "palestiniens" ne sont pas des arabes mais, pour la plupart, des descendants d'hébreux qui furent arabisés

 (ou plutôt "arabophonisés") lors de la conquête arabo-musulmane au 7ème siècle de l'ère chrétienne.[2]

Mais s'il n'y a entre hébreux et arabes absolument aucune origine commune, aucun rapport ethnique, aucun lien ancestral, et aucune "parenté de sang", quand, comment et pourquoi ce mythe a t-il était créé de toutes pièces? Par qui?

Au nom de quels intérêts? Et dans quels buts?


Histoire ou fable?

De nombreux passages de la Bible reflètent bien des situations historiques réelles, mais celles-ci se perdent souvent soit dans une gangue de récits légendaires soit dans des développements apologétiques visant à accréditer et justifier la théologie monothéiste. Ce mélange des genres a fini par former un tout si contradictoire que la Bible, en tant que corpus, ne peut guère constituer un support suffisamment fiable à une véritable recherche scientifique. Il est néanmoins possible, par voie rationnelle d'élimination, de faire émerger ce qui, à priori, semble historiquement possible et acceptable de ce qui est douteux, improbable, voire carrément inconcevable.

Il en est par exemple de la légende d'Abraham que la Bible fait venir "d'au-delà du fleuve", de Ur ou de Haran. Ce récit, que les sionistes religieux appellent à la rescousse pour faire valoir "les droits des juifs sur la Terre Promise", est un couteau à double tranchant. Si d'une part, il peut servir d’appui à une pensée religieuse qui postule d’emblée l’obéissance aux décrets et aux choix divins[3], il sape d'autre part les fondements des revendications d'ordre historique (et laïque) des anciens hébreux, en faisant d'eux non pas des autochtones sur leurs pays mais un groupe d’émigrés dont l’origine se situe quelque par au delà de l’Euphrate.
_

Or, si l'existence historique des hébreux (sous la forme 'apirou' ou 'habirou"[4]) est indubitable, il n’existe aucun document extra- biblique ou vestige archéologique attestant l'existence d'Abraham. Ce personnage n'est uniquement connu que par le corpus biblique ("l'Ancien testament" et ses "apocryphes"), ainsi que des livres qui s’en inspirent: Les Evangiles (et les autres textes du " Nouveau Testament") et le Coran.
-

Nous en sommes donc réduit à appréhender Abraham d’après les sources bibliques:

Avant que Yahweh ne lui fit don de son alliance, il s'appelait Abram[5].
C'est un nom composé ab-ram qui en hébreu signifie 'père – élevé'. Le mot ab étant aussi synonyme de 'am (peuple)[6], on pourrait donc le rendre par "peuple grand" ('am-ram)[7]. Après l'alliance, Abram fut béni par Yahweh qui lui promit de devenir le 'père d'une multitude de peuples', 'ab hamon goïm', et par la même occasion modifia son nom en Abraham. Cette explication que fournit la Bible sur le nom d’Abraham ne tient pas, parce qu’il aurait fallu changer son nom d’Abram en l’acrostiche ‘Abhamag’. Pour justifier le nom Abraham, l’exégèse biblique apporte une nouvelle explication : la forme ‘Abraham’ proviendrait de l’introduction de la lettre h considérée comme sacrée (une des lettres du tétragramme divin) pour sceller l’alliance. Mais cette explication de l’origine du nom Abraham n’est pas plus satisfaisante que la première parce qu’alors, il aurait été nécessaire d’insérer la lettre h entre ab et ram, ce qui aurait donné Abharam et non pas Abraham. De part sa morphologie, ce nom Abraham semble donc être étranger à la sphère hébraïque. Certains spécialistes ont même soutenu l’idée d’une origine hindoue au nom Abraham, qu’ils partirent chercher du côté du Brahmanisme.
_

Il est à ce titre révélateur que Abraham ne soit jamais mentionné dans le livre des Juges, pourtant considéré par la Critique Biblique comme un des livres les plus anciens et les plus crédibles de la Bible. Comme l’évoque la série d’anachronismes relatifs à Abraham dans le livre de la Genèse[8], le récit de son voyage en "Terre Promise" aurait été tardivement introduit (seulement au 7ème siècle avant J.C) par les réformateurs monothéistes afin d’effacer l’origine commune des hébreux et des cananéens et dans le but de privilégier désormais un critère de "filiation" d’ordre théologique et non ethnique.

Du point de vue purement historique, Abraham n'est donc pas plus l'ancêtre des hébreux que celui des "arabes". Et pourtant, c'est le mythe d’Abraham qui a engendré l’idée d’un ‘cousinage’ entre hébreux et arabes. Voici comment:

Ishma'-el ou Isma-'il?

La Bible nous fait le récit d'un antagonisme tragique entre les deux premiers fils d'Abraham: L'aîné, IShma'- El
 (prononcé Ismaël en français), est né de sa servante Hagar, et le second, Içhaq (Isaac en français),
est né de son épouse bien aimée, Sarah, que l'ange divin délivra miraculeusement de sa stérilité, en dépit de son âge avancé. [9]

Ce nom IShma'- El est formé de 2 mots:
 La racine tri- consonantique ShM' (le signe ' représentant la consonne gutturale 'Ain) et El[10]. Il signifie en hébreu "Dieu (El) entendra (Ishma')"[11].

Or Ishmaël n'est autre que le substantif créé sur le nom de la tribu hébreue ShiM'on (Simon en français), semi-nomades du Néguev et du Sinaï.[12]

Lorsque que furent compilées les légendes Abrahamiques dans le livre de la Genèse, la tribu hébreue de Shimon-Ishmaël fut rattachée à la figure du patriarche Abraham. Shimon-Ishmaël devint ainsi le "fils" de Abraham et Hagar la servante égyptienne, et non le fils de Jacob-Israël et Léa. La singularité de la double généalogie de cette tribu provient probablement du fait de sa sécession précoce de la confédération israélienne.
.

Quant à la "filiation" entre les arabes et leur soit- disant "ancêtre" Ismaël, elle n'a aucune historicité. Elle date de l'exégèse tardive juive (1er siècle après J.C), lorsque le mode de vie semi- sédentaire de la tribu de Simon-Ismaël fut comparé à celui des nomades du Hidjaz (Arabie Séoudite d'aujourd'hui).
.

En hébreu biblique en effet, le mot 'arab[13] est à l'origine une dénomination géographique et topographique du pays de Qedem ("Le levant").[14] Il désigne une région aride ou une dépression semi- désertique, en partie couverte de steppes et parsemée d'oasis. C'est pourquoi en hébreu, l'oasis de Jéricho est appelé " 'arbot Yeriho", la dépression de la Mer Morte, yam ha 'arabah, et la bande désertique allant jusqu'à Eilat, " midbar ha 'arabah ".

Ainsi, l'épithète 'arbi (qui donna en français "arabe") signifie littéralement "celui qui séjourne dans la steppe", et par extension: "nomade". 'Arbi n'est donc pas une désignation ethnique, mais un mode de vie. La preuve est que même un hébreu ayant adopté ce mode de vie pouvait être appelé 'arbi (nomade). Pour un hébreu, l'épithète 'arbi désignait donc avant tout, les membres des tribus hébraïques de Sim'on-Isma'ël, de ’Amaleq, ou de Edom, bref des Bnei-Qedem (Fils de Qedem) habitants les steppes parfois arides de la région et leurs oasis.

C’est pourquoi il n’y a pas, à proprement parler, de peuple arabe.

Ce sont les romains qui au 1er siècle de l'ère chrétienne, copièrent des hébreux le terme Arabia pour désigner cette région à l’est du pays des hébreux. Et ce sont eux aussi qui introduisirent chez les autochtones de cette province baptisée "Arabia Felix", l'utilisation du mot "arabe".
.
Plus tard, les rabbins du Talmud ont encore plus élargi le champ sémantique du mot en désignant tous les nomades de la région comme "arabes" et en leur octroyant un ancêtre éponyme, Ismaël, parfois décrit (calomnieusement?) comme un prédateur qui vit de rapines, un brigand de grand chemin, un sans foi ni loi qui rançonne les caravanes etc… etc…
De là, et uniquement de là, vient le terme "ismaélites" collé aux "arabes", sans qu'il n'y est pour cela aucun lien ethnique ou ancestral!

Paradoxalement, le terme arabe est en réalité un mot étranger à la langue arabe[15], dans laquelle le nomade habitant les steppes se dit "badwi" (bédouin).
.
Mais le Coran, se faisant l'écho de ces légendes juives tardives, voulut affirmer sa suprématie théologique en s'accaparant la figure de Ishma'ël, le fils aîné d'Abraham, comme "l'ancêtre des musulmans".
 
.Ce choix, ce dévolu plutôt, fut dicté par le fait que "Içhaq" (Isaac), le cadet d'Abraham, était déjà "accaparé" par les juifs (l'agneau du mont Moryah[16]), et "Yehoshou'a" ( Josué-Jésus) par les chrétiens ("l'agneau pascal" du Golgotha ). Il devint donc extrêmement important pour l'Islam de trouver une figure au moins de la même envergure afin de justifier la nouvelle "Qibla" (la direction vers laquelle on se tourne pour la prière), non plus vers Jérusalem mais vers la Mecque. Le Coran fit donc de Ishma'el (avec son père Abraham), celui qui éleva le temple de la Ka'ba[17].

Mais le nom d'Ishma'el, fut écrit dans le Coran Isma-'il , c'est-à-dire tel qu'il a été entendu au contact des juifs par une oreille arabophone. Or sous cette forme, il n'a aucun sens dans la langue arabe[18]. Pour qu'il est une quelconque signification, il aurait dû être transcrit: Isma'-allah. De plus, il n'y a de la période pré-islamique[19], aucune trace d'un ancêtre Isma-‘il parmi les tribus de la péninsule arabique, ni dans leurs récits, ni dans leurs mythes, et ni dans leurs légendes.

Les "arabes" ne sont donc pas plus "fils" d'Ismaël que "cousins" d'Israël.

Le Coran lui-même s'est bien gardé de faire d'Ishma'el l'ancêtre ethnique des arabes.
 
 
 Son adoption y reste toute théologique[20], ce qui ne deviendra pas le cas au 19ème siècle avec la naissance du mythe raciale du sémitisme et du "cousinage juifs-arabes", et au 20ème siècle avec la confrontation politique sioniste-palestiniste sur "l'antériorité des droits" sur le pays.[21]


 

Sémite ou c'est mythe?

Il est un autre domaine où le mythe du cousinage a particulièrement bien prospéré :
la linguistique.
 
.
En effet, afin de manipuler ensemble des langues reconnues comme apparentées, les linguistes européens du 19ème siècle inventèrent un concept, celui des langues dites ‘sémitiques’ (l’hébreu, l’akkadien, l’araméen, l’arabe, le gue’ez et l’amaharique),.
 
 Bien que le concept ne fut à l'origine utilisé que pour qualifier ce groupe de langues effectivement proches, une telle terminologie n’est pas anodine.
 
Elle se calquait sur le "découpage" biblique de l’Humanité en trois grandes lignées.
 
 En effet, selon le mythe biblique du Déluge, les descendants des trois fils de Noé:
Shem (Sem) Ham (Cham), et Yefet (Jephté), représentaient respectivement les populations du Moyen-Orient, d'Afrique, et d'Europe. Ce découpage (mythique) s’est ensuite avéré inopérant, puisque l’analyse des langues africaines en montre d’un côté la diversité, et de l’autre la parenté entre certaines d’entre elles (comme le Berbère, le Haoussa ou l’Egyptien antique) avec les langues dites 'sémitiques'. De cette observation est née la nécessité d'une classification plus adéquate. C'est pourquoi la linguistique comparative moderne ne parle désormais plus de "langues sémitiques" mais d'un ensemble beaucoup plus vaste: la famille de langues dites ‘chamito-sémitiques’, classification elle-même progressivement délaissée au profit de termes plus rigoureux. Mais à partir de cette classification obsolète datant du 19ème siècle, s'est développée dans certains milieux arabophiles le mythe de la préséance de la langue arabe par rapport aux autres langues 'sémitiques'[22].
Non seulement, la langue arabe serait la plus ancienne de ces langues, mais aussi le peuplement du "croissant fertile" aurait pour origine la péninsule arabique.

S'appuyant sur ce genre de niaiseries, très en vogue dans les milieux sémitologues de l'époque[23] , ces arabophiles persistent aujourd’hui à soutenir, sans l’ombre d’un doute, que des «vagues successives de bédouins peuplèrent la Mésopotamie et la Palestine (sic) ».

Pourtant, l'idée que ce peuplement se fit d'Est en Ouest[24] est contredite par la langue arabe elle-même.
 
