Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 06:58
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 06:36

 
 
 
 

 

 


 

12th July 2007

 
Spying on our every move but failing to prevent crime
Spying on our every move but failing to prevent crime
 
 
Britain has more spy cameras than every other European country added together making it Europe’s Big Brother state. There is one CCTV camera for every 14 Britons but the 4.2 million spy cameras watching our every move have not reduced crime and could have an impact draining police resources thereby reducing the number of police on the beat.

A crime-ridden high street in an ethnically “enriched” part of north London has been branded the most spied-upon road in Britain, after it emerged that it is watched over by more than 100 closed circuit television cameras.

In one 650-yard section of Holloway Road in Islington, that runs from Archway to Highbury Corner, there are 29 cameras mounted on shops and lampposts, a church and a courtroom
.

There are 102 CCTV cameras monitoring crime on the two-mile road, as well as a further seven checking for speeding cars and vehicles straying into bus lanes.

Mark Dziecielewski, of civil liberties group Watching Them Watching Us, said: "Politicians like cameras because they are seen to be doing something but, just like you see birds perched on scarecrows, the hoodies and dealers come back once the novelty has worn off.

"Having so many cameras in one place actually makes police investigations harder because they have to divert so much manpower into checking footage from every single camera."

A number of murders and other serious crimes have taken place in and around Holloway Road despite its dozens of CCTV cameras. It’s a nasty area for indigenous Britons who have the misfortune to stray into the area or have to live and work there.
Last month, 14-year-old schoolboy
 Martin Dinnegan was knifed to death by a gang of black racist thugs outside a chip shop yards from Holloway Road, while two years ago
Richard Whelan, another forgotten victim of black on white racist murder was fatally stabbed by a violent passenger as he sat on the top deck of a bus travelling along the road.

Police have disclosed there had been 430 offences committed over six months on Holloway Road, including 29 serious assaults, 15 robberies and 32 burglaries.

So if the cameras fail to prevent crime and hinder, rather than help, police investigations just what are they there for?

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 06:25

-

 Politicians fret over ( to fret over = se soucier )

" wrong crisis" as leading

 energy body finally accept

PEAK OIL crisis.

 

LIRE AUSSI   ++++

http://www.terredebrut.org/article-11304041.html

 

 
 

12th July 2007

 

 
 
 
In a stunning reversal of its previous dogmatic ‘business as usual’ stance, the International Energy Agency has belatedly accepted the reality of Peak Oil, and the huge impact the phenomenon is going to have on the entire world.

The crucial and potentially devastating nature of the point at which humanity has used half of the world’s oil reserves -
with the remaining half being overwhelmingly lower in quality, in smaller and harder to reach fields, and in less stable parts of the world –
has been a BNP theme for more than five years.

Up until now the Chevron oil company has been the only mainstream oil industry player to have publicly acknowledged the clear and present danger posed to the global economy and to a world population which has exploded in recent decades on the back of the oil-based ‘green revolution’ of the 1960s.
 Hence for the IEA to join the Peak Oil camp is a massive step towards giving the issue the recognition it deserves.

The Paris-based Agency is made up of 26 non-OPEC oil producers, including the UK, South Korea and Denmark.
 Its board is made up of energy ministers or other senior representatives from each member country.
Its power is shown by the fact that after Hurricane Katrina in the USA it was able to get its members to release an extra 60 million barrels of oil to offset the disruption.

The International Energy Agency report avoids the truly apocalyptic predictions that appear to follow logically from a full appreciation of the Peak Oil crisis. And it ‘spins’ the oil supply crunch it predicts as a problem of excess demand and lack of refinery investment (the first point is in any case an integral part of the Peak Oil analysis, the second is the consequence of oil companies being reluctant to invest massively in an industry whose raw material is going to be in increasingly short supply).

But despite such continuing coynes
(=MIGNARDISE )
 about the inescapable geological facts underlying the crisis, the new IEA report has contributed to the widest grasp of the real issue so far.
Its prediction that the current record oil price will soar even higher as the supply/demand crunch hits over the next five years is certainly helping to concentrate minds.
Radio Four is serialising a play about a Peak Oil researcher this week, and scarcely a day goes by without a Peak-related story appearing in the financial columns of the main British newspapers.

Crisis

There are even signs that the Labour Government is waking up to the issue, and its potential to become a real crisis within the lifetime of this Parliament, although Dave Cameron is still fixated on the threats that might be unleashed by global warming several decades into the future at least.

But even those politicians and mainstream commentators (such as the Independent, which ran a Peak Oil front page last month) who have woken up to the looming Peak Oil crisis are missing the big picture:
Peak Oil is not just an energy issue, more importantly it’s
 a food issue.

European Union and American targets to produce up to 20% of transport energy from bio-diesel and ethanol within a decade have already led to a sharp fall in the world’s total food production and grain reserves.
Yet the Third World population explosion continues.

Part of the problem arises from the fact that the policy-makers are responding primarily to the wrong crisis.
The target and subsidy-driven drive to biofuels is part of their answer to the perceived threat of global warming –
something which even Al Gore and Co accept as a potential crisis several decades from now at least.

Even organisations like the IEA are still unable to grasp that Peak Oil has the potential to devastate the world’s debt-based, growth-addicted economy within a couple of years of arriving,
 and to cause mass Third World starvation and unprecedented social and political turmoil everywhere within a decade.

The key facts are that even the climate change enthusiasts accept that net global warming has now ‘stalled’,
whereas even former Peak Oil deniers,
 like the IEA, are now being forced to agree with the analysis that the British National Party came up with five years ago.

Radical steps

But will the Powers That Be soon tell the public just how serious Peak Oil is and set about taking the radical steps necessary to save our civilisation from an energy deprivation spiral of collapse?

We fear not.
 Why?
Because the ‘wrong crisis’ global warming ‘solutions’ tend to be international,
and to provide spurious ‘justification’ for high taxes which the liberal political elite can then spend on do-gooding gesture politics around the world.

Peak Oil solutions, by contrast, will mainly be
NATIONAL  in origin and impact.
 They would involve governments working primarily to set their own houses in order.
Massive efforts need to be put into rebuilding home industries and food production, and into researching the new technologies needed to make even a transition from perpetual growth to steady-state sustainability.

Most important of all a recognition that the cheap energy era is over will bring globalisation mania
to a grinding halt.
Unless self-sufficiency shading towards near total autarky is the inevitable future –
hardly an appealing message for the
 liberal-left mentality which dominates mainstream political thought in the West.

But every day in which our Masters refuse to see the danger is another day lost from the time which remains to find the solutions that could enable us to cope with the unprecedented problems of the declining half of the Age of Oil.

We ask readers to read our in-depth
Peak Oil section and then write letters to local and national newspapers, try to raise the issue on radio phone-ins,
and pester Establishment politicians to take a serious look at the Peak Oil problem.
This isn’t a question of party political point-scoring, it’s a matter of civilisational survival.


 


 

Reuters - Lundi 9 juillet, 16h38

LONDRES (Reuters) - La consommation mondiale de pétrole va croître plus vite que prévu et plus rapidement que la production, conduisant à un déséquilibre entre l'offre et la demande, annonce l'Agence internationale de l'énergie.

(Publicité)

Dans son dernier rapport sur les perspectives du marché pétrolier à moyen terme, l'AIE estime que la demande augmentera en moyenne de 2,2% chaque année entre 2007 et 2012, alors qu'elle tablait jusqu'ici sur une augmentation de 2% entre 2006 et 2011.

Cette nouvelle prévision remplace celle faite par l'AIE en février et coïncide avec la hausse des cours du brut. Le Brent a maintenant franchi la barre des 76 dollars le baril

La perspective d'une demande toujours soutenue en produits pétroliers, notamment chez les pays émergents comme la Chine, conjuguée aux craintes persistantes sur la fiabilité des approvisionnements - tensions au Nigeria et au Proche-Orient - explique que le Brent ait encore pris plus de 24% depuis le début de l'année.

"Malgré quatre ans marqués par des prix du pétrole élevés, ce rapport prévoit une hausse des tensions sur le marché au-delà de 2010", a ajouté l'AIE. "Il est possible que le point critique pour l'offre puisse être retardé - mais pas de beaucoup".

LES BIOCARBURANTS VONT RESTER MARGINAUX

Selon les nouvelles projections de l'agence, la demande mondiale devrait atteindre à terme 95,8 millions de barils par jour (bpj) contre 86,1 millions attendus en 2007. Ces calculs tiennent compte d'une hypothèse de croissance annuelle de 4,5% pour le produit intérieur brut (PIB) mondial.

L'AIE note en outre que le développement des capacités globales de raffinages au cours des cinq prochaines années devrait s'avérer inférieur aux attentes, en raison de la hausse des coûts et d'une pénurie d'ingénieurs qualifiés. Selon elle, la production mondiale de biocarburants va bel et bien doubler d'ici 2012 par rapport à son niveau de l'an dernier, mais pour atteindre seulement 1,75 million de bpj, un niveau qui resterait marginal dans la consommation totale d'énergie .

L'AIE s'attend aussi à une plus grande dépendance de la planète vis-à-vis du brut de l'Opep, qui produit déjà le tiers du pétrole mondial et pour laquelle la demande devrait atteindre 34,7 millions de bpj en 2011 - 1,3 million de bpj de plus que dans le rapport de février - et à une diminution des capacités non utilisées du cartel qu'elle a revues en baisse de deux millions de bpj pour 2009.

Dans ses projections, l'agence n'intègre pas l'hypothèse d'une éventuelle réouverture des 500.000 bpj de capacités indisponibles depuis un an au Nigeria en raison des tensions dans le delta du Niger.

L'AIE a également révisé en baisse de 800.000 bpj sa prévision de l'offre en provenance des pays non membres de l'Opep pour 2011, à cause de retards dans certains projets et parce qu'elle estime que l'offre de ces pays producteurs pourrait être sur le point d'atteindre un plateau.

Dix pays membres de l'Opep ont commencé l'an dernier à réduire leur production pour endiguer la baisse des cours observée alors, et depuis quatre mois, l'AIE exhorte le cartel à revenir sur ces baisses et à relever ses quotas pour alléger les tensions qui font monter les cours.

Certains analystes accusent l'agence d'être trop alarmiste, et de contribuer par ses avertissements à la fermeté actuelle des prix.

L'AIE répond que la hausse des cours est imputable aux données fondamentales de l'offre et de la demande. "La réaction des cours est due aux fondamentaux", souligne Lawrence Eagles, directeur de la division industrie et marchés du pétrole au sein de l'AIE. "Nous ne faisons que (les) montrer du doigt. C'est notre travail."

Recommander cette dépêche

Biocarburants : pleins d’essence ou ventres pleins ? par François Iselin.
Imprimer cet article
1er juin 2007



 

 


 

 









solidaritéS, 16 mai 2007.


Crise énergétique, catastrophes climatiques, l’industrie automobile n’en a cure. Ses profits sont bien trop juteux pour qu’elle daigne planter les freins aux feux rouges allumés par le GIEC [1] et les alarmes, devenues quotidiennes, dans la presse, sur nos écrans d’ordinateurs, de TV et de cinéma, tels le film d’Al Gore, « Une Vérité qui dérange » ou « The Oil Crash »qui vient de sortir ! [2]

Extracteurs, transporteurs et marchands de carburants, fabricants de véhicules de toutes sortes [3], vendeurs, garagistes, assureurs, bétonneurs de routes et d’ouvrages d’art, designer, publicistes... aucun des parrains de la maffia mondiale du marché des moteurs à explosion ne veut renoncer à la moindre paillette d’ or noir. Quand les champs de pétrole seront épuisés, quand les moteurs tomberont en panne sèche, ils voudront pomper des ersatz de l’or noir dans les champs de terres agricoles, ces terres qui leur rapporteront du « blé », quitte à affamer ceux qui en vivent : « food against fuel » [4]

Sourds aux alarmes, aveugles aux avertissements, il foncent, plein gaz, prêts à passer sur le corps de millions d’êtres humains. Mais comme la famine prévisible risque de faire mauvais effet, le marketing automobile prend des allures « écologiques » : quelques touches de vert par-ci, par-là et des fleurs plein les pubs de leurs véhicules à carburant mixte, mus à l’essence « éco ». Il s’agit d’un rajout d’alcool vert au pétrole noir dans les proportions allant de 10 à 85%. Un de leurs slogans est d’ailleurs « 85% flowers 100% power » [5]... Un autre qu’ose proclamer la Vaudoise Assurance ! : « Nous faisons une fleur à tous ceux qui roulent vert ». Toutes les marques se mettent au bioéthanol ou au bioester, issus de cultures de colza, tournesol, maïs, canne à sucre, betterave, manioc... [6] pour continuer à vendre leurs engins décriés. Elles « jouent sans vergogne sur les deux tableaux, avec des pubs vertes d’un côté et la promotion de gros véhicules de l’autre », car « un seul plein d’éthanol pour un gros 4X4 nécessite autant de céréales qu’il en faut pour nourrir une personne pendant une année entière ». [7]


Pétrole vert ou « soleil vert » ?

« Nous sommes en l’an 2022... mais les humains n’ont pas changé. Ils sont prêts à tout pour assouvir leurs désirs. Et ce qu’ils veulent, c’est le SOLEIL VERT ». Voilà ce qu’on pouvait lire sur les affiches du film de Richard Fleisher. Ce chef d’œuvre de 1973 n’a pas vieilli... plutôt rajeuni : la réalité pourrait rejoindre cette fiction si le seul désir des humains n’était plus que de pouvoir manger le seul aliment qui leur resterait : des comprimés de « soleil vert »... [8]

Il ne fait plus de doute : l’humanité entre dans une phase critique et sans précédent. Parmi tous les malheurs qui la menacent, la faim, cette plaie que le capitalisme promettait d’éradiquer à coup de recherches scientifiques, d’innovations industrielles, de développement économique et de croissance du marché. C’est tout le contraire : « la productivité végétale devrait diminuer dans la plupart des régions du monde dans le cas d’un réchauffement supérieur à quelques°C ». [9] Ceci par ce que le « nombre de ces changements [réchauffement,désertification, cyclones, etc.] a des effets néfastes sur la sécurité alimentaire et ont des incidences disproportionnées sur les pauvres ». [10] Mais ce n’est pas tout. Alors que dans le monde, un enfant sur 3 et un adulte sur 7 souffrent de malnutrition, [11] les besoins alimentaires ne cessent d’augmenter et d’ici 2050 « la production agricole mondiale devra doubler ». [12] Or « Nous allons vers une agriculture au coût énergétique élevé, disposant de peu d’engrais et devant économiser l’eau », trois ressources qui se raréfieront. Comment ose- t- on proposer d’affamer des être humains pour alimenter des moteurs à explosion de l’après-pétrole ? Les opportunistes d’Écologie Libérale feraient bien de s’en expliquer.


« Pétrole contre nourriture »

L’ industrie automobile veut cultiver des biocarburants, pour pouvoir continuer à vendre des pleins « bio » qui brûleront dans les moteurs de leurs voitures à carburant mixte. Leurs pots d’échappement crachent autant de gaz à effet de serre que n’en émettent les carburants fossiles qui sont, rappelons-le, tout autant « bio » ! La différence est que la croissance de la matière première végétale du « bio » absorbe autant de CO2 que sa combustion n’en dégage. Mais ce bilan, apparemment neutre, est négatif puisqu’il faut impérativement, non pas équilibrer l’absorption et l’émission de CO2, mais la réduire de façon draconienne. De plus, de sérieux doutes subsistent quant à l’innocuité de ces carburants pour la santé des humains, de la nature et du climat. « Les biocarburants peuvent présenter un bilan global en gaz à effet de serre qui n’est pas satisfaisant, car d’une part il faut le plus souvent consommer de l’énergie fossile pour cultiver les plantes (essence du tracteur et fabrication des engrais par l’industrie chimique), ensuite il y a des émissions de protoxyde d’azote lors de l’épandage des engrais, et enfin il peut y avoir des émissions de méthane et d’oxyde d’azote lors de la combustion des biocarburants qui sont supérieurs à celles obtenues en brûlant du pétrole. ». [13] Bien qu’elles soient étouffées dans le brouhaha du politiquement correct et tues par les écosocialistes qui devraient les amplifier, les voix autorisées, mais discordantes, ne manquent pas : « L’agriculture mondiale me pourra assurer à la fois l’alimentation, la production en carburants et la préservation de la biodiversité. [...] La montée des biocarburants va se traduire par une compétition pour la terre entre cultures alimentaires et cultures énergétiques. La rareté de l’énergie risque de créer une rareté alimentaire ». [14]

Comme pour les OGM, l’éthanol a été lancé par les USA et le Brésil qui en produisent les 3/4. [15] Comme les conséquences de tels chambardements de la politique agricole mondiale inquiètent, la polémique autour des carburants de substitution au pétrole fait rage. Nestlé les condamne, en rappelant que « pour produire un litre de bioéthanol il faut 4560 litres d’eau »- et pas de son eau minérale ! - et ajoutons, un demi-litre de... pétrole par litre de bioéthanol ! [16]

Mais les oppositions les plus vives montent du Sud menacé de pallier la pénurie énergétique dont souffrira le Nord. Les dirigeants cubains et vénézuéliens, appuyés par les mouvements sociaux doutent fort que Lula puisse concilier son objectif alimentaire « Faim 0 » tout en poursuivant l’extension de ses cultures d’éthanol. Mais le bradage des cultures vivrières n’est pas la seule crainte : cette production implique nécessairement la « concentration de la propriété de la terre,la déforestation, la contamination des sols, de l’air et de l’eau et l’expulsion des paysans ». [17] Quant à la Suisse, sa position actuelle est prudente. [18] Elle le restera si nous avons la volonté de dénoncer ces nouvelles aberrations énergétiques et écologiques. [19]

Aberrations, car pour conserver son pouvoir, le contrôle de la production et de la richesse qui en découle, le capitalisme perd la tête. En réaction aux prévisions alarmantes des climatologues et pétroliers, les entreprises capitalistes explorent et s’égarent dans les voies sans issue de la substitution des carburants fossiles, polluants et envoie d’épuisement. A voir les résultats « prometteurs » de leurs recherches, annoncées à grand renfort de publicité, toutes les solutions de sortie de crise auraient été trouvées, et ceci, en moins d’une décennie ! Avec son « développement durable », le capitalisme veut nous faire croire que son système productiviste, qui a épuisé les ressources naturelles, détruit le climat et trahi ses promesses de satisfaire les besoins élémentaires de l’humanité, serait tout à coup capable de réparer ses dégâts et de poursuivre sa mission. Puits de carbone, nucléaire propre, hydrogène à profusion, éoliennes magiques, cultures de carburants... tous les gadgets censés conjurer les catastrophes à venir y passent. C’est comme s’il nous annonçait triomphalement qu’il venait de découvrir que les métastases du productivisme pourraient le guérir du cancer qui le ronge !


Oser dire la vérité

Confronté à son échec, le capitalisme, pris à son propre piège, préconise des remèdes pires que le mal dont il faut dénoncer le déguisement « éco », qui n’a rien d’écologique, mais tout d’« éco »eurant. Le remplacement des carburants pétroliers par des biocarburants en est un exemple parmi bien d’autres : construction de nouvelles centrales nucléaires, marchandisation du carbone et autres trouvailles de la « géo-ingénierie » telles que la fertilisation des océans ou les filtres thermiques stratosphéri ques dont le GIEC ne se prive pas d’affirmer qu’elles « demeurent largements spéculatives et non prouvées,avec des risques d’effets collatéraux inconnus ». [20]

Le capitalisme productiviste a fait son temps et causé beaucoup de dégâts à la planète que les générations qui nous succéderont devront subir et tenter tant bien que mal de réparer. Le meilleur service que nous puissions leur rendre et de l’empêcher de nuire davantage en entraînant l’humanité dans de nouvelles aventures agricoles et industrielles aussi absurdes que dangereuses. Pour ce faire, il faut oser dire la vérité, aussi dérangeante soitelle. Il faut élaborer collectivement des solutions alternatives, les propager en revendications et mobiliser les opprimé·e·s et exploité·e·s pour les mettre en œuvre, sachant que rien ne pourra se faire sans avoir licencié préalablement les maîtres autoproclamés du monde pour leur incapacité « durable » à respecter l’humanité et la nature.

Le développement capitaliste a eu comme conséquence que les sociétés nanties ne peuvent fonctionner qu’approvisionnées en pétrole, comme de grands malades nourris au sérum vital qu’injectent leurs canules. Le chauffage, l’éclairage, les soins, les transports, la production tomberont en panne dès l’arrivée des premières bulles d’air dans les oléoducs. Ainsi, à la défense des intérêts immédiats et à long terme des travailleurs et travailleuses, il faut dorénavant ajouter celle de leurs intérêts vitaux. Les revendications traditionnelles de la classe ouvrière doivent être étendues et combinées à des revendications d’urgence telles que la réduction radicale de la consommation d’énergies fossiles, la constitution de réserves pétrolières destinées exclusivement aux transports urgents, aux équipements sociaux, au chauffage hivernal des habitations et à la production des biens qui nous sont nécessaires, quitte à ce qu’ils ne procurent plus de profits au capital. Nécrocapitalisme ou écosocialisme, il faut choisir... et vite !

François Iselin


« Il n’y a rien de vert ni de renouvelable dans le biocarburant importé. Au lieu de détruire les terres et les moyens de subsistance des communautés locales et des peuples autochtones du Sud en une nouvelle forme de colonialisme, les pays du Nord doivent

- reconnaître qu’ils sont responsables de la destruction du système climatique de la planète,

- réduire leur consommation d’énergie à des niveaux viables,

- payer la dette climatique qu’ils ont contractée pour n’avoir pas encore fait ce qui précède,

- accroître considérablement leurs investissements en énergie solaire et éolienne ».

Extrait d’une déclaration d’ONG, d’organisations de peuples autochtones et de mouvements d’agriculteurs à la Convention-cadre de l’ONU sur le changement climatique, réunies à Nairobi du 6 au 17 novembre 2006 demandant de suspendre immédiatement les subsides et toute autre forme de soutien injuste à l’importation et l’exportation de biocarburants.


-  Source : solidaritéS www.solidarites.ch




Mettez du sang dans votre moteur ! La tragédie des nécro-carburants, par Dominique Guillet.


Affamer les pauvres. L’éthanol et le prix de la tortilla mexicaine, par Noam Chomsky.

Mexique : maïs et infamies, par Silvia Ribeiro.

Dr. Miguel Angel Altieri : "Les biocombustibles sont un mode d’impérialisme biologique", par Roberto Aguirre.


Film - « We feed the word » (Le marché de la faim) d’ Erwin Wagenhofer.

L’empire de la consommation, par Eduardo Galeano.






-  Dessin : Payés et Pedro Mendez

 

 

 

 


 

[1] GIEC : « Groupe d’experts Intergouvernementaux sur l’Evolution du Climat ».

[2] « A Crude Awakening : The Oil Crash« , documentaire de Basil Gelpke et Ray McCormack, Suisse 2006, 1h 23.

[3] Voitures, motos, camions, engins de chantier, machines agricoles, avions, navires, etc.

[4] Food against fuel, en français « pétrole contre nourriture » : nom donné au programme US prétextant satisfaire les besoins alimentaire du peuple irakien après la première guerre d’Irak pour combler la soif de pétrole de son envahisseur.

[5] « Le marketing automobile passe au vert« , Le Temps 9.5.07.

[6] Pour tout savoir sur ces mixtures, voir ce qu’en dit le site de Wikipédia.

[7] Courrier International, » Une nouvelle crise alimentaire menace le monde« 14-20. 9.06.

[8] Ceux et celles qui ne savent pas de quoi sont faits ces comprimés ont une raison de plus de voir ce film quatre étoiles ou d’acher son DVD !

[9] Troisième rapport d’évaluation du GIEC, Résumé à l’attention des décideurs, p. 35.

[10] Ibid p. 32.

[11] CADTM 2001.

[12] Hervé Kempf, « Nourrir 9 millions de Terriens« , Le Monde 12.3.07.

[13] Jean Marc Jancovici « Existe-t-il des énergies sans CO2 ?« , septembre 2003.

[14] Michel Griffon, « Une compétition entre cultures alimentaires et énergétiques« , Le Temps 3.4.2007.

[15] « Les biocarburants redessinent la carte de l’agriculture mondiale« , Le Monde, 3.4.07.

[16] « Les biocarburants ne sont pas assez écologiques pour le patron de Nestlé« , 24 Heures, 30.4.07.

[17] Mario Asava, « El alcohol desata pasiones« , IPS, Rio de Janeiro2.4.07.

[18] « Carburant d’avenir : le bio-éthanol », Département fédéral des finances, 6.12.06.

[19] Voir l’excellent recueil d’articles critiques sur le site d’Alliance Sud : www.alliancesud.ch.

[20] Groupe de travail III du GIEC, Quatrième rapport d’évaluation, p. 26.

 




 
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 06:19

 

-

Image:Jean-Marie Vianney.jpg

 

  Le bon Curé d'ARS-sur-FORMANS   ( 01 Ain ) 

 Image:Sermentizon vianney.jpg

-

-

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 05:59

http://www.voltairenet.org/article9448.html

 

-

Suprématie du dollar
Le talon d’Achille des USA

par L.C. Trudeau

L’instauration du monde unipolaire se joue actuellement à travers la conflit irakien et la destruction de l’ONU. Mais la guerre en Irak cache une autre guerre : celle du contrôle de la monnaie. Dans cette guerre financière, les États-Unis tentent de maintenir le dollar comme monnaie unique de référence, tandis qu’une partie du monde essaie d’utiliser l’euro comme alternative à l’hégémonie états-unienne.

Le basculement commence fin 2000, lorsque l’Irak décide de libeller en euros et non plus en dollars ses transactions pétrolières et commerciales. L’initiative est suivie par la Corée du Nord et l’Iran. En mars 2001, l’un des moteurs de l’OPEP, le Venezuela, fait une intervention remarquée sur l’usage de l’euro pour la fixation du prix du pétrole. En 2002, la Chine et la Russie commencent à convertir leurs avoirs financiers du dollar vers l’euro.
Si l’administration Bush a ses propres raisons pour attaquer l’Irak, elle est soutenue par les institutions financières états-uniennes pour défendre l’hégémonie du dollar. Au delà de la guerre contre l’Irak se déroule une guerre financière mondiale, au centre de laquelle se trouve l’Union européenne.





Tentation séparatiste britannique

Les discussions récentes au sein du Conseil de sécurité de l’ONU ont fait apparaître une vive tension entre les États-Unis d’Amérique et le Royaume-Uni d’une part et la Russie, la France et l’Allemagne - rejoints dans une certaine mesure par la Chine - d’autre part.
Cette controverse a cristallisé une opposition antérieure remontant au milieu des années quatre-vingt-dix. Il importe de revenir brièvement sur les alliances économiques qui ont vues le jour à ce moment pour comprendre certains enjeux cachés de la guerre contre l’Irak.

À cette époque, l’intégration britannique à l’économie nord-américaine a connu un net accroissement avec la fusion de British Petroleum et American Oil Company donnant naissance à la troisième compagnie pétrolière mondiale, BP-AMOCO. De plus, début 2000, le secrétaire américain à la défense, William Cohen, et son homologue britannique, Geoff Hoon, signaient une déclaration de principe sur le matériel militaire et la coopération industrielle. Les cinq géants américains de l’armement (Lockheed-Martin, Boeing, General Dynamics, Raytheon, Northrop-Grumman) ont par ailleurs conclu à la même période une alliance avec le britannique British Aerospace Systems (BAES) dans le cadre de l’entente sur le « pont transatlantique ». Suite à cette alliance, BAES est devenu l’un des tout premiers fournisseurs de matériel de défense du Pentagone.

En réponse à ces rapprochements américano-britannique, la France et l’Allemagne encouragèrent les fusions pour donner naissance en 2000 à l’European Aeronautic Defense and Space Co. (EADS) qui intègre dans une seule entité Daimler-Chrysler, Aerospace AG, Aerospatiale-Matra et Construcciones Aeronauticas SA. L’industrie occidentale de la défense et de l’aérospatiale est depuis lors dominée par deux groupes se livrant une guerre commerciale acharnée.

L’alliance historique entre le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique ne pouvait en sortir que considérablement renforcée, à tel point que de part et d’autre de l’Atlantique on parla sérieusement de l’opportunité pour les Britanniques de quitter l’Union européenne pour rejoindre l’Alena (Accord de libre échange nord américain, marché unique entre les États-Unis, le Canada et le Mexique).

JPEG - 3.9 ko
Phil Gramm

Le 4 juillet 2000, lors d’un meeting intitulé « Euroland et Alena » organisé par le Center for policy studies britannique, le sénateur républicain du Texas, Phil Gramm, président de la commission du Sénat sur les affaires bancaires, le logement et les affaires urbaines, défendait ainsi sa proposition : « Le monde a vu se développer un nombre substantiel de zones de libre échange. Les États-Unis en sont une : l’Alena, que nous espérons étendre de l’Arctique à l’Antarctique. Mais je suis ici aujourd’hui pour parler de l’extension du libre échange transatlantique. [...] Je vois en lui un moyen de briser le bloc commercial régional. [...] Il faut créer un coup de force dramatique. Je crois que ce coup de force pourrait être un accord de libre échange entre les États-Unis et le Royaume-Uni. [...] En une semaine, je pourrais rédiger un amendement au Sénat - et le faire adopter - qui donnerait au président le pouvoir, le mandat, de commencer à négocier un accord de libre échange avec le Royaume-Uni. »

De nombreux parlementaires britanniques prirent position sur la question et, comme en témoigne les débats de la Chambre des communes, la polémique soulevée fut vive.

Motivation fondamentale occultée

C’est dans ce contexte qu’États-uniens et Britanniques élaborèrent l’attaque de l’Irak.
Sur les origines de ce conflit,
trois raisons majeures ont été avancées que nous allons évoquer brièvement avant de porter notre attention sur une cause fondamentale passée jusque-là sous silence.
La doctrine Wolfowitz consiste à faire une démonstration de force afin de dissuader tout pays de s’opposer à l’avenir à la super puissance états-unienne. La doctrine Perle veut profiter du conflit pour remodeler le Proche-Orient. Tandis que la doctrine Kissinger prône la prise de contrôle des ressources énergétiques.

Plusieurs objectifs à cette dernière. Tout d’abord, les États-Unis, en tant que premier importateur mondial de pétrole (9,8 millions de barils/jours en 2000 - soit la moitié de leur consommation - contre 5,5 millions au Japon ou 2,7 à l’Allemagne), doivent s’assurer de leur propre approvisionnement. Par la même occasion, ils auront la mainmise sur la fourniture de pétrole aux autres pays importateurs et pourront de ce fait exercer d’utiles pressions sur leurs gouvernements. Enfin, la guerre permettra aux compagnies pétrolières américaines d’accéder au pétrole irakien connu pour être celui dont le coût d’exploitation est le plus bas et dont le blocus du pays les avait privé au profit d’entreprises françaises, russes ou chinoises.
Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Monnaie de référence

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, afin d’éviter les problèmes rencontrés avant le conflit, la conférence de Bretton Woods instaura la convertibilité en or des monnaies. Les banques centrales se devaient de posséder les réserves d’or suffisantes pour assurer la conversion de leurs devises. Mais, en 1971, l’administration Nixon décida de sortir du système, remplaçant de facto l’étalon or par le dollar qui devenait une monnaie fiduciaire - la monnaie fiduciaire par excellence. Actuellement, deux tiers des réserves mondiales des banques centrales sont constituées de dollars, plus de la moitié des échanges commerciaux sont libellés en dollars - et le seul pays autorisé à émettre des dollars est les États-Unis d’Amérique. Dans une certaine mesure, depuis 1971, le commerce mondial est devenu un jeu dans lequel les États-Unis produisent des billets verts tandis que le reste du monde produit des biens que le dollar peut acheter.

Et last but not least, le dollar est, de Londres à Téhéran, de Moscou à Mexico, la monnaie de référence pour les transactions pétrolières.

Enfin, tel était le cas jusqu’au 30 octobre 2000, jour où le comité des sanctions de l’ONU a autorisé l’Irak à libeller en euros et non plus en dollars ses transactions pétrolières et commerciales. « Les États-Unis ont d’ailleurs tenté de bloquer cette opération, mais comme le note un expert de la Commission des sanctions de l’ONU : il n’y a pas de base juridique pour bloquer la demande irakienne. ». La décision irakienne a pris effet au 6 novembre, le pays décidant peu de temps après de convertir à leur tour en euros les 10 milliards de dollars issus du programme « pétrole contre nourriture » bloqués sur un compte de l’agence BNP-Paribas de New York.

Considérée comme une décision avant tout politique de Bagdad à l’encontre de Washington, l’opération s’avéra économiquement fort profitable, l’euro ayant gagné 17 % face au dollar durant la seule année 2002. La question qui se posait alors, était de savoir si d’autres pays suivraient l’exemple - le pire cauchemar de la Réserve fédérale américaine étant que l’OPEP décide dans son ensemble de faire de l’euro la monnaie de transaction pour son commerce pétrolier.

La Jordanie dont le principal partenaire commercial est l’Irak adopta immédiatement la devise européenne pour ses échanges avec Bagdad. Quant à la Corée du nord, elle adoptera deux ans plus tard, le 1er décembre 2002, l’euro comme unique monnaie pour ses échanges commerciaux.

Effet domino

En juillet 2002, les banquiers estimaient que les pays du Golfe perdraient pour la seule année 2002, 97 milliards de dollars du fait de la dévaluation de la monnaie américaine par rapport à l’euro. Pour sa part, la Banque centrale iranienne a mis en place un comité pour étudier la question. De source iranienne, l’institution aurait pesé de tout son poids durant l’été 2002 sur le ministre du Pétrole pour que le pays passe à l’euro pour ses échanges pétroliers. La substitution se justifie d’autant plus qu’un tiers du pétrole du pays est exporté vers l’Europe. Pourquoi, dans ces conditions, continuer à utiliser la monnaie états-unienne ? D’après un parlementaire iranien, « Il y a une très forte chance que le parlement adopte cette idée... Maintenant que l’euro est plus fort, ce serait logique. » Après l’Irak et la Corée du nord, l’Axe du Mal [1] était au complet.

GIF - 5.4 ko
Les pays membres de l’OPEP : le Venezuela, l’Irak, l’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Katar, le Koweït, la Libye, l’Algérie, le Nigeria et l’Indonésie.

Lors d’une conférence sous l’égide du ministre espagnol de l’Économie, le 14 avril 2002, durant la présidence de l’Union européenne par ce pays, le directeur du département d’analyse du marché pétrolier de l’OPEP, l’iranien Javad Yarjani, a pris diplomatiquement position.
« La question qui vient à l’esprit est de savoir si l’euro s’imposera sur les marchés financiers mondiaux, défiant ainsi la suprématie du dollar. [...] Un des arguments les plus convaincants pour le maintien de la fixation du prix et des paiements en dollars a plus été le fait que les États-Unis sont un gros importateur que celui qu’ils soient un gros producteur. Toutefois, en regardant les statistiques sur les exportations de pétrole, on remarque que la zone euro est un importateur encore plus important de pétrole et produits dérivés. [...] Il est bon de noter que les producteurs, les gros consommateurs et les importateurs de brut des zones non dollars, telle que l’Union européenne, partagent des intérêts communs. [...] Si la fixation des prix du pétrole passait en euros, cela pourrait permettre à cette monnaie d’acquérir le rang de devise de référence mondiale. Il existe aussi des liens commerciaux très fort entre les membres de l’OPEP et la zone euro - avec plus de 45 % des importations totales de biens des pays de l’OPEP provenant des pays de cette zone. [...] Il est bon de rappeler que des changements dans la conduite des affaires pétrolières deviendront dans les prochaines années inévitables et nous devons nous y préparer. »

D’après de nombreux analystes, la période charnière pour ce changement serait l’élargissement en mai 2004 de l’Union européenne qui fera passer la population totale à 450 millions de personnes pour un PIB de 9,6 milliards de dollars contre 280 millions et 10,5 milliards de dollars pour les États-Unis d’Amérique.

Cette analyse vaut aussi pour l’utilisation de l’euro par la Russie. 21 % du pétrole et 41 % du gaz importés dans l’Union européenne proviennent de ce pays. Là encore, l’utilisation de la monnaie américaine ne se justifie pas. C’est la substance du message que Romano Prodi, président de la Commission européenne, a fait passer à Vladimir Poutine lors du sommet Russie-Union européenne qui s’est tenu en mai 2001. Faisant miroiter un accroissement des échanges entre les deux régions et une augmentation des investissements en provenance de l’Union, l’Européen a pressé son homologue d’augmenter la part de l’euro dans les paiements commerciaux et les réserves de la Banque centrale. « Le rôle significatif que l’Union européenne joue en Europe et dans la politique mondiale nous pousse objectivement vers une coopération plus proche », a conclu le président russe.

La Chine et la Russie ont déjà commencé à convertir leurs avoirs financiers du dollar vers l’euro avec pour objectif, à terme, le partage à égalité entre les deux monnaies. Comme l’Irak, l’Iran, la Corée du nord, la Russie, la Chine et de nombreux autres pays, le Venezuela a décidé de diversifier les réserves de devises de sa Banque centrale en vendant des dollars pour acheter des euros. Plus préoccupant encore pour les États-Unis, les 6 et 7 mars 2001, se tenait à côté de Moscou l’International finance congress intitulé « Processus de globalisation et menace cachée de la crise des devises de réserve mondiales ». Lors de la première journée, l’ambassadeur vénézuélien à Moscou, Francisco Mieres-Lopez, fit une intervention remarquée sur le thème de la faisabilité du basculement du dollar vers l’euro pour la fixation du prix du pétrole. Il est bon de rappeler ici que l’événement se déroule un an avant le coup d’État avorté, que le secrétaire général de l’OPEP est vénézuélien et que l’intervention de l’ambassadeur vient s’ajouter à l’accord qu’a conclu le pays avec treize autres États pour troquer son pétrole contre d’autres biens ou services - démonétarisant partiellement les échanges pétroliers du 4e producteur mondial.

Effondrement de l’économie US

L’économie états-unienne est intimement liée au rôle du dollar comme monnaie de réserve et comme monnaie mondiale d’échange. Si les principaux pays exportateurs de pétrole et de gaz décidaient de procéder à tout ou partie de leurs ventes en euros, les pays consommateurs seraient amenés à vendre une partie des dollars de leurs réserves pour acheter des euros. Le besoin mondial de billets verts diminuant, le cours du dollar - reposant en grande partie sur son hégémonie - chuterait, privant le pays de son premier bien d’exportation. Le contrecoup serait phénoménal pour l’économie du pays qui, privé de son contrôle monétaire et commercial mondial, ne pourrait plus assumer ses propensions impérialistes.

 L.C. Trudeau
Les articles de cet auteur




 

[1] George W. Bush à qualifié l’Irak, l’Iran et la Corée du nord « d’Axe du Mal » lors de son discours annuel sur l’état de l’Union, le 29 janvier 2002.

 


 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

http://www.voltairenet.org/article9448.html

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 05:53

 

L ' homme n'est pas ce qu'il cache,

il est ce qu'il fait .

André MALRAUX 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 12:21

"Djack "

LANG

( le permanent

" éminent " ??

 ( dixit Sarko)de la

cul - ture )

a-t-il des problèmes

financiers,

pour son hyperappartement de la place des Vosges ,

une peur du chômage ?

Jack Lang claque la porte des instances du PS, attisant le trouble

PARIS (AFP), 17:17
 
© AFP
Le socialiste Jack Lang le 20 juin 2007 à New York
Le socialiste Jack Lang le 20 juin 2007 à New York

Jack Lang a claqué mercredi la porte des instances du PS, attisant encore le trouble que la politique "d'ouverture" de Nicolas Sarkozy sème dans le parti dirigé par François Hollande.

Alors que six personnalités venues du PS ou de gauche siègent au gouvernement, que Dominique Strauss-Kahn est soutenu par l'Elysée dans sa candidature au FMI, Jack Lang a annoncé sa décision dans une lettre à François Hollande transmise à l'AFP, expliquant qu'il ne se reconnaissait plus dans les "méthodes de direction" du Premier secrétaire.

"En conséquence, je te présente ma démission de Secrétaire national et je suspends ma participation aux travaux du Bureau national", écrit l'ancien ministre socialiste.

Son geste répond directement à une décision, votée à l'unanimité mardi par le Bureau national, organisme dirigeant du PS, de suspendre des instances dirigeantes tout responsable qui participerait "à titre personnel" à une commission mise en place par le gouvernement.

Décision qui vise au premier chef M. Lang, sollicité avec d'autres personnalités, notamment de gauche, par le président Nicolas Sarkozy pour siéger dans une commission de réforme des institutions.

Tout en se déclarant "honoré" de la proposition présidentielle, M. Lang a réservé sa réponse, affirmant attendre le discours que M. Sarkozy doit prononcer jeudi sur les institutions.

Mais il a clairement laissé entendre qu'il pourrait accepter, ce qu'il réitère dans sa missive au patron du PS: "Citoyen libre, je servirai mon pays selon les règles de conduite que seule ma conscience me dictera et fort de la confiance populaire qui m’est accordée".

 
© AFP
Le numéro un du Parti socialiste François Hollande (d) et Jack Lang, le 1er juin 2006 à Paris
Le numéro un du Parti socialiste François Hollande (d) et Jack Lang, le 1er juin 2006 à Paris

Député du Pas-de-Calais, secrétaire national au développement au PS, M. Lang rappelle sa "loyauté" envers le parti et ses longs états de service: "Militant socialiste je suis, militant socialiste je reste, fidèle à mon idéal de toujours. En particulier, je continuerai à combattre vigoureusement la politique économique et sociale de la droite".

La direction du PS ne l'entend pas de cette oreille et cherche à mettre fin aux "débauchages individuels", dénonçant une stratégie présidentielle visant à déstabiliser le parti.

"Derrière la constitution de ces commissions et ces missions, Nicolas Sarkozy essaie de jouer, d'instrumentaliser", a dénoncé mardi François Hollande, soulignant que les règles démocratiques veulent que "l'opposition soit respectée".

Mais le PS doit aussi chercher à éviter le piège d'apparaître sectaire, alors que selon un dernier sondage, 82% des Français approuvent la politique d'ouverture de Nicolas Sarkozy.

M. Hollande a ainsi réaffirmé mardi que le parti accepterait de participer à des commissions avec la droite, à la condition de pouvoir désigner lui-même ses représentants.

Six personnalités issues du PS ou de la gauche ont rejoint le gouvernement, l'ancien ministre Hubert Védrine a accepté une mission, et Nicolas Sarkozy a promis de pas s'arrêter à si bon chemin.

Dans ce contexte, l'acceptation par Dominique Strauss-Kahn de se porter candidat à la direction du FMI, avec le soutien du le président Sarkozy et de l'Union européenne, ajoute aux interrogations.

Certes le PS ne met pas dans le même panier la décision de DSK et les "débauchages", se disant fier qu'un poste prestigieux échoie à un des siens.

 

Mais le départ d'un poids-lourd au moment où le parti affirme vouloir se rénover après sa défaite a un goût amer, comme le signe d'une fuite des cerveaux

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 12:10

STOKE-ON-TREN T UK


 

 

 

CHILDREN SEE

FATHER KILLED BY MUSLIM GANG  

 
 
 
 
 
 
 
 
 

10th July 2007

 
 
 
 
 
 
 
 
 
At just after 4pm on Friday 6th of July, despite valiant efforts by paramedics, 52 year old
 Keith Brown was pronounced dead on the front lawn of his garden in Normacot, Stoke-on-Trent.
 
 The police, the local newspaper (the Sentinel), together with local TV and radio reported that Keith had died as the result of, “a dispute between neighbours”.
 
 
 
As has become the norm when white indigenous people are killed by non-white immigrants no further details were given about the attack and the public were simply left to imagine just what might have occurred.

Had the roles of victim/perpetrator been reversed of course the media and the police would have gone to extraordinary lengths to emphasise the depths of British wickedness and speculate as to what great heights the victim would have climbed had the community not been deprived by yet another act of “white racism”.

The British people have become so used to the double standards employed in the reporting of race crime it has become understood amongst many British people that an attack on one of their own together with a non descriptive account of the assailants can mean only one thing.

Maybe there is some perverse logic operating here, perhaps with all good intentions the police and the media are justifying their selective treatment of racially-motivated assault, rape and murder as for the better interests of the community as a whole. Nevertheless, even the most twisted of liberal minds must be able to understand the consequences of completely writing off the indigenous population and that only in the relative short-term can they get away with it.


Unfortunately for those content to sacrifice their own kind on the altar of diversity, the latest Muslim gang murder of an Englishman took place in Stoke-on-Trent.
 
This very English city regularly votes en masse for British National Party representatives with the result that, despite massive efforts by the Labour Party, a powerful block of BNP councillors sits in the Civic Hall.
The people of this city are fair-minded, proud and intelligent and easily able to repel the constant stream of ethno-masochistic propaganda that is regularly directed towards them. The people of Stoke elect BNP councilors for a reason, because they believe with all their hearts that the Party and its councillors are the only ones prepared to tell the truth.

In many British town and cities the murder of another one of our own kind at the hands of yet another gang of Muslim thugs could very well be covered up, but not in Stoke.
What you are about to read is the shocking and scandalous truth about the murder of Keith Brown, a man now being mourned by seven children.

Land grab

The so-called neighbourhood dispute first started when Keith Brown’s Muslim neighbours decided to move the fence that divides their property an extra two feet in their favour.
 
 Keith tried all he could to get the council’s legal team to stop the erection of concrete posts and new fence panels on his property, but despite being advised that he was “in the right” on several occasions nothing was done.

Every morning Keith would open his curtains to see this encroachment on his own bit of land, his own personal space and, as the large Muslim family started to take pleasure in goading him about the invasion of his property, his quality of life became minimal.

The relationship between the neighbours became seriously strained and it was not long before the police were called to intervene. Amazingly though it was Keith who found himself dragged before the courts on a trumped up charge of “racism”, but thankfully his West Indian neighbour appeared as a witness and described the charges as ridiculous. Eventually the case was thrown out.
Keith’s eldest son was actually sent to prison for later defending his father against a further physical assault, the injustice of which hurt Keith considerably.

Last year the brake pipes of Keith’s van were cut and he narrowly avoided a serious accident.
 
Not long after this Keith’s beloved English bull terrier was poisoned to death and his Alsatian puppy mysteriously disappeared.

Throughout all of this time Keith and his partner had requested to move from the area to a new council house, but despite being on the housing list for years nothing was ever done for them.

CCTV footage

In desperation Keith fitted a CCTV system to his house in order to obtain video evidence of the continued racially-motivated abuse and assaults directed towards him and his family. One such assault was indeed captured on video and burnt to DVD.
 
 Last year Stoke BNP councillor Steve Batkin requested a meeting with a local police Inspector at Sutherland Road Police Station in Longton to hand over the DVD and to complain about Muslim drug dealing in the area. The female, Asian officer refused to even take the DVD and dismissed Steve’s formal complaint about the continuing assaults on Keith Brown saying that , “she knew who he was”.
In the minuted meeting she at least said she would look at the narcotics issue, but later informed Steve that the alleged drug-dealing was just down to “private hire drivers falling asleep in their cars”.

The months of anguish continued for Keith, abuse, assaults and smashed windows until finally the inevitable but entirely avoidable happed.
Last Friday afternoon witnesses saw Keith and his neighbours in yet another flare up. Keith had just returned from picking up his three youngest children from school when he was confronted by a group of Muslim men outside his house. Whilst Keith was remonstrating with these men another Muslim man crept from behind a car and plunged a large knife in his back.
Keith never saw it coming, but his three young children did.
Having brutally attacked Keith the gang then set about his 19-year-old son leaving him hospitalised.

As Keith lay dying in his garden, paramedics desperately tried to resuscitate him, but Keith had already slipped away,
 stabbed in the back by his murderer and stabbed in the back by those who should have protected him.

One of the things we have always been proud of in this country is that, unlike other countries, life is not cheap here.
Not anymore, even in Third world countries never would the ruling elite, the police and the media despise their fellow countrymen so much that they would conspire to ensure that their lives were made the cheapest of them all.

 http://decadence-europa.over-blog.com

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 11:59

ségolène ROYAL

< le Parler Vrai>

 


 

entendu cette semaine sur FRANCE INTER

  - pour la campagne électorale 2007

  - lorsqu'elle prenait le TRAIN pour un déplacement

  

*** 1  VOYAGEAIT EN

   PREMIERE

 CLASSE

   ( je comprend , c'est son droit )

PUIS

  à

l 'arrivée ,

avançait

 de  3

WAGONS à l 'intérieur

POUR

SORTIR

PAR LA PORTE

D' UN WAGON

de

DEUXIEME

CLASSE

( Socialo,

 peuple )

HILARANT ,

ce "< Parler VRAI>"

?????????????

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 11:40

ECOVER HESDIN-l'Abbé

 parc activité de LANDACRES


 

 

Près de Boulogne-sur-mer 62

produits entretien & hygiène

savon écologique 1979

pionnier

1ère usine écologique

MALLE ( vers ANVERS ) 1992

HESDIN L ABBE  2ème Usine :

   - liquide vaisselle

   - nettoyant WC

   - Adoucissant lessive

usine de 10 000 m2

( construite par TANAKA  JAPON )

   -  Bois de façade ( fôret durable )

   -  Toit Végétalisé  ( idéal  thermique )

 

 

   -  verrières de plafonds  ( réduction éclairage)

   -  toilettes  ( récupération eau de pluie )

 

   9 emplois en 2007 , 30 prévus pour 2008

   production prévue :

     **     18 000 tonnes  2007

     **     35 000              2021

 

 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives