Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 07:23

-Lorsqu’on prend un peu de hauteur, on ne peut être qu’étonné, en disant le moins, par les coups de boutoir lancés contre la civilisation occidentale et chrétienne au sein même des pays qui, après quinze siècles d’efforts et d’épreuves, ont forgé cette civilisation.

 

 

Le malheur veut que le pays le plus actif dans cette entreprise de démolition soit la France.

Quelle sera la nature de ce pays lorsqu’il comptera une majorité de musulmans, d’Arabes et de Noirs ?

 

 

Déjà, le nombre des musulmans en France est estimé à 8 millions. Il en arrive chaque jour davantage, venus d’Afrique et d’Orient et ce n’est pas l’immense pagaille que l’on appelle le « printemps arabe » qui règne désormais dans la plupart des pays arabes qui va ralentir ce flux. Quand le droit des votes aux élections locales leur sera accordé, ce qui est inscrit dans le programme de la gauche pour 2012, et qui sera très prochainement voté par le sénat de gauche (première étape), rien n’empêchera les communes à majorité musulmane de voter avec les impôts locaux la construction de mosquées, appel à la prière du muezzin en prime. Déjà, les coutumes ancestrales françaises disparaissent devant les exigences musulmanes : produits hallals dans toutes les grandes surfaces, cantines collectives aux menus conformes aux exigences de l’islam, ramadan et fêtes musulmanes chômées, etc.

Au regard de cette invasion conquérante d’une religion toujours très hostile à l’Occident chrétien depuis sa naissance au VIIe siècle, je relève, parmi bien d’autres cas, ce que signale le mouvement « Aide à l’Église en détresse », reconnu par le Vatican : « La discrimination contre les chrétiens et le rejet du christianisme en Europe où la foi chrétienne et l’Église sont régulièrement ridiculisées et ostracisées, mouvement de fond de reniement de notre culture… » La pièce de théâtre, jouée actuellement à Paris, « Sur le concept du visage du Fils de Dieu », ainsi que l’autre pièce de théâtre « Golgotha Picnic », en témoignent.

Non seulement l’athéisme progresse, mais nombreux sont ceux qui renient concrètement leur foi en obtenant leur « débaptisation » en France, mais aussi en Allemagne, où 181 000 personnes en 2010 ont quitté l’Église ; en Autriche, 84 000, également en 2010. En France, l’association de la « libre-pensée » distribue des formulaires de débaptisation. Je relève, en outre, que l’on déplore qu’il n’y a pas assez de mosquées en France, alors qu’on laisse des églises catholiques à l’abandon. « Les églises parisiennes sont dans un état inquiétant » titre « Le Figaro » du 6 octobre, qui précise qu’à la Madeleine, à Paris, il a fallu « emmailloter » les pierres, de peur qu’elles ne tombent sur la tête des fidèles.

Cette évolution destructrice, qui a commencé aussitôt après la deuxième guerre mondiale et qui s’est amplifiée à partir de 1981, ne s’arrêtera pas. Elle finira par tout envahir. Les 700 000 Tunisiens (chiffre officiel) qui résident en France ont récemment voté, en France, en majorité pour le parti islamiste. Y a-t-il 700 000 Français en Tunisie qui ont voté pour un parti catholique ? Lorsque le régime algérien s’effondrera, livrant l’Algérie à l’anarchie et à Al Qaïda, nous verrons des dizaines et des dizaines de milliers d’Algériens se réfugier en France, « terre d’asile », où ils seraient déjà plus d’un million. Je précise en passant que le budget de soutien aux demandeurs d’asile (60 000 en 2010) s’élève à 523 millions d’euros. Je dis bien : plus d’un demi-milliard d’euros par an. C’est que la majorité de ces immigrés, souvent musulmans, sont assistés, logés, nourris, par le contribuable français, à qui évidemment on ne demande pas son avis. Il n’a qu’à payer et se taire.

Dans le même ordre d’idée, il faut, à nouveau, citer le cas de Mayotte, petite île de l’archipel musulman des Comores, dans l’océan Indien, mais nouveau département français où le SMIC mensuel vient d’être fixé à 1 000 euros, alors que le niveau de vie local est de 2 euros par jour et par famille. On peut être sûr que des foules venues des Comores, de Mada­gascar et d’Afrique noire vont se précipiter à Mayotte, puis arriveront en France, où, à Marseille notamment, on compte déjà plus de Comoriens qu’aux Comores.

En tout cas, une conclusion peut être tirée de cette politique scandaleuse, démagogique et tiers-mondiste : tant que l’État-providence restera au niveau où il se trouve aujourd’hui, il sera strictement impossible de rembourser la dette. Ceux qui nous racontent le contraire sont des bonimenteurs à slogan : « Réduire la fracture sociale », le slogan de Chirac inventé par Séguin, ou encore le « président du pouvoir d’achat », c’est-à-dire Sarkozy – pouvoir d’achat qui, en fait, a diminué partout. Que va-t-on trouver aujourd’hui pour appâter les imbéciles ?

En réalité, le substrat de cet état de choses est la perte progressive de toute moralité. La société de consommation y contribue fortement. Des heures de télévision et des magazines entiers sont consacrés à tous les produits de rêve que l’on puisse imaginer : voitures, télévisions, produits électro-ménagers merveilleux, croisières de luxe à l’autre bout du monde, jeunes femmes à l’encan, toujours présentées plus ou moins déshabillées (qui arrivent juste avant les chevaux de course, mais en un peu moins cher). Il en faut de l’argent pour avoir tout cela. Eh bien, on y arrive par le crédit que l’on ne rembourse pas et par le vol. C’est ce qui explique, par exemple, que des policiers de haut rang se soient mis au service du grand banditisme. Un député socialiste est un collectionneur « compulsif » de montres de grand prix. Strauss-Kahn, l’oriflamme du socialisme, se fait livrer des filles à Washington et, de l’autre côté de l’échiquier politique, on trouve de mystérieuses rétro-commissions…

Très significatif aussi est le laisser-aller vestimentaire général. Il faut s’habiller négligé. On porte des jeans. Pourquoi pas ?
Mais il faut que le jean soit déchiré, qu’il paraisse sale. On dirait que ceux qui les portent ont le culte de la médiocrité et de la saleté. Les « tags » qui salissent les murs, les véhicules et jusqu’aux voitures du métro, procèdent du même état d’esprit : salir. Ne parlons pas de la violence et de la délinquance qui s’aggravent tous les jours. La police vient d’arrêter des bandes de « Caucasiens » (du Nagorny-Karabakh, d’Arménie, d’Azerbaïdjan ?) qui, avec les gangs de Tsiganes, sont spécialisés dans le vol et le pillage.


Un mot aussi d’internet, où l’on m’assure – je n’ai pas d’ordinateur – que la pornographie est à la disposition de tous, même les plus jeunes. Pour terminer, toujours s’inscrivant dans la même mentalité de démolition de notre civilisation, l’art contemporain. Une toile barbouillée par la queue d’un âne trempée dans un pot de peinture se vendra des millions d’euros à des crétins richissimes. On voudra bien m’excuser : pour moi, Fra Angelico et Rembrandt, c’est mieux…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher

Archives