En effet, tout comme en Hébreu, l'arabe dit "gauche" (shamal) pour le Nord, et "droite" (yemen) pour le Sud. Chose plus surprenante encore, cette langue possède un autre mot désignant le Sud: G'anoub, métathèse de Negeb, la steppe sud d’Israël mais qui se trouve au nord de la péninsule arabique!

Cette singularité révèle le sens de migration des populations. Ce sont des voyageurs et des commerçants hébreux et araméens qui, en arrivant dans la péninsule arabique, importèrent leurs langues et leurs repères géographiques[25].

De plus, contrairement à l’opinion des linguistes du 19e siècle, l’arabe n’est pas une langue première.
 
 C’est l’une des plus récentes langues dites 'sémitiques'. Elle est formée d’un mélange d’hébreu, d'araméen, d'akkadien et de vestiges de dialectes sabéens parlés par les populations vivant au sud de la péninsule arabique, correspondant à l'actuel Yémen.[26]
 

Né donc dans le contexte de la linguistique, l'invention du terme "sémite", et en particulier le concept de « peuples sémites», est naturellement venue « confirmer » le mythe du cousinage entre hébreux et arabes.
 
Mais il n’est question ici que d’une pure fiction. En outre, la déduction que des locuteurs de langues apparentées soient forcément d'ethnies proches, est une aberration.
 
 La parenté linguistique entre le roumain et le portugais, par exemple, ne démontre aucun « cousinage » entre roumains et portugais.
 
Plus généralement, l’homogénéité des langues dites indo-européennes n’implique pas pour autant une parenté ethnique entre celtes, scandinaves, latins, grecs, arméniens, perses, afghans et indiens.
 
 Le mythe d’une race indo-européenne sur lequel se sont construites les théories raciales d’avant-guerre a piteusement volé en éclats à la lumière des recherches récentes.
 
L’idée d’un ‘peuple sémite’ n’est pas moins une chimère (pour ne pas dire une foutaise!) que celle d’un ‘peuple indo-européen’. Pourtant, elle a la vie dure.
 
. Il est vrai que la fiction d’un « fond sémite » octroie aux occupants arabes une prétendue autochtonie ou une antériorité de droits qui a tout pour 'anoblir' leurs appétits de conquêtes.

La parenté linguistique entre l'hébreu et l'arabe ne peut en aucun cas alimenter le mythe d’une parenté ethnique, celle d’un prétendu « peuple sémite ».

Cette extrapolation de l’usage du terme « sémite » pour désigner non plus une famille de langues mais bien un « tronc racial commun » s’est produite à la fin du 19e siècle, à une époque où, sous l'impulsion de théories fumeuses (et criminelles!), florissait en Europe un ‘racisme scientifique’.
 
Le type racial « sémite » fut opposé au type racial « indo-européen » dans maints ouvrages de l’époque.
 
 
 Bien que ce "racisme scientifique" se soit éteint après la seconde guerre mondiale, il a laissé des séquelles.
 
 
 Le terme « sémite » continue à être employé jusque de nos jours pour désigner un type racial particulier, qui serait commun à la fois aux hébreux et aux arabes.
 

Désormais, on parlera de "sémites", pour évoquer communément "juifs" et "arabes".
 

Et c’est par ce biais que le mythe d’une entité sémitique homogène, inventé par les linguistes du 19ème siècle pour leurs propres besoins, a prit soudain la forme d’une réalité 'ethnique' tangible.
C’est là l'origine du rapprochement, fait par des auteurs contemporains comme par le grand public, de deux populations, "hébreux" et "arabes", qui n'ont de commun que le substrat linguistique.





Quant à la "filiation" entre les arabes et leur soit- disant "ancêtre" Ismaël, elle n'a aucune historicité. Elle date de l'exégèse tardive juive (1er siècle après J.C), lorsque le mode de vie semi- sédentaire de la tribu de Simon-Ismaël fut comparé à celui des nomades du Hidjaz (Arabie Séoudite d'aujourd'hui).

En hébreu biblique en effet, le mot 'arab[13] est à l'origine une dénomination géographique et topographique du pays de Qedem ("Le levant").[14] Il désigne une région aride ou une dépression semi- désertique, en partie couverte de steppes et parsemée d'oasis. C'est pourquoi en hébreu, l'oasis de Jéricho est appelé " 'arbot Yeriho", la dépression de la Mer Morte, yam ha 'arabah, et la bande désertique allant jusqu'à Eilat, " midbar ha 'arabah ".

Ainsi, l'épithète 'arbi (qui donna en français "arabe") signifie littéralement "celui qui séjourne dans la steppe", et par extension: "nomade". 'Arbi n'est donc pas une désignation ethnique, mais un mode de vie. La preuve est que même un hébreu ayant adopté ce mode de vie pouvait être appelé 'arbi (nomade). Pour un hébreu, l'épithète 'arbi désignait donc avant tout, les membres des tribus hébraïques de Sim'on-Isma'ël, de ’Amaleq, ou de Edom, bref des Bnei-Qedem (Fils de Qedem) habitants les steppes parfois arides de la région et leurs oasis.

C’est pourquoi il n’y a pas, à proprement parler, de peuple arabe.

Ce sont les romains qui au 1er siècle de l'ère chrétienne, copièrent des hébreux le terme Arabia pour désigner cette région à l’est du pays des hébreux. Et ce sont eux aussi qui introduisirent chez les autochtones de cette province baptisée "Arabia Felix", l'utilisation du mot "arabe".
Plus tard, les rabbins du Talmud ont encore plus élargi le champ sémantique du mot en désignant tous les nomades de la région comme "arabes" et en leur octroyant un ancêtre éponyme, Ismaël, parfois décrit (calomnieusement?) comme un prédateur qui vit de rapines, un brigand de grand chemin, un sans foi ni loi qui rançonne les caravanes etc… etc…
De là, et uniquement de là, vient le terme "ismaélites" collé aux "arabes", sans qu'il n'y est pour cela aucun lien ethnique ou ancestral!

Paradoxalement, le terme arabe est en réalité un mot étranger à la langue arabe[15], dans laquelle le nomade habitant les steppes se dit "badwi" (bédouin).
Mais le Coran, se faisant l'écho de ces légendes juives tardives, voulut affirmer sa suprématie théologique en s'accaparant la figure de Ishma'ël, le fils aîné d'Abraham, comme "l'ancêtre des musulmans". Ce choix, ce dévolu plutôt, fut dicté par le fait que "Içhaq" (Isaac), le cadet d'Abraham, était déjà "accaparé" par les juifs (l'agneau du mont Moryah[16]), et "Yehoshou'a" ( Josué-Jésus) par les chrétiens ("l'agneau pascal" du Golgotha ). Il devint donc extrêmement important pour l'Islam de trouver une figure au moins de la même envergure afin de justifier la nouvelle "Qibla" (la direction vers laquelle on se tourne pour la prière), non plus vers Jérusalem mais vers la Mecque. Le Coran fit donc de Ishma'el (avec son père Abraham), celui qui éleva le temple de la Ka'ba[17].

