Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 06:34

                                             HOLLANDE

COCUFIEUR ADULTERIN

" normal "

Monsieur " normal " cocufiait

" normalement " sa CON cubine

ROYAL

Il avait donc toutes les qualités de mensonge requises pour cocufier

ses électeurs connards cocus volontaires  

 

C'est déjà fini les c... cocus débiles ont voté

pour les FAUX  socialos corrompus la distribution  des cadeaux et postes a commencé , comme prévu .

 

L'inflation de portefeuilles ministériels envoie un très mauvais message à l’opinion le président normal adultérin cocufieur normal  a bien eu la population salope qui vote toujours pour le plus menteur

 

 
 

A l’heure où l’on se torture les méninges pour réduire les déficits publics, l’inflation de portefeuilles ministériels envoie un très mauvais message à l’opinion.

Créer quatre ministères supplémentaires au moment où l’on prépare un grand coup de rabot sur les dépenses et une forte hausse des impôts, voila bien une étrange décision.

A moins qu’il ne s’agisse de démontrer, par l’absurde, qu’il y a de la marge. « Il sera très difficile de contracter la dépense publique sans toucher aux missions de l’Etat », plaident certains dirigeants de la majorité, inquiets des retombées politiques de la rigueur à venir. Ils ont tort. Il y a du gras. On peut même en rajouter. La preuve 

 

Delphine Batho était ministre déléguée à la Justice.

 

 Elle s’entendait mal avec sa ministre de tutelle, l'incompétente Christiane Taubira.

 

On la mute donc à l’environnement.

 

 Du même coup, on répare une lacune en faisant glisser Nicole Bricq au Commerce extérieur, qui avait été fâcheusement oublié en mai.

 

Tout cela semble de bon sens. 

 

 Et comme Delphine Batho n’est pas remplacée place Vendôme – ce qui est avouer que son ministère délégué ne servait à rien – ce mini-remaniement apparaîtrait tout à fait raisonnable…

s’il ne s’accompagnait de la création de quatre autres ministères qui servent surtout à ménager des susceptibilités et peaufiner de subtils équilibres politiques. En matière gouvernementale, la rigueur, c’est plus tard.

Au ministère des Français de l’étranger (portefeuille créé par Sarkozy dans un but strictement électoraliste et politicien)

 et de la francophonie (portefeuille qui n’était plus attribué depuis 2010),

Yamina Benguigui ne servait pas à grand chose et avait réussi en quelques semaines à agacer beaucoup de gens.

Le cas a été tranché par un jugement de Salomon :

 

 d’un ministère qui ne servait pas à grand chose, on a fait deux ministères qui ne servent pas davantage. (…)

 

-

 

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 06:20

Mots :

 

 Ceindre ( en désuétude ? ) les douves ceignent les murailles subsiste encore en anglais  : les precincts de la cathédrale de

Cantorbéry 

 

 Froc

 

Désuet ,

désuétude

édification

Disputation

Montaillou , village occitan

 Lollard Lollardry

Leibzoll

épouillage

papotage ,

papoter ( papauté )

Déblai

Béguin béguinage

 Kahal

 Souverain

Vernaculaire

Peste

Namur = Namen

 Hainaut = Henegouwen

Mixte

 Commission Mixte Paritaire

Tweet  tweetweiler      tweeter

 

1553  Destruction complète de Thérouanne 

Repost 0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 05:35

LU

-

Une bulle due au crédit immobilier ?

Comment expliquer une telle déconnexion entre l’inflation, le revenu disponible moyen et les prix immobiliers ? Pour Primeview, qui a également publié en fin de semaine dernière la troisième partie d’une étude intitulée « Vers une baisse massive de l’immobilier en France », deux facteurs permettent de la comprendre : l’augmentation de la capacité d’emprunt des Français et les aides fiscales gouvernementales.

Selon le cabinet de conseil, cité le 30 avril dans un article du quotidien économique Les Echos, la baisse des taux d’intérêt proposés par les banques françaises et l’augmentation conjointe de la durée des prêts – passés en moyenne de 14 ans à plus de 20 ans – ont permis une augmentation de 92% de la capacité d’emprunt des Français. Depuis 2008, les aides fiscales (Scellier, crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt, etc.) et le Prêt à taux zéro ont fait le reste.

« Le diagnostic semble alors limpide », explique Pierre Sabatier. « En dépit d’une conjoncture pourtant difficile, jamais l’immobilier n’a été aussi cher qu’aujourd’hui, que ce soit en absolu ou en relatif. Cette bulle gigantesque, d’autant plus dangereuse qu’elle est étendue à l’ensemble du territoire, rend le secteur particulièrement fragile à toute évolution financière ou réglementaire défavorable. »   

-

L’immobilier baissera car il trop cher car :
1 : trop cher par rapport aux possibilités des ménages, qui vont avoir de moins en moins d’argent pour cause d’impôts et chomdu.
2 : les banques sont frileuses et sans thune
3 : plein de gens vont devoir vendre, et donc vendre à perte.
4 : pour l’instant le gvt soutient la bulle, mais il ne faut perdre de vue qu’un propriétaire immobilier, c’est comme une vache laitière : On peut le taxer à gogo, aucune chance de le voir partir sans son bien.
5 : les prix se casseront la gueule définitivement quand les babyboomers seront morts, et les génération Y proprios ruinés. On y va doucement…

Par contre, certains biens resteront chers, et d’autres vont monter ou descendre de prix :
1 : ce qui va baisser, c’est surtout suburbia. Pétrole cher et chute de l’immo couleront les banlieues. Les Niktamer achèveront de mettre la valeur des immeubles et pavillons de banlieue à zéro.
2 : les centre villes seront toujours cher, surtout si les réseaux de distribution et les lieux publics importants sont proches (palais de justice, mairie, commissariat).
3 : les terres agricoles sont de plus en plus rares, je voit les chinois débarquer en Bretagne et racheter les fermes à tour de bras. Or la terre agricole est LE bien qui se raréfie. On a dépassé le pic terre arables cette année.

Bref, comme pour les USA, ceux qui ont acheté de scellier ou de l’immo en périrubain l’auront dans le cul (locataires mis au chômage, donc plus de thune qui rentre pour payer le loyer) (or le locataires en France se caractérise par des salaires inférieurs à 2000 euros, la plupart gagnant 1.3 SMIC).

Par contre, la maison à la cambrousse, l’appart en hypercentre, la terre, ça vaudra toujours.
Avis aux projets de BAD : il va falloir mutualiser les apports…

Bref, comme pour les USA, ceux qui ont acheté de scellier ou de l’immo en périrubain l’auront dans le cul (locataires mis au chômage, donc plus de thune qui rentre pour payer le loyer) (or le locataires en France se caractérise par des salaires inférieurs à 2000 euros, la plupart gagnant 1.3 SMIC).

Par contre, la maison à la cambrousse, l’appart en hypercentre, la terre, ça vaudra toujours.
Avis aux projets de BAD : il va falloir mutualiser les apports

 

 

 

--

Retour à la normal, au raisonnable ?

La démographie galopante de la France ? on s’en fout.

Le fait d’avoir une clientèle prête à payer le prix pour foutre le camp d’un lieu plus du tout français ? on s’en fout.

Le passage du sac de ciment de 50 à 35 kg ? on s’en fout.

La simple hausse des px des matériaux ? on s’en fout.

Le grignotage donc la rareté du terrain ? on s’en fout.

La hausse vertigineuse des taxes pour lotir, archéologie etc etc ? on s’en fout.

Moi ce que je veux dire c’est que le marché n’est pas UN indivisible donc parler de bulle est déjà une erreur de ce point de vu.
La hausse du px de la pierre reflète aussi une société vieillissante, inquiète, en cours de communautarisation.
Ensuite je sais que les px sont raisonnables en Dordogne.

Mais puis-je dire à un artisan retraité ayant fait son beurre à Strasbourg ou Paris qu’il ne doit pas acheter une belle maison à Lacanau ?
Le gars, il a 60 ou 65 balais, il sait qu’il lui reste 10-15 ou 20 ans à vivre en bonne santé, il a envie de se faire PLAISIR !

 

 il a envie de voir ses enfants et petits enfants le voir tous les étés…
Cet exemple vous le multipliez à l’infini de la Baule à Chamonix en passant par Antibes, Lyon ou la Bourboule.

La raison et la normal peuvent faire sortir une maison à 100 000 € mais nous ne sommes plus 50, 60 ni 66 millions… Les français sont ils raisonnables de valider l’entrée de 200 000 étrangers/ an ?

Le marché n’étant pas uniforme, une baisse uniforme tuera toute construction nouvelle, et toute rénovation dans les régions rurales où le prix est déjà raisonnable.

De plus puisque la majorité de la propriété est celle des européens de souche et de FDS, souhaiter une baisse massive c’est aussi souhaiter une perte de richesse massive pour cette partie de la population.

  -----------------------------

  1. C’est bien, y’a des éléments dans votre commentaire que l’on ne trouve pas ailleurs.
  2. - L’immo c’est du pétrole… Oui donc vous en concluez quoi ?
  3. - La démographie française est galopante… Oui et donc ?
  4. - plus de clients solvables français de souche … Oui et les autres ?
  5. La surpopulation, la raréfaction du pétrole pour moi n’ont pour effet qu’ au contraire l’augmentation du prix de la terre, du prix de la construction, du prix de l’immobilier.
    ____________________________________________________
    + 1 . La psychologie individuelle de chacun a une influence non négligeable. C’est un critère de plus.
    ____________________________________________________
  6. J’ai rien lu sur la stratégie d’évitement des fds, alors que ces mouvements de population provoquent des baisses dans les cités et des hausses ailleurs.
  7. Rien lu encore, sur le bétonnage de la France. Construire à bas prix comme certains semblent souhaiter, c’est mordre la surface agricole.
    La densification serait souhaitable pour préserver une biodiversité.
  8. Reprendre la petite musique de  » y’a une bulle  » entonné par les banquiers qui souhaiteraient que les épargnants redirigent leurs pognons vers le papier n’est pas très courageux, ni même d’une grande intelligence.
    Le problème de la solvabilité se dresse depuis 20 ans, il se traduit vers un allongement du crédit.
  9. Est ce que pour autant la panne de mise en chantier et le ralentissement des ventes vont déboucher vers une baisse, rien n’est moins sûr.
  10. On va vers un statu quo. Qui vendra une maison moins cher qu’elle ne coûte à construire ?
  11. A moins de vivre à la rue, il faudra se loger, à moins de n’avoir ni enfants, ni femme on peut habiter partout. Le fameux blocage des loyers basé sur une moyenne est inutile pour une grande partie du pays.
    Par essence, le propriétaire n’est pas plus idiot que celui qui ne l’est pas, il fixe déjà le loyer d’après une moyenne et l’état de son bien.
  12. , au lieu d’imaginer une hypothétique ruine de la classe moyenne, qui ne serait qu’un immense transfert de richesse vers nos 15 millions d’invités, vous devriez retrousser vos manches et faire fortune. 
  13.  
  14.  

    Tu réduis l’immobilier à des taux de crédit.
    Est ce que tu penses que le prix d’un billet de train c’est juste le prix d’une rame, le conducteur et le rail ?

    Tu veux mettre en équation une vue sur la mer, sur la Tour Eiffel, une proximité d’un lycée prestigieux ?

