Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2007 2 05 /06 /juin /2007 17:55

 

 


  Maximalisation

 

  Maximisation


 

 

  potentialité(s)

clivage ( politique )

Avenir  # Futur

écologie# environnement

Optimiste # Pessimiste ( avenir )

DROITE# GAUCHE ( simple disposition de sièges )

   - "DROITE-GAUCHE"

  Qualifier ( qualification )  # Disqualifier ( disqualification )


 

  Hexagone  Hexagonal

  International

  équité # égalité

   Cohésion ( " sociale" )

   Compromis


 

 

 Sociétal  

probablement encore < plus fort > que social

   - encore mieux  <Rupture Sociétale !! > ( créée par une " Ouverture des esprits "

  -  je dirais même plus

    - socio-sociétale   !!!  c'est super

   - et même 

      socio-socialo-sociéto-sociétale   ! 

     - j'ai gagné   !

      


 

 

 

 

 

 

 

-césure  ( St-Denis  Populace  versus police )

  ( avec , bien sûr ,tous les  torts pour la police ! ) ( cfer rapport récent , révélé en post-élection : aggravation de la criminalité en 2006 , sous Sarko ministre )

 


 

 

 

 

 

 

 

 

-Académisme    _entendu d'un cultureux

 ' les progressistes ( et en particulier les socialistes !! ben voyons , auto-narcissisme ) "  bla-bla-bla


 

 

 

 

 

 

 

   - "  poser un geste " ( le grand tic verbal , terme langue de bois de delanoe  = inspportable )  terme utilisé au Québec , mais rare en France  , surtout péroré d'un ton de "précieux-se ridi-cul(e) "

 -  entendu ce matin sur Fr Inter en roulant : toujours insupportable . 


 

 

 

 

 

 

 

- reniement

 


 

 

 

 

 

 

 

 

  Canal+ le 06.06.07:  " la guerre des 6 jours , qui n'a servi à rien " ( en fait autres termes non mémorisés ) 

   - bla-bla-bla   de speakeuse sans notion historique

   - en fait, a bien servi , déjà , à éviter un génocide il y a 40 ans !


 

 

 

 

 

 

-Présider  versus Gouverner


 

 

 

 

 

 

Authoritaire   Authoritarisme 


 

People    ( venant du Français peuple ! )  plus intéressant de s'afficher avec Johnnnnnn......  qu'avec un Prix Nobel ( saus s'il est médiatique )


 

 

ConFISCation    Confisquer ( pour notre bien )  FISC   FISCAL


 

Rupture

 versus  OUVERTURE 

            OUVERTURE DES ESPRITS  ( qui étaient fermés )

             entrainant une " rupture  sociétale "

            super-méga

             jargon utilisable indistinctement par UMP & PS !


 

  KAMIKAZE   terme précis ( japonais ) faussement utilisé (par les médias

    CHAHID   jamais utilisé at the TV

  Mahométans , alors que le processus mental et le choix des victimes sont très différents

     - Militaires , Porte-avions US

      - versus  Civils pour les Chahid  avec promesse de Paradis à 72 vierges

 


 

  MAHOMETANS   jamais utilisé  , hors est bien le plus précis pour les fanatiques de Mahomet

     Mahomet = Mahométans 

     ( forgé comme CHRIST  = Chrétiens

       Chrétiens ( CHRISTians ) reste  -  utilisable

                                                   -  utilisé

      quel prcessus a Rendu ce terme TABOU sur les médias

 


 

LIBERATION  ( dont libé des FEMMES  ) (  curieusement : pas de libération des HOMMES  )

    - libération de QUOI  ?????


 

. HYPNOSE    passé de la psy au politique aussi


 

 APARTHEID    N' a jamais mobilisé que contre les européens de sud-afrique , amenés à ce choix en raisons des dfférences majeures de l 'époque  

    celui au Liban ( contre les """"""palestiniens""" ( terme lui-même faux et manipulé )

     en IRAN contre les Afghans réfugiés

     en Inde ( les CASTES ) ont très peu intéréssé les

    """ goooooooooches "


 

 

 

 

 

 CASTES  passé de l 'Inde ( terme précis ) aux Castes politiques en Europe


 

  Décliniste , déclinologues   : périmés depuis le MIracle Sarkozy ,

    la disparition de GAlouzeau ( ou est-il bien recasé , ce courtisan ???  j'ai pas de soucis pour lui )

    il n ' y aurait plus de déclin : ?????


 

     COMPLEXE   ( mot et adjectif )

      COMPLEXER

      Décomplexer ( la droite la plus bête du monde ! ) ?

      NOUVEAU JARGON UMP

 


 

   ' sectaire, sectarisme " *

 ( terme plaisant à Copé   , le sarkozyste-non-ministre )


 

   réalité  ( Télé-réalité  )  ( voir émission  ENDEMOL en Hollande


 

  Confession ( religieux au départ ; les 3 grandes confessions Catho Protest  Orthodox )


    Alliance  ( au départ, religieux Arche de la SAINTE ALLIANCE ).


.  Equité  # Egalité

   Equitable ( et non Equitaire ! ) Durable ( et non Duraire )

   Egalitaire ( et non Egalitable ! )

   Commerce équitable durable

   versus commerce équitaire duraire ???


-

 

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 12:41

 


 

-DECADENCE-EUROPA IENS  ARTS PEINTURES

MUSEES  


 

 

ART-CYCLOPEDIA 

http://www.artcyclopedia.com/


 

ART-CHIVE

http://www.artchive.com/

WEB GALLERY OF ART

http://www.wga.hu/frames-e.html?/html/

 

 

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 16:15

 

-

 

 

WAPPING.

 

 

 

 


The name of Wapping probably dates back to the Saxon period and is thought to have been derived from a man called Waeppa. In Saxon times, this would have been a marshy area beside the Thames and few people lived here until the 14th century, when some landing stages and wharves were built.

 

CONTENTS

1. Capt. William Bligh
2. Mandarin
3. Marine Police
4. Marine Sculptures
5. Pier Head
6. Pirate Ships
7. Police Boat Station
8. Raine's School
9. John Rennie
10. Rope Circle
11. St John's School
12. St John's Tower
13. Tobacco Dock
14. Town of Ramsgate
15."Voyage 2001."
FULL ALPHABETICAL INDEX OF ALL PAGES

 


Capt. William Bligh.


Rearden Street on an old brick wall. The house is no longer standing. Walter Bligh commanded a ship on one of Captain Cook's voyages. He is best known as the commander of HMS Bounty when a mutiny took place in the Pacific Ocean. He was set adrift in a small open boat with 18 of his crew. With no maps to guide him, he made an epic journey of nearly 4000 miles to land in Timor. The mutineers settled in the Pitcairn Islands. He was an admiral when he retired. . (See No. 1. on Map)


 

Mandarin.


Cinnabar Wharf, central block, Wapping High Street. This life-sized mandarin-like figure stands on a first floor balcony staring out over the river. (See No. 2. on Map)


 

Marine Police.


Wapping High Street. See Thames Police Boat Station for the history. This building still has a jetty at the back, where you will usually see police launches tied up ready for duty. (See No. 3. on Map)


 

Marine Sculptures.


Overlooking the grass area by the Marine Police Station in Wapping High Street. This one of a series of metal sculptures guarding the ground floor windows, all of which have a maritime theme. (See No. 4. on Map)



Wapping Pier Head.


Wapping Pier Head, Wapping High Street. The buildings date from c. 1800. Customs officers responsible for examining and taxing goods imported via Wapping had their headquarters here. The cobbled street adds to the feeling of antiquity of the group of old houses around the central garden. (See No. 5. on Map)


 

"Pirate Ships."

Tobacco Dock off Wapping Lane. The illustration shows the 'Three Sisters', one of two "pirate ships" permanently displayed here. They are reminders of some of the ships which used to unload cargo here. Here you can also see What Happened to Pirates who were caught. (See No. 6. on Map )



Thames Police Boat Station.


Wapping High Street. This modern building with strikingly designed walls does not look like a conventional police station. Only the blue colour of parts of the building give a hint that this is part of the Metropolitan Police Boat Yard. There has been a Marine Police Office in this area since 1798, and a building further down Wapping High Street has a plaque to commemorate the fact. This police was necessary to try to reduce the amount of pilfering when ships in mid stream were unloaded into barges and then a second time onto shore. A few years later, docks were opened which allowed cargoes to be offloaded to the shore direct. Near to this building there used to be an area known as Execution Dock. There was a gibbet permanently set up, and many pirates and other criminals met their end here. One of the most notorious of these was Captain William Kidd, who was found guilty of piracy in 1701. (There is a pub nearby named after him.) Long before this, the custom was to set up a gibbet near the low tide mark, hang the criminal and let his body remain there until three tides had washed over it. (See No. 7. on Map )

 


 

Raine's School.


Raine Street. This is the original building of the school and dates from 1719. The illustration shows one of a pair of statues of pupils which show a marked resemblance to those on St John's Old School. The inscribed stone over the main entrance states:

COME IN & LEARN
YOUR DUTY
TO GOD & MAN
1719

Henry Raine (1679 - 1738), a Wapping brewer, financed this charitable school, which still continues in different premises today under the Raine Foundation. He is buried in St George's churchyard in an impressive tomb. The street is named after him. (See No. 8. on Map)



John Rennie.


Spirit Quay. John Rennie (1761-1821) was a Scottish engineer. Among many others, he built Southwark and Waterloo Bridges and planned the 1831 London Bridge. But he died before the latter was finished and it was completed by his son, Sir John Rennie. His bust is placed here because he designed both the London and the East India docks. (See No. 9. on Map)

Artist: John Revera.


 

 

 

 

 





Capt. William Bligh.


Rearden Street on an old brick wall. The house is no longer standing. Walter Bligh commanded a ship on one of Captain Cook's voyages. He is best known as the commander of HMS Bounty when a mutiny took place in the Pacific Ocean. He was set adrift in a small open boat with 18 of his crew. With no maps to guide him, he made an epic journey of nearly 4000 miles to land in Timor. The mutineers settled in the Pitcairn Islands. He was an admiral when he retired. . (See No. 1. on Map)



Mandarin.


Cinnabar Wharf, central block, Wapping High Street. This life-sized mandarin-like figure stands on a first floor balcony staring out over the river. (See No. 2. on Map)



Marine Police.


Wapping High Street. See Thames Police Boat Station for the history. This building still has a jetty at the back, where you will usually see police launches tied up ready for duty. (See No. 3. on Map)



Marine Sculptures.


Overlooking the grass area by the Marine Police Station in Wapping High Street. This one of a series of metal sculptures guarding the ground floor windows, all of which have a maritime theme. (See No. 4. on Map)



Wapping Pier Head.


Wapping Pier Head, Wapping High Street. The buildings date from c. 1800. Customs officers responsible for examining and taxing goods imported via Wapping had their headquarters here. The cobbled street adds to the feeling of antiquity of the group of old houses around the central garden. (See No. 5. on Map)


"Pirate Ships."

Tobacco Dock off Wapping Lane. The illustration shows the 'Three Sisters', one of two "pirate ships" permanently displayed here. They are reminders of some of the ships which used to unload cargo here. Here you can also see What Happened to Pirates who were caught. (See No. 6. on Map )



Thames Police Boat Station.


Wapping High Street. This modern building with strikingly designed walls does not look like a conventional police station. Only the blue colour of parts of the building give a hint that this is part of the Metropolitan Police Boat Yard. There has been a Marine Police Office in this area since 1798, and a building further down Wapping High Street has a plaque to commemorate the fact. This police was necessary to try to reduce the amount of pilfering when ships in mid stream were unloaded into barges and then a second time onto shore. A few years later, docks were opened which allowed cargoes to be offloaded to the shore direct. Near to this building there used to be an area known as Execution Dock. There was a gibbet permanently set up, and many pirates and other criminals met their end here. One of the most notorious of these was Captain William Kidd, who was found guilty of piracy in 1701. (There is a pub nearby named after him.) Long before this, the custom was to set up a gibbet near the low tide mark, hang the criminal and let his body remain there until three tides had washed over it. (See No. 7. on Map )

 



Raine's School.


Raine Street. This is the original building of the school and dates from 1719. The illustration shows one of a pair of statues of pupils which show a marked resemblance to those on St John's Old School. The inscribed stone over the main entrance states:

COME IN & LEARN
YOUR DUTY
TO GOD & MAN
1719

Henry Raine (1679 - 1738), a Wapping brewer, financed this charitable school, which still continues in different premises today under the Raine Foundation. He is buried in St George's churchyard in an impressive tomb. The street is named after him. (See No. 8. on Map)



John Rennie.


Spirit Quay. John Rennie (1761-1821) was a Scottish engineer. Among many others, he built Southwark and Waterloo Bridges and planned the 1831 London Bridge. But he died before the latter was finished and it was completed by his son, Sir John Rennie. His bust is placed here because he designed both the London and the East India docks. (See No. 9. on Map)

Artist: John Revera.



Rope Circle.


Hermitage Basin. This sculpture is made out of ships hawsers which have been shaped and stiffened to keep their form. The Sculptor's studio is in the old pump house at the other end of the Basin. (See No. 10. on Map)

Sculptor: Wendy Ann Taylor. Date: 1997. See also by the same artist: "Docklands Enterprise", "Knowledge", "Timepiece" and "Voyage 2001"



Rope Circle.


Hermitage Basin. This sculpture is made out of ships hawsers which have been shaped and stiffened to keep their form. The Sculptor's studio is in the old pump house at the other end of the Basin. (See No. 10. on Map)

Sculptor: Wendy Ann Taylor. Date: 1997. See also by the same artist: "Docklands Enterprise", "Knowledge", "Timepiece" and "Voyage 2001"


 

 

 

 

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 16:11

livre

jacques COTTA

.

7 MILLIONS DE TRAVAILLEURS PAUVRES

FAYARD EDITEUR

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 16:08

 

jean BONALDI

PLON éditeur

LA VIE( presque )

SANS

PETROLE

" demain nous serons tous écolos, de gré ou de force "

Livre

  - livraisons à cheval

  - charette à cheval

  - tramway à cheval

     = 9 km / heure

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 16:07

bentolilla

livre

" le Verbe

  contre la

  Barbarie "

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 16:02
Jeudi 31 mai 2007

Livre sur Royal-Hollande: le couple demande 150.000 euros

PARIS (AFP), 16:46
 
© AFP
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre "La femme fatale", le 30 mai 2007 à Paris

Le couple Royal-Hollande réclame dans une assignation contre les auteurs du livre "La Femme fatale" la somme totale de 150.000 euros aux deux journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué et à l'éditeur Albin Michel, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Le couple, qui s'estime victime d'une "atteinte à la vie privée", demande d'abord 30.000 euros de dommages et intérêts pour Mme Royal et 50.000 euros pour M. Hollande.

Parmi les passages cités comme attentatoires à la vie privée, l'assignation délivrée par l'avocat du couple, Me Jean-Pierre Mignard, dénonce en page 110: "Elle a subi, à l'été 2005, une intervention chirurgicale pour réaligner ses dents, remodeler son menton et son sourire".

L'assignation vise également des propos qui insinuent que M. Hollande a une liaison sentimentale: "depuis quelques temps, déjà, Ségolène Royal multiplie les scènes de jalousie (...) Elle s'inquiète aujourd'hui de le voir trop préoccupé d'une journaliste, belle, blonde et vive, chargée par son journal de suivre le PS" (pages 13-14).

Par ailleurs, pour des faits présumés de "diffamation publique", les demandeurs réclament 70.000 euros pour Mme Royal. Ils estiment ce délit constitué à la page 36 de l'ouvrage où il est indiqué qu'"un ami du couple (Julien Dray, ndlr)" rapporte des propos tenus par Mme Royal à son conjoint: "si tu vas chercher Jospin pour me faire barrage, tu ne reverras jamais tes enfants".

Les auteurs et l'éditeur ont reçu mercredi l'assignation. Un procès pourrait se tenir dans les prochains mois.

"Nous avons voulu faire un récit politique de la campagne qui nous semblait très opaque. En faisant ce récit nous avons constaté qu'il existait des divergences politiques entre Ségolène Royal et François Hollande qui s'imbriquaient dans un conflit privé", a déclaré Ariane Chemin jeudi à des journalistes.

"A partir du moment où le premier secrétaire du Parti socialiste et la candidate forment un couple, il y a imbrication de la vie politique et de la vie privée. On ne pouvait occulter cette situation", a-t-elle fait valoir.

AUTRES ARTICLES
 
 
 
Patrimoine Royal
( déclaré
MELLE  168 000 E
            198 000
            108 000
  part des 2 autres homes
355 000 Euros
Jeudi 31 mai 2007

Livre sur Royal-Hollande: le couple demande 150.000 euros

PARIS (AFP), 16:46
 
© AFP
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre "La femme fatale", le 30 mai 2007 à Paris

Le couple Royal-Hollande réclame dans une assignation contre les auteurs du livre "La Femme fatale" la somme totale de 150.000 euros aux deux journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué et à l'éditeur Albin Michel, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Le couple, qui s'estime victime d'une "atteinte à la vie privée", demande d'abord 30.000 euros de dommages et intérêts pour Mme Royal et 50.000 euros pour M. Hollande.

Parmi les passages cités comme attentatoires à la vie privée, l'assignation délivrée par l'avocat du couple, Me Jean-Pierre Mignard, dénonce en page 110: "Elle a subi, à l'été 2005, une intervention chirurgicale pour réaligner ses dents, remodeler son menton et son sourire".

L'assignation vise également des propos qui insinuent que M. Hollande a une liaison sentimentale: "depuis quelques temps, déjà, Ségolène Royal multiplie les scènes de jalousie (...) Elle s'inquiète aujourd'hui de le voir trop préoccupé d'une journaliste, belle, blonde et vive, chargée par son journal de suivre le PS" (pages 13-14).

Par ailleurs, pour des faits présumés de "diffamation publique", les demandeurs réclament 70.000 euros pour Mme Royal. Ils estiment ce délit constitué à la page 36 de l'ouvrage où il est indiqué qu'"un ami du couple (Julien Dray, ndlr)" rapporte des propos tenus par Mme Royal à son conjoint: "si tu vas chercher Jospin pour me faire barrage, tu ne reverras jamais tes enfants".

Les auteurs et l'éditeur ont reçu mercredi l'assignation. Un procès pourrait se tenir dans les prochains mois.

"Nous avons voulu faire un récit politique de la campagne qui nous semblait très opaque. En faisant ce récit nous avons constaté qu'il existait des divergences politiques entre Ségolène Royal et François Hollande qui s'imbriquaient dans un conflit privé", a déclaré Ariane Chemin jeudi à des journalistes.

"A partir du moment où le premier secrétaire du Parti socialiste et la candidate forment un couple, il y a imbrication de la vie politique et de la vie privée. On ne pouvait occulter cette situation", a-t-elle fait valoir.

AUTRES ARTICLES
Jeudi 31 mai 2007

Livre sur Royal-Hollande: le couple demande 150.000 euros

PARIS (AFP), 16:46
 
© AFP
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre
Les journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, auteurs du livre "La femme fatale", le 30 mai 2007 à Paris

Le couple Royal-Hollande réclame dans une assignation contre les auteurs du livre "La Femme fatale" la somme totale de 150.000 euros aux deux journalistes Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué et à l'éditeur Albin Michel, a-t-on appris jeudi de source proche du dossier.

Le couple, qui s'estime victime d'une "atteinte à la vie privée", demande d'abord 30.000 euros de dommages et intérêts pour Mme Royal et 50.000 euros pour M. Hollande.

Parmi les passages cités comme attentatoires à la vie privée, l'assignation délivrée par l'avocat du couple, Me Jean-Pierre Mignard, dénonce en page 110: "Elle a subi, à l'été 2005, une intervention chirurgicale pour réaligner ses dents, remodeler son menton et son sourire".

L'assignation vise également des propos qui insinuent que M. Hollande a une liaison sentimentale: "depuis quelques temps, déjà, Ségolène Royal multiplie les scènes de jalousie (...) Elle s'inquiète aujourd'hui de le voir trop préoccupé d'une journaliste, belle, blonde et vive, chargée par son journal de suivre le PS" (pages 13-14).

Par ailleurs, pour des faits présumés de "diffamation publique", les demandeurs réclament 70.000 euros pour Mme Royal. Ils estiment ce délit constitué à la page 36 de l'ouvrage où il est indiqué qu'"un ami du couple (Julien Dray, ndlr)" rapporte des propos tenus par Mme Royal à son conjoint: "si tu vas chercher Jospin pour me faire barrage, tu ne reverras jamais tes enfants".

Les auteurs et l'éditeur ont reçu mercredi l'assignation. Un procès pourrait se tenir dans les prochains mois.

"Nous avons voulu faire un récit politique de la campagne qui nous semblait très opaque. En faisant ce récit nous avons constaté qu'il existait des divergences politiques entre Ségolène Royal et François Hollande qui s'imbriquaient dans un conflit privé", a déclaré Ariane Chemin jeudi à des journalistes.

"A partir du moment où le premier secrétaire du Parti socialiste et la candidate forment un couple, il y a imbrication de la vie politique et de la vie privée. On ne pouvait occulter cette situation", a-t-elle fait valoir.

AUTRES ARTICLES
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 15:59
Jeudi 31 mai 2007

Hostile à la double nationalité, Le Pen s'en prend à Rachida Dati

NANCY (AFP), 17:21
 
© AFP
Jean-Marie Le Pen à Lesquin, le 30 mai 2007
Jean-Marie Le Pen à Lesquin, le 30 mai 2007

Le président du Front national Jean-Marie Le Pen a souhaité jeudi que toutes les personnes susceptibles d'avoir une double nationalité française et étrangère fassent un choix entre les deux, citant la Garde des sceaux Rachida Dati.

"Le Front national est foncièrement hostile à la double nationalité" et demanderait aux éventuels bi-nationaux "quelle est la nationalité" qu'ils "choisissent", a-t-il déclaré à la presse à Nancy, dans sa tournée des régions françaises avant les législatives.

"Par exemple, il poserait la question à Mme Dati: est ce que vous avez la nationalité marocaine, ou est-ce que vous avez la nationalité française", a-t-il poursuivi.

"Vous devez choisir. Si vous choisissez la nationalité étrangère, vous serez des étrangers, respectés en France, mais selon le statut des étrangers", sans les avantages "que moi je crois devoir réserver aux Français", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les propos de M. Le Pen interpellant Mme Dati, le ministère de la Justice s'est refusé à tout commentaire.

Mme Dati est née en Saône-et-Loire de père marocain et de mère algérienne.

La double nationalité "nous permet de nous mettre sur les reins la responsabilité de cette ancienne candidate à la présidence de la république de Colombie", a poursuivi M. Le Pen en faisant allusion à Ingrid Betancourt, franco-colombienne, qui est "quand même plus colombienne que française".

"Nous nous sentons engagés pour le terroriste Moussaoui, qui est un franco-marocain. Je bien voudrais savoir s'il est Français ou Marocain, s'il est Marocain c'est la responsabilité du Maroc, s'il est Français c'est la responsabilité de la France", a-t-il ajouté.

M. Le Pen, interrogé sur l'avenir à moyen terme du Front national, a expliqué qu'il avait "les plus grandes angoisses pour (ma) progéniture et (mes) compatriotes, et les Européens eux-même", devant l'augmentation du nombre d'étrangers en France.

"Il y a des villes entières françaises qui sont à majorité musulmane, comme Roubaix par exemple ou des villes comme Marseille qui ont 200.000 citoyens musulmans", a déclaré M. Le Pen.

Le président du Front national a entrepris une tournée pour remobiliser militants et électeurs, après avoir perdu au premier tour de la présidentielle de 2007 20% de son électorat de 2002.

Se déplaçant dans un petit avion privé, il rencontre la presse régionale et les militants près des aéroports.

Il devait être à Mulhouse jeudi soir, puis à Besançon et Bourges vendredi, avant deux autres périples avant le premier tour des législatives.

AUTRES ARTICLES
Jeudi 31 mai 2007

.

 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 15:58
Mardi 29 mai 2007

La SDJ de Paris-Match proteste contre des "pressions" de Rachida Dati

PARIS (AFP), 21:03
 
© AFP
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris

La Société des journalistes (SDJ) de Paris-Match proteste contre "des pressions exercées par la garde des Sceaux" Rachida Dati visant à empêcher la publication de photos de jeunesse "dont la reproduction avait pourtant été autorisée par son père", dans un communiqué mardi.

"Dans un contexte d'insécurité, où des journalistes sont incités au départ, la direction de notre rédaction ainsi que la direction générale des rédactions de Lagardère Active, ont choisi de céder. La SDJ le déplore", ajoute l'organisation.

Olivier Royan, directeur de la rédaction de Paris-Match, a expliqué à l'AFP que Mme Dati lui avait fait savoir que "ni elle ni ses frères et soeurs ne souhaitaient la publication de photos de famille dans ce reportage".

"Comme ces photos ont un caractère privé, et malgré leur côté un peu banal -il s'agit de scènes d'enfance- nous avons décidé de respecter la loi", a ajouté M. Royan.

"La liberté de la presse doit s'exercer dans le respect des personnes et Mme Dati n'a fait que faire respecter son droit à la vie privée", a expliqué de son côté le ministère de la Justice.

"Il n'y a aucune raison de polémiquer ni de parler de pressions", a indiqué pour sa part à l'AFP Didier Quillot, pdg de Lagardère Active. "Il s'agit simplement de respecter le droit (...) Nous avons considéré que l'autorisation du père de Mme Dati, seul, ne suffisait pas car il s'agit de la vie privée et de l'enfance de Mme Dati et de ses frères et soeurs", a-t-il poursuivi.

"Nous avons donc considéré que son accord, ainsi que celui de ses frères et soeurs, étaient indispensables. C'est le simple et strict respect de la vie privée", a conclu M. Quillot.

Selon la SDJ de Paris-Match, la reproduction de ces photos avait été autorisée par le père de la garde des Sceaux "lors d'un rendez-vous avec nos reporters".

"Au terme de longues tractations, l'article a été maintenu mais vous ne verrez pas dans notre prochaine édition ces banales photos de famille", ajoute-t-elle. "Et ce bien qu'une partie d'entre elles ait déjà été montrée dans un documentaire diffusé sur la chaîne marocaine 2M".

"Les photographies publiées (ndlr: dans la prochaine édition) sont celles qui ont été sélectionnées par la Chancellerie", souligne la SDJ.

Elle note que l'actionnaire majoritaire de Paris-Match, Arnaud Lagardère, "auquel nous avions demandé de nous recevoir afin de garantir l'indépendance éditoriale de nos titres, ne nous a toujours pas dit quand nous pourrions le rencontrer".

La SDJ indique être soutenue, dans cette protestation, par les SDJ du Journal du Dimanche (JDD), Elle, Première et Télé7Jours, publications appartenant au groupe Lagardère.

Cette protestation de la SDJ d'un des titres de la galaxie Lagardère intervient quelques jours après un premier incident. Mi-mai, le JDD avait renoncé à publier un article révélant que Cécilia Sarkozy n'avait pas voté au second tour de l'élection présidentielle le 6 mai.

La Société des journalistes du JDD avait alors accusé Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal et proche de Nicolas Sarkozy, d'être intervenu pour que l'article ne soit pas publié et avait dénoncé "une censure inacceptable".

AUTRES ARTICLES
Mardi 29 mai 2007

La SDJ de Paris-Match proteste contre des "pressions" de Rachida Dati

PARIS (AFP), 21:03
 
© AFP
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris

La Société des journalistes (SDJ) de Paris-Match proteste contre "des pressions exercées par la garde des Sceaux" Rachida Dati visant à empêcher la publication de photos de jeunesse "dont la reproduction avait pourtant été autorisée par son père", dans un communiqué mardi.

"Dans un contexte d'insécurité, où des journalistes sont incités au départ, la direction de notre rédaction ainsi que la direction générale des rédactions de Lagardère Active, ont choisi de céder. La SDJ le déplore", ajoute l'organisation.

Olivier Royan, directeur de la rédaction de Paris-Match, a expliqué à l'AFP que Mme Dati lui avait fait savoir que "ni elle ni ses frères et soeurs ne souhaitaient la publication de photos de famille dans ce reportage".

"Comme ces photos ont un caractère privé, et malgré leur côté un peu banal -il s'agit de scènes d'enfance- nous avons décidé de respecter la loi", a ajouté M. Royan.

"La liberté de la presse doit s'exercer dans le respect des personnes et Mme Dati n'a fait que faire respecter son droit à la vie privée", a expliqué de son côté le ministère de la Justice.

"Il n'y a aucune raison de polémiquer ni de parler de pressions", a indiqué pour sa part à l'AFP Didier Quillot, pdg de Lagardère Active. "Il s'agit simplement de respecter le droit (...) Nous avons considéré que l'autorisation du père de Mme Dati, seul, ne suffisait pas car il s'agit de la vie privée et de l'enfance de Mme Dati et de ses frères et soeurs", a-t-il poursuivi.

"Nous avons donc considéré que son accord, ainsi que celui de ses frères et soeurs, étaient indispensables. C'est le simple et strict respect de la vie privée", a conclu M. Quillot.

Selon la SDJ de Paris-Match, la reproduction de ces photos avait été autorisée par le père de la garde des Sceaux "lors d'un rendez-vous avec nos reporters".

"Au terme de longues tractations, l'article a été maintenu mais vous ne verrez pas dans notre prochaine édition ces banales photos de famille", ajoute-t-elle. "Et ce bien qu'une partie d'entre elles ait déjà été montrée dans un documentaire diffusé sur la chaîne marocaine 2M".

"Les photographies publiées (ndlr: dans la prochaine édition) sont celles qui ont été sélectionnées par la Chancellerie", souligne la SDJ.

Elle note que l'actionnaire majoritaire de Paris-Match, Arnaud Lagardère, "auquel nous avions demandé de nous recevoir afin de garantir l'indépendance éditoriale de nos titres, ne nous a toujours pas dit quand nous pourrions le rencontrer".

La SDJ indique être soutenue, dans cette protestation, par les SDJ du Journal du Dimanche (JDD), Elle, Première et Télé7Jours, publications appartenant au groupe Lagardère.

Cette protestation de la SDJ d'un des titres de la galaxie Lagardère intervient quelques jours après un premier incident. Mi-mai, le JDD avait renoncé à publier un article révélant que Cécilia Sarkozy n'avait pas voté au second tour de l'élection présidentielle le 6 mai.

La Société des journalistes du JDD avait alors accusé Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal et proche de Nicolas Sarkozy, d'être intervenu pour que l'article ne soit pas publié et avait dénoncé "une censure inacceptable".

AUTRES ARTICLES
Mardi 29 mai 2007

La SDJ de Paris-Match proteste contre des "pressions" de Rachida Dati

PARIS (AFP), 21:03
 
© AFP
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris
La ministre de la Justice Rachida Dati quitte l'Hôtel Matignon, le 28 mai 2007 à Paris

La Société des journalistes (SDJ) de Paris-Match proteste contre "des pressions exercées par la garde des Sceaux" Rachida Dati visant à empêcher la publication de photos de jeunesse "dont la reproduction avait pourtant été autorisée par son père", dans un communiqué mardi.

"Dans un contexte d'insécurité, où des journalistes sont incités au départ, la direction de notre rédaction ainsi que la direction générale des rédactions de Lagardère Active, ont choisi de céder. La SDJ le déplore", ajoute l'organisation.

Olivier Royan, directeur de la rédaction de Paris-Match, a expliqué à l'AFP que Mme Dati lui avait fait savoir que "ni elle ni ses frères et soeurs ne souhaitaient la publication de photos de famille dans ce reportage".

"Comme ces photos ont un caractère privé, et malgré leur côté un peu banal -il s'agit de scènes d'enfance- nous avons décidé de respecter la loi", a ajouté M. Royan.

"La liberté de la presse doit s'exercer dans le respect des personnes et Mme Dati n'a fait que faire respecter son droit à la vie privée", a expliqué de son côté le ministère de la Justice.

"Il n'y a aucune raison de polémiquer ni de parler de pressions", a indiqué pour sa part à l'AFP Didier Quillot, pdg de Lagardère Active. "Il s'agit simplement de respecter le droit (...) Nous avons considéré que l'autorisation du père de Mme Dati, seul, ne suffisait pas car il s'agit de la vie privée et de l'enfance de Mme Dati et de ses frères et soeurs", a-t-il poursuivi.

"Nous avons donc considéré que son accord, ainsi que celui de ses frères et soeurs, étaient indispensables. C'est le simple et strict respect de la vie privée", a conclu M. Quillot.

Selon la SDJ de Paris-Match, la reproduction de ces photos avait été autorisée par le père de la garde des Sceaux "lors d'un rendez-vous avec nos reporters".

"Au terme de longues tractations, l'article a été maintenu mais vous ne verrez pas dans notre prochaine édition ces banales photos de famille", ajoute-t-elle. "Et ce bien qu'une partie d'entre elles ait déjà été montrée dans un documentaire diffusé sur la chaîne marocaine 2M".

"Les photographies publiées (ndlr: dans la prochaine édition) sont celles qui ont été sélectionnées par la Chancellerie", souligne la SDJ.

Elle note que l'actionnaire majoritaire de Paris-Match, Arnaud Lagardère, "auquel nous avions demandé de nous recevoir afin de garantir l'indépendance éditoriale de nos titres, ne nous a toujours pas dit quand nous pourrions le rencontrer".

La SDJ indique être soutenue, dans cette protestation, par les SDJ du Journal du Dimanche (JDD), Elle, Première et Télé7Jours, publications appartenant au groupe Lagardère.

Cette protestation de la SDJ d'un des titres de la galaxie Lagardère intervient quelques jours après un premier incident. Mi-mai, le JDD avait renoncé à publier un article révélant que Cécilia Sarkozy n'avait pas voté au second tour de l'élection présidentielle le 6 mai.

La Société des journalistes du JDD avait alors accusé Arnaud Lagardère, patron du groupe propriétaire du journal et proche de Nicolas Sarkozy, d'être intervenu pour que l'article ne soit pas publié et avait dénoncé "une censure inacceptable".

AUTRES ARTICLES
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 15:55
Jeudi 31 mai 2007

France: nette embellie du moral des ménages en mai, au plus haut depuis 2002

PARIS (AFP), 12:43
 
© AFP
Evolution mensuelle du moral des ménages français
Evolution mensuelle du moral des ménages français

Le moral des ménages français a connu une très nette embellie en mai, l'indicateur qui le mesure grimpant de six points à -14, son plus haut niveau depuis 2002, après -20 en avril et -22 en mars, en données corrigées des variations saisonnières, a indiqué jeudi l'Insee.

"C'est l'état de grâce présidentiel !", s'exclame Alexander Law, de la société d'études Xerfi, pour qui "il y a bien eu un +effet Sarkozy+ sur le moral des ménages". Car si le solde entre les pourcentages de réponses positives et négatives reste négatif, il n'a jamais été aussi élevé depuis 2002 (ou depuis fin 2003 si l'on s'en tient au nouveau mode de calcul de l'indicateur).

Même conclusion de Marc Touati, de l'ACDE (Association pour la connaissance et le dynamisme économique), qui relève qu'il faut remonter à "juin 1997, lors de l'arrivée de Lionel Jospin à Matignon" pour retrouver une "telle progression" de cet indicateur. Le solde avait alors progressé de 9 points, selon l'Insee.

En mai, la quasi totalité des soldes d’opinion composant l'indice ont évolué "très favorablement", a souligné l'Institut de la statistique et des études économiques.

L’amélioration la plus notable concerne l’opinion des ménages sur les perspectives d’évolution du niveau de vie en France, avec un solde d'opinion qui s'améliore de 15 points à -2. Les ménages sont aussi plus nombreux à penser que le niveau de vie en France s’est amélioré au cours des mois précédents.

En hausse depuis le début de l’année, le solde sur la situation financière actuelle des ménages "progresse sensiblement" en mai, note aussi l'Insee. Et les ménages se montrent également beaucoup plus optimistes sur les perspectives d’évolution de leur situation financière (solde en hausse de six points).

Ils sont aussi beaucoup plus confiants qu’en avril sur leur capacité future à épargner et sont plus nombreux à penser qu’il est opportun d’épargner. Leur sentiment concernant l’inflation s’améliore, notamment leur perception de l’évolution passée des prix.

"Attention toutefois à ne pas tout mettre au crédit" de l'élection présidentielle, nuance Nicolas Bouzou (Asterès), pour qui "l'évolution de la conjoncture économique a aussi joué un rôle", avec notamment la baisse continue du chômage.

Sur ce front, les Français sont également confiants. Le solde d'opinion sur l’évolution du chômage dans les douze prochains mois, s'améliore de 17 points en mai et de 30 points sur l'ensemble des deux derniers mois.

Unique "bémol", relèvent les économistes: le solde d'opinion sur l’opportunité d’effectuer des achats importants est le seul à n'avoir pas progressé.

Pour Mathieu Kaiser (BNP Paribas), cela "pourrait suggérer que les très bons résultats de l'enquête de confiance du mois de mai ne se traduiront pas forcément par une accélération de la consommation".

Relativisant le "caractère prédictif" de cet indicateur, Nicolas Bouzou parie lui sur un rebond de la consommation, rappelant le "boom" de juin 1995 qui avait suivi l'élection de Jacques Chirac.

Quant à savoir si cette embellie de la confiance peut durer, "tout dépendra des décisions prises par le gouvernement", estime Nicolas Bouzou.

Jeudi 31 mai 2007

 
.
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives