Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:18
REIMS  RHEIMS
NOTRE-DAME-DE-REIMS
OUR LADY OF RHEIMS
CHAMPAGNE
SAINT-REMI
BASILIQUE

http://www.flickr.com/search/?q=REIMS+saint-r%C3%A9mi&m=text

Reims Basilica Saint-Remi par streetr's_flickr
WEST FRONT  FACADE OUEST
Rosace de Saint Rémi (Reims)/Rose Window. par french irish
ROSE WINDOW

Notre-Dame de Reims (Our Lady of Rheims) is the cathedral of Reims, where the kings of France were once crowned. It replaces an older church, destroyed by a fire in 1211 and built itself on the site of the basilica, where Clovis was baptized by saint Remi, bishop of Reims, in AD 496.The three portals are laden with statues .

Notre Dame de Rheims - exterior detail par Mary Gerard



http://www.flickr.com/search/?q=REIMS+saint-r%C3%A9mi&m=text

Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:16
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:13
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:11
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:07
.
HarlechCastleApril07_3265 par cjb22
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:03
.
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 04:01
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 03:57

 
ENERGY BULLETIN
Le forage avec Charlie -
 Blizzard dans les Terres Arides
par Charlie Brister
[Note: une histoire vraie des champs de pétrole.
Vous mai ont brûlé une partie des associés d'essence.]

Je ne suis plus dans le forage directionnel affaires en raison du ralentissement de l'industrie.
 Comme beaucoup d'entre nous ne sera pas de retour à l'huile des champs, ceux qui ont cette expérience seront moins nombreux, et les exigences de leur temps sera grand.

Mon travail avec le forage horizontal a commencé en 1995 dans le bassin de Williston. Auparavant, j'avais été un "mudlogger" dans le Golfe du Mexique et la côte du Golfe à terre, il travaille principalement puits verticaux, puis en direction des puits de plates-formes fixes. Finalement, je suis devenu un des principaux sites géologiques bien-consultant.

Dans le Williston, nous avons travaillé le Cedar Hills anticlinal dans le comté de Bowman, Dakota du Nord. Un anticlinal est une structure légère édifiante qui fournit le piège classique de l'huile dans les manuels scolaires géologiques. Cela a été l'anticlinal de formation pour les nombreuses personnes qui plus tard d'utiliser leurs compétences dans le célèbre Bakken Shale jouer. Notre zone cible était «Red River B" formation - un 10-pieds d'épaisseur, portant la couche de pétrole de 9000 pieds sous terre, seuls les trois pieds de haut a été le "sweet spot" - le meilleur producteur. Cette couche se composait d'une amende de micro-cristalline, de couleur brun foncé qui ressemble à la dolomie cassonade. "Sucrosic" décrit la façon dont il apparaît sous un microscope. Comme nous le puits au sud le long de l'anticlinal, surgit toujours des problèmes, d'où le surnom de "Aggravation Acres».

Certains puits sont mémorables. Un de ces livres a été le "Eagon", du nom de l'éleveur de bétail sur les terres desquels il a été foré. La zone autour de l'anticlinal de Cedar Hills est connu pour les Badlands qui ont été créés lors de la région soulevés. Les Hell Creek affleurements formation dans ce domaine, il est célèbre pour les Triceratops, T-Rex et d'autres fossiles de dinosaures trouvés dans la région. Au cours des guerres indiennes, d'un général américain lancé que la région a été "comme l'enfer avec la mise à feu".

Je suis arrivé au début d'avril, après 10 heures de route de Colorado, à la recherche d'un mât panoramique parmi les buttes. Les quelques arbres le long de la cottonwood coulées sont encore nus, car le printemps arrive tard pour le Dakota du Nord. J'ai trouvé Rig 52, a roulé sur site et contrôlé à l' "Company Man's" de la remorque. La première sensation sur une plate-forme est le bruit et les vibrations de multiples moteurs de puissance il. Les générateurs et centrales sont nettement contraste fort et à la paisible.

Le Eagon était bien rentrée, ce qui signifie qu'il a déjà été forés et nous allons essayer de corriger ce qui avait été fait auparavant. J'ai étudié l'histoire du journal. Après environ 9000 pieds verticaux de cased bien, le premier horizontal jambe avait été percé et ils étaient en "recherche" dans le mode de rémunération zone, avec le puits et la dérive vers le bas, quand ils ont frappé un problème. Ils ont tiré à proximité de la fin du puits forés et d'un nouveau puits. Ils ont utilisé la première latérale comme une "feuille de route". Environ 2500 pieds dans la deuxième jambe horizontale, ils ont perdu de la formation et a décidé à l'exploration. À ce moment-là ils ont eu un échec, et dans une tentative de sortir du trou, ils ont coincé, accidentellement tordue off puis abandonné l'Assemblée Bottom Hole (= matériel coûteux). En un mot, laissez-moi vous assurer que cela a bien du mal à tous les écrits sur lui.

Nous avons percé le bouchon de ciment qui a plafonné le vieux puits. Dans un premier temps les choses ont plutôt bien. Mon équipement d'exploitation forestière qui m'a permis de voir les quantités et les types d'hydrocarbures rencontrés. Ces outils m'ont permis de décrire rock coupures qui ont été rincés à la surface par le fluide de forage. Nous avons calculé le "décalage" à partir du moment où le morceau coupé la roche jusqu'à ce qu'elle atteigne la surface, ce qui nous a dit de la profondeur à partir de laquelle les boutures ont été arrive. Dans le cas de la Eagon, au début il a fallu environ 45 minutes. Nous avons été bons "montre" de pétrole.

Alors, comment savez-vous où vous vous trouvez, dans un puits, par rapport à l'épaisseur de la couche zone payer? Après quelques centaines de pieds horizontalement, nous orienter le Bottom Hole Assembly (avec trépan) légèrement vers le haut. La mesure-Si-Drilling enquêtes indique le puits est à l'angle de 91 degrés de la verticale. L'anhydrite "toit" de la zone cible est rencontré, et d'un ralentissement est constaté. À ce point, le bit est un peu inclinée vers le bas, plus faible baisse dans la zone. L'enquête devrait prendre note que vous êtes maintenant à 89 degrés, soit moins de 90 degrés (90 = horizontal). Gardez à l'esprit que ce n'est pas l'angle de la mèche, mais généralement de 45 pieds ou si le morceau derrière, c'est un peu comme conduire une voiture en avant en regardant dans le rétroviseur. Cette manœuvre devrait produire un "top grève" que l'on peut voir dans la roche, des boutures ou gamma log. A quelques centaines de pieds plus loin, nous le faisons encore une fois, la production d'un autre haut grève. Utilisation de la géométrie et de connaître la vraie profondeur verticale (TVD) des deux haut des grèves, un angle de plongement de la formation peut être calculé. Dans un monde parfait, la formation pourrait être projeté au mile ou de manière que le latéral serait foré. Mais la terre, les formations sont complexes et ne peuvent être mises à mai pour une trempette à distance, puis "roll over" et down-dip, puis trempez-up again.

Si nous avons gardé le forage, il a commencé à pleuvoir vendredi soir, le 4 avril 1997. Bientôt, la température a chuté et la pluie en neige transformée, passant d'environ 2 cm par heure. Ensuite, le Dakota du vent coups de pied à environ 60 miles à l'heure; 10:00 heures, nous étions dans une véritable tempête de neige. Venez le matin, la neige avait dérivé sur la pipe racks et emballés contre les remorques, couvrant complètement la société Man's remorque. Il a appelé sur la radio, "Les gars, les routes sont toutes fermées et plus de la dérive. Nul ne peut obtenir dans ou sortir d'ici. Il n'y a pas d'équipe de secours jusqu'à ce que les routes sont effacés, et je n'ai aucune idée du temps qui sera. Le vent souffle trop fort pour envoyer le derrick homme voyage hors de [tirer le tuyau de la même], afin que nous puissions sortir, soit en bas et à diffuser [fluides, pas de rock] ou nous pouvons tenter de percer à venir, tant que nous le pouvons. "Il ya eu une pause comme il l'équipage mâchés plus dans la« niche pour chien. "Enfin, le foreur rappelé. "Nous allons percer à venir."

Si le Toolpusher (superviseur de banc d'essai) ont été sur place, il y mai ont été une décision différente, mais. il était allé à la ville le vendredi soir et a disparu. Le risque est que par des forages à venir, si quelqu'un se blesse, il y avait zéro chance d'obtenir une ambulance à la plate-forme. L'équipe avait déjà travaillé leur 12-heures et sont maintenant confrontés à un calendrier de durée indéterminée. Ils venaient de la région et a seulement apporté suffisamment de nourriture pour un quart de travail. La société l'homme est venu sur la radio, "All right, on va creuser aussi longtemps que nous le pouvons. Let's récolter ce que nous avons la nourriture sur place et commencer à diviser la composent. Nous mai être ici un moment. "

Alors que la tempête fait rage, nous avons 9000 pieds de profondeur et de 2000 pieds horizontale. Au cours de légère letups dans le blizzard, je échelonné de la cabane forestière shale shaker à la roche pour récupérer des boutures pour l'analyse. Comme nous l'avons percé, j'ai appelé un "journal graphique" montrant nos progrès. Nous étions à environ 2 mètres sous le sommet de la formation. A environ 2500 pieds horizontal, le taux de pénétration a ralenti, a indiqué que, normalement, un autre haut grève dans le "toit" au-dessus de la zone de paiement. I radio de la Société Man: "Je pense que nous sommes mieux [diriger le bit] ici. Mai je tort, mais c'est là où ils ont foutu la première fois. "À l'époque, et sur la plupart des opérations de forage horizontal d'aujourd'hui, les décisions sont prises à la même place. Plusieurs entreprises ont tenté de forage au bureau ou par le comité et ont rencontré un succès limité. Peut-être un jour, mais il n'est pas pratique ensuite.

Une heure plus tard, les boutures sont arrivés à la surface (temps de latence augmente à mesure que vous percez plus) par rapport au précédent taux de pénétration de ralentissement. Pure calcaire. N ° sucrosic dolomite que ce soit visible. Nous avons foré par une faute, et ont été, soit dans la partie supérieure ou inférieure de calcaire. Maintenant, nous avons été de nouveau, comme les autres avant nous, la recherche de la zone de payer ... avec un équipage épuisé.

Par samedi après-midi, la plate-forme d'équipage a travaillé 24 heures de double de la normale-shift. Ils ont été la capture de siestes le mieux possible, avec le foreur et derrick homme sur l'évolution de la poignée de frein de temps en temps. La Société a aussi été l'homme agissant en qualité de foreur de direction et a été pris au piège dans sa remorque de 10 pieds congères, mais assis dans une chaise longue avec un radio réveil lui environ toutes les heures pour prendre une décision, après avoir obtenu des données sur l'endroit où diriger.

Je trudged de l'unité d'exploitation forestière à la remorque de notre cadre de vie, que nous avons partagé avec le MWD part, Steve, qui a mis en place son matériel là. Steve avait un cancer terminal, même si nous ne le savais pas à l'époque. En rétrospective, ce qui explique une partie de son étrange comportement. Il a toujours regardé la programmation et de religieux ont fait des commentaires comme: «Il s'agit de la Fin des Temps." Alors que le vent a sonné comme il allait déchirer la cabane, Steve samedi à regarder la télévision par satellite qui a été vers le bas. Snow a explosé dans les fissures autour des fenêtres comme il l'a regardé sur, marmonnant quelque chose au sujet de "la colère de Dieu". Je mange mon sandwich et secoua la tête. Ensuite, nous avons entendu le crépitement de radio, "Hey - toute personne a de l'eau potable? Nous sommes en panne. "Steve et j'ai regardé autour de la cabane et a trouvé environ un demi-gallon - à peine assez pour faire un pot de café. Le café a été le jus de ces gars-là sont en cours d'exécution sur. Nous avons commencé à faire fondre la neige, mais il fallait des heures pour faire assez pour quelques pots.

Nous avons continué à naviguer à travers les calcaires de la rivière Rouge où, une fois de plus, le taux de pénétration a ralenti. Je la radio Company Man », je pense que nous devons ramasser et de distribuer des échantillons pour en savoir ce que c'est." "Pas un problème", at-il répondu, «Peut-être que les garçons peuvent obtenir une heure de la sieste." À ce moment-là - samedi soir - il a travaillé environ 36 heures. Le foreur a commencé à travailler le tuyau en amont et en aval, en prenant des mesures pour empêcher tout rester coincé dans le puits. Un peu plus d'une heure plus tard, je trudged à travers la neige et, s'emparant de l'atelier de découpe des échantillons, et il portée. Fine particules blanches étaient visibles de l'anhydrite. Nous avons été l'approche du «toit» de la zone B de la rivière Rouge. J'ai appelé la Société Man, "Let's keep going down." Nous avons foré à un rythme plus lent que nous avons pénétré dans la fine anhydrite section, puis le forage est passé de 20 pieds à 80 pieds par heure. "Zone" A près de 3000 pieds latéraux, nous avons foré par une faute, s'est tourné vers le bas et le morceau a de nouveau entré dans notre zone de production. Maintenant, nous avons essayé de récupérer et de niveau dans la zone de forage, sans passé. Une heure plus tard, nous avons eu la confirmation que nous étions encore dans la zone de paiement.

D'ici lundi matin, le vent et laisser le soleil brisé. La neige était d'environ 3 pieds de profondeur aux dérives pouvant aller jusqu'à 10 pieds. L'une des mains appelé à la radio: «Hey, il ya quelqu'un à pied, à environ un mile de là!" Nous avons envoyé nos patins et retrouvé le chargeur de l'homme mystère, il a été notre Toolpusher, Mike, qui avait disparu vendredi soir. Il a poussé hors de la route dans une coulée, puis a laissé son camion et il est à proximité d'un ranch de la maison. Depuis qu'il a été le début d'avril et la saison de vêlage, l'éleveur a introduit les veaux nouveau-nés dans la maison pour essayer de les garder en vie. "Hannah" est l'une des crises les plus violentes tempêtes de neige de printemps dans l'histoire moderne, tuant plus de 100.000 têtes de bétail dans les Dakotas. Comme la neige a fondu, les eaux de ruissellement a inondé la vallée de la rivière Rouge, y compris Grand Forks. Mike a passé son temps à aider l'éleveur de veaux garder son vivant. Plus tard dans la journée, les routes ont été déminés et notre équipe de secours est finalement arrivé, honking leurs cornes comme ils ont po à ce point, nous avons travaillé 66 heures de suite. Comme l'obscurité tombée, le déclenchement des secours à l'équipage a commencé à changer le bit qui a réussi à travers la dernière épreuve, au-dessus et en dessous de la surface. Ces hommes qui, quelques années plus tard, devenir Toolpushers eux-mêmes et deviennent la main-d'œuvre qui serait de découvrir et d'exploiter le Bakken Shale. Le «Red River B" formation a été estimée à environ 120 millions de barils de pétrole, mais après environ 10 années de développement, chaque année des fournitures moins d'une semaine de la consommation de pétrole des États-Unis.

Plus tard dans la nuit, ma nuit bras Dave et j'ai conduit deux miles à l'ouest de la plate-forme et arrêté. Les lumières de Rig 52 sont derrière nous. Nous voulions voir la comète Hale Bopp, puis lors de sa plus proche approche de son orbite. Je me tenais là, dans le reste, le froid la nuit et le Dakota du Nord a brillamment Hale Bopp visible au-dessus de l'âge Crétacé buttes qui a les os de dinosaures. Pendant un moment j'ai pu sens le passage du temps, à partir du moment où ces animaux parcouraient la terre et de la façon dont nous avons nous-mêmes, et peut-être l'ensemble de notre civilisation, sont ici que pour un instant. Après un moment de réflexion, nous sommes retournés au Rig 52 et se terminera avec succès l'inoubliable Eagon bien.

Charlie Brister a passé plus de trois décennies de travail dans diverses branches du secteur de l'énergie: le pétrole, les services publics, l'énergie solaire et d'énergie résidentielle. Après son licenciement, il est la migration de retour en ce dernier domaine.



............
Commentary: Drilling with Charlie – Blizzard in the Badlands

by Charlie Brister

[Note: a true story from the oil fields. You may have burned some of the associated gasoline.]

I am no longer in the directional drilling business due to the industry downturn. Since many of us will not be returning to the oil fields, those who have this experience will be fewer in number, and the demands on their time will be great.

My work with horizontal drilling began in 1995 in the Williston Basin. Previously I had been a “mudlogger” in the Gulf of Mexico and onshore Gulf Coast, working primarily vertical wells, then directional wells from fixed platforms. Eventually I became a lead well-site geological consultant.

In the Williston, we worked the Cedar Hills Anticline in Bowman County, North Dakota. An anticline is a gentle uplifting structure that provides the classic oil trap in geological textbooks. This anticline was the training ground for many who would later use their skills in the famous Bakken Shale play. Our target zone was “Red River B” formation--a 10-foot-thick, oil-bearing layer 9000 feet underground; only the top three feet was the “sweet spot”--the best producer. This layer consisted of a fine micro-crystalline, dark brown dolomite that looks like brown sugar. “Sucrosic” describes how it appears under a microscope. As we drilled wells south along the anticline, problems always popped up, hence the nickname “Aggravation Acres.”

Some wells are memorable. One for the books was the “Eagon”, named after the rancher on whose land it was drilled. The area around the Cedar Hills Anticline is known for the Badlands that were created when the area uplifted. The Hell Creek formation outcrops in this area; it is famous for the Triceratops, T-Rex and other dinosaur fossils found in the area. During the Indian Wars, a U.S. General quipped that the area was “like hell with the fires put out”.

I arrived in early April after a 10-hour drive from Colorado, looking for a derrick among the panoramic buttes. The few cottonwood trees along the coulées were still bare, as spring comes late to North Dakota. I found Rig 52, drove on site and checked in at the “Company Man's” trailer. The first sensation on a rig is the sound and vibration of the multiple engines that power it. The generators and power plants are loud and starkly contrast to the peaceful surroundings.

The Eagon was a re-entry well, meaning that it had been drilled previously and we were going to try to correct what had been done before. I reviewed the log history. After some 9000 vertical feet of cased well, the first horizontal leg had been drilled and they were in “search” mode within the pay zone, with the wellbore drifting up and down, when they hit a problem. They pulled back to near the end of the well casing and drilled a new wellbore. They used the first lateral as a “roadmap.” About 2500 feet into the second horizontal leg, they lost the formation again and decided to drill down. At that point they had a failure, and in an attempt to pull out of the hole they got stuck, accidently twisted off and then abandoned the Bottom Hole Assembly (= expensive equipment). In a word, let me assure you that this well had trouble written all over it.

We drilled the cement plug that had capped the old well. At first things went pretty well. My logging equipment allowed me to see the amounts and types of hydrocarbons encountered. The tools allowed me to describe rock cuttings that were flushed to the surface by the drilling fluid. We calculated the “lag time” from when the bit cut the rock until it would reach the surface; that told us the depth from which those cuttings were coming up. In the case of the Eagon, at the start it took about 45 minutes. We were getting good “shows” of oil.

So how do you know where you are, in a well bore, relative to the thickness of the pay zone layer? After a couple hundred feet out horizontally, we steer the Bottom Hole Assembly (with drill bit) slightly upwards. The Measurement-While-Drilling surveys indicates the wellbore’s angle is at 91 degrees from the vertical. The anhydrite “roof” of the target zone is encountered, and a slowdown is noted. At this point, the bit is tilted a bit down, dropping lower into the zone. The survey should note that you now are at 89 degrees, or less than 90 degrees (90 = horizontal). Keep in mind that this is not the angle at the bit but typically 45 feet or so behind the bit; it is kind of like driving a car forward while looking in the rear view mirror. This maneuver should produce a “top strike” that can be seen in the rock cuttings or gamma log. A few hundred feet further out we do this again, producing another top strike. Using geometry and knowing the True Vertical Depth (TVD) of the two top strikes, a dip angle of the formation can be calculated. In a perfect world, the formation could be projected the mile or so out that the lateral would be drilled. But the earth’s formations are complex; they may be up-dip for a distance, then “roll over” and down-dip, then go up-dip again.

While we kept drilling, it started raining Friday evening, April 4, 1997. Soon the temperature dropped and rain turned to snow, falling about 2 inches per hour. Then the Dakotas wind kicked up to about 60 miles an hour; by 10:00 p.m., we were in a full-fledged blizzard. Come morning, snow had drifted over the pipe racks and packed against the trailers, completely covering the Company Man's trailer. He called over the handheld radio, “Guys, the roads are all closed and drifted over. No one can get in or out of here. There’s no relief crew until roads are cleared, and I have no idea how long that will be. The wind is blowing too hard to send the derrick man up to trip out [pull the pipe out of the well], so we can either come off bottom and circulate [fluids only, no rock] or we can try to drill ahead as long as we can.” There was a pause as the crew chewed it over in the “doghouse.” Finally, the driller called back. “We’ll drill ahead.”

Had the Toolpusher (rig supervisor) been on location, there may have been a different decision, but. he had gone to town on Friday night and was missing in action. The risk was that by drilling ahead, should anyone get hurt, there was zero chance of getting an ambulance to the rig. The crew had already worked their 12-hour shift and were now facing an indefinite schedule. They came from the local area and had only brought enough food for the one shift. The Company Man came back on the radio, “All right, we will drill as long as we can. Let’s gather up whatever food we have on location and start splitting it up. We may be here a while.”

While the storm raged, we were 9,000 feet deep and 2000 feet horizontal. During slight letups in the blizzard, I staggered from the logging shack to the shale shaker to grab rock cuttings for analysis. As we drilled, I drew a “graphical log” showing our progress. We were about 2 feet beneath the top of the formation. At about 2500 horizontal feet the penetration rate slowed; that normally indicated another top strike into the “roof” above the pay zone. I radioed the Company Man: “I think we better [steer the bit] down here. I may be wrong but this is where they screwed up the first time.” At the time, and on most horizontal drilling operations today, decisions are made at the well-site. Several companies have tried drilling from the office or by committee and have met with limited success. Maybe someday, but it wasn't practical then.

An hour later, the cuttings arrived at the surface (lag time increases as you drill further) from the earlier slowdown in penetration rate. Pure limestone. No sucrosic dolomite visible whatsoever. We had drilled through a fault, and were either in the upper or lower limestone. Now we were again, as the others before us, searching for the pay zone…with an exhausted crew.

By Saturday afternoon, the rig crew had been working 24 hours straight—double the normal shift. They were catching naps as best they could, with the driller and derrick man changing out on the brake handle from time to time. The Company Man was also acting as directional driller and was trapped in his trailer under 10 foot snowdrifts, but sat in a lounge chair with a radio call waking him up about every hour to make a decision, after getting data, on where to steer.

I trudged from the logging unit over to our living trailer, which we shared with the MWD hand, Steve, who had set up his equipment there. Steve had terminal cancer, though we didn’t know it at the time. In hindsight, that explained some of his strange behavior. He constantly watched religious programming and made comments like, “These are the End Times.” As the wind sounded like it was going to shred the shack, Steve sat staring at the satellite TV that was down. Snow blew in cracks around windows as he stared on, mumbling something about “the wrath of God”. I ate my sandwich and shook my head. Then we heard the radio crackle, “Hey – anybody got any drinking water? We're out.” Steve and I looked around the shack and found about a half gallon--barely enough to make one pot of coffee. Coffee was the juice these guys were running on. We began melting snow, but it took hours to make enough for just a few pots.

We continued to drill down through the Red River Limestone when, once again, the penetration rate slowed. I radioed the Company Man, “I think we need to pick up and circulate out for samples to find out what this is.” “Not a problem,” he responded, “Maybe the boys can get an hour nap.” At that point--Saturday evening--they had been working about 36 hours. The driller began working the pipe up and down, taking steps to prevent anything getting stuck in the well. A little over an hour later, I trudged through the snow, grabbed a cutting sample, and scoped it. Fine white particles of anhydrite were visible. We were approaching the “roof” of the Red River B zone. I called the Company Man, “Let's keep going down.” We drilled at a slower rate as we penetrated the thin anhydrite section, then the drilling rate increased from 20 feet to 80 feet per hour. “Zone!” At almost 3000 feet lateral, we had drilled through a fault, turned the bit down and had re-entered our production zone. Now we were trying to recover and level out in the zone without drilling past it. An hour later, we got confirmation that we were still in the pay zone.

By Monday morning, the winds let up and the sun broke through. The snow was about 3 feet deep with drifts up to 10 feet. One of the hands called out on the radio: “Hey there's somebody walking, about a mile over there!” We sent out our skid loader and recovered the mystery man; it was our Toolpusher, Mike, who had gone missing Friday night. He had driven off the road into a coulee, then had left his truck and made it to a nearby rancher's home. Since it was early April and calving season, the rancher brought the newborn calves into the home to try to keep them alive. “Hannah” was one of the most brutal springtime blizzards in modern history, killing over 100,000 head of cattle in the Dakotas. As the snow melted, its runoff flooded the Red River Valley, including Grand Forks. Mike had spent his time helping the rancher keep his calves alive. Later that day, the roads were cleared and our relief crew finally arrived, honking their horns as they drove in. At this point, we had worked 66 hours straight. As darkness fell, the relief crew began tripping out to change the bit that had managed to last through the ordeal, both above and below the surface. These men would, a few years later, become Toolpushers themselves and would become the workforce that would discover and exploit the Bakken Shale. The “Red River B” formation was estimated to contain about 120 million barrels of oil, but after about 10 years of development, it annually supplies less than a week of U.S. oil consumption.

Later that night, my night hand man Dave and I drove two miles west of the rig and stopped. The lights of Rig 52 were behind us. We wanted to see Comet Hale Bopp, then at its closest approach in its orbit. I stood there in the still, cold North Dakota night and saw Hale Bopp brightly visible above the Cretaceous age buttes that held the bones of dinosaurs. For a moment I could sense the passing of time, from when those animals roamed the earth and how we ourselves, and maybe our entire civilization, are here for only an instant. After a moment of reflection, we returned to Rig 52 and would successfully finish the unforgettable Eagon well.

Charlie Brister has spent over three decades working in various arms of the energy sector: oil, utilities, solar, and residential energy. After his layoff, he’s migrating back into the latter realm.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Original article available here
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 03:55
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 03:52
Repost 0
Published by Amédée
commenter cet article

Rechercher

Archives