    La France se compose de milliers de petits marchés locaux. Mélanger tout comme le font les banquiers et les leurs obligés est une vaste escroquerie.
    On peut comprendre que les jeunes de 25-30 soient aigries, y’a de quoi. Mais la ruine du dernier secteur non délocalisable ne va pas les enrichir ni les faire habiter de belles maisons.

  15.  
    19

    « Mais la ruine du dernier secteur non délocalisable ne va pas les enrichir ni les faire habiter de belles maisons. »

    Ruine ? Non, un simple retour à la normale dont le marché s’est écarté fortement depuis 15 ans.

  16.  
    20
     

     leperigourdin a écrit le 18 mai 2012 à 18 h 24 min

    Mais la ruine du dernier secteur non délocalisable ne va pas les enrichir ni les faire habiter de belles maisons.

    —-
    La baisse de tous les prix de 50 % n’est pas la ruine, et il restera toujours une différence de prix entre un appartement avec la vue sur la mer, et un appartement avec vue sur un parking, entre une maison en Corrèze et une maison dans le 14e arrondissement.

    La valeur dépend de trois facteurs: l’utilité, le coût de production et le marché (la demande solvable). Le prix d’un billet de train dépend essentiellement du coût de production, pas le prix d’un logement: le foncier y a une part très importante, entre 50 % et 95 %. C’est lui qui porte l’emballement des prix ou leur baisse: le prix des terrains montent quand les prix de vente montent.

  17.  
     

    Retour à la normal, au raisonnable ?

    La démographie galopante de la France ? on s’en fout.

    Le fait d’avoir une clientèle prête à payer le prix pour foutre le camp d’un lieu plus du tout français ? on s’en fout.

    Le passage du sac de ciment de 50 à 35 kg ? on s’en fout.

    La simple hausse des px des matériaux ? on s’en fout.

    Le grignotage donc la rareté du terrain ? on s’en fout.

    La hausse vertigineuse des taxes pour lotir, archéologie etc etc ? on s’en fout.

    Moi ce que je veux dire c’est que le marché n’est pas UN indivisible donc parler de bulle est déjà une erreur de ce point de vu.
    La hausse du px de la pierre reflète aussi une société vieillissante, inquiète, en cours de communautarisation.
    Ensuite je sais que les px sont raisonnables en Dordogne.

    Mais puis-je dire à un artisan retraité ayant fait son beurre à Strasbourg ou Paris qu’il ne doit pas acheter une belle maison à Lacanau ?
    Le gars, il a 60 ou 65 balaies, il sait qu’il lui reste 10-15 ou 20 ans à vivre en bonne santé, il a envie de se faire PLAISIR ! il a envie de voir ses enfants et petits enfants le voir tous les étés…
    Cet exemple vous le multipliez à l’infini de la Baule à Chamonix en passant par Antibes, Lyon ou la Bourboule.

    La raison et la normal peuvent faire sortir une maison à 100 000 € mais nous ne sommes plus 50, 60 ni 66 millions… Les français sont ils raisonnables de valider l’entrée de 200 000 étrangers/ an ?

    Le marché n’étant pas uniforme, une baisse uniforme tuera toute construction nouvelle, et toute rénovation dans les régions rurales où le prix est déjà raisonnable.

    De plus puisque la majorité de la propriété est celle des européens de souche et de FDS, souhaiter une baisse massive c’est aussi souhaiter une perte de richesse massive pour cette partie de la population.

  18.  
     

    La France est un pays peuplé, de plus en plus.

    Si le consommateur arrive à comprendre que sa baguette de pain a été x2; il faudra vous y faire aussi pour l’immo.

    Vos aspirations se vérifieront ponctuellement car une rue, un quartier, un immeuble deviennent malfamés.

    La stratégie d’évitement est sous vos yeux, vous ne la voyez pas ?

  19.  

    « La démographie galopante de la France ? on s’en fout. »

    OUI. Il suffit de regarder Haïti pour se convaincre que la démographie ne joue aucun rôle. Autre exemple extrême : le Japon dont la valeur foncière début 80 était plus élevée que tout le reste du monde réuni (ça parait incroyable mais pourtant c’était le cas). Après 90% de perte leur marché reste néanmoins très élevé.

    Vous avez par contre raison quand vous dites qu’il n’y a pas « un » marché immo, mais autant de marchés que de quartiers.

    Dans la longue série du « ça peut pas descendre » et pourtant ça a descendu, l’Histoire est jalonnée d’exemples. Rien ne justifie que le pouvoir d’achat soit sacrifié pour se loger, même si vos exemples paraissent logiques à première vue. Il y a actuellement de gigantesques mouvements financiers, et énormément de liquidités/épargnes qui ont besoin d’être investies quelque part. Les Français, en bons idiots qu’ils sont bien souvent, préfèrent la pierre qui ne rapporte rien. Ca ne fait que repousser la correction, et on en reparlera d’ici quelques années si vous voulez.

  20.  24
    Peste et corriza a écrit le 19 mai 2012 à 0 h 31 min

    L’immobilier baissera car il trop cher car :
    1 : trop cher par rapport aux possibilités des ménages, qui vont avoir de moins en moins d’argent pour cause d’impôts et chomdu.
    2 : les banques sont frileuses et sans thune
    3 : plein de gens vont devoir vendre, et donc vendre à perte.
    4 : pour l’instant le gvt soutient la bulle, mais il ne faut perdre de vue qu’un propriétaire immobilier, c’est comme une vache laitière : On peut le taxer à gogo, aucune chance de le voir partir sans son bien.
    5 : les prix se casseront la gueule définitivement quand les babyboomers seront morts, et les génération Y proprios ruinés. On y va doucement…

    Par contre, certains biens resteront chers, et d’autres vont monter ou descendre de prix :
    1 : ce qui va baisser, c’est surtout suburbia. Pétrole cher et chute de l’immo couleront les banlieues. Les Niktamer achèveront de mettre la valeur des immeubles et pavillons de banlieue à zéro.
    2 : les centre villes seront toujours cher, surtout si les réseaux de distribution et les lieux publics importants sont proches (palais de justice, mairie, commissariat).
    3 : les terres agricoles sont de plus en plus rares, je voit les chinois débarquer en Bretagne et racheter les fermes à tour de bras. Or la terre agricole est LE bien qui se raréfie. On a dépassé le pic terre arables cette année.

    Bref, comme pour les USA, ceux qui ont acheté de scellier ou de l’immo en périrubain l’auront dans le cul (locataires mis au chômage, donc plus de thune qui rentre pour payer le loyer) (or le locataires en France se caractérise par des salaires inférieurs à 2000 euros, la plupart gagnant 1.3 SMIC).

    Par contre, la maison à la cambrousse, l’appart en hypercentre, la terre, ça vaudra toujours.
    Avis aux projets de BAD : il va falloir mutualiser les apports…

  21. ******************

 

 

Vers une baisse massive de l’immobilier en France »

Pour écrire ça il faut vraiment ne rien connaître à la France et aux Français!

Que veux un Français plus que tout?
Une maison à lui.

Faites un sondage autours de vous, et vous aurez certainement le même résultat que moi : 95% des gens vous répondront qu’avant toutes choses ils veulent devenir propriétaire, pour leur retraite. Le reste n’étant que menu fretin.

Et si vous voulez savoir ce que ça fait d’être prit pour le plus complet a b r u t i, suggérer la possibilité de rester en location.

Il faut soit être prit à la gorge ou philanthrope ou complètement c*n pour baisser le prix d’une maison en vente.

Nous sommes passé à une économie de retraité. C’est le déclin, c’est tout! La pierre, l’économie primitive… A l’ère d’internet et de la robotique, ce qui passionne les Français… La Pierre ( à prononcer sur un ton solennel pour faire ressentir toute la noblesse de la chose.)

 

 

 

  

 

 

*****************

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 05:40

 

PERSONNELLEMENT JE NE SERAI

LE COCU VOLONTAIRE D AUCUNE DES DEUX MERDES et des 

GANGS DE SBIRES QUI LES SUIVENT  

 

SUFFISAMMENT DE MILLIONS DE VEAUX ,DE CONS 

POUR çA !

çA REFONCTIONNE A CHAQUE FOIS 

 

JE SUIS DEJA ET VAIS  ETRE COCU INVOLONTAIRE

Je ne voterai NI pour un pourri ,NI pour un SALAUD , NI pour un

TROMPEUR , NI pour un MINABLE VOLEUR

  

Repost 0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 05:50

 

-

MOTS MAI 2012 CROIX DE BOIS CROIX DE FER

PROMIS ( à moi-même ) JURé

le 06 mai , ni la PESTE , ni le CHOLERA

Je ne serai le cocu volontaire d'aucun des deux véreux

Blanc ou Abstention  

--

le médiocre SORTANT bientôt sorti

EX-FUTUR PRESIDENT aura enrichi la langue française

et ceci dans le silence total

 

si la foldingue hystérique cocufiée  du Poitou nous avait légué bravitude

cette erreur utilisée contre elle par des centaines de blogueurs , merdes de l'UMP et CONsorts  reprenant sans fin cette ignorance

 

ils sont bien silencieux en 2012 sur la médiocrité crasse de celui qui laisse 600 milliards de dettes de plus

-

CALOMNIATEUR   verbe CALOMNIATER  une CALOMNIATIE

L'agité du bocal , insulteur à tout-va , se croit calomniaté de toute part

 

il ignore le mot calomnieur , le verbe calomnier

 

-

toutes les merdes sont silencieuses et font l'impasse 

comme l'agité qui part à l'impasse 

-----

MEPRISANCE  le détraqué de la courge

ignore le mot mépris ( ou ne l'utilise pas )

bis repetita   : les merd.. de service se taisent

-----------

SOUFFRANCE  le nain utilise d'un seul coup ( pour quelques heures , quelques jours de son tempo d'intoxication collective le mot SOUFFRANCE )

 

change   CHANGER  CHANGEMENT 

l'apparatchik du PS  parti SALAUD 

reprend en 2012 , pour mener les vaches à l'abattoir , le 

CHANGEMENT ( pour copier le CHANGE des US )

LE changement    LEQUEL ??????

--

échange

 

ATOMISER   ECRABOUILLER  EXPLOSER ( ce NUL de Hollande )

je vais l'atomiser

je vais lui faire RENDRE GORGE

( après avoir pendu le lèche-cul chiraquien à un croc de boucher )

je vais l' ECRABOUILLER

je vais l'EXPLOSER

BOURRE-PIF

 

Confrontation OUI,

BASTON  NON  ( françois Hollande )

 

CORDON  sanitaire ( rama quelque chose )  

 

DESISTER   DESISTEMENT  

INTROSPECTION

 

ALLOCATION   ( your energy allocation )  

 

ABSTENTION    ABSTENTIONNISTE  

 

BAUDRUCHE   Baudruchon , merluche dans l'intimité , pour l'entourage 

du nain , baudruchon s'est dégonflé 

mission réussie   = faire échouer MLP au 1er tour

il va pouvoir continuer à toucher ses émoluments sénatoriaux

 

 

IMPOSITION   As an imposition foisted on us by failing supply

 

 

SUPPLETIF

 

DEVIANT   DEVIANCE   DEVIATION

 

Many-generation boom society

 

FIXATION

FIXER     to fix   a techno-fix

 

le mot CROISSANCE qui avait disparu des communiqués officiels , maintenant est assumé   ( HOLLANDIA)

 

CHIC  Jersey a le cool et le chic ( et les fraudeurs fiscaux )

 

HUCHER   un château huché en bordure de falaise*

 

FOURRAGER   Fourragèrefourrager d'un arbre à l'autre

 

VADROUILLER

 

ERMITE  Heremus   Eremus   Lande désert  sol stérile

HERM 40  halte du désert

HERM   île anglo-normande

 

SACRIFIER   Sacrifice without dismal deprivation

 

MAGNITUDE

 

PIROUETTE   CACAHOUETE

 

PUCELAGE   dans un pré se trouve la fontaine du pucelage que Letenneur 

a construite de ses mains 

 

les propositions qu'il a fait ( Morano)

 

CHAMBRER

 

 

C'est comme quand on retire le pus , la PUANTEUR

Morano parlant de françois HOLLANDE

 

ACTIVER   l'économie sera " activée "  ( démago Hollande )

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

-----

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 08:22

 

 

 

« L’élite » en Angleterre n’a jamais aimé ses pauvres c’est pas nouveau, ils les ont toujours méprisés avec la plus profonde indifférence…

Un peu d’histoire…

En Angleterre, dès 1575, un acte d’Elisabeth I instituait des établissements visant « la punition des vagabonds…


C’est très vrai: c’est probablement dû au fait que l’Église avec tous ses oeuvres charitables a été bannie d’Angleterre par Henri VIII et ses richesses confisquées à partir de 1535, date de l’exécution du chancelier Thomas More.

Ce qu’on appelle actuellement le  » Social  » a été inventé par l’Église à partir du VIIe siècle: ce sont les 7 oeuvres de miséricorde pour lesquelles des ordres religieux spécifiques ont été créés.

une autre raison est probablement que la Bourgeoisie est devenue très tôt la classe dominante en Angleterre, avec la Glorieuse révolution de Cromwell, celle de juillet 1689 qui a servi de modèle à la Révoluton française.

Au XVIIIe siècle, il y avait déjà un prolétariat exploité par le régime manufacturier en Angleterre, ce qui était impossible en France à cause du droit social des communautés de métiers qui a été aboli en 1789 par les lois Le Chapellier et Allarde.

Dans la dèche à paris et à Londres de George Orwell montre que les vagabonds étaient toujours persécutés par les autorités anglaises au début du XXe siècle

-------------------

 

En Angleterre, dès 1575, un acte d’Elisabeth I instituait des établissements visant « la punition des vagabonds et le soulagement des pauvres ». Les « Houses of correction » qui auraient dues être présentes dans chaque comté vont laisser la place aux workhouses qui dans la seconde moitié du XVIIIe siècle trouveront leur véritable expansion.Foucault note qu’en « quelques années, c’est tout un réseau qui a été jeté sur l’Europe. » En Hollande, en Italie, en Espagne, en Allemagne se créent également des lieux d’internement de même nature.

--------------

Cette politique d’enfermement systématique apparaît maintenant inhumaine et dangereuse au plan sanitaire. Elle fut contestée par les philosophes des Lumières et finalement abandonnée. En France, la révolution enclenche une évolution dans la conception de la pauvreté. La pauvreté devient l’expression de dysfonctionnements dans la société.

  Comme le montre le livre d’Orwell qui est un témoignage, les maisons d’enfermement des vagabonds n’ont pas du tout été supprimés avant le milieu du XXe siècle.

Il y avait beaucoup beaucoup plus de pauvres et de misérables en France, et beaucoup moins secourus en France après la Révolution au XIXe sècle qu’au XVIIIe. Le régime manufacturier était terrible, il envoyait les petites filles pousser des wagons au fonds des mines.

 

 

Voilà le résultat de la Révolution française:

 

 

“Dans le douzième arrondissement, sur 98 000 habitants, il se trouve 8 000 ménages inscrits au bureau de bienfaisance, 21 992 secourus extraordinairement, en tout 70 000 personnes vivant du pain précaire de l’aumône.

 

 

La moitié de ces quartiers se composent de rues étroites où le soleil ne pénètre jamais, où une voiture ne s’engagerait pas sans danger, où un homme en frac ne passe pas sans faire événement et sans attirer sur les portes des groupes d’enfants nus et de femmes en haillons.

 

 

Des deux côtés d’un ruisseau infect, s’élèvent des maisons de cinq étages, dont plusieurs réunissent jusqu’ à cinquante familles.

 

 

 Des chambres basses, humides, nauséabondes, sont louées à raison de un 1,50 Francs quand elles sont pourvues d’une cheminée, et de 1,25 Francs quand elles en manquent. Aucun papier, souvent pas un meuble ne cache la nudité de leurs tristes murs.

 

 

Dans une maison de la rue des Lyonnais, qui nous est connue, dix ménages n’avaient plus de bois de lit.

 

Au fond d’une sorte de cave, habitait une famille sans autre couche qu’un peu de paille sur le sol décarrelé, sans autre mobilier qu’une corde qui traversait la pièce; ces pauvres gens y suspendaient leur pain dans un lambeau de linge pour le mettre à l’abri des rats.

 

 

Dans la chambre voisine, une femme avait perdu trois enfants, morts de phtisie, et montrait avec désespoir trois autres réservés à la même fin.

 

Les étages supérieurs n’offraient pas un aspect plus consolant. Sous les combles, un grenier mansardé sans fenêtres, percé seulement de deux ouvertures fermées chacune par un carreau, abritait un pauvre tailleur, sa femme et huit enfants; chaque soir, ils gagnaient en rampant, la paille qui leur servait de gîte, au fond de la pièce et sous la pente du toit. Ne parlons pas de ceux qui avaient deux lits pour six personnes, où s’entassaient pêle-mêle, bien-portants et malades, et des garçons de dix-huit ans avec des filles de seize.

 

Ne parlons pas du délabrement des habits, qui est tel, que dans la même maison, vingt enfants ne peuvent fréquenter les écoles faute de vêtements. Du moins faut-il que ces malheureux trouvent quelque-part leur nourriture, et que si ils périssent de consomption, il ne soit pas dit qu’ils meurent littéralement de faim dan la ville la plus civilisée de la terre.

Il est vrai que la bienfaisance de la nation arrivait au secours d’une si cruelle détresse: les distributeurs qui vont frapper tous les 10 jours à la porte des ouvriers sans travail, y laissent 1 bon kg de viande et 3 kg de pain pour chaque bouche:

 

c’est à peu près la valeur de 12 centimes par jour, et c’est, pour le XIIème arrondissement seul, la somme énorme de 98 000 Francs par mois. (…)

 

 

Ces ouvriers robustes, ces actives ménagères s’indignent de leur désoeuvrement qui, après de longues journées consumées aux portes des chantiers et des magasins où on ne les embauche pas, se plaignent de périr d’ennui autant que de besoin. Il y a cette excuse familière aux coeurs durs que les pauvres le sont par leur faute, comme si le défaut de lumière et de moralité n’était pas la plus déplorable des misère et la plus pressante pour les sociétés qui veulent vivre.

 

On s’ effraye de cette multitude d’enfants qui grandissent sans autre éducation que les exemples du cabaret et les tentations de la place publique.

 

On ne sait pas assez que dans le XIIème arrondissement, quatre mille garçons et filles ne fréquentent pas l’école, faute de places dans les écoles.(…)

 

Voilà les maux, non d’un seul arrondissement, mais de plusieurs arrondissements de Paris; non de Paris seulement, mais de Lyon, de Rouen, et de toutes les villes manufacturières du Nord.”

(1848, Ozanam)

 

Je vous suis en partie pour les cause historique du prolétariat anglais (apparition précoce du pouvoir de la bourgeoisie) mais je pense que les causes sont infiniment plus complexes et contingentes et que l’on ne peut pas les réduire aux grandes lignes idéologiques et politiques qui ont traversé le pays.

 


Je vois surtout d’autres causes à la pauvreté et l’exploitation extrême du prolétariat anglais aux XVIIIe et XIXe siécles: la pauvreté du territoire anglais couplé la précocité de la transition démographique.

 

 

- Le territoire anglais s’il est très vert est en réalité très pauvre, les terres suffisamment chaudes pour les bonnes cultures et les riches pâturages sont peu étendus, et surtout la géologie anglaise (socle granitique largement majoritaire alors qu’en France on a de vastes territoires sédimentaires beaucoup plus fertiles même dans nos montagnes) offre surtout des terre acides et oligotrophes qui ne donnent de bons rendements qu’avec un très lourd apport d’engrais, de ce fait avant l’invention des techniques modernes la grande Bretagne pouvait nourrir une population d’environs 6 millions d’habitants (en comptant l’important apport de la pêche) tendit que la France pouvait aisément en nourrir 20 millions.

 

 

 

L’Angleterre a donc été presque constamment surpeuplé et a eu recours très précocement aux importations, importations qui aggravaient la surpopulation et a rendu l’Angleterre dépendante du commerce extérieur devenue rapidement vital, ce qui ne fut pas le cas de la France pendant longtemps.

- La dépendance de l’Angleterre à ses importations l’a donc conduit à être beaucoup plus hargneuse dans le commerce international et a sans doute été le moteur de la précoce révolution industrielle et de son exode rural associé. Le succès de la colonisation anglaise et du commerce international, et donc des importations, a donc conduit l’Angleterre très tôt vers sa transition démographique pour deux raisons: plus de vivres disponibles, et dans une moindre mesure l’essor de la médecine (conséquence du développement précoce des sciences et de l’éducation dans ce pays pour soutenir le développement industriel) qui a précocement allongé l’espérance de vie (ce qui augmente la population), ainsi l’Angleterre est rentré dans une spirale infernale ou l’augmentation de la population demande toujours plus de progrès commerciales et industrielles et où ce progrès provoque par divers voies une augmentation de population, population qui ne peut travailler dans les champs et est donc dépendante de l’industrie, et l’augmentation de population fut trop rapide ce qui a conduit naturellement à la compétition féroce entre les anglais pour le travail et donc a leur exploitation par la bourgeoisie.

En France on a connu le même phénomène en bien moins important, seulement dans le Nord-Pas-de-Calais, dés le XVIIIe siècle sous l’ancien régime, avec déjà des exploitations de charbons (surtout à Valencienne) et surtout le textile (industrie très ancienne et traditionnelle dans la région mais qui prend une tournure plus industrielle au XVIIIe siècle), et ce développement a connu dans certaines villes le même emballement qu’en Angleterre produisant un prolétariat et une pauvreté extrême et très exploité dés l’ancien régime, les conditions de travail se sont amélioré après la révolution même si elles ont été encore extrêmement dure. Pourtant le Nord-Pas-de-Calais était sous le même ancien régime que le reste de la France et sous la même religion.

Ainsi la pauvreté extrême et l’exploitation qu’a connu le prolétariat français au XIXe siècle n’est probablement pas du au régime politique ni à la religion pas plus qu’aux idéologies, c’est simplement la révolution industrielle et scientifique provoquant la transition démographique que nous avons connu à cette époque et qui a provoqué une trop rapide augmentation de population, les progrès de l’agriculture n’arrivant pas a suivre accroissant la dépendance extrême des prolétaires urbains à la bourgeoisie ce qui provoque inévitablement son leur exploitation et leur asservissement. Ce n’est que lorsque la transition démographique commença à arriver à son équilibre que les progrès ont pu enfin suivre au bon rythme et améliorer la vie des français (la belle époque).

Révolution ou pas révolution ça n’aurait strictement rien changé, l’emballement aurait été le même avec les même conséquences, quelque soit le régime politique et les idées dominantes.

e

 

 

Repost 0
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 06:18
Repost 0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 07:19

 

-

 

 

MOTS

 

Devanciers

 

Euphémisation

 

Traditionnel  ( boucherie , abattage ) ou  Conventionnel

 

Echéance  

 

Résigner

 

In Albis

 

Carême   :   Quadragesima    40 jours   Quarantaine

 

 

Adonis   déesse  de Adon = Seigneur ( en hébreu )

 

Zeus  = briller

 

Héra  =  la Dame ( Herr ) herrerin

 

Catherine de Sienne sainte stigmatisée

 

Héliaque

 

Ephéméride

 

Francoclaste

 

 

Moraline

 

CHAMBoulement    CHAMBouler

 

 

CHAMBardement    CHAMBarder

 

fêtes mahométanes

 

MAOUloud   = naissance de MAHO...

 

Tabaski        = commémoration sacrifice Abraham

 

Korité           =  fin du ramdame

 

-----------

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-

Repost 0
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 05:28
Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 05:19

-

MOTS AVRIL

 

Méprisance  ( Sarkozy  )

j'ai entendu ce ...   prononcer récemment ce mot

méprisance

curieusement , les xxx    payés pour se moquer ,en 2007 , de la bravitude

de la médiocre candidate socialope

sont muets en 2012

 

aucun journaleux ou blogueur  n'a tiqué sur la médiocrité du sortant ,ex-futur président ( le plus grand opposant au médiocre de 2007-2012  )

Sic transit gloria Mundi !

  -----------------------

Celui qui a inventé le bateau a aussi inventé le naufrage       Lao-Tseu

---------------

Maquiller

 

Reléguer   enfant des quartiers relégués

 

Misérabiliste 

 

Transit    transiter

 

Exégèse ( nouvelle ) 

 

Fouron

 

Gémir

 

Compatir ( aux tourments du rédempteur )

 

Chariacratie 

 

Tridentin

 

Le chien a son sourire dans sa queue Victor  Hugo

 

Ne fais pas d'une chèvre ton jardinier    proberbe hongrois

 

Oremus et pro perfidus Judaieis 

 

Avouerie

 

piocher  ( dans les programmes respectifs )

 

Respectif

 

ourdir

 

Intrusion

 

Créquier  Creque  Créquy   Créquoise 

 

Distribuer

 

Algarade  ( sent son mot arabe andalou)

 

Paroxysme

 

TRIBUN

 

Décrépitude

 

Fadeur

 

Notifier    vous serez notifié quotidiennement

 

Déshérence

 

Mouvementer

 

Arabité

 

Scénario   ( scénario  ou scenarii ? )

 

Report 

 

Berbérie

 

Suivisme

 

Le Figaro  = Pravda des mollassons ( Bernard LUGAN )

 

Aucun Français qui réfléchit et respecte son pays ne peut voter pour François Hollande (ne parlons pas de Mélenchon et compagnie !). Si, par malheur, il était élu, ce dernier plongerait notre pays dans un abîme dont il ne pourrait se relever, ne serait-ce que par la substitution de population opérée, qui lui assurerait des électeurs fidèles.

Mais, il faut se poser la question : qui est responsable de la situation actuelle, si ce n’est Sarkozy pour les 5 dernières années comme Président et précédemment comme ministre de l’Intérieur ?

Ayant été élu en 2007 par une majorité de droite, comment a-t-il respecté ses promesses ?
D’emblée, Sarkozy a cherché à se concilier l’électorat de gauche en nommant des ministres « d’ouverture », et l’électorat immigré avec des ministres issus de la « diversité ». En outre, il a nommé Roselyne Bachelot pour ses positions pro-homosexuelles, pour s’attacher cette « communauté ».

En réalité, Sarkozy n’a aucune conviction. De ce fait, il louvoie en fonction des circonstances, cherchant toujours à se mettre en avant. Il voit en la France « un pays provincial et en­nuyeux »… Est-il vraiment attaché à la France ?
Lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, il a assoupli les procédures d’accueil des « sans-papiers », dans les préfectures, et supprimé la « double peine ».

Contrairement à ce qu’il prétend aujourd’hui, toujours dans un but purement électoraliste, il n’a rien fait pour juguler l’immigration, dont le niveau de 230 000 par an n’a pas varié, sans compter les clandestins et les « réfugiés politiques », alors que cette immigration coûte à la France plus de 70 milliards d’euros par an.

Les Français de souche (dits « sous-chiens » par Houria Bouteldja !) souffrent, notamment parmi les plus pauvres dans les banlieues, de cette préférence immigrée.

Autres mauvais coups faits à la France :
– Le traité de Lisbonne, copie conforme du Traité constitutionnel européen, rejeté par les Français en 2005 ;
– La suppression du référendum obligatoire pour toute nouvelle adhésion à l’Union européenne…

Il est manifeste que Sarkozy est un fédéraliste au service de puissances financières, favorable à la disparition des nations pour imposer des normes uniformes, la circulation des marchandises et des personnes sans limite. Il a déclaré récemment qu’il fallait aller « vers un gouvernement économique de l’Europe, reposant sur le modèle d’un fédéralisme intergouvernemental ». En décembre dernier, à Toulon, il a déclaré « l’Europe, ce n’est pas moins de souveraineté, mais davantage de souveraineté, parce que davantage de capacité d’agir » 

 

 

-

Car, sans cause, ils ont préparé secrètement pour moi leur filet ; sans cause, ils ont creusé une fosse pour mon âme.

Ps, 35, 7.

  

 

Car il est poussé dans le filet par ses propres pieds ; et il marche sur les mailles du filet. (Job, 18, 8)

 

 

Le psalmiste (le qui ?), toujours lui, voit venir l’ombre (Ps., 9, 15) :

Les nations se sont enfoncées dans la fosse qu’elles ont faite ; au filet même qu’elles ont caché, leur pied a été pris

 

L’immigration arabo musulmane de France est une immigration de créance dont une lecture biaisée de l’histoire en retarde une prise de conscience salutaire quant à la réelle contribution des peuples basanés à la liberté et à l’indépendance de la France.[...]

La laïcité contemporaine, loin d’être un creuset de l’unité dans la diversité, est le réceptacle d’un nationalisme fermé. Alors que l’Islam pourrait faire office de facteur de pacification dans les zones péri urbaines (BAC -Brigade anti chaytane), les banlieues sont perçues comme des zones productrices de délinquance, quand bien même la France leur doit certaines de ses titres de gloire (Coupe Davis 1982, Mundial de Foot 1998, les médailles olympiques de l’athlétisme) et que les personnalités préférées des Français sont généralement distingués parmi la communauté des basanés (Zidane, Omar Sy, Yannick Noah etc…). Par glissement, l’Islam est perçu comme une religion étrangère aux mœurs et croyances françaises, par définition judéo chrétiennes et gréco-latines, puis par dégradation successive, une religion d’étrangers, une religion étrange.[...]

Il est vrai que pour purger le passif post colonial, il importe que les Français se pénètrent de la réalité étymologique qu’ils constituent les Indigènes de France. Ce jour là, un grand pas aura été accompli dans le règlement du contentieux qui empoisonne la vie publique nationale depuis un demi-siècle. Il incombe de faire œuvre de pédagogie, sans relâche, pour que ceux qui se considèrent comme «les vrais français» admettent que ce sont eux les Indigènes de France et consentent de traiter à leur image ce qu’ils considèrent comme leurs indigènes. [...]

 

-

 

Les deux femmes arborent un grand sourire. Elles s’enlacent tendrement. A côté, en noir, un constat : « Adoption refusée. » Derrière, en rouge, une interrogation : « Vous trouvez ça normal? » Si trois autres images l’entourent, c’est bien cette vignette qui, aujourd’hui, crée la polémique.

 

 

La plaquette dans laquelle elle figure, éditée par le conseil général dans le cadre de la lutte contre les discriminations, vient d’être interdite de diffusion dans les collèges par l’inspecteur d’académie.

(…) Une plaquette trop militante? « Il semble évident que cette vignette est une prise de position en faveur de l’homoparentalité. Cette question fait l’objet d’un débat politique qui n’est pas tranché par la loi », justifie Christian Wassenberg. Ce dernier a fait examiner le document par le service juridique de l’académie et

estime que son rôle est de « préserver la neutralité qui incombe au service public auprès de collégiens ».

Un point de vue que ne partage pas le président socialiste du conseil général, Jérôme Guedj. « Ce n’est pas un plaidoyer en faveur de l’homoparentalité. C’est une image qui parle des discriminations liées au sexe. Or, la discrimination sexuelle, comme celle sur le handicap, l’âge, la religion, l’origine… est interdite par la loi. Cela me paraît très paradoxal qu’un représentant de l’Etat soit frileux quant à la diffusion de plaquettes qui sont de simples rappels de la loi », ironise l’élu (…)

 

 

chacun dirige l'eau vers son moulin ( proverbe corse)

 

  -----------------------------

 

Une banale interpellation pour une moto déclarée volée a vite dégénéré dans le quartier Nord. Les policiers ont été pris à partie.

Alors qu’elle était en patrouille dans le quartier Nord, la brigade anti criminalité (BAC) a repéré une moto de cross pilotée par un jeune homme sans casque. Jeune homme déjà bien connu des services de police et que cette absence de casque rendait facilement identifiable.

Le jeune homme, âgé de 17 ans, n’a pas semblé du tout impressionné par la présence des policiers à ses trousses. Il continuait à les provoquer avec son deux-roues. Mais il ne fait pas le malin très longtemps puisque la course poursuite va s’interrompre au moment où sa moto cale. C’est alors qu’il a commencé à lancer des cris et à se débattre. Et comme dernier recours, il a trouvé le moyen d’appeler d’autres jeunes du quartier à la rescousse.

Comme souvent, très rapidement un attroupement se forme et d’un coup une trentaine de jeunes du quartier sortent d’on ne sait où et vient porter secours au fugitif. À leur manière : en lançant divers projectiles en direction des policiers. Le jeune à l’origine de l’émeute est parvenu à prendre la fuite, profitant des jets de projectiles. Il s’avère que la moto de cross qu’il pilotait avait été volée en novembre 2011, dans une commune de la Métropole.

Le courrier picard

 

    

Oremus et pro perfidis Judaeis

Oremus et pro perfidis Judaeis est l’exorde d’une oraison prononcée dans la liturgie catholique lors de la prière du Vendredi saint. Introduite au VIIe siècle, elle signifiait originellement « Prions aussi pour les Juifs infidèles », au sens où ces derniers n'adhéraient pas à la foi chrétienne

 

 

C’est à cela que servent les experts en pénitence: à formater les esprits au cas où demain une bombe exploserait dans le métro, le train, où nos magistrats, nos policiers, nos enfants seraient fauchés par des tueurs. Ils proclameraient immédiatement: c’est affreux mais nous l’avons bien cherché ! Quoi qu’il arrive, le mal est de notre côté.

Ainsi prépare-t-on les sociétés ouvertes au défaitisme, à se coucher devant tous les extrémismes.

Quiconque maîtrise l’interprétation maîtrise aussi l’événement, passé ou à venir.

 

.

 

 

 

 

 

 

-

 

 

 

 

Repost 0

Rechercher

Archives