Mais le nom d'Ishma'el, fut écrit dans le Coran Isma-'il , c'est-à-dire tel qu'il a été entendu au contact des juifs par une oreille arabophone. Or sous cette forme, il n'a aucun sens dans la langue arabe[18]. Pour qu'il est une quelconque signification, il aurait dû être transcrit: Isma'-allah. De plus, il n'y a de la période pré-islamique[19], aucune trace d'un ancêtre Isma-‘il parmi les tribus de la péninsule arabique, ni dans leurs récits, ni dans leurs mythes, et ni dans leurs légendes.
Les "arabes" ne sont donc pas plus "fils" d'Ismaël que "cousins" d'Israël.

Le Coran lui-même s'est bien gardé de faire d'Ishma'el l'ancêtre ethnique des arabes. Son adoption y reste toute théologique[20], ce qui ne deviendra pas le cas au 19ème siècle avec la naissance du mythe raciale du sémitisme et du "cousinage juifs-arabes", et au 20ème siècle avec la confrontation politique sioniste-palestiniste sur "l'antériorité des droits" sur le pays.
 
 
[21
 





Conclusion
 

Le mythe du "cousinage" s'est donc initialement mis en place par l’intermédiaire d’un recours à un justificatif et une sémantique bibliques et talmudiques.
De plus, contrairement à l’opinion des linguistes du 19e siècle, l’arabe n’est pas une langue première.
 
 C’est l’une des plus récentes langues dites 'sémitiques'. Elle est formée d’un mélange d’hébreu, d'araméen, d'akkadien et de vestiges de dialectes sabéens parlés par les populations vivant au sud de la péninsule arabique, correspondant à l'actuel Yémen.[26]
 
né donc dans le contexte de la linguistique, l'invention du terme "sémite", et en particulier le concept de « peuples sémites», est naturellement venue « confirmer » le mythe du cousinage entre hébreux et arabes. Mais il n’est question ici que d’une pure fiction. En outre, la déduction que des locuteurs de langues apparentées soient forcément d'ethnies proches, est une aberration. La parenté linguistique entre le roumain et le portugais, par exemple, ne démontre aucun « cousinage » entre roumains et portugais. Plus généralement, l’homogénéité des langues dites indo-européennes n’implique pas pour autant une parenté ethnique entre celtes, scandinaves, latins, grecs, arméniens, perses, afghans et indiens. Le mythe d’une race indo-européenne sur lequel se sont construites les théories raciales d’avant-guerre a piteusement volé en éclats à la lumière des recherches récentes. L’idée d’un ‘peuple sémite’ n’est pas moins une chimère (pour ne pas dire une foutaise!) que celle d’un ‘peuple indo-européen’. Pourtant, elle a la vie dure. Il est vrai que la fiction d’un « fond sémite » octroie aux occupants arabes une prétendue autochtonie ou une antériorité de droits qui a tout pour 'anoblir' leurs appétits de conquêtes.

La parenté linguistique entre l'hébreu et l'arabe ne peut en aucun cas alimenter le mythe d’une parenté ethnique, celle d’un prétendu « peuple sémite ».
Cette extrapolation de l’usage du terme « sémite » pour désigner non plus une famille de langues mais bien un « tronc racial commun » s’est produite à la fin du 19e siècle, à une époque où, sous l'impulsion de théories fumeuses (et criminelles!), florissait en Europe un ‘racisme scientifique’. Le type racial « sémite » fut opposé au type racial « indo-européen » dans maints ouvrages de l’époque. Bien que ce "racisme scientifique" se soit éteint après la seconde guerre mondiale, il a laissé des séquelles. Le terme « sémite » continue à être employé jusque de nos jours pour désigner un type racial particulier, qui serait commun à la fois aux hébreux et aux arabes.
Désormais, on parlera de "sémites", pour évoquer communément "juifs" et "arabes".
Et c’est par ce biais que le mythe d’une entité sémitique homogène, inventé par les linguistes du 19ème siècle pour leurs propres besoins, a prit soudain la forme d’une réalité 'ethnique' tangible.
C’est là l'origine du rapprochement, fait par des auteurs contemporains comme par le grand public, de deux populations, "hébreux" et "arabes", qui n'ont de commun que le substrat linguistique.
L’usage du terme antisémitisme[27] a également renforcé, à sa manière, le mythe du « cousinage ». Grâce à lui, les conquérants arabes purent se donner l’apparence de victimes. Les hébreux quant à eux, affublés du nom 'juifs sémites', n’ont dès lors plus de choix que de défendre la cause arabe, et ce au nom d’un pseudo- cousinage et d'une soit- disant communauté de destin face à « l’antisémitisme ». Enfin, il a permis aux pan-arabistes islamiques d’échapper à toute accusation d’antisémitisme. « Nous sommes tous des sémites», est par exemple un leitmotiv du MRAP dans ses manifestations "anti-racistes", alors que la propagande du pan- arabisme islamique se révèle être une copie conforme de la machine de guerre idéologique des "aryens" nazis.




[1] Comme les recherches menées par le Professeur Antonio Arnaiz-Villena de l' Université Complutense de Madrid, ou celles du Professeur Ariela Oppenheim de l'Université Hébraïque de Jérusalem.
[2] Voir article du même auteur "Pour en finir avec l'usage du terme Palestine"
[3] Mais c’est alors que se pose un nouveau problème, celui du débat théologique entre juifs et musulmans pour savoir à qui exactement la divinité a ‘octroyé la terre promise’. Bien entendu, un tel débat est sans fin.
[4] De là vient le nom de la ville de Hébron. Chose paradoxale, tandis que l'opinion internationale refuse aux pionniers sionistes tout droit historique sur cette ville, elle est communément appelée dans les médias "la ville arabe de Hébron" (sic!)
[5] Genèse, 17, 3-8.
[6] Genèse, 19, 36-38
[7] Et chose pour le moins curieuse, ce nom est exactement, toujours selon la Bible, celui de l'arrière petit-fils de Abram et père de Moïse: 'amram le neveu de… hebron Exode, 6, 20.
[8] Ce qui fit dire au Prof. Zéev Wisman: " L'étude comparée des légendes de Jacob et d'Abraham nous révèle que celles de Jacob représentent des traditions plus anciennes que celles d'Abraham… Ce n'est seulement qu'après la fondation du royaume de Judah, que d'autres "ancêtres", et Abraham en tête, ont été "apparentés" à Jacob-Israël". The history of Eretz Israël. Israël and Judah in the biblical period. Keter. Jérusalem. 1984, p.15.
[9] Ce même Isaaac qui, selon le récit biblique, fut offert par son père Abraham en sacrifice expiatoire pour obéir à l'injonction divine avant que l'ange de Dieu ne retienne son bras. (Voir le récit complet dans le livre de la Genèse, chapitres 16 et 22
 

