Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 07:11

 

 

 

 

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Roosebeke

 

 

 

 

      

 

 

Près de 26 000 cadavres[2],[3] jonchent le champ de bataille, et Philippe van Artevelde, trouvé mort dans un fossé, fut pendu à gibet ou à un arbre[4].

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Roosebeke

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe van Artevelde a décidé de miser sur le difficile environnement climatique : les troupes flamandes progressent donc dans une épaisse brume, se donnant le bras pour ne pas s'égarer dans ce frimas et ne faisant qu'un seul corps.

 

 

 Mais la brume se dissipe brusquement, selon Jean Froissart, au moment où Pierre de Villiers, porte-étendard, lève l'oriflamme du roi. L'armée française reste immobile. Les Flamands continuent d'avancer face au soleil. L'ordre d'attaque est donné, les canons flamands crachent leurs boulets, 60 archers anglais et des arbalétriers commencent à tirer.

 

 

Puis vient le tour du combat au corps à corps, l'infanterie française se jette dans la bataille, le cliquetis des épées résonne dans l'épouvantable vacarme produit par les bombardes, les ribaudequins et les cris des combattants. Charles VI est maintenu éloigné de la bataille.

 

La puissante artillerie flamande fait reculer l'avant-garde commandée par Louis de Sancerre et la bataille du souverain français.

 

 

 Aussitôt le centre de l'armée française est submergé par les troupes flamandes.

 

 À ce moment, les combattants placés aux flancs de l'armée française fondent sur les Flamands et les encerclent.

 

 

 Les Français exercent une forte pression sur les combattants ennemis. Cernés de toutes parts, les Flamands tombent et se piétinent.



La victoire appartient à l'armée française, les Flamands subissant une lourde défaite. Pourchassés par les Français, fatigués, éreintés et manquant de lucidité après cette dure bataille, les Flamands qui ne peuvent s'échapper de la mêlée s'égarent dans les roseaux et les marécages où beaucoup périssent noyés.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher

Archives