Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 15:25

.

 

 

.

Image:Stone of Remembrance 3461.jpg

 british cemeteries

 

 

.

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 09:23

.

 

.

http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/21/381691/libye_ayrault_ps_demande_l_audition_de_kouchner_en_commission_jeudi.shtml

.

 

http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/21/381691/libye_ayrault_ps_demande_l_audition_de_kouchner_en_commission_jeudi.shtml

 

.

  Envoyer Imprimer
Nicolas Sarkozy avec Bernard Kouchner à l'Elysée le 24 juillet 2007 après la libération des infirmières bulgares (Photo Pierre Verdy/AFP)

Mercredi 25 juillet 2007, 21h04
Jean-Marc Ayrault (PS), président du groupe SRC (socialiste, radical et citoyen) à l'Assemblée nationale, a demandé mercredi l'audition "dès jeudi" du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, sur les conditions de la libération des infirmières et du médecin bulgares.

Se félicitant, dans un rappel au règlement en début de séance publique, du "dénouement heureux" et "qui n'est pas sujet à polémique" de l'affaire, M. Ayrault a jugé qu'en revanche "les conditions exigées par M. Kadhafi, les concessions - qui ont sans doute des caractères financiers, économiques et pourquoi pas plus - ne sont pas connues".

"Nous serions dans n'importe quelle démocratie parlementaire, il y a longtemps que le Premier ministre se serait exprimé", a-t-il dit.

"Il y a des gens qui ne peuvent pas être auditionnés. Par contre c'est la moindre des choses que nous demandions l'audition du ministre des Affaires étrangères", a poursuivi M. Ayrault.

"J'avais demandé qu'il puisse y avoir au moins une fois par semaine des questions au gouvernement durant la session extraordinaire", a-t-il indiqué en trouvant "surréaliste" que le Parlement "en session ne puisse exercer son pouvoir de contrôle" de l'exécutif.

Il a ironisé sur le fait que le matin même le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, avait réuni un groupe de travail pour améliorer le travail parlementaire et notamment son pouvoir de contrôle.

Dans la soirée, le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel, a indiqué mercredi dans un communiqué qu'il avait lui aussi demandé l'audition "dans les meilleurs délais" de Bernard Kouchner.

"Les sénateurs doivent pouvoir connaître les tenants et les aboutissants de cette dramatique affaire, sans que des fausses interprétations sur un quelconque "domaine réservé" viennent obstruer la légitime information des parlementaires", a souligné M. Bel.

Envoyer Imprimer
 
 

 
 
 

 

 
 
 

    

.

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 09:21

.

 

 

...

Daniel Cohn-Bendit craint que la France "donne" la technologie nucléaire à la Libye

AP - Mardi 24 juillet, 23h03

PARIS - Après la libération des infirmières et du médecin d'origine palestinienne, le député Vert européen Daniel Cohn-Bendit, a dit craindre que la France ne "donne" la technologie nucléaire à la Libye et que le "dictateur Kadhafi" soit bientôt reçu "en grandes pompes à l'Elysée".

(publicité)

"Il y a des affaires de coeur, de famille, où effectivement la femme du président peut intervenir. Mais dans des négociations avec un dictateur!", s'est indigné Daniel Cohn-Bendit sur France-Info.

"Kadhafi est le grand gagnant de cette histoire (...) installé maintenant en interlocuteur valable", a critiqué le député vert, prévoyant que le colonel libyen "sera invité en grandes pompes à l'Elysée, après que la famille Sarkozy ait dîné sous la tente".

"On oublie qui est Kadhafi, quel type de pouvoir est le système Kadhafi", s'est-il indigné.

"Nous assistons en public à une grande thérapie de couple", a aussi ironisé le député allemand, estimant que ce nouveau rôle de "ministre des Affaires étrangères" de Cécilia Sarkozy signifiait "la grande défaite de Bernard Kouchner", le ministre des Affaires étrangères officiel.

"On pourrait imaginer qu'il envoie sa femme Christine Ockrent. (...) c'est quand même inimaginable!", a-t-il moqué, soulignant que cela fait "huit ans que l'Union européenne négocie".

"Je ne vois pas pourquoi on s'énerve sur le nucléaire de l'Iran si maintenant on va donner la technologie nucléaire à Kadhafi", a-t-il critiqué. "Le prix, ce n'est pas la rançon, c'est cet accord nucléaire qui se pointe à l'horizon", a-t-il déclaré, avant d'ajouter avec ironie qu'il ignorait si c'était "Cécilia ou Nicolas qui vendra(it) la centrale à Kadhafi". AP

lat/lp

Recommander cette dépêche


Articles liés : Libye

Daniel Cohn-Bendit craint que la France "donne" la technologie nucléaire à la Libye

AP - Mardi 24 juillet, 23h03

PARIS - Après la libération des infirmières et du médecin d'origine palestinienne, le député Vert européen Daniel Cohn-Bendit, a dit craindre que la France ne "donne" la technologie nucléaire à la Libye et que le "dictateur Kadhafi" soit bientôt reçu "en grandes pompes à l'Elysée".

(publicité)

"Il y a des affaires de coeur, de famille, où effectivement la femme du président peut intervenir. Mais dans des négociations avec un dictateur!", s'est indigné Daniel Cohn-Bendit sur France-Info.

"Kadhafi est le grand gagnant de cette histoire (...) installé maintenant en interlocuteur valable", a critiqué le député vert, prévoyant que le colonel libyen "sera invité en grandes pompes à l'Elysée, après que la famille Sarkozy ait dîné sous la tente".

"On oublie qui est Kadhafi, quel type de pouvoir est le système Kadhafi", s'est-il indigné.

"Nous assistons en public à une grande thérapie de couple", a aussi ironisé le député allemand, estimant que ce nouveau rôle de "ministre des Affaires étrangères" de Cécilia Sarkozy signifiait "la grande défaite de Bernard Kouchner", le ministre des Affaires étrangères officiel.

"On pourrait imaginer qu'il envoie sa femme Christine Ockrent. (...) c'est quand même inimaginable!", a-t-il moqué, soulignant que cela fait "huit ans que l'Union européenne négocie".

"Je ne vois pas pourquoi on s'énerve sur le nucléaire de l'Iran si maintenant on va donner la technologie nucléaire à Kadhafi", a-t-il critiqué. "Le prix, ce n'est pas la rançon, c'est cet accord nucléaire qui se pointe à l'horizon", a-t-il déclaré, avant d'ajouter avec ironie qu'il ignorait si c'était "Cécilia ou Nicolas qui vendra(it) la centrale à Kadhafi". AP

lat/lp

Recommander cette dépêche


Articles liés : Libye

Articles liés : Monde

Daniel Cohn-Bendit craint que la France "donne" la technologie nucléaire à la Libye

AP - Mardi 24 juillet, 23h03

PARIS - Après la libération des infirmières et du médecin d'origine palestinienne, le député Vert européen Daniel Cohn-Bendit, a dit craindre que la France ne "donne" la technologie nucléaire à la Libye et que le "dictateur Kadhafi" soit bientôt reçu "en grandes pompes à l'Elysée".

(publicité)

"Il y a des affaires de coeur, de famille, où effectivement la femme du président peut intervenir. Mais dans des négociations avec un dictateur!", s'est indigné Daniel Cohn-Bendit sur France-Info.

"Kadhafi est le grand gagnant de cette histoire (...) installé maintenant en interlocuteur valable", a critiqué le député vert, prévoyant que le colonel libyen "sera invité en grandes pompes à l'Elysée, après que la famille Sarkozy ait dîné sous la tente".

"On oublie qui est Kadhafi, quel type de pouvoir est le système Kadhafi", s'est-il indigné.

"Nous assistons en public à une grande thérapie de couple", a aussi ironisé le député allemand, estimant que ce nouveau rôle de "ministre des Affaires étrangères" de Cécilia Sarkozy signifiait "la grande défaite de Bernard Kouchner", le ministre des Affaires étrangères officiel.

"On pourrait imaginer qu'il envoie sa femme Christine Ockrent. (...) c'est quand même inimaginable!", a-t-il moqué, soulignant que cela fait "huit ans que l'Union européenne négocie".

"Je ne vois pas pourquoi on s'énerve sur le nucléaire de l'Iran si maintenant on va donner la technologie nucléaire à Kadhafi", a-t-il critiqué. "Le prix, ce n'est pas la rançon, c'est cet accord nucléaire qui se pointe à l'horizon", a-t-il déclaré, avant d'ajouter avec ironie qu'il ignorait si c'était "Cécilia ou Nicolas qui vendra(it) la centrale à Kadhafi". AP

lat/lp

Recommander cette dépêche


Articles liés : Libye

Articles liés : Monde

 

.

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
26 juillet 2007 4 26 /07 /juillet /2007 08:28

.

 RUPTURE ??

LES NOUVEAUX

ACCORDS DE MUNICH DU

DEFAITISME ET DE L AFFAIRISME

du LOBBY NUCLEAIRE 

  - OUI  RUPTURE AVEC LA MORALE

  - OUI  RUPTURE AVEC L HONNEUR

.

NICOLAS SARKOZY VEUT FAVORISER L'ACCÈS DES ...

. SARKÖZY et Docteur KOUCHNER serrant la paluche du criminel , pour le remercier

des tortures des infirmières innocentes .

 

 http://fr.news.yahoo.com/ap/20070724/twl-libye-bulgarie-infirmieres-cohn-bend-0ef7422_1.html

 

 

Daniel Cohn-Bendit craint que la France "donne" la technologie nucléaire à la Libye

AP - Mardi 24 juillet, 23h03

PARIS - Après la libération des infirmières et du médecin d'origine palestinienne, le député Vert européen Daniel Cohn-Bendit, a dit craindre que la France ne "donne" la technologie nucléaire à la Libye et que le "dictateur Kadhafi" soit bientôt reçu "en grandes pompes à l'Elysée".

(publicité)

"Il y a des affaires de coeur, de famille, où effectivement la femme du président peut intervenir.

Mais dans des négociations avec un dictateur!", s'est indigné Daniel Cohn-Bendit sur France-Info.

"Kadhafi est le grand gagnant de cette histoire (...) installé maintenant en interlocuteur valable", a critiqué le député vert, prévoyant que le colonel libyen "sera invité en grandes pompes à l'Elysée, après que la famille Sarkozy ait dîné sous la tente".

"On oublie qui est Kadhafi, quel type de pouvoir est le système Kadhafi", s'est-il indigné.

"Nous assistons en public à une

grande thérapie de couple", a aussi ironisé le député allemand, estimant que ce nouveau rôle de "ministre des Affaires étrangères" de Cécilia Sarkozy signifiait "la grande défaite de Bernard Kouchner", le ministre des Affaires étrangères officiel.

"On pourrait imaginer qu'il envoie sa femme Christine Ockrent. (...) c'est quand même inimaginable!", a-t-il moqué, soulignant que cela fait "huit ans que l'Union européenne négocie".

"Je ne vois pas pourquoi on s'énerve sur le nucléaire de l'Iran si maintenant on va donner la technologie nucléaire à Kadhafi", a-t-il critiqué. "Le prix, ce n'est pas la rançon, c'est cet accord nucléaire qui se pointe à l'horizon", a-t-il déclaré, avant d'ajouter avec ironie qu'il ignorait si c'était "Cécilia ou Nicolas qui vendra(it) la centrale à Kadhafi". AP

lat/lp

Recommander cette dépêche


Articles liés : Libye

Articles liés : Monde

 

.

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 13:11

-

KILKENNY GENERAL VIEW

-

.

 

 

 

 

-

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 13:07

.

 

KILKENNY  CASTLE's

.

 Image:Church in Kilkenny.jpg

St Mary's Cathedral

 

.

 

.

.

 

 

.

Repost 0
Published by Amédée - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 12:16

 

LISIEUX  

Image:Lisieux - nef de la cathédrale.jpg

LISIEUX 

 

 

 

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 14:35

.

 

DEFENSE, SECURITE, RELATIONS INTERNATIONALES

Le 06 Juillet 2007 


La nouvelle stratégie impériale de Washington au Venezuela ou Comment on fomente des troubles à Caracas

Un correspondant nous adresse un texte émanant d’un journaliste indépendant vivant au Venezuela, Cris Carlson. Particulièrement sensible aux questions relatives à la mondialisation et à son économie dévorante, ce dernier démonte les mécanismes de la globalisation tels que les Américains les pratiquent pour étendre leur influence et leur contrôle sur le monde.

 

Cette enquête, émaillée de notes renvoyant à des ouvrages ou à des articles de presse américaine, anglaise et vénézuélienne, est à rapprocher de deux articles parus dans « Le Monde » des 19 et 20 juin 2007 bien que la presse française dans son ensemble soit plutôt muette sur le sujet. Le premier a pour titre « Les projets en Iran de la compagnie gazière autrichienne OMV provoquent la colère de Washington » – le titre, à lui seul, est suffisamment explicite – et, dans le second, « La lutte contre l’insécurité grandissante est devenue la priorité des Vénézuéliens », on retrouve, avec certains faits cités à mots couverts, quelques-unes des observations de Cris Carlson.
Nous sommes en Amérique du Sud ; cet article est donc teinté de tiers-mondisme. On remarquera toutefois que les méthodes appliquées pour instaurer le mondialisme sont universelles.
Polémia

La nouvelle stratégie impériale de Washington au Venezuela
ou Comment on fomente des troubles à Caracas

Utilisée pour la première fois en Serbie en 2000, Washington a maintenant mis au point une nouvelle stratégie impériale pour maintenir sa suprématie dans le monde. Alors que les invasions militaires et l’installation de dictatures ont été traditionnellement les moyens employés pour dominer des populations étrangères et les maintenir à l'écart de la marche des affaires, le gouvernement des Etats-Unis a désormais développé une nouvelle stratégie qui n'est pas aussi compliquée ni brutale mais beaucoup plus douce; tellement douce, en fait, qu’elle est presque invisible.

Elle a été si peu visible en Serbie, en 2000, que personne n’a semblé se rendre compte, au moment du renversement du régime, que le pays s’ouvrait à une privatisation massive et au transfert, aux mains des Etats-Unis et des multinationales, des énormes industries, des sociétés et des ressources naturelles appartenant au secteur public. De la même manière, peu de gens ont remarqué que des pays de l'ancien bloc soviétique avaient été, il y a peu, les victimes de la même stratégie, avec exactement les mêmes résultats.

Les nations qui ne cèdent pas aux exigences de l'empire et à l'expansion du capitalisme mondial font l’objet d’un plan secret et bien conçu destiné à changer la situation politique de leur pays et à ouvrir leurs portes aux investisseurs. Avec le soutien des Etats-Unis des groupes, à l’intérieur de ces pays, renversent le président en donnant l’impression qu’il n’y a aucune intervention venant de l’extérieur. Et aujourd’hui, Washington se tourne vers une nouvelle menace, la plus grande : l'Amérique latine, et plus particulièrement le Venezuela.

La montée du Nouvel Ordre mondial

Au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle, les capitalistes américains ont pris conscience que les perspectives nationales d’investissement et de croissance arrivaient à saturation. Les volumes d’affaires atteignaient un niveau où les possibilités d’expansion, à l’intérieur des frontières du pays, étaient pratiquement épuisées et la seule possibilité de croissance était de rechercher à l'étranger de nouvelles perspectives d’avenir. Des groupes d’entreprises en voie d’expansion cherchaient à développer leurs opérations partout dans le monde, en investissant, en privatisant et en achetant tout ce qui leur tombait sous la main. Le capital national se tournait vers l’international et à la fin du siècle le capitalisme était vraiment devenu mondial.

« Grossir ou se faire manger » : telle était leur nouvelle philosophie, et ils décidèrent de grossir en avalant des nations entières. Avec l'aide de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, partout des économies étaient ouvertes à la privatisation. Les systèmes de télécommunication, les réseaux électriques, la distribution de l'eau et les ressources naturelles étaient rachetés par de riches capitalistes partout dans le monde. Le capitalisme du libre-échange régnait alors en maître : un paradis pour le capital international puisque la richesse du monde était de plus en plus concentrée dans leurs mains (1).

Quelques nations, cependant, étaient bien résolues à ne pas se laisser manger. La privatisation était un concept impopulaire parmi des populations qui avaient développé la folle idée que leurs ressources naturelles leur appartenaient, à elles et non pas à des sociétés étrangères. Une résistance s'est installée dans plusieurs régions du monde, et un certain nombre de nations n’ont pas voulu se plier à la logique du capitalisme mondial. Mais Washington était décidé à ouvrir le monde au développement de ses entreprises. Il obligerait ces pays qui n’obtempéraient pas, soit par la force soit  par la ruse.

 

Le cas de la Yougoslavie : un modèle pour le changement de régime

Ce fut en Yougoslavie, et plus particulièrement en Serbie, que la nouvelle stratégie de Washington allait vraiment prendre forme pour la première fois. De là, cette stratégie allait être exportée à d’autres pays afin d'essayer de renouveler l’énorme succès de l'expérience serbe. Et il n'est pas difficile de voir pourquoi. Après que le renversement du régime Milosevic eut permis une privatisation en masse, tout ce qui restait de l’ancien pays socialiste, y compris certaines des plus grandes réserves européennes de ressources naturelles, tomba bientôt dans les mains des Etats-Unis et des investisseurs internationaux.

La stratégie est une stratégie très élaborée. Dans le dessein d'évincer un régime indésirable, le gouvernement des Etats-Unis se consacre au renforcement et à l’union de l'opposition à son gouvernement. Ceci comprend le financement des partis politiques d'opposition et la création d’organisations non gouvernementales visant à renverser le régime au pouvoir. Par-dessus le marché, les Etats-Unis peuvent engager par contrat des conseillers politiques et des instituts de sondage pour aider leur candidat favori à gagner l’élection. Mais au cas où ils ne peuvent pas gagner l’élection, de faux sondages jettent le doute sur les résutats électoraux officiels et l'opposition crie à la fraude. Des manifestations en masse et la quasi-totalité des médias mettent la pression sur le régime pour qu’il se retire et cède aux exigences de l’opposition (2).

Aussi peu vraisemblable que cela puisse paraître, c’est exactement cette stratégie qui fut utilisée pour renverser Slobodan Milosevic en Serbie, en 2000. Après que la guerre du Kossovo et les bombardements de l’OTAN eurent échoué à provoquer le changement de régime, les Etats-Unis travaillèrent à renforcer les adversaires internes de Milosevic en les unissant derrière un candidat, Vojislav Kostunica, et en alimentant sa campagne électorale avec près de 40 millions de dollars (3). Des ONG et des conseillers électoraux financés par les Etats-Unis réussirent à lancer une campagne de propagande autour des élections et travaillèrent en coulisses à l’organisation d’une résistance massive au régime de Milosevic (4). Le jour du vote, des « aides aux électeurs » formés par les Etats-Unis étaient déployés dans tout le pays pour suivre de près les résultats. Les Etats-Unis avaient même fourni à de jeunes activistes des milliers de bombes de peinture et d’autocollants pour couvrir le pays de slogans anti-Milosevic (5).

Selon les résultats officiels du premier tour des élections, aucun candidat n'avait obtenu la majorité des voix, et il devait donc y avoir un deuxième tour. Mais les conseillers américains publièrent leurs propres « sondages à la sortie des bureaux de vote » qui donnaient Kostunica largement en tête et que Milosevic refusa de reconnaître (6). L'opposition cria à la fraude et des groupes soutenus par les Etats-Unis organisèrent des actions de résistance non violente pour faire pression sur le gouvernement. Des groupes armés envahirent l'Assemblée fédérale et le siège de la télévision d'Etat (7). Des manifestations et une rébellion massive obligèrent Milosevic à se retirer. Il ne devait pas y avoir de deuxième tour et le candidat de Washington, Vojislav Kostunica, prit le pouvoir. La stratégie avait fait son œuvre.

Mais pourquoi les Etats-Unis avaient-ils pris la Serbie pour cible et, plus particulièrement, la petite province du Kossovo ? La réponse remonte à l'administration Reagan et à un document secret de 1984 sur « La politique américaine à l’égard de la Yougoslavie ». Une version censurée fut révélée en 1990 qui préconisait « le déploiement d’efforts pour encourager une “révolution pacifique” visant à renverser le gouvernement communiste et les partis » (8).

Pendant des années le gouvernement des Etats-Unis a travaillé au démantèlement et au morcellement de la Yougoslavie socialiste, soutenant tous les mouvements d’indépendance, quels qu’ils fussent, à l’intérieur des différentes provinces, y compris l’intervention militaire de 1999 au Kossovo pour favoriser la séparation de cette province. Ce qui avait été, par le passé, un relatif succès économique sous le célèbre Josip Tito et son économie socialiste fondée sur la propriété collective et l’autogestion des entreprises, ne permettait pas les investissements étrangers ni le capital américain. C'était un péché mortel vis-à-vis du capitalisme mondial moderne. Comme l'écrit Michael Parenti :

« La Yougoslavie était le seul pays d’Europe de l'Est qui ne voulait pas démanteler son économie collectiviste d'état-providence. Elle était la seule à ne pas avoir sollicité son entrée à l'OTAN. Elle poursuivait – et c’est encore le cas pour ce qui en reste – une route indépendante, non conforme au Nouvel Ordre mondial (9). »

Morceler le pays en petits Etats dépendants et détruire leur économie collectiviste étaient l’objectif final, et Milosevic, un admirateur du socialiste Tito, était leur seul obstacle.

Leur travail fut considérablement récompensé. Une fois Milosevic disparu, une des premières mesures prises par le nouveau gouvernement fut d’abroger la loi de 1997 sur la privatisation et de permettre aux investisseurs étrangers d’acquérir 70% du capital d’une entreprise (10). En 2004, la mission de l'ONU au Kossovo annonça la privatisation de 500 entreprises, et ce furent les sociétés américaines qui se révélèrent les grandes gagnantes. Phillip Morris acheta une manufacture de tabac pour 580 millions de dollars, U.S. Steel traita une affaire de 250 millions de dollars avec un producteur d’acier, Coca-Cola s’empara d’un fabriquant d’eau en bouteilles pour 21 millions de dollars, et ainsi de suite (11).

De surcroît, les investisseurs occidentaux avaient désormais accès à ce que le « New York Times » appela le « prix fabuleux de la guerre », les deuxièmes plus grands gisements de charbon d’Europe et les énormes réserves de plomb, de zinc, d’or, d’argent et même de pétrole (12). Et la perle des perles se situait dans la province du Kossovo : l’énorme complexe minier de Trepca, évalué à plus de 5 milliards de dollars, ouvert aujourd’hui au plus offrant (13).

Le succès de la stratégie en Serbie servit merveilleusement de leçon aux décideurs politiques de Washington. Ils allaient la répéter à plusieurs reprises dans l'ensemble de l'Europe de l'Est, dans des régions comme la Géorgie (en 2003), l’Ukraine (en 2004), le Kyrgyzstan (en 2005) et la Biélorussie (sans succès en 2001). Au cours de ce qu’on a appelé les « Révolutions de couleur », chaque mouvement, aidé par les Etats-Unis, allait remplacer un régime par un autre plus favorable aux politiques de libre-échange promues par Washington (14). La stratégie préférée pour obtenir un changement de régime devint cette nouvelle sorte de résistance non violente, et maintenant l'empire dirige son regard sur l'Amérique du Sud, où une nouvelle menace pour le capitalisme mondial est soudainement apparue.

 

Le problème du Venezuela

Si, pour la Serbie, la mine de Trepca au Kossovo était le gros lot de l'intervention dans ce pays, au Venezuela c'est la compagnie pétrolière d'Etat, PDVSA. Le Venezuela possède certaines des plus grandes réserves de pétrole du monde, peut-être devant l'Arabie Saoudite si l’on tient compte de tous les gisements de brut. Et c'est PDVSA qui domine au Venezuela, avec un total monopole sur les ressources pétrolières de la nation. Avec une capacité de production de 4 milliards de barils par jour et un revenu annuel 65 milliards de dollars, la compagnie possède également un réseau de plus de 15.000 stations-services aux Etats-Unis ainsi que plusieurs raffineries, à la fois aux Etats-Unis et en Europe, la plaçant à la deuxième place des plus grandes compagnies de toute l'Amérique latine (15).

On peut être sûr que les investisseurs en entreprises aimeraient mettre la main sur PDVSA, comme sur d’autres sociétés du secteur public du Venezuela. En fait, c’est ce qu’ils ont fait tout au long des années 1990. En 1998, les sociétés multinationales avaient déjà raflé la compagnie nationale du téléphone, la plus grande compagnie de l'électricité, et l’opération sur PDVSA traversait ce qu’ils appelaient une période d’ « ouverture » au capital international ; une façon plus élégante d’appeler la privatisation (16).

Mais cette même année, Hugo Chavez fut élu président sur une plateforme anti-impérialiste, et la vente aux enchères du Venezuela cessa brusquement. En fait, Hugo Chavez est devenu un vrai problème pour les impérialistes industriels et leurs domestiques à Washington. Non seulement il a mis fin aux privatisations mais il fait actuellement marche arrière en re-nationalisant tout ce qui a, par le passé, été privatisé. La privatisation de la compagnie pétrolière d'Etat est désormais interdite par la loi, et son gouvernement a pris son entier contrôle, en l’utilisant pour financer le développement du pays.

Mais ce qui inquiète encore plus Washington et ses promoteurs économiques c’est de voir que cette tendance se propage à travers l'Amérique latine. Le gouvernement Chavez a tissé des liens étroits avec beaucoup de ses voisins, et beaucoup marchent dans ses pas. Des pays comme la Bolivie et l'Equateur reprennent le contrôle de leurs énormes réserves de gaz et de pétrole, laissant moins d’emprise aux grosses sociétés qui espéraient les posséder un jour.

Et par conséquent, exactement comme ils l’ont fait en Serbie, en Géorgie, en Ukraine et ailleurs, Washington a déployé ses forces au Venezuela avec l'intention de se débarrasser de la menace Chavez. Après avoir tenté différentes actions au cours des années, y compris un coup d’Etat qui a fait long feu, une manipulation électorale et des manifestations de masse, Washington n'a pas été capable de renverser le chef populaire. Mais ils n'ont pas abandonné pour autant. Au contraire, ils continuent précisément à augmenter leur niveau d’implication.

 

Répétition de l'expérience de l'Europe de l'Est au Venezuela

La nouvelle stratégie impériale comprend ce que l’on appelle « les coins américains ». Ces « coins » sont de petits bureaux, mis en place par Washington  à travers le pays cible, qui servent pratiquement de mini-ambassades. On ne sait pas très bien ce que font exactement ces « coins », mais on y trouve tout un choix de renseignements sur les Etats-Unis, y compris des offres d'études à l'étranger, des cours d’anglais et de la propagande pro-américaine. En plus de tout cela, les mini-ambassades organisent également des événements, des formations et des cours pour jeunes étudiants.

Curieusement, ces « coins » semblent se trouver en très grand nombre dans les pays que Washington cherche à déstabiliser. Les anciens pays yougoslaves ont un total de 22 « coins américains », dont 7 en Serbie. L'Ukraine en a 24, la Biélorussie 11, la Russie 30, l’Irak, même, 11. La concentration de loin la plus élevée des « coins » est en Europe de l'Est, sur laquelle Washington dirige ses tentatives de déstabilisation depuis quelques années (17).

Il existe au moins quatre « coins américains » au Venezuela, implantation la plus importante de tous les pays latino-américains, et les Etats-Unis financent aussi littéralement des centaines d'organismes dans tout le pays pour un montant de plus de 5 millions de dollars par an (18). Ces organisations financées par les Etats-Unis travaillent de concert pour transplanter l'expérience de l’Europe de l’Est au Venezuela. Comme le rapporte Reuters, l’opposition vénézuélienne est déjà en train d’apprendre les tactiques serbes de renversement de régime de la bouche d’un colonel de l’armée américaine en retraite, nommé Robert Helvey :

« Helvey, qui a enseigné à de jeunes activistes au Myanmar [en Birmanie] et à des étudiants serbes qui ont participé à la destitution de l'ancien dirigeant yougoslave Slobodan Milosevic en 2000, donne, cette semaine, des cours de tactique d'opposition non violente à une université à l’est de Caracas », dit l’article. « Ni Helvey ni les organisateurs du séminaire de Caracas n’ont voulu donner de précisions sur les tactiques d'opposition  enseignées. Mais, dans sa mission en Serbie avant la chute de Milosevic, Helvey fournissait des instructions aux étudiants sur les façons d'organiser une grève et sur la manière de miner l'autorité d'un régime dictatorial », rapportait Reuters (19).

Et plus récemment, dans la ville universitaire de Mérida, un professeur d'histoire du Texas, Neil Foley, a animé une manifestation organisée par l'ambassade des Etats-Unis et le Centre vénézuélo-américain (Cevam), qui n’est pas officiellement un « coin américain » mais qui vise le même objectif. Foley, qui s’est exprimé dans divers « coins américains » de Serbie, a donné des conférences en Bolivie et au Venezuela sur « les valeurs américaines » (20).

J’ai assisté à l’une des conférences de Foley et, comme prévu, c’était une véritable campagne de propagande pro-américaine infligée aux étudiants de l’université. Le professeur a donné très exactement le message pour lequel il avait été payé par l’ambassade des Etats-Unis, en vantant les mérites de la société américaine et de « la démocratie américaine ». Selon Foley, les Etats-Unis résolvent tous leurs problèmes par la tolérance envers les autres et un « dialogue » sans exclusive avec leurs opposants. Et par un clair appel du pied en direction de ces étudiants vénézuéliens, Foley laissait entendre que tout gouvernement qui ne respectait pas ces critères « devait être renversé » (21)

Tous ces efforts convergent dans une campagne à l’échelle nationale visant à unir, renforcer et mobiliser l'opposition au gouvernement démocratiquement élu de Chavez. L’objectif final, naturellement, est de déstabiliser le gouvernement, en organisant et en dirigeant des groupes d'opposition qui devront commettre des actes de résistance pacifique et des manifestations de masse. Comme cela a été fait en 2002, quand les groupes vénézuéliens d'opposition ont organisé des manifestations massives qui ont tourné à la violence et finalement conduit au renversement provisoire du gouvernement Chavez, la campagne financée par les Etats-Unis cherche à déstabiliser le gouvernement, de n’importe quelle façon, pouvant aller jusqu’à provoquer la violence dont ils rejetteront plus tard la responsabilité sur le gouvernement (22).

A présent presque tous les éléments de la stratégie utilisée en Serbie et dans d’autres pays de l'Est ont été mis en œuvre au Venezuela au moment où Washington dirige et contrôle la campagne de l'opposition vénézuélienne. Les mêmes « conseillers électoraux » employés pour la Serbie, l’entreprise Penn, Schoen et Berland basée à Washington, ont été également utilisés au Venezuela pour publier de faux sondages effectués à la sortie des bureaux de vote dans le dessein de faire planer le doute sur les élections vénézuéliennes. Cette stratégie de manipulation électorale a été employée à l’occasion du référendum de rappel de 2004 où l’ONG Sumate, financée par les Etats-Unis, et la firme Penn, Schoen et Berland ont diffusé de faux sondages à la sortie des bureaux de vote annonçant que Chavez avait perdu le référendum. Ils refirent la même chose avant les élections de 2006, en prétendant que l’adversaire de Chavez « avait nettement le vent en poupe » (23). Aussi bien en 2004 qu’en 2006, les faux sondages donnaient raison aux allégations de fraude avancées par l'opposition avec l'espoir de provoquer des manifestations de masse contre le gouvernement. La stratégie a en grande partie échoué mais elle a jeté un doute sur la légitimité du gouvernement de Chavez et a affaibli son image sur le plan international.

Les tentatives de déstabilisation prennent forme de manière concrète dans les semaines qui viennent avec les énormes manifestations antigouvernementales de Caracas contre l’action entreprise par le gouvernement à l’encontre de la chaîne de télévision privée RCTV. Des groupes d'opposition se sont mis en place autour de cette décision du gouvernement, proclamant qu’elle piétinait la « liberté d'expression », et ils ont organisé une série de grandes manifestations dans la capitale aboutissant à un défilé massif le 27 mai, jour où expire le permis d'émission de RCTV.

Tous les médias privés ont joué leur rôle en annonçant et en invitant les téléspectateurs à participer au défilé pour manifester contre le gouvernement. Tout le monde s’attend à ce qu’il y ait une énorme participation à la fois de la part des partisans du gouvernement et de la part de ses opposants, et le gouvernement a déjà prévenu qu’il pourrait y avoir au cours de ce défilé des violences dont on tentera de rejeter la responsabilité sur lui pour déstabiliser le régime. Ces derniers jours, les services de renseignements du gouvernement ont découvert, chez les opposants, 5 fusils destinés à des tireurs isolés ainsi que 144 cocktails Molotov, qui semblent bien prouver que la violence est au menu (24) (25).

C'est exactement ce genre de manifestation qui, en 2002, a entraîné des dizaines de morts, des centaines de blessés et le renversement provisoire du gouvernement Chavez. Les chaînes de télévision privées comme RCTV ont manipulé les reportages filmés pour attribuer la responsabilité des morts aux défenseurs de Chavez, et condamné le gouvernement pour ses atteintes aux droits de l'homme. Aussi, cette fois, les fonctionnaires du gouvernement ont-ils demandé aux activistes pro-gouvernmentaux de surveiller les manifestations de l’opposition avec photos et vidéos les 27 et 28 mai afin d'éviter une situation semblable à celle du coup d’Etat de 2002.

S'il n'y avait eu les énormes manifestations pro-gouvernementales après que Chavez eut été renversé en 2002, la stratégie de Washington se serait peut-être déjà débarrassée de ce président populaire. Mais la stratégie a échoué, et par conséquent l'empire poursuit ses tentatives. Comme cela s’est passé en Ukraine, en Serbie, en Géorgie et ailleurs, la stratégie exige de faire descendre dans la rue un grand nombre de personnes pour manifester contre le gouvernement. Indifférents au fait que le gouvernement dispose ou non d’une popularité, qu’il soit élu démocratiquement ou non, les groupes d’opposition tentent d’imposer leur volonté au gouvernement en mettant la pression.

Ce que la plupart des manifestants ne savent probablement pas, c’est qu'ils sont simplement les pions d’une plus grande stratégie qui a pour objectif de déboucher sur un capitalisme mondialiste de « libre-échange » et des privatisations dominées par les grosses entreprises. Tandis que d’énormes sociétés multinationales se partagent le monde, de petites nations comme la Serbie et le Venezuela sont simplement des obstacles malencontreux à la réalisation de leurs objectifs. Dans la ruée mondiale pour voir qui grossira et qui se fera manger, le fait que des pays préféreraient ne pas être mangés n’a tout simplement pas d’importance pour les bureaucrates de Washington.
 
Cris Carlson, journaliste indépendant habitant au Venezuela.
Voir son blog personnel à :
www.gringoinvenezuela.com
13 mai 2007
Venezuelanalysis.com

______________

Notes :

1.    Pour en savoir plus sur la façon dont la Banque mondiale et le FMI forcent la privatisation sur les pays pauvres :
      
http://www.thirdworldtraveler.com/IMF_WB/IMF_WB.html
2.    Quatre articles de Michael Barker expliquent plus amplement cette stratégie.
      
http://www.zmag.org/content/showarticle.cfm?ItemID=10987
3.    Michael A. Cohen et Maria Figueroa Küpçü, « Privatizing Foreign Policy », « World Policy Journal », Volume XXII, n° 3, automne 2005 :
       http://worldpolicy.org/journal/articles/wpj05-3/cohen.html
4.    Chulia, Sreeram : « Démocratisation, révolutions de couleur et le rôle des ONG : Catalyseurs ou saboteurs ? »:
      
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=20051225&articleId=1638
5.    Michael Dobbs, « Les conseillers politiques américains ont aidé l'opposition yougoslave à renverser Milosevic », « The Washington Post », 11/12/00 : http://www.washingtonpost.com/ac2/wp-dyn?pagename=article&contentId=A18395-2000Dec3¬Found=true
6.    Ian Traynor explique comment l’opposition a utilisé les sondages à la sortie des bureaux de vote pour renverser les régimes en Europe orientale, « The Guardian », 26/11/04 :http://www.guardian.co.uk/ukraine/story/0,15569,1360236,00.html
7.    Chris Marsden, « Comment l’Ouest organisa la chute de Milosevic » : http://www.wsws.org/articles/2000/oct2000/yugo-o13_prn.shtml
8.    Finley, Brooke : « Remembering Yugoslavia: Managed News and Weapons of Mass Destruction », extrait du livre « Censored 2005 », Seven Stories Press, 2004.
9.    Michael Parenti, « The Media and Their Atrocities, You Are Being Lied To », p. 53, The Disinformation Company Ltd., 2001.
10.  Neil Clark, « The Spoils of Another War/NATO’s Kosovo Privatizations », Znet, 21/09/04 :
http://www.zmag.org/content/showarticle.cfm?ItemID=6275
11.  Elise Hugus, « Eight Years After NATO’s “Humanitarian War”/Serbia’s New “Third Way” », « Z Magazine », avril 2007, volume 20 n° 4 : http://zmagsite.zmag.org/Apr2007/hugus0407.html
12.  Hedges, C., « Kosovo War's Glittering Prize Rests Underground », « New York Times », 08/08/98.
13.  Michel Chossudovsky, « Dismantling Former Yugoslavia, Recolonizing Bosnia-Herzegovina », « Global Research », 19/02/02, « Covert Action Quarterly », printemps, 18/06/96 :
http://www.globalresearch.ca/index.php?context=viewArticle&code=MIC20020219&articleId=370
14.  Jonathan Mowat, « Coup d’Etat in Disguise: Washingtons’s New World Order “Democratization” Template », « Global Research », 09/02/05 :
http://www.globalresearch.ca/articles/MOW502A.html
15.  http://es.wikipedia.org/wiki/Petróleos_de_Venezuela
16.  Steve Ellner, « The Politics of Privatization, NACLA Report on the Americas », 30/04/98 :
http://www.hartford-hwp.com/archives/42/170.html
17   http://veszprem.americancorner.hu/htmls/american_corners_worldwide1.html
18.  Jim McIlroy & Coral Wynter, « Eva Golinger: Washington's “Three Fronts of Attack” on Venezuela », « Green Left Weekly », 17/11/06 :
http://www.greenleft.org.au/2006/691/35882
19.  Pascal Fletcher, « US Democracy Expert Teaches Venezuelan Opposition », Reuters, 30/04/03 :
http://www.burmalibrary.org/TinKyi/archives/2003-05/msg00000.html
20.  La page web de l’ambassade américaine de Bolivie témoigne que Neil Foley a prononcé un discours à La Paz, en Bolivie, pour « La semaine culturelle des Etats-Unis », dans la semaine qui a précédé son arrivée au Venezuela.
http://www.megalink.com/USEMBLAPAZ/english/Pressrel2007En/0404-USweek-eng.pdf
21.  Notes personnelles prises par moi-même lors du discours de Mr. Foley à l’université des Andes à Merida, Venezuela, le 16 avril 2007.
22.  Pour plus de détails sur le coup d’Etat de 2002 on lira le récent article de Gregory Wilpert : « The 47-Hour Coup That Changed Everything » :
www.venezuelanalysis.com/articles.php?artno=2018
23.  Voir mon précédent article « Coup d’Etat au Venezuela: Made aux Etats-Unis/Le projet américain de destitution d’Hugo Chavez dans les jours qui ont suivi l’élection », Venezuelanalysis.com, 22/11/06 :
www.venezuelanalysis.com/articles.php?artno=1884
24.  Le président Chavez annonce que les services de renseignements ont infiltré des groupes d’opposition et qu’ils ont trouvé parmi eux un homme en possession de cinq fusils avec silencieux, « Chávez anuncia incautación armas vinculadas a complot en su contra », Milenio.com, 606/05/07 :
http://www.milenio.com/index.php/2007/05/05/65937/
25.  La police de Los Teques, près de Caracas, a trouvé 144 cocktails Molotov tout prêts à être utilisés pour « être emportés dans la rue la semaine prochaine dans l’intention de troubler l’ordre public et favoriser une confrontation directe avec les autorités », « Prensa Latina », 09/05/07 :
http://www.prensalatina.com.mx/article.asp?ID=%7BEEAA37C7-DE27-48EB-A23B-CDC19EAD2ADA%7D)

Correspondance Polémia
Traduction René Schleiter
Polémia
22/06/07


 Imprimez ce document |  Réagissez à cet article
 Envoyer à un ami |  Version Acrobat







 
 

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 14:04
Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article
23 juillet 2007 1 23 /07 /juillet /2007 17:36

.

1914 " La course à la mer "

 

Image:Race to the Sea 1914.png

.

 

 

 

.

Repost 0
Published by Le comte vert - dans HOME ACCUEIL
commenter cet article

Rechercher

Archives