[10] Les mots en hébreu, et dans toutes les langues de la même "famille", sont formés à partir de racines bi ou tri- consonantiques. Les voyelles n'existent pas et ne sont retransmises ici que pour faciliter la prononciation.
 
.
[11] Genèse, 16, 11

[12] Le suffixe on du nom Shim'on étant, dans la langue hébraïque, "un diminutif d'affection".

[13] Bien que la prononciation de la consonne Bet, peut se lire indifféremment en Hébreu comme un V, nous avons choisi pour faciliter au lecteur la compréhension du mot Arabe, de privilégier la prononciation dure: B.

[14] De même que Cana'an (littoral) et 'Eber (col, versant)

[15] Un indice de l'ancienneté et l'antériorité de la racine 'arab en hébreu, est son exceptionnelle diversité de significations et de formes, tandis qu'en arabe (au vocabulaire pourtant infiniment plus riche), l'emploi de cette racine est très restreint. A partir de cette racine, se sont forgés dans la langue des hébreux des mots aussi différents que corbeau, bête féroce,,garant, mixte, agréable, saule pleureur, crépuscule, ouest etc…Le terme Europe lui-même est tiré de cette racine hébraïque. C'est la raison pour laquelle Europa (« le coucher de soleil », c’est-à-dire l’ouest, l’occident) et sœur de Cadmos (Qedem, le levant) est, dans les médaillons antiques grecques, représentée et personnifiée par un saule: le saule en hébreu se disant 'arava, c’est à dire le féminin de ‘erev (ouest).

[16] A la différence cependant des exégètes musulmans, le Coran ne va tout de même pas jusqu'à affirmer que c'est Isma'el et non Isaac qui fut "sacrifié".Voir Sourate 37; 98-113

[17] Sourate 2, 121
 

[18] Ce mot composé est coupé en arabe au mauvais endroit. Un peu comme si en français on écrivait au lieu de Clermont-Ferrand, Clerc-Monferrand.
[19] La "Djehilyah" ( "l'Ignorance"), c'est-à-dire l'époque avant la "révélation" coranique.
[20] (Sourate 2, 134
[21] Abraham et Ismaël sont désormais dépeints par des pseudo-historiens à la solde du pan-arabisme islamique, comme des ‘bédouins palestiniens’.
[22] Ce mythe concourait à l’idée que les populations arabes, par leur mode de vie nomade, représentaient les restes d’une humanité originelle, antérieure à la découverte de l’agriculture. Surtout développée par l'impérialisme britannique pour des intérêts propres à la Couronne, ce "romantisme orientaliste" fit des ravages même parmi les premiers linguistes du renouveau hébreu, tel que Eli'ezer Ben Yehoudah.
[23] Tout autour des tristes personnages que sont Winckler et Noldecke. C'est dans ce même creuset idéologique, considéré à son heure, comme une "évidence scientifique que se développèrent les théories raciales de l'Aryanisme. Chez ces orientalistes allemands, le pan-arabisme était en quelque sorte la justification de leur pan-Germanisme.
[24] On peut d'emblée se demander par quel miracle une étendue quasi désertique comme la péninsule arabique, (à densité humaine des plus faibles, à l'époque comme aujourd'hui), ait pu être à l'origine d'un tel réservoir humain peuplant la Mésopotamie, le pays d'Aram, l'Assyrie, Israël et Canaan?! Ce n’est là qu’une transposition à un passé lointain des conquêtes arabo-musulmanes qui dévastèrent cette région du monde à partir du 7e siècle de notre ère.
[25] Le parler arabe n'est donc pas autochtone à la péninsule arabique, et c’est pourquoi il ne retransmet pas de réalité inhérente à sa géographie
[26] La seule chose dans la quelle les linguistes ne se sont pas fourvoyés est lorsqu’ils ont remarqué la proximité entre l’hébreu et l’arabe. Mais leur classification faisait abstraction de toute dimension historique, non seulement dans l’émergence de ces langues, mais encore dans leur expansion géographique. Alors que l’hébreu est une langue « première », qui naquit en Qedem, au pays du Levant, il y a plusieurs milliers d'années avant l'ère chrétienne, l’arabe ne prit sa forme définitive, dite ‘classique’, que durant la première moitié du premier millénaire de notre ère. Cette origine tardive en fait une langue dérivée. Contrairement à l’hébreu ou à l’araméen, l’arabe est en réalité une langue composite, un mélange d’araméen (la langue traditionnellement parlée au nord du pays des hébreux), d’hébreu et des dialectes sabéens (parlés par les populations du sud de la péninsule arabique, l’actuel Yémen). C’est pourquoi elle ne reflète aucune identité ethnique, même bien avant l'apparition de l'Islam.
[27] Le terme ‘sémite’ échappa d'autant plus à son contexte linguistique du fait de Wilhelm Marr, qui en 1879, créa le néologisme antisémitisme.

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 06:02
lamentable échec , rien n 'a été résolu !
après l 'incompétence de la gooooooooooooche
pluuuuuuuuurieeeeeeeeeeeelle .
-que de la poudre aux yeux de façade  !

 
SANGATTE'S CRIMINAL GANGS NOW HOLD KEY TO REACHING BRITAIN

Sangatte's criminal gangs now hold the key to reaching Britain
LES GANGS CRIMINELS DETIENNENT MAINTENANT LA CLE POUR ATTEINDRE LA GRANDE BRETAGNE.
http://observer.guardian.co.uk/world/story/0,,1978408,00.html

Tomorrow, in the bitter cold of early morning, the men will
leave the  culverts, the thin sleeping bags under plastic sheets
stretched over drains, the makeshift camp in woods and, before the police arrive to round them up, walk into the centre of the
city.
demain, dans le froid vif du petit-matin  , les hommes vont laisser les couvertures , les sacs de couchage sous les bâches plastiques , le camp de fortune dans les bois  , et , avant l'arrivée de la police , marcher vers le centre de Calais .

