Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 06:26

BRUNI

Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 06:24
Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 06:22
Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 06:21

 

 

 

"Non quia timemus non audemus, sed quia non audemus, timemus" (Sénèque): "Ce n'est pas parce que nous avons peur que nous n'osons pas; c'est parce que nous n'osons pas que nous avons peur"... "...le péril s'évanouit quand on ose le regarder." (Chateaubriand)
Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 06:19

SARKOZY

Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:25

DESSIN VU SUR NOVOPRESS   KORBO

 

 

Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 07:06
Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 06:56

 

 

                         MOTS 11 MARS 2011

-------------

   BOLOSSE

 

REMPLACISTE

 

TERRITOIRE

 

DEPARTEMENT

 

 

ULTIMATUM ( de 48 heures , donné par Sarkozy à Gbagbo , il y a des mois )

 

Déferlante

 

 

PRIMESAUTIER ( tempérament primesautier de Sarkozy)

 

 

OBSESSION     OBSESSIONNEL ( chasse obsessionnelle à )

 

CONTRER ( le FN Monstrueux  par les ANGES de l'UMP, UMPS, PS ; par un """" FRONT REPUBLICAIN """) 

 

THESE 

 

REPRENDRE  ( les thèses monstrueuses du FN )

 

INTOXIQUER   INTOX   INTOXICATION   )

 

KEBAB

http://fr.novopress.info/80114/1002-21h11-chartres-morte-apres-avoir-mange-au-kebab/

 

 

( infos passées inapercue , non divulgué , contrairement à la mort au Quick d'Avignon )

 

 

DIVULGUER

 

FEODALITé  ( sont devenues des féodalités )

 

DOGMATISME

 

CONCRET concrètement 

 

CASTE ( au pouvoir )

 

RECORD    ( des records sont battus ; prix du pétrole )

 

ENVOLée

 

 

TARIF ( du GAZ    ; plus 20 % en un an )

 

PROFIT   surprofit

 

MARASME ( sortir du marasme )

 

UNANIME

 

LIQUIDER  le ministre pakistanais ( défenseur des chrétiens ) liquidé

 

 

  FORMIDABLE

 

Comme d’habitude les grands médias qui devraient apporter la diversité dans l’analyse des événements du Maghreb et du Machrekh sont « unanimes ». « Unanimes » dans leurs … contradictions.

Voici ce qu’il faudrait croire :

1 – Les peuples arabes sont formidables ; ils veulent prendre en main leur destin et bâtir des démocraties à l’occidentale.
2 – Il faut se préparer à accueillir des « réfugiés ».

Mais enfin qui voudrait bien vouloir fuir des démocraties occidentales en construction ?

3 – L’Union européenne va doubler ses prêts aux pays du Moyen Orient mais alors qu’en est-il de la réduction de la dette  !

 

 

SANS-PAPIERISME    !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------

 

 

Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 06:54

 

 

 

 

http://fr.novopress.info/79951/quebec-immigration-un-tabou-explose-par-mathieu-bock-cote/

 

 

 

 

L’immigration est un sujet piégé au Québec. Il suffit que vous exprimiez quelques réserves sur la hausse systématique des volumes d’immigration, pour qu’immédiatement, on vous prête les pires intentions, en plus de vous présenter comme un demeuré.

Ce tabou risque de se fissurer dans les prochaines semaines. Depuis hier, on trouve en librairie un ouvrage « Le remède imaginaire, pourquoi l’immigration ne sauvera pas le Québec« , publié chez Boréal et écrit par Benoit Dubreuil et Guillaume Marois. Ce livre vient bouleverser le débat sur l’immigration.

La thèse est aussi simple que provocante : contrairement à ce que répète le discours officiel depuis quelques années, « économiquement et démographiquement, le Québec n’a pas besoin d’immigration » (p.307). L’immigration n’aurait pas un effet significatif sur l’économie. Elle ne pourrait non plus rajeunir véritablement la population.

Toujours selon Le remède imaginaire, pour améliorer les performances économiques des immigrants, on pourrait envisager de resserrer les critères d’admission. Cependant, tout resserrement des critères impliquera une baisse du nombre d’immigrants admis annuellement.

Dubreuil et Marois ne plaident évidemment pas pour l’immigration zéro, ni possible ni souhaitable. Ils nous invitent toutefois à dédramatiser une réduction éventuelle des volumes d’immigration. « Toujours plus » ne saurait être un slogan valable dans ce domaine.

Il faut en convenir, leur démonstration est convaincante, en plus d’être fondée sur une littérature scientifique abondante, multipliant les comparaisons entre le Québec et les autres sociétés occidentales. Les auteurs s’appuient sur des sources aussi variées qu’impressionnantes.

Traditionnellement, ceux qui exprimaient des réserves envers l’impact de l’immigration le faisaient pour des raisons culturelles, identitaires. Dubreuil et Marois n’avancent pas sur ce terrain. Mais chose certaine, Le remède imaginaire reformulera profondément les termes du débat public.

Le politologue français Pierre-André Taguieff a appelé « immigrationnisme » l’idéologie selon laquelle l’immigration était nécessaire et nécessairement bonne. Cette idéologie risque de sortir amochée du débat qui accompagnera ce livre.

Le débat public vient de s’élargir. Une discussion rationnelle sur nos seuils d’immigration peut s’ouvrir. L’objectif : les adapter à nos capacités réelles d’intégration. Cette discussion oxygénera la démocratie en mettant de côté la rectitude politique.

 

 

 

Sur Cyberpresse, André Pratte a posé la question suivante à propos de ce livre :

 

 

si « l’immigration n’entraîne pas de bienfaits économiques et démographiques, et si […] elle provoque une diminution de la place du français et une brisure entre Montréal et le reste de la province, pourquoi voudrait-on l’encourager ? ».

 

 

C’est une excellente question. Je me la pose aussi.

 

 

 

 

 

http://fr.novopress.info/79951/quebec-immigration-un-tabou-explose-par-mathieu-bock-cote/

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 06:51

  http://fr.novopress.info/79669/%c2%ab-revolutions-arabes-%c2%bb-et-contradictions-mediatiques/

 

 

http://fr.novopress.info/79559/tribune-libre-revoltes-au-moyen-orient-les-arabes-nont-pas-besoin-de-la-democratie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+France%29&utm_content=Yahoo%21+Mail

 

  http://fr.novopress.info/79405/la-crise-libyenne-aspiration-democratique-ou-eclatement-des-alliances-tribales/

-

 

Par Bernard Lugan.

Personne ne regrettera le satrape libyen responsable de multiples attentats, de nombreux crimes et de la déstabilisation de régions entières de l’Afrique. Ceci étant, laissons l’émotionnel aux amateurs de superficiel et les pamoisons aux journalistes, pour ne nous intéresser qu’au réel. La fin de Kadhafi qui risque d’avoir des conséquences dont nous sommes loin de mesurer l’ampleur est en effet moins une aspiration démocratique populaire que la manifestation de l’éclatement de l’alchimie tribale sur laquelle reposait son pouvoir.

A la différence de la Tunisie ou de l’Egypte, la Libye dont plus de 90% du territoire est désertique, n’est en effet pas un Etat, mais un conglomérat de plus de 150 tribus divisées en sous tribus et en clans. Ces ensembles ont des alliances traditionnelles et mouvantes au sein des trois régions composant le pays, à savoir la Tripolitaine avec la ville de Tripoli qui regarde vers Tunis, la Cyrénaïque dont la capitale est Benghazi et qui est tournée vers Le Caire et le Fezzan dont la principale ville est Sebba et qui plonge vers le bassin du Tchad et la boucle du Niger.

De l’indépendance de la Libye en 1951 jusqu’au coup d’Etat qui porta le colonel Kadhafi au pouvoir en 1969, la Libye fut une monarchie dirigée par les tribus de Cyrénaïque. Membre d’une petite tribu chamelière bédouine, le colonel Kadhafi fut porté au pouvoir par une junte militaire multi tribale mais dans laquelle dominaient les deux principales tribus de Libye, celle des Warfallah de Cyrénaïque et celle des Meghara de Tripolitaine. La plupart des tribus de Cyrénaïque demeurant attachées à la monarchie, le colonel Kadhafi réussit un grand coup politique en épousant une fille du clan des Firkeche membre de la tribu royale des Barasa, ce qui lui assura le ralliement de la Cyrénaïque rebelle.

Or, aujourd’hui, c’est tout son système d’alliance avec la Cyrénaïque qui a volé en éclats. La date clé du délitement tribal du système Kadhafi est 1993 quand un coup d’Etat des Warfallah fut noyé dans le sang. Les haines furent ensuite tues tant la terreur imposée par le régime fut forte, mais les tribus de Cyrénaïque n’attendaient qu’une occasion pour se révolter et elle se présenta durant le mois de février 2011. Elles s’emparèrent alors de la région et arborèrent le drapeau de l’ancienne monarchie.

Kadhafi avait certes perdu la Cyrénaïque, comme les Turcs et les Italiens avant lui, mais il lui restait la Tripolitaine et le Fezzan. Dans ces deux régions, le régime avait également constitué de subtiles alliances tribales. Au moment où ces lignes sont écrites, à savoir le 27 février 2011, certaines tribus ont ainsi quitté le camp Kadhafi, mais les grandes solidarités demeurent, même si elles sont chancelantes.

A court terme, le principal danger qui menace le colonel Kadhafi n’est pas la Cyrénaïque séparée par plus de 1000 km de désert de la ville de Tripoli ; ce n’est pas non plus la surréaliste armée libyenne et encore moins les volontaires que l’on voit parader dans les rues de Benghazi ou de Tobrouk. Tout est en effet suspendu au choix que vont faire les chefs de la tribu guerrière des Megahra qui domine en Tripolitaine. Longtemps alliée à celle de Kadhafi, les Khadîdja, elle donna un temps le numéro 2 du régime en la personne du commandant Abdeslam Jalloud avant sa disgrâce de 1993 quand il fut suspecté d’avoir noué des liens avec les putschistes warfallah. Si les Megahra demeurent loyaux ou même neutres, Kadhafi se maintiendra un temps encore au pouvoir sur une partie du pays. Dans le cas contraire, il se trouvera alors véritablement en difficulté et contraint de se replier sur sa seule tribu laquelle n’est forte que de 150 000 membres.

Si les Meghara abandonnaient Kadhafi, cela voudrait dire qu’ils ont l’intention de s’emparer du pouvoir et la Libye serait coupée en deux, la Tripolitaine et la Cyrénaïque se trouvant dominées par les alliances tribales constituées autour des Warfallah et des Meghara. La question qui se poserait alors serait celle de la survie de l’Etat libyen.

Ces deux ensembles se combattront-ils ou bien se partageront-ils le pouvoir dans un cadre fédéral ou confédéral ? Nous l’ignorons, mais le danger est de voir apparaître une situation de guerres tribales et claniques comme en Somalie. Elles pourraient être suivies d’un éclatement en plusieurs régions, ce qui ouvrirait un espace inespéré pour Aqmi qui prospérerait au milieu du chaos avec en plus, dans le sud du pays, une dissidence toubou qui aurait des répercussions au Tchad, et des initiatives touareg auxquelles pourraient s’adosser l’irrédentisme touareg du Mali et du Niger ; sans parler, naturellement des conséquences pétrolières qu’aurait un tel conflit.

Bernard Lugan

 

 

 

 

 

 

-

 

 

 

http://fr.novopress.info/79669/%c2%ab-revolutions-arabes-%c2%bb-et-contradictions-mediatiques/

 

http://fr.novopress.info/79559/tribune-libre-revoltes-au-moyen-orient-les-arabes-nont-pas-besoin-de-la-democratie/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+France%29&utm_content=Yahoo%21+Mail

 

 

 

  http://fr.novopress.info/79405/la-crise-libyenne-aspiration-democratique-ou-eclatement-des-alliances-tribales/

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Rechercher

Archives