Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:21

-

Eva  JOLY   ( utilise merdiatiquement un faux état-civil)

 

faux prénom

 

faux patronyme   divorcée du français Joly ( décédé)

 

  LU SUR CARFREE

-

 

 

 

 

Une fois n’est pas coutume, je vais faire un peu de politique politicienne, pour défendre de toutes mes forces Eva Joly.

 

Non pas que je défende particulièrement son programme ou celui d’Europe Ecologie-Les Verts, mais je suis sidéré par l’attaque en règle dont elle fait l’objet de toutes parts, y compris et peut-être surtout de la part de son propre camp politique.

 

 

Soyons clair, le programme écologique d’Eva Joly n’est pas beaucoup plus ambitieux que la politique environnementale d’un constructeur automobile lambda. Elle s’insère parfaitement dans ce que l’on peut appeler une écologie de marché à la sauce croissantiste et productiviste. En outre, malgré les atermoiements des uns et des autres, il était évident qu’elle appellerait à voter Hollande au second tour de l’élection présidentielle.

Également, n’ayant jamais voté écologiste, on ne peut pas m’accuser non plus de parti pris ou de point de vue partial sur la vie interne de la galaxie écologiste.

Or, je suis effaré par le dézingage en règle dont fait l’objet Eva Joly depuis maintenant quelques jours. A en entendre certains, elle devrait même se retirer de la course à l’élection présidentielle, elle se serait « discréditée », etc.

De quoi parle-t-on au juste? Tout commence quand les Verts et le PS négocient un accord pour l’après présidentielle. Qu’on le veuille ou non, il s’agit bel et bien d’un accord de gouvernement, car il vise à établir une majorité présidentielle à l’assemblée nationale pour permettre à Hollande de gouverner. On peut supposer que les écologistes auront bien entendu droit à certains maroquins ministériels dans le cadre de cet accord.

Du point de vue de l’électeur, cet accord est forcément incompréhensible. Il aurait du avoir sa raison d’être entre les deux tours de l’élection présidentielle, dans l’hypothèse où Hollande arriverait devant Joly.

Le fait que cet accord intervienne maintenant en dit long sur le peu de confiance de la clique écologiste dans la candidature d’Eva Joly.

 

 

 En gros, ils pensent à peu près tous qu’elle va se planter et qu’il est donc préférable de négocier un accord maintenant pour obtenir le maximum tout de suite au lieu de négocier après le premier tour si le score d’Eva Joly ne dépassait pas les 5%…

Seconde étape, on a une multinationale de la pollution nucléaire qui intervient directement dans l’accord entre PS et écologistes en obtenant le retrait d’un paragraphe sur le combustible nucléaire MOX, sans que cela semble choquer outre mesure socialistes et écologistes. L’accord enterre également au passage l’idée de tout abandon du nucléaire ou même de l’arrêt de l’EPR de Flamanvile… thèmes qui sont pourtant au cœur du programme d’Europe-Ecologie-Les Verts!

C’est à ce moment là qu’Eva Joly commet, selon l’ensemble de ses détracteurs, sa « première erreur », en déclarant qu’elle ne se reconnaît pas dans cet accord, accord qui « ne la fait pas rêver » selon ses termes. C’est quand même la moindre des choses pour une candidate à l’élection présidentielle de porter le programme de son parti et non pas un accord signé à la va-vite pour des raisons strictement politiciennes!

Mais le coup de grâce va venir quand elle a l’outrecuidance de ne pas se prononcer clairement pour Hollande au second tour de l’élection présidentielle… En réalité, quelle a été la réponse exacte d’Eva Joly quant à savoir si elle appellerait à voter Hollande au second tour? De mémoire, quelque chose du genre: « pourquoi ne demandez-vous pas à François Hollande s’il appellera à voter pour moi dans l’hypothèse où je serais devant lui au premier tour? »

A vrai dire, tout ceci sonne faux. Bien sûr que tout le monde sait qu’elle va appeler à voter Hollande au second tour: ses « amis » écologistes, les socialistes, la droite, les électeurs, etc. La véritable question n’est pas celle-ci, mais plutôt pourquoi faire comme si le premier tour n’avait pas de raison d’être? Qu’est-ce qu’on reproche exactement à Eva Joly? Est-ce de ne pas faire campagne pour François Hollande? Si c’est le cas, Europe Ecologie-Les Verts n’a qu’à se dissoudre en tant que parti politique et fonder un courant au sein du PS…

En fait, il y a réellement deux niveaux de critiques, l’une provenant du camp écologiste et l’autre provenant du camp socialiste.

Dans le camp écologiste, le véritable problème, c’est la peur qu’ont les ténors du parti écologiste de louper des places au sein du futur gouvernement. Pour eux, l’important n’est pas dans la campagne présidentielle des Verts ou d’Eva Joly, mais dans le futur positionnement du parti écologiste dans la prochaine majorité présidentielle (maroquins ministériels, groupe parlementaire à l’assemblée, nombre de circonscriptions). Dans ce contexte, il faut absolument ménager les susceptibilités du camp Hollande. Pour eux, le Rubicon a été franchi quand Eva Joly n’a pas voulu dire clairement qu’elle appellerait à voter Hollande au second tour. Le feu était dans la maison, car tous les espoirs de futurs postes risquaient de disparaître…

Dans le camp socialiste, l’inquiétude n’était pas de ce niveau-là, car les socialistes savent tous, Hollande compris, qu’Eva Joly appellerait quoi qu’il arrive à voter Hollande au soir du premier tour à l’élection présidentielle. Et quand bien même elle n’appellerait pas à voter Hollande, ses électeurs n’iront pas voter Sarkozy au second tour… Leur problème relève donc plus du danger que représente Eva Joly en matière de transparence et d’intégrité, en particulier quand elle a dénoncé à juste titre les magouilles du PS et d’Areva lors de l’accord avec les Verts. Quoi qu’ils en disent, les socialistes apparaissent réellement comme archaïques dans cette affaire, présentant aux électeurs une tradition détestable de la politique française, la connivence entre multinationales et partis politiques.

En fait, le vrai problème d’Eva Joly, c’est d’apporter dans la campagne électorale qui s’annonce une manière très « nordique » de faire de la politique, en dénonçant les collusions, les négociations de marchands de tapis, les lâches abandons, etc. Il y a chez cette femme une intégrité que tous les hommes et femmes politiques français ont depuis longtemps abandonné en rase campagne.

Cette « affaire » met au grand jour, pour ceux qui en doutaient encore, le niveau déplorable du paysage politique français.

Pour mieux comprendre Eva Joly, il faut quand même rappeler quelques éléments habituels de la démocratie norvégienne. En Norvège, les ministres prennent le train à leurs frais et se font rembourser sur justificatif! Les ministres se doivent de prendre les transports en commun ou alors marcher quand c’est possible. Même les taxis ne sont pas remboursés par l’Etat!

Tout ceci n’est pas seulement anecdotique mais caractérise l’idée d’un Etat démocratique exemplaire. C’est pourquoi, quelqu’un comme Eva Joly ne peut faire qu’exploser les codes habituellement en vigueur dans la société politique française. Et la meute médiatico-politique qui se lâche actuellement sur elle n’est rien d’autre qu’une réaction d’auto-défense d’une classe médiatique et politique en état de putréfaction avancée.

S’il y a une seule personne d’incorruptible en France, c’est sans doute Eva Joly.

Et elle vaut beaucoup plus que tous ces chiens.

   

 

J’irai même plus loin en disant que l’écologie politique en France c’est fini. Ces « politichiens » d’EELV ne valent pas mieux que tous les autres et Madame Eva Joly a vraiment du cran pour avaler leur conduite déplorable et continuer à soutenir l’écologie dans ce pays de magouilleurs en tous genres.


(Lire mes articles sur le sujet : cf.: Présidentielle 2012 : « Les Verts rient jaune »

 

http://www.lepost.fr/article/2011/11/16/2639637_presidentielle-2012-les-verts-rient-jaune.html

 

 et Les écologistes Français vendent leur âme pour des postes à l’assemblée nationale

 

http://www.lepost.fr/article/2011/11/16/2639027_les-ecologistes-francais-vendent-leur-ame-pour-des-postes-a-l-assemble-nationale.html)

 

Merci à Madame Eva Joly, cette européenne exemplaire par son témoignage courageux et rarissime qui nous manque déjà !

Avec mes salutations citoyennes courtoises.
Pierre Sarramagnan-Souchier

 

Le problème d’Eva, c’est qu’elle est déplacée, archaïque diront les politiques politiciens de notre pays, et encore attachée à des valeurs qui n’ont plus lieu nulle part… L’excuse concernant le « non appel au vote PS » est d’une connerie hallucinante !

 

 

 

Aucun candidat, qui qu’il soit, n’ira avant même le premier tour appeler à voter pour un autre (sinon, à quoi bon se présenter ???)

En fait, en y réflechissant, c’est la critique du PS faite lundi, sur Farce2, le média à papa, lorsqu’Eva a critiqué la collusion, l’applatissement même, du Ps devant Areva qui gène, et pas du tout son soit disant non appel ! Pensez, elle ose montrer ce que personne, droite y compris (et pour cause), n’avait relevé dans cette histoire : le poids des lobbys sur les partis !

Mais là ou EELV se plante en la mettant à l’écart, c’est que leur force, ils la tiendraient de cette honnêteté qu’a Eva ! Et les 5 % qu’ils craignent tant de ne pas passer seraient atteinds avec un peu plus de cette honnêteté là ! Signer ce qui, aux yeux de tous, est un applatissement devant le PS pour quelques sièges est, pour un petit parti, contre productif !

 

 

Au contraire, laisser Eva plus « libre » de ses paroles, et passer les 10 % ne serait plus un rêve, les français aimant les grandes gueules (voyez les scores passés d’une Arlette, à l’image bien plus dure que celle d’Eva)…

Mais, comme dit plus haut, les places sont, financièrement, importantes… La seule question qu’il reste, c’est pourquoi, alors, présenter un candidat, puisque le doigt est déjà sur la couture, aux ordres du PS, voilà, du moins, l’image qui ressort de cette histoire !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher

Archives