They will pass the morning hunched around burning wooden freight pallets on waste ground between a canal and railway tracks.
ils vont passer la matinée , en se voutant , se penchant autour de feux de palettes sur des terrains vagues entre canal et voie ferrée .
 At noon a charity will hand out cold pasta, bread and bananas. The afternoon will drag by until, on a dockside near the lighthouse with the waves of the Channel slapping freezingly against the concrete seawall, a second meal will be handed out by a second charity.
a midi , une oeuvre de bienfaisance leur apportera des pâtes froides , pain ,bananes .L'après-midi va trainer vers le phare , avec les vagues de la Manche tapotant contre le béton de la jetée , un second repas leur sera servi par une seconde aumone .
 The men will eat a few hundred yards from the ferries that
will eventually bring many of them, illegally, dangerously and
expensively, to the UK and then will disperse for another frigid
night.
les hommes vont manger à quelques centaines de mètres des ferries , qui  transporteront peut-être beaucoup d'entre eux, illégalement , dangereusement,vers le Royaume-Uni , et ensuite ils se séparent pour passer une autre nuit glacée .

'This is not a life,' sniffed Noor, a 17-year-old Afghan. 'This
is just survival. But I've come so far I cannot stop now.'
ce n'est pas une vie , renifle Nour ,afghan de 17 ans .Juste de la survie .Mais je suis venu de si loin, je ne peux reculer .

Noor, who arrived in Calais last Thursday after a journey that
started in Pakistan six months ago, knows that many of those
wrapping their cheap jackets around them and stamping their feet in the chill will be gone in 24 hours.
Nour , arrivé à Calais  le dernier jeudi après un voyage débuté au Pakistan il y a  6 mois, sait  que beaucoup de ceux qui replient leurs  mauvaises vestes autour de lui seront partis dans 24 heures.
 The thought is both comforting and frightening.
 
cette pensée est à la fois réconfortante et refroidissante !
 
 A score or so of his companions will have been arrested, a couple taken to hospital with hypothermia, some may eventually be deported by French authorities - but a dozen or
so will have made it across the Channel:
un nombre de ses compagons seront arrêtés ; certains amenés à l 'hôpital pour hypothermie , certains parfois éloignés par les autorités françaises - mais une douzaine traverseront la Manche

'I don't know how long I will be here. I am sick of this life,
but I have nowhere else to go.'
je ne sais pas combien de temps je serai là .je suis malade de cette vie, mais j 'ai nulle part ou aller .

No one knows exactly how many of the shifting population of
migrants reaching Calais achieve the 'promised land' of the UK, but interviews last week with NGO workers, administrators and law enforcement officials revealed that, despite the battery of
security measures now in place, somewhere between 200 and 350 slip through each month.
personne ne sait exactement combien de cette population déplacée arrivant à Calais atteindra " la terre promise" de GB ,
mais des entretiens la semaine dernière avec des travailleurs de la NGO, des administrateurs et des officiels ont révèlé que ,malgré la batterie de mesures en place , ENTRE 200 et 300
TRAVERSENT CHAQUE MOIS !

'Around 70 or 80 migrants cross the Channel each week,' said
Jean-Claude Lenoir, of the Association Salam. 'One hundred crossed in a single night in early November.'
entre 70 & 80 immigrants  traversent chaque semaine ,
dit jean-claude Lenoir , de l 'association Salam !
Une CENTAINE sont passés en une SEULE NUIT , début Novembre ( 2006 )

Four years ago, a Red Cross-run centre at the village of
Sangatte on the outskirts of Calais was closed by the hardline French Interior Minister Nicholas Sarkozy at Britain's behest.
4 ans avant , le centre de la Croix-Rouge à Sangatte , dans les environs de Calais fut fermé par le ministre de l 'intérieur  inconditionnel Nicolas SarkÖzy sur la demande britannique .
At its busiest, it housed more than 1,000 migrants waiting to cross the Channel.
au plus fort , il hébergea plus de 1 000 immigrants qui attendaient de traverser .
An estimated 65,000 stayed there on their way to Britain.
on estime que plus de 65 000 ont séjourné là , sur leur route vers la G-B.
The centre has disappeared, as have the lurid headlines its
existence provoked, but the problem has not.
Le centre a disparu , comme les gros titres de journaux criards qu 'il provoquait ,MAIS PAS LE PROBLEME .

'The situation is now as bad as before, but is just less
visible,' said Jacky Verhaegon, of the French charity Catholic Help, who has been working with migrants in Calais for six years, 'The centre was shut down, and that led to a dip in numbers, but now they are as high as ever.
LA SITUATION EST AUSSI MAUVAISE QU AVANT , mais juste moins visible, dit jacques Verhaegen , du Secours Catholique français , qui a travaillé avec les clandestins
à Calais depuis 6 ans ,
le centre a été fermé et ceci a conduit à une chute dans le nombre , mais MAINTENANT IL Y EN A AUTANT QU AVANT !
 Yet there are no facilities for the migrants.
il n ' y a aucune facilités pour les clandestins .
 
 They just hang around in the streets, sleeping where they can, washing when they get the chance.'
ils trainent dans les rues ,dorment ou ils peuvent , se lavent lorsqu'ils le peuvent .

Verhaegon was talking in his charity's Calais office, where
around 50 destitute, homeless young migrants can shower and shave each day.
Almost all are young Afghans, plus a few migrants from
north and east Africa.
'We come from everywhere and are all going to one place: England, inshallah,' said Mohammed Beg, 18, from
Kabul, whose father, a surveyor, works for a foreign NGO in the
city.

The composition of the migrants has changed with world politics, according to observers.
The old Sangatte centre saw large numbers of Kurds and Kosovans.
 Now, along with the Afghans, increasing numbers of east Africans are arriving as wars grip Sudan, Somalia and, intermittently, Eritrea.

The influx from Africa has meant more women. Monique Delannoy, a nurse with Medecins du Monde, says that few female migrants risk the police sweeps in Calais, remaining instead scattered in
isolated woods or on beaches around the town. Between April and
September, doctors working for the NGO in Calais saw 96 women, seven
of whom were pregnant, and 80 children. Local government
statistics reveal that a fifth of the 500 migrant juveniles logged this
year in the city come from sub-Saharan or east Africa and almost
half are girls.

'There at least a hundred women living in appalling conditions
out in the countryside around Calais, hiding out from the police, surviving on virtually nothing,' Delannoy said.
'There were three families living in a hut they had built on a dock, but it was
bulldozed a week or so ago and now we don't know where they have
gone.'

According to Delannoy, most women are waiting while husbands or
brothers negotiate with the agents to get them across the
Channel: 'Some will no doubt be left behind if the price is too high.'

Crossing the Channel is a highly organised, highly lucrative
criminal business. Gang wars have broken out - leading to a death
in September - between groups running the racket. According to
security officials, the days of mass rushes to board lorries
travelling in the right direction are over. Now migrants are unlikely
to try to board a lorry, train or boat themselves, waiting
instead for agents, to whom they or their families pay large sums, to
get them across.

Sitting with a dozen boys round the fires on the Quai de Moselle
was Dani, 26, from Eritrea. She had travelled from her home town
of Asmara to Sudan before flying to Holland. 'I had religious
problems and there was fighting in my homeland,' she said. She was
vague about her route to Calais, unable to name cities she had
been ferried through. Now she was waiting for an agent to arrange
transport to the UK. She wanted to go to Britain because English
was the only language she spoke, she said haltingly.

For Afghans such as Noor, the journey across two continents is
frightening, dangerous and insecure. He grew up in a refugee camp
outside the Pakistani frontier city of Peshawar but, having lost
everything in the continued fighting in his homeland, his family
was unable to return to Afghanistan. As an Afghan with only
refugee status in Pakistan, Noor was unable to go to a local
university to fulfil his ambition to study to be an accountant. After
several attempts to obtain a UK visa at the embassy in Islamabad,
he persuaded his father to sell the family shop to pay $10,000
to a people trafficker.

'The trafficker told me he could get me to Turkey legally,' said
Noor. 'In fact, he left us in Iran. I spent weeks crammed into a
tiny room with 20 other clandestine migrants. Another agent took
us across the mountains, but we were attacked by guards with
dogs and scattered. I spent a week with no food in the hills on the
frontier before crossing, then five months living rough on the
streets of Istanbul. But always I dreamed of England. I just want
to study. 'Like Dani, Noor stressed that, as he spoke only
English, he needed to get to the UK to fulfil his dreams of education
and a good job: 'In France, I would be lost.'

Arrested by Bulgarian border guards after an abortive attempt to
leave Turkey on foot, badly beaten by soldiers during a month in
a Turkish prison, Noor reached Greece in an overcrowded
speedboat on a dangerous midnight crossing. It took three weeks of
attempts, living in a makeshift camp by the coast, to smuggle himself
on to a ferry into Italy. In Paris he met someone he had known
in Pakistan who had been deported from the UK a few months
before, but had made his way back to France to try again.

'I am determined, ' Noor said, his voice cracking. 'How can I go
back and face my family if I fail? My father gave everything for
me to get to England.'

A wall on the Quai de Moselle is covered in graffiti in curling
Urdu, Arabic and Pashto script. One key question for Shawfiq
Khan Niazi, Jamal Shah 'from Islamabad', Ahmad Ahmadzai Afghan,
Raza Ghanyaz and all the others who have scrawled their names
across its face is, why not just remain in France? Why such
determination to get to the UK?

One answer lies in colonial history - the linguistic and
familial links are the legacy from Britain's south-west Asian imperial
adventure - but another lies in the degree to which Britain has
become mythologised as a sort of attainable US-style liberal
economic and social paradise. For one group of Eritreans, the UK
was attractive because 'it is easier to work on the black market
there and you earn more money than in France'.

Others were convinced, erroneously, that education and housing
were more accessible than in Europe and asylum easier to obtain.
In fact, France accepted 18 per cent of asylum seekers between
2000 and 2005 whereas the UK accepted 17 per cent. 'Look at how
the French treat us here,' said Waqa, a 15-year-old Afghan. 'The
police arrest us and throw tear gas bombs in our tents and there
is no help from the government at all. Britain must be better
than here.' In fact, says Verhaegon the aid worker, Eritreans
stand a very good chance of getting asylum in France if they apply.
South-west Asians are less likely to be successful.

Local authorities blame the UK for the problem. The communist
mayor of Calais no longer comments on the issue - 'Everything has
already been said a thousand times,' said a spokesman - but his
chief adviser, Bernard Baron, told Le Monde that the real
culprit was the 'outlaw social policy of the British'.

Such rows make little different to the few hundred global
transients semi-stranded on the docksides of a grim, grey, northern
European port. By five o'clock in the evening, the thin light of a
winter's days is dimming and the migrants huddle closer round
their fires. The Eritreans have found some cans of strong lager
and are shouting and singing raucously. The younger, quieter
Afghans pull closer together around their own bonfire. Noor indicates
his tattered clothes and the dead rats and rubbish on the
ground: 'Look what I have become, look how I live. This is not what I
dreamed of.'

A short history

• The Red Cross refugee centre in a Sangatte hangar opened in
1999 and housed 67,000 migrants over three years.

• In December 2002, Home Secretary David Blunkett and French
counterpart Nicholas Sarkozy made a deal to close it.

• As part of the deal, Britain agreed to take 1,023 people from
the camp whether they were refugees or not.


 .
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 05:43

ESPACE François MITTERRAND

comme toute ville avec maire socialo , Mitterrand , l'auto-panthéonisé ,

voit sa mémoire entretenue dans maints lieux de la ville "urbaine citoyenne "

 

.

 

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 05:28

Le passager descendant en gare de Béthune ( Pas-de-Calais ) , est agréablement surpris , le parvis de la gare est orné , en son centre , d'un buste de style

" Stalinien " ou " dictature Saddam Hussein ",installé dans une des villes les 

PLUS ENDETTEES de France 17 ème rang de dette en 2012, ruinée par la vraie maffia , fausse socialiste qui tient le département depuis des dizaines d'années en se partageant la colonie .

 

Buste de culte du chef  MITTERRAND ,ancien collaborateur

des SOCIALISTES Nationaux les

Nazional-SOZIALISTEN  dits " nazis" , en abrégé

 

adultérin bigame  

 

Grand Timonier qui guide la populace débile vers   :

            *  la retraite à 60 ans ( ou 48-50 en régimes spéciaux ) ,

            *  le bonheur de l 'immigration multi-culturelle ,

            * l'intervention dans le génocide du Rwanda ,

            * les 35  heures  votées par ses " héritiers "

laissant prévoir 35 HEURTS pour l'avenir, la mort de notre industrie 

 etc...

           * la ruine financière  , le massacre du pays

 

et ceci dans la ville dont le maire mentait ( reélu quand même par le troupeau des cons  , bravo les CONS ) aidait Tapie à soutenir qu'il avait effectué un Béthune-Paris par autoroute en 1 minute top chrono.

 

l'homme ( Dieu ?? ) devant lequel se recueillent Marie-Ségolène,Martine , Dominique, François,dignes héritiers dans la corruption et l'incompétence

 

Dernière nouvelle : On m'informe que le troupeau des cons à " élu" François 

comme nouvelle marionnette à l'Elysée

Bravo les cons , vous m'épatez :  de plus en plus médiocres  ! 

vous progressez dans la connerie ! super  

 

 

Buste élevé , en massacrant l'argent public , à but électoral

local par les petits seigneurs locaux en place (  lucrative ) pour le réseau de pourriture financière massive du Pas-de-Calais ( et de prostitution gratuite pour Dominique SK )

 

ça me donne toujours une frayeur , une peur de dictature

socialiste , de " coup de Jarnac " 

 

ça pue bien la France mentalement archaique , ce buste de gérontocrate corrompu et incompétent

 

Un avant-goût de " Paradis socialiste " , type

Albanie , Allemagne de l 'Est , Chine de Mao  :

 

 ça pue l'aspect  : pays sous-développé corrompu

 Un avant-goût très Corée du Nord

 

ça fout les jetons  ! photos personnelles 2007 ( utilisables )

 

 

 

.

ça pue bien la France mentalement archaique , ce buste de gérontocrate .

Un avant-goût de " Paradis socialiste " , type

Albanie ou Allemagne de l 'Est :

ça fout les jetons  !

photos personnelles

.

 

 

Repost 0
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 19:48
6.  EAST EUROPEANS DRIVING ASIANS OUT OF WORK

http://www.dailyindia.com/show/95115.php/East-Europeans-driving-UK-Asians-out-of-work

Asian labourers in Britain have recently been claiming that the
increasing number of workers from Eastern Europe, and especially
those from Poland, are driving them out of business.

In fact, the Commission for Racial Equality (CRE) has already
called for better ‘integration systems’ to be put in place.

A spokesman for the Institute of Race Relations, Arun Kundnani,
told the British newspaper Eastern Eye that: ‘We are aware of
the phenomenon. It would be too simplistic to blame the
government's immigration policy, but there is an inherent bias that
encourages entry (to Britain) of certain groups. ‘At the moment, the
system is in favour of East Europeans’.

And that fact is, of course, the key to the whole problem,
because the European Union theoretically promises free movement to
the people who live within the Union to go anywhere within the
Union and look for work.

Since the European Union has recently expanded, workers from the
new member states, not unreasonably, want to move to where the
work is and where the wages are higher. That, in reality, usually
means Britain.

The problem is exacerbated, however, by the fact that the new
immigrants are often willing to work for around half the local
going rates and, with the market economy now prevalent throughout
Europe, that means the cheapest wins.

As Arun Kundnani went on to say: ‘The realities of our voracious
labour market are such that it encourages us to pursue the
lowest wages and forces everyone to compete with each other. The only
solution would be to bring a certain sense of collective
campaigning by workers of all communities to challenge this system’.

Perhaps Mr. Kundnani is unaware that such a system already
exists. It's called
unionisation, and it seems that the very reasons that brought
unions into being in the nineteenth century, rampant capitalism
and the concomitant exploitation of workers, are, sadly, as
widespread today as they were then.

But it is not just the cheapness of Polish and other East
European workers that is causing concern to the Asian community, as
Jas Karan Singh, president of the
West London Asian Society explained: ‘People used to come to
Southall to experience its unique culture and atmosphere. But these
Polish people are changing all that. I was forced to move house
because of their drunken fights in the middle of the night.’

Unfortunately, these problems are unlikely to be solved any time
soon, and they could get even worse in the coming years as even
more countries, like Bulgaria and Romania, join the European
Union. What happens if and when Turkey also joins is anyone's
guess. (ANI)





--
6.  EAST EUROPEANS DRIVING ASIANS OUT OF WORK

http://www.dailyindia.com/show/95115.php/East-Europeans-driving-UK-Asians-out-of-work

Asian labourers in Britain have recently been claiming that the
increasing number of workers from Eastern Europe, and especially
those from Poland, are driving them out of business.

In fact, the Commission for Racial Equality (CRE) has already
called for better ‘integration systems’ to be put in place.

A spokesman for the Institute of Race Relations, Arun Kundnani,
told the British newspaper Eastern Eye that: ‘We are aware of
the phenomenon. It would be too simplistic to blame the
government's immigration policy, but there is an inherent bias that
encourages entry (to Britain) of certain groups. ‘At the moment, the
system is in favour of East Europeans’.

And that fact is, of course, the key to the whole problem,
because the European Union theoretically promises free movement to
the people who live within the Union to go anywhere within the
Union and look for work.

Since the European Union has recently expanded, workers from the
new member states, not unreasonably, want to move to where the
work is and where the wages are higher. That, in reality, usually
means Britain.

The problem is exacerbated, however, by the fact that the new
immigrants are often willing to work for around half the local
going rates and, with the market economy now prevalent throughout
Europe, that means the cheapest wins.

As Arun Kundnani went on to say: ‘The realities of our voracious
labour market are such that it encourages us to pursue the
lowest wages and forces everyone to compete with each other. The only
solution would be to bring a certain sense of collective
campaigning by workers of all communities to challenge this system’.

Perhaps Mr. Kundnani is unaware that such a system already
exists. It's called
unionisation, and it seems that the very reasons that brought
unions into being in the nineteenth century, rampant capitalism
and the concomitant exploitation of workers, are, sadly, as
widespread today as they were then.

But it is not just the cheapness of Polish and other East
European workers that is causing concern to the Asian community, as
Jas Karan Singh, president of the
West London Asian Society explained: ‘People used to come to
Southall to experience its unique culture and atmosphere. But these
Polish people are changing all that. I was forced to move house
because of their drunken fights in the middle of the night.’

Unfortunately, these problems are unlikely to be solved any time
soon, and they could get even worse in the coming years as even
more countries, like Bulgaria and Romania, join the European
Union. What happens if and when Turkey also joins is anyone's
guess. (ANI)





--
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives