Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 19:42

Lens, ton terril est terrible !

LOOS EN GOHELLE

Par Georges Rouzeau
 
Sauvegardés depuis la fermeture du site en 1986, les terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle, sans doute les plus hauts d'Europe, dominent la plaine de Gohelle de leur forme conique.
De leur sommet, la vue panoramique porte jusqu'à la Belgique.
L'association pionnière la Chaîne des terrils propose des randonnées pour découvrir cet emblème du patrimoine minier colonisé désormais par la faune et la flore, et notamment certaines espèces méditerranéennes.
 

 
 
Au sommet, la beauté du site, qui évoque un volcan sicilien, surprend. « Quand je me promène sur un terril, j'ai l'impression d'être en vacances » déclare Vincent Cohez, directeur technique de l'association la Chaîne des terrils.
© G. Rouzeau/ViaMichelin
 

 

Fermé en janvier 1986, le site a conservé la plupart de ses installations (ici, la salle des machines).
La salle des bains-douches accueille les activités culturelles de la scène nationale du bassin minier. L'association de la Chaîne des terrils, qui organise les randonnées et les activités sur le site, occupe d'anciens ateliers.
© G. Rouzeau/ViaMichelin
Au sommet, la beauté du site, qui évoque un volcan sicilien, surprend. « Quand je me promène sur un terril, j'ai l'impression d'être en vacances » déclare Vincent Cohez, directeur technique de l'association la Chaîne des terrils.
© G. Rouzeau/ViaMichelin
 

Informations pratiques

 
La Chaîne des terrils
Base du 11/19
Rue de Bourgogne
62750 Loos en Gohelle
Tél. : 03 21 28 17 28
 
Il est indispensable de réserver à l'une des dates fixées par la Chaîne des terrils elle-même (les visiteurs individuels s'agrégeant en général à un groupe). Suivant la saison, les conditions climatiques vont du froid le plus extrême à une chaleur écrasante qui nécessite le port d'une casquette et des réserves d'eau. Prévoir de bonnes chaussures. Activités : randonnée VTT, course d'orientation, sortie au crépuscule, sortie thématique (faune, flore, etc.)
 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 19:32
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 19:29
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 19:24
Le 06 Juillet 2007 



Immigration : l’Amérique conservatrice contre l’alliance Bush/Kennedy

polemia  JUILLET 2007



Aux Etats-Unis, l’icône de la gauche américaine Edward Kennedy et le président néoconservateur George Bush se sont accordés pour tenter de faire adopter une réforme des lois sur l’immigration permettant notamment la régularisation de 12 millions de clandestins.

 

La majorité conservatrice du Sénat s’y oppose.
Explications :

1/ D’une logique d’identité nationale à une logique des droits individuels

Tout au long des deux premiers tiers du XXe siècle, la politique américaine d’immigration a été fondée sur des quotas : en fonction de l’idée qu’ils se faisaient de l’identité américaine, dont la composante ethnique n’était pas niée, les gouvernements successifs ont régulé les entrées d’immigrés venant alors principalement d’Europe. Pour cela, ils ont veillé à assurer un certain équilibre entre les Européens du Nord et ceux du Sud, entre les catholiques et les protestants, entre les Italiens et les Allemands, les Irlandais et les Scandinaves. Tous immigrés ayant au demeurant vocation, mais aussi obligation, d’adhérer au « credo américain » et aux valeurs anglo‑protestantes.

Mais dans la foulée des politiques de droits civiques, impulsées à l’époque de la présidence Kennedy, la législation sur l’immigration adoptée, en 1965, par son successeur Lyndon Johnson a changé la donne. Il est dès lors devenu possible d’entrer aux Etats-Unis sans que soit prise en considération l’origine géographique ou ethnique du postulant, les critères retenus faisant désormais intervenir les seuls intérêts personnels : ceux d’étrangers souhaitant retrouver des résidents américains, membres de leurs familles, ou ceux d’agents économiques désireux de faire venir de l’extérieur de la main-d’œuvre ou des qualifications professionnelles manquant aux entreprises américaines. A partir de là, la logique des droits individuels l’a emporté sur les préoccupations d’identité nationale.

2/ Arabes et Hispaniques :

les nouvelles composantes du peuplement des Etats-Unis

Quarante ans après les lois Johnson, la situation démographique des Etats-Unis a profondément changé.

L’immigration de source européenne a décliné et on a assisté à une nette augmentation des arrivées de personnes en provenance du Proche-Orient et de l’Asie ;

 il y a aujourd’hui, aux Etats–Unis, 3,5 millions d’Arabes, principalement venus du Levant, mais dont seulement 24% sont musulmans

(les autres appartenant aux différentes minorités chrétiennes d’Orient).

Toutefois, le principal bouleversement est venu du peuplement hispanique qui a considérablement crû, atteignant 40 millions en 2004, et constituant ainsi, avec 14,7% de la population, la première minorité des Etats-Unis.

Enfin, il convient de noter que, du point de vue de la légalité et de l’ordre public, les flux migratoires aux Etats-Unis ont échappé à tout contrôle effectif, la frontière avec le Mexique étant de plus en plus difficile à défendre et le nombre de clandestins étant évalué à 12 millions.

Il n’est pas surprenant, dans un tel contexte, que la question de l’immigration ait été au cœur des débats à l’occasion de l’élection présidentielle de 2004 : Kerry prenant position pour « la régularisation de celui qui le mérite » ; Bush  étant alors opposé à l’amnistie des « sans papiers ».

3/ L’accord Bush/Kennedy sur la réforme de l’immigration

Aussi l’annonce d’un accord entre républicains et démocrates et, plus particulièrement, entre le président des Etats-Unis et le plus influent parlementaire démocrate a surpris. D’autant plus qu’en apparence tout oppose les deux hommes : le sénateur Edward Kennedy est le symbole de la gauche progressiste américaine ; George Bush est un président républicain soutenu par les néoconservateurs.

Pourtant ces deux patriciens de l’Amérique impériale se sont accordés, jeudi 17 mai 2007, sur une réforme de l’immigration :

« une réussite des sénateurs qui ont travaillé au cours des derniers mois dans un esprit transgressant les clivages partisans pour faire face à un problème crucial pour les Américains », selon le président Bush ;

« la meilleure chance depuis des années de sécuriser nos frontières » et de « faire émerger des millions de clandestins vers le soleil américain », selon le sénateur Kennedy, principal artisan du compromis du côté des démocrates.

4/ Un projet mi-humanitaire mi-sécuritaire sous le parrainage du « big business »

Fruit d’un compromis politique entre différentes forces et intérêts opposés, le projet Bush/Kennedy repose sur une architecture complexe mêlant l’humanitaire et le sécuritaire sous l’arbitrage dominant des préoccupations économiques et marchandes.

Côté « sécuritaire », le projet retient la poursuite de la construction de la barrière de sécurité le long de la frontière mexicaine et le recrutement de 6.000 gardes supplémentaires ainsi que certaines restrictions à l’entrée, au titre du regroupement familial.

Côté « humanitaire », le projet prévoit l’accès à la résidence, voire à la citoyenneté, pour des millions de clandestins, appelés à voir leur situation régularisée.

Pour le reste, le projet est centré sur un concept qu’on pourrait qualifier « d’immigration économique choisie » : d’une part, en portant de 60.000 à 115.000 le plafond annuel des visas de travail temporaire pour les emplois hautement qualifiés ;

d’autre part, en créant un statut temporaire de séjour de deux ans renouvelable pour les travailleurs non qualifiés.

 Le projet Bush/Kennedy a d’ailleurs été soutenu par le « big business »,

 qu’il s’agisse des secteurs économiques traditionnels ou des entreprises de haute technologie, même si les dirigeants de ces dernières trouvent les dispositions proposées encore trop restrictives.

5  La mise en échec du projet par les Républicains conservateurs

Toutefois le projet a subi une série de critiques.

D’abord sur le plan économique, les salariés et certains syndicats de travailleurs se sont émus des dispositifs facilitant le recours à du travail étranger temporaire, système de « péonage », susceptible de tirer les salaires à la baisse ; et ce au moment même où une étude de « statistiques Canada » montrait que sur la période 1960/2000 toute variation de 10% de l’offre de main-d’œuvre provoquée par l’immigration au Canada ou aux Etats-Unis correspondait à une variation de 3 à 4% des gains hebdomadaires dans la direction opposée : http://www.ledevoir.com/2007/05/26/144928.html.

Ensuite, la régularisation des clandestins a été le dispositif le plus contesté du projet de réforme puisque cela revient à récompenser un comportement illégal ; et qu’une telle mesure est susceptible de créer un appel d’air encourageant une nouvelle vague d’immigration, comme cela fut le cas dans les pays européens (France, Espagne, Italie) ayant adopté de tels mécanismes législatifs.

 Plus brutalement, un commentateur républicain a affirmé, sur CNN, que « Cette amnistie des illégaux est un encouragement donné au Mexique pour qu’il continue de nous envoyer ses criminels et ses handicapés ».

De manière plus générale, à la différence des néoconservateurs, les milieux intellectuels conservateurs américains s’inquiètent des dangers que fait peser sur l’identité américaine une immigration hispanique imposant sa langue, l’espagnol, au détriment de l’anglais et ne partageant pas les valeurs anglo-protestantes.

 C’est cette réflexion qui se trouve au cœur de l’ouvrage de Samuel Huntington : « Qui sommes nous ? » :


http://www.polemia.com/contenu.php?iddoc=1392&cat_id=36.

Sur le plan politique, le retentissement électoral probable de la réforme pèse sûrement sur les décisions des parlementaires républicains.

 Ainsi en 2000, George Bush avait seulement réuni 35% du vote latino alors que le démocrate Al Gore en avait rassemblé 62%, soit près du double. Un sondage effectué en 2004 par le « Pew Hispanic Center » évaluait à 45% les Hispaniques se déclarant comme démocrates et à 20% seulement ceux qui se définissaient comme républicains. Or, compte tenu de leur situation juridique et d’un accès encore réduit à la citoyenneté, il y a un écart important entre le nombre des Hispaniques présents aux Etats-Unis (40 millions) et celui des votants de 2004 (7 millions). En ouvrant le droit à la résidence, puis à la citoyenneté, aux clandestins, la réforme Bush/Kennedy multipliera les électeurs d’origine hispanique dont le vote ethnique peut avoir, à terme, un impact important au détriment du camp conservateur :
http://www.latinreporters.com/amlatpol29102004.html.


 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 19:28

-

GOSNAY

Unité d'Art Sacré

Entre les Deux Chartreuses

 http://www.unite-art-sacre.com

Seule commune au monde à héberger 2 Chartreuses

An exceptional Inheritance

XIVème siècle

- Chartreuse du Val St Esprit 1320

   Mahaut d'Artois

-Chartreuse du Mont Ste Marie 1329

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 18:59

 

-La vallée de la Nave ,au coeur d'une nature authentique ,ou souffle un vent de haute spiritualité .

Des pierres figées , des toponymes de contes de fées:

Huretebise, Coqueline,Méroise,Bellery

La Nave s'est installée dans un lit creusé par l 'homme,

rivière facétieuse occupe la vallée , par des courbes pleines et bucoliques

monument amettes

Amettes

Vallée de la NAVE ,du Ternois à La Lys

Ames

Amettes

Lières

Nédon

Nédonchel

à lire  : La Nave , vallée mystique

24 pages OT du Lillérois 1 Euro

 

 

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 18:29

-

 

 

Histoire de Montreuil-sur-Mer, Étaples, Le Touquet-Paris-Plage

Bruno Béthouart
Bruno Béthouart est professeur d’histoire contemporaine à l’université du Littoral-Côte d’Opale. Ouvrage érudit mais d’autant plus facile à lire qu’il fourmille de cadres, d’anecdotes et de photos proposés en marge de la grande histoire… Trois chapitres structurent l’ouvrage au fil d’une présentation chronologique où l’auteur fait découvrir le port gallo-romain de Stapula ; le mystérieux Vicus de Quentovic ; le camp de Montreuil au temps de Napoléon ; la naissance de la « perle de la Côte d’Opale » ; les belles heures de l’école des peintres d’Étaples ; mais aussi les affrontements, les rivalités, les crises, la Renaissance et naissance d’un dernier chapitre appelé « à chacun son talent »… avec les années de guerre, la montée en puissance du Touquet et les cités du Val de Canche face à leur avenir. Un livre que les amoureux du Pas-de-Calais aimeront avoir dans leur bibliothèque.





L'Echo du Pas-de-Calais n°77 - Août2006


appelé « à chacun son talent »… avec les années de guerre, la montée en puissance du Touquet et les cités du Val de Canche face à leur avenir. Un livre que les amoureux du Pas-de-Calais aimeront avoir dans leur bibliothèque.





L'Echo du Pas-de-Calais n°77 - Août2006







 

 

 

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 18:26

-

 

-

 

 

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 18:24

-

 

 

-

 

 

 

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 18:21

-

AUTHIE

Les 7 Vallées

http://aascalys.free.fr/authie.php

http://www.multimap.com/maps/#t=l&map=50.53006,2.58588|10|4

-

http://aascalys.free.fr/authie.php

 

 

-  l 'AUTHIE

   OT   DES 7 VALLEES

   03.21.86.19.19

    


 

   HESDIN

   AZINCOURT

   WAMBERCOURT

   BUIRE-LE-SEC

   LUGY

   CRéQUY

    DOURIEZ

    sentier des AGACHES à CHéRIENNES   9 km

   entre Vallée de  LA CANCHE et vallée de L'AUTHIE

    COQUICHART  HAUTEVILLE

   CHERIENNES

 

 

Les 7 Vallées .

Authie

Canche

Ternoise

Planquette

Créquoise

Bras de Brosne

Lys

 

Façade et brétèche de l 'Hôtel de ville

HESDIN 62

Statue du Roi PHILIPPE IV , au centre de la brétèche  ( avancée du corps de bâtiment )

Roi d 'Espagne ,

Souverain des Pays-Bas du Sud , du Nord , des Flandres .

.

 


city hall    HESDIN 62    North-West France  
 
(  formerly     south spanish Netherlands   Empire of Charles the Vth ) 

.  Pas-de-Calais department   near the Channel & UK
 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives