Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 07:19

- -

SeaFrance: les navires resteront à quai jusqu'à nouvel ordre (direction)

Le 16/11/2011 à 21:18


Les navires de SeaFrance resteront à quai "jusqu'à nouvel ordre" en raison de "doutes sur la sécurité", a annoncé mercredi la direction de la compagnie de ferries placée en liquidation judiciaire à la mi-journée par le tribunal de commerce de Paris.

"Tant que des doutes subsisteront sur la sécurité des expéditions maritimes, et jusqu'à nouvel ordre, les navires resteront à quai", ont indiqué dans un communiqué les administrateurs judiciaires de l'entreprise.

La prolongation d'activité jusqu'au 28 janvier décidée par la justice "restera conditionnée à la trésorerie disponible de la Compagnie", ajoute par ailleurs le communiqué.

SeaFrance avait décidé de laisser à quai ses bateaux mardi, disant craindre pour la sécurité des passagers et du personnel, alors que certains syndicalistes avaient menacé de faire couler des navires.

Les accès au port restaient complètement fermés au public par les policiers mercredi. Les responsables syndicaux ont rencontré les marins restés à bord des bateaux bloqués à quai pour les informer des derniers développements.

L'avocat du CE de SeaFrance, Me Philippe Brun, a dénoncé une décision "illégale et contraire au jugement du tribunal de commerce."

"L'entreprise ne peut plus fonctionner. C'est condamner l'entreprise de faire ça. On a un groupe public (la SNCF) qui impose ses gendarmes alors qu'il n'y a aucune menace", a-t-il expliqué.

L'avocat voit dans la condition de "trésorerie" fixée par la direction au maintien de l'activité un signe de plus d'une volonté de "couler" l'entreprise. "Pour fonctionner encore deux mois, il faut de la trésorerie. Si les navires restent à quai, il n'y a pas de trésorerie", selon lui.

Selon Me Brun, la décision de maintenir les ferries à quai "vient dire le contraire" de la proposition du ministre des Transports Thierry Mariani, qui a affirmé vouloir rencontrer les responsables de la Scop sous dix jours.

Mercredi le tribunal de commerce de Paris a placé SeaFrance en liquidation judiciaire mais a permis le maintien de son activité jusqu'au 28 janvier, pour lui laisser le temps de trouver un éventuel repreneur.

Aucune des deux offres de reprise présentées n'a convaincu les juges.

Filiale de la SNCF SeaFrance est la dernière société française à assurer la liaison maritime Calais-Douvres.

 

*****************

 

Les marins de SeaFrance ravis de la décision du tribunal de commerce

Le 16/11/2011 à 14:30


Les marins de la compagnie de ferries SeaFrance ont accueilli avec des cris de joie, à Calais, la décision du tribunal de commerce de Paris qui a prononcé mercredi la liquidation judiciaire de la société, tout en maintenant l'activité jusqu'au 28 janvier 2012.

"C'est un grand soulagement pour tous les marins, avec le sentiment toutefois que nous avons encore plus de responsabilités maintenant sur les bras", a déclaré Didier Cappelle, secrétaire du syndicat CFDT maritime, majoritaire.

"Il faut se retrousser les manches, et on va surtout veiller à se rapprocher maintenant des (instances) politiques, de la SNCF, de l'Etat, pour concrétiser le financement, pour nous aider à aboutir à la Scop (Société coopérative et participative)", a ajouté M. Cappelle.

Parmi les deux offres de reprise déposées figure le projet de Scop, qui prévoit de conserver l'intégralité des 880 emplois en CDI.

Quelque 100 à 150 salariés étaient massés près d'une estrade du haut de laquelle M. Capelle a annoncé la nouvelle.

"C'est un beau cadeau de Noël!" se sont réjouis des salariés, certains faisant résonner de gros pétards lors de l'annonce.

"Il faut qu'on reste calmes et sereins face à la provocation exprimée par la direction", les a alors tempérés M. Cappelle, en faisant allusion au déploiement de policiers important et au blocage "stupide" des bateaux.

"Pour l'instant, SeaFrance n'appartient pas encore aux marins et rien n'est gagné. C'est maintenant qu'il nous faut continuer et confirmer notre travail", a conclu le leader syndical.

"On travaille encore jusqu'au 28 janvier et, d'ici là, on aura les ressources pour continuer. On continue sous pavillon français, et la boîte, elle est pas près de finir", soulignait un salarié, ravi.

Sur le port de Calais, où le monde de la mer est traditionnellement très uni, on pouvait entendre mercredi de petits groupes de marins, parfois n'ayant rien à voir avec SeaFrance, crier "On a gagné!"

La CFDT, elle, parlait de "demi-victoire". Elle va désormais "devoir à la fois préparer la Scop, (...) son financement (...) et surtout son management", a expliqué M. Cappelle.

Alors que les accès au port restaient complètement fermés au public par les policiers, les responsables syndicaux ont rencontré les marins restés à bord des bateaux bloqués à quai par la direction, afin de les informer des derniers développements.

L'ensemble des salariés de SeaFrance attendaient de savoir s'ils allaient pouvoir reprendre le service au plus vite, alors que la direction avait décidé de maintenir les navires à quai depuis mardi, par crainte de "troubles" sociaux dans l'attente de la décision du tribunal de commerce.

Un zodiac avec des CRS à son bord patrouillait dans le port, qui semblait presque en état de siège, sous les regards souvent perplexes des marins. Après l'ovation à l'annonce de la décision, ces derniers avaient repris leurs occupations dans le calme et sans débordements excessifs.

"On est très satisfaits, soulagés, après trois ans de combats et d'angoisse, pour nous, mais surtout pour nos familles et nos enfants", a déclaré Yann Vigoureux, écrivain à bord (comptable) et 26 ans de trafic transmanche à son actif.

"Cela fait deux jours qu'on ne voyait plus nos bateaux et maintenant le soleil se lève", a-t-il ajouté.



-

 

 

 

 

 




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